Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009





télécharger 18.5 Kb.
titreParcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009
date de publication22.07.2019
taille18.5 Kb.
typeCours
l.20-bal.com > documents > Cours
Parcours d’une œuvre : « Le cœur à rire et à pleurer », Maryse Condé, édition poche pocket, 2009

Objet d’étude : Identité et Diversité

Après la définition des notions D’identité et de Diversité, le parcours de lecture invite les élèves à s’interroger sur la question suivante : peut-on se construire avec ou sans l’héritage de ses parents ?

Le Roman de Maryse Condé « le cœur à rire et à pleurer », œuvre autobiographique,   illustre bien cette problématique  de transmission des valeurs familiales. Cet héritage familial est remis en cause par le personnage principal du Roman.

Objectifs  du parcours de lecture :

Lire un Roman relatant le parcours de personnages aux identités diverses

Amener les élèves à s’interroger sur les liens entre l’objet d’étude « Identité/Diversité » et le Roman « le cœur à rire et à pleurer ».

Analyser les différents points de vue en présence dans le Roman.

Faire un bilan de l’étude en répondant à l’interrogation : L’identité, est-ce un héritage ou une construction ?

Choix et justification des passages :

Passage 1 : Portrait de famille (lignes 1 à 140)

Passage2 : La rupture avec les valeurs familiales et la reconquête d’une identité niée.

Les passages choisis doivent nous permettre dans un premier temps, de brosser un portrait de la famille de l’héroïne du Roman afin de relever les grandes lignes de son identité.

Dans un deuxième temps , découvrir à quel moment la narratrice annonce sa rupture avec les valeurs transmises par sa famille.

Modalités de travail :

Une première approche des notions Identité/Diversité a fait l’objet d’un travail en classe à travers l’étude de plusieurs textes extraits du manuel Hachette technique  et d’autres sources.

La lecture de ces différents extraits permettait aux élèves de découvrir différents récits de filiation, définir les notions d’Identité/Diversité et s’interroger sur leur propre identité.

-« Ces différences qui nous façonnent », Amin Maalouf

« Au bout du voyage », Nicolas Bouvier (p. 78 du manuel)

« Portraits de voyageurs », Claude Lévi Strauss (manuel P.80)

« Devenir autre », Annie Ernaux (P.90 du manuel)

Séance 1 : lecture découverte du groupement de textes

Objectif : Repérer le thème dominant du groupement et ses interrogations.

Question d’ensemble sur le groupement  : Qu’est-ce qui fait l’unité de ce groupement ? Les différents passages du groupement invitent à quels types de questionnements ?

Cette interrogation est conforme à la première partie de l’épreuve de Français du Baccalauréat professionnel qui invite à s’interroger sur l’unité du groupement, en justifiant sa réponse par des relevés d’indices dans les passages étudiés.

Une première approche de l’œuvre doit permettre aux élèves d’insister sur les points suivants :

Les liens avec l’objet d’étude « Identité/Diversité :

Les différents passages abordent en effet la question de l’identité sous l’angle de la famille, première étape de la transmission des valeurs. Les élèves devrons s’interroger sur les difficultés de cette famille à assumer sa propre culture en replaçant les événement dans leur contexte.

La lecture du groupement permet de faire la relation avec le titre du Roman «Le Cœur à rire et à pleurer » qui porte un regard critique sur la famille du personnage principal . Il faudra donc démontrer le caractère à fois humoristique et dramatique du titre.

La question de la construction de l’ identité est posé également dans ce groupement à travers un double regard du personnage principal : celui l’enfant qui découvre, intègre , s’interroge sur l’héritage familial et l’adolescent qui prend conscience de son aliénation culturelle.

De leur lecture du groupement, les élèves tenteront de relever les mots clés suivants en étroite relation avec les passages étudiés : Culture familiale, Aliénation culturelle, Héritage culturel , Conflit de génération, Construction identitaire, Contexte socioculturel ….

Séance 2 : Lecture découverte du premier passage « Portrait de famille ». L.1 à 140)

Objectifs  Brosser le portrait de la famille de la narratrice, démontrer en quoi il est singulier. Définir les éléments de son identité.

La lecture de ce premier passage doit permettre d’insister sur les traits de la famille et replacer tout cela dans un contexte socioculturel bien précis des rapports qu’entretiennent les Antilles avec la France métropolitaine .

Les passages (L1 à 29), permettent de comprendre l’importance que revêt pour cette famille « leurs voyage en France » et pose le problème de leur attachement à la «mère patrie ».

On peut s’arrêter sur la citation suivante avec les élèves et l’expliquer : « Pour eux ; la France n’était nullement le siège du pouvoir colonial. C’était véritablement la ville lumière qui seule donnait de l’éclat à leur existence ».

La référence à la deuxième guerre mondiale confirme cet attachement sans limite à la Mère patrie.

