Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales





télécharger 258.01 Kb.
titreIl s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales
page1/4
date de publication18.07.2019
taille258.01 Kb.
typeTranscription
l.20-bal.com > documents > Transcription
  1   2   3   4
« Heureux qui, comme Ulysse…»
Le sens de la vie dans L’Odyssée d’Homère

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de PREPAGORA, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales.

En 2010, ce forum présentait entre autres une série de communications sur « La vie », thème au programme dans les classes préparatoires aux Ecoles Supérieures de Commerce.

Les premiers destinataires de cette conférence sont donc des élèves dont la connaissance de L’Odyssée est très inégale, puisque cette œuvre ne figurait pas en tant que telle à leur programme. Cette méconnaissance présumée explique un certain nombre de mises au point et de présentations en cours d’exposé.

Les nombreuses illustrations qui accompagnaient le texte ont été enlevées pour des raisons de droits d’auteur. On pourra consulter avec intérêt le très beau site de la bnf proposant une exposition virtuelle sur Homère.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage… »

Le sens de la vie dans L’Odyssée d’Homère.


Introduction : L’Odyssée de la vie 


I L’ODYSSEE, UN RECIT DE VIE INITIATIQUE
1) Comment lire L’Odyssée ?
2) La vie, un combat et un voyage. De L’Iliade à L’Odyssée
3) Repères pour la lecture


II L’ODYSSEE D’UNE VIE EN QUÊTE D’HUMANITE


  1. L’espace humain, entre terre et mer




  1. Le temps humain, entre souvenir et oubli


3) Des animaux, des hommes et des dieux


III ULYSSE EN PERSONNE


  1. Retrouver un nom




  1. Reconnaître et être reconnu




  1. Dire et être dit


Conclusion : « Deviens ce que tu es ».
Introduction : L’ODYSSEE DE LA VIE
« La vie est un combat, la vie est un voyage », dit Alberto Manguel dans l’avant-propos du livre qu’il vient de consacrer à « L’Iliade et l’Odyssée ». L'auteur d'Une histoire de la lecture y analyse l’histoire des lectures et des traductions de l’Iliade et de l’Odyssée. Il s’étonne que, d’aussi loin qu’elles nous parviennent, ces pages semblent avoir été « décrites pour nos propres vies d’aujourd’hui, avec tous nos bonheurs secrets et tous nos péchés enfouis. » Jean-Pierre Vernant a intitulé un des nombreux articles qu’il a consacrés aux textes fondateurs « Ulysse ou l’aventure humaine », et la revue Historia consacre ce mois-ci un numéro spécial à Ulysse, « le premier homme ». Le héros de l’Odyssée n'en finit pas de faire l'actualité, apparaîssant depuis toujours comme l'incarnation d’une humanité naissante en quête de sens, et du point de vue littéraire, l’initiateur de ce que l’on appelle le récit de vie.

L’épopée homérique fonde à la fois un paradigme de la vie humaine et une forme littéraire pour en rendre compte.


On date habituellement l’Iliade et l’Odyssée entre la fin du IXème et le VIIIème siècle avant JC. Avant d’être fixées par l’écriture phénicienne que les Grecs adoptèrent alors, ces deux épopées furent transmises par la tradition orale : des aèdes, du grec aidô, chanter, improvisaient en public sur des schémas préétablis en utilisant un ensemble de «formules» récurrentes pour leur valeur métrique et mnémotechnique.

Nous sommes donc dans la préhistoire, ou plutôt la protohistoire, au moment où se fondent les archétypes et se légitiment des valeurs, des pratiques rituelles, des organisations politiques et sociales, des visions du monde et de la « vie bonne ».

Nous ne sommes plus dans le muthos, parole purement mythique touchant au sacré, située dans le « Grand Temps » défini par Mircea Eliade, pas encore dans le logos, le discours raisonné de l’histoire, de l’éloquence, de la science, de la politique et de la philosophie, nous sommes dans l’épos, la parole poétique, à la fois forme littéraire et institution culturelle, rapportant les exploits de héros incarnant les valeurs naissantes d’une communauté, celle des Achéens, qui deviendront les Grecs ; « des hommes de haute valeur morale », dit Aristote dans sa définition de l’épopée qu’il rapproche de la tragédie pour sa valeur mimétique, d’imitation, de représentation de valeurs en action. Au Moyen-Age, la chanson de geste française jouera le mêle rôle idéologique : la chanson de Roland célèbre les vertus et les valeurs de la chevalerie et justifie son combat pour imposer les valeurs chrétiennes dans l’espace européen.
C’est l’épos qui, sous la forme de récits fondateurs, fédère une communauté autour d’une conception commune de la vie.