Le thème de l’aliénation culturelle apparaît dans les passages ( L103 à 108 et 123 à 140) à travers les lectures de la famille et le rapport à l’Afrique.

Il convient à ce stade de l’étude, d’amener les élèves à une compréhension du contexte et de relativiser les propos de la narratrice.

Il faut rappeler le contexte de l’après guerre qui est celui de l’assimilation et de la départementalisation et d’une école de la République qui n’accepte pas encore les particularismes.

Il serait intéressant dans ce contexte de montrer qu’au même moment , le mouvement littéraire de la négritude se développe avec Amé Césaire, Léon Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor la question de l’aliénation culturelle.

Séance 3 : Lecture découverte du second passage « A la reconquête d’une identité niée »(Lignes 1 à 182 deuxième passage).

Objectifs : Identifier les éléments qui vont pousser la narratrice à reconstruire son identité et provoquer une rupture avec les valeurs familiales.

Les élèves devront repérer le moment où la narratrice prend conscience des limites de son héritage familial et commence une phase de reconstruction.

Le rôle du professeur de Français est fondamental (voir l.1à31) et le frère ainé de la narratrice(l. 37-38).

La narratrice fait la découverte d’un livre qui va complètement bouleverser sa vie : « rue Cases-Nègres » de Joseph Zobel

Il faudrait interroger les élèves sur les caractéristiques de l’œuvre qui auraient marquées la narratrice et voir dans quelle mesure , grâce à ce livre , elle renoue avec son identité .

Séance 4 : question bilan. l’Identité est à la fois un héritage et une construction. En quoi l’ensemble du groupement le montre ?

Objectif : Montrer en quoi ce groupement illustre bien la question : Identité, héritage ou construction ?

Ce travail peut mener sous la forme d’un paragraphe argumenté.

Il permettra de vérifier si l’élève a compris les différentes étapes de l’étude et sait réinvestir l’ensemble des connaissances accumulée tout au long de l’étude.

Questionnaire sur l’ensemble du groupement

  1. Qu’est-ce qui fait l’unité de ce groupement de texte ? Les différents passages nous poussent à quels types d’interrogations ?

Passage1 : Portrait de famille. ( lignes 1 à 141)

  1. Observer les passades (l.1 à 29). En quoi le « congé en métropole » est d’une importance capitale pour la famille ?

3-observer les passages (l.50 à 90). En quoi l’épisode avec les garçons de café est vécu comme une frustration par la famille de la narratrice ?

4-Quel rapport la famille de l’héroïne entretient-elle avec le créole et l’Afrique ? (l.125 à 140)

Passage 2 : A la reconquête d’une identité niée. (l.1 à 182).

5-Mlle Lemarchand donne l’occasion à la narratrice d’évoquer son pays d’origine. Par quel moyen cette évocation va se faire ? Quel est l’effet produit ?

5-Question bilan (voir document transmis)

similaire:

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconLe rire recueil de citations
«Tout, dans la vie, est une question de savoir rire. Le rire, c’est ma thérapie. L'amour, l'amitié, c'est surtout rire avec l'autre,...

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconFamille autres définitions
«Chronique d'une famille italienne à Rome de 1906 à nos jours racontée par son patriarche. A mettre ainsi bout à bout tout ce qui...

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconIntroduction de l’édition Livre de Poche, par André gendre. 5

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconMilan poche junior éclats de rire
«Vous faites vraiment des histoires pour pas grand-chose.» Et au bout de trente secondes, IL se mettait à bailler et à se frotter...

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconRéunion d'information du
«Pour comprendre les mathématiques ce2», édition 2009, environ 2 livres pour 3 enfants. Complété éventuellement par Vivre les maths,...

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconCe travail sur les poèmes du recueil a la lumière d’hiver de jaccottet...
«A la lumière d’hiver, précédé de Leçons et de Chants d’en bas». Cette édition est reprise en poche en 1994, dans la collection «Poésie1»....

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconEst une forme d’esprit qui consiste à présenter la réalité de manière...
«Un art d'exister» écrit Robert Escarpit, qu’on attribue souvent aux britanniques. IL y a un lien évident entre l’humour et le rire...

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconEst Doctorant et Allocataire Moniteur Normalien (ancien élève de...
«Interférences» (2008). IL a édité au Livre de poche «Classiques de poche» Les Orientales et Les Feuilles d’automne (1998), une anthologie...

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconParcours de lecture dans une œuvre longue
«le petit chaperon rouge publicité parfum Chanel» avec un texte de Bruno Bettelheim

Parcours d’une œuvre : «Le cœur à rire et à pleurer», Maryse Condé, édition poche pocket, 2009 iconAnimation Danse de création/ 2008-2009
«connecté» à soi-même, écouter sa respiration, ne pas rire, sentir les appuis au sol (la trace qu’on laisse), se sentir «éclairé»...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com