Cette valeur exemplaire de ces épopées fondatrices est attestée par le statut qu’elles acquirent instantanément pour les hommes de l’Antiquité. L’épopée homérique est en effet au fondement de toute éducation dans l’Antiquité, de toute paideia. On apprend à lire avec Homère, qui a transmis sous la fiction poétique des enseignements variés, explicites et implicites. Histoire, géographie, mythologie, mais aussi civisme et valeurs fondatrices, tout y était sujet d’apprentissage, voire de débat.

« Ainsi, Glaucon,repris-je, quand tu rencontreras des admirateurs d'Homère disant que ce poète a été l'instituteur de la Grèce (), et que pour l'administration et l'éducation des hommes il mérite qu'on le prenne et qu'on l'étudie, et qu'on règle selon ses préceptes toute sa conduite, il faudra les saluer et les baiser comme des gens du plus grand mérite possible, et leur accorder qu'Homère est le plus grand des poètes et le premier de tous les poètes tragiques. » Platon, La République, X, 606e-607a.

Sur ordre de Solon, à Athènes, on récitait des passages des épopées homériques pendant les Panathénées. Du temps de Pisistrate, au milieu du VIème siècle, on exigea que la totalité de l’œuvre soit récitée d’affilée à cette occasion. L'un des personnages évoqués par Xénophon connaît par cœur les 15000 vers de l’Iliade et les 12000 vers de l’Odyssée. C’est dire la place exceptionnelle de l’Iliade et de l’Odyssée pour chaque Grec de l’Antiquité, et même jusqu’en Egypte où l’on a retrouvé des papyrus et des tablettes scolaires avec de nombreux extraits de l’Odyssée d’Homère.


I L’ODYSSEE, UN RECIT DE VIE INTIATIQUE 


  1. Comment lire L’Odyssée ?


Depuis l’époque hellénistique, le débat est ouvert et il continue aujourd’hui encore à alimenter les recherches. Les voyages d’Ulysse rendent-ils compte d’une histoire et d’une géographie réelles ou purement imaginaires, voire symboliques ?

Pour les tenants de la première hypothèse, le périple d’Ulysse se déroule dans un espace qui est celui de la géographie réelle de la Méditerranée, voire de l’Atlantique. L’hypothèse d’Instructions nautiques phéniciennes est même retenu et argumenté par quelques savants, et les expéditions « sur les traces d’Ulysse » se sont multipliées, les aventuriers-érudits modernes parcourant la Méditerranée sur des bateaux reconstitués d’après les hypothèses archéologiques, le livre d’Homère à la main, comme le fit le célèbre helléniste Victor Bérard dans les années 1930.
Pourtant, dès le IIIème siècle avant JC, Eratosthène, le premier géographe de l’Antiquité, les avait prévenus : « On trouvera les lieux où Ulysse a erré quand on trouvera le cordonnier qui a cousu l’outre des vents ».

Il est évident que l’on retrouve dans l’Odyssée la trame des récits traditionnels de marins, entre exotisme et découverte de soi. Sans doute aussi retrouve-t-on la trace des premières aventures maritimes des peuples venus des contrées du Nord de l’Europe découvrant à la fois le difficile apprentissage de la navigation, l’extraordinaire potentiel maritime d’un nouvel espace géographique appelé à devenir la grande Grèce, et surtout l’ailleurs, l’inconnu, l’autre différent d’apparences, de rites, de mœurs…

Ces références historiques et géographiques évidentes servent de cadre culturel à une épopée qui se déploie cependant dans un espace et un temps purement imaginaires, et dont la valeur est plus anthropologique que géographique.
Avant Hérodote, l'Odyssée est une enquête (historia en grec) qui nous renseigne autant sur l’imaginaire grec que sur la façon de concevoir la vie et le monde. Intérêt archéologique et intérêt universel.
J. de Romilly explique souvent que le trait essentiel de la culture grecque, que l’on retrouve dans les mythes, chez Homère, dans la tragédie et dans toute la littérature et l’esthétique grecque, c’est cette association d’une forme concrète et d’une signification abstraite : ce besoin d’universalité à partir du particulier, c’est la pensée grecque.

C'est le cas d'Ulysse dans L'Odyssée. Même s'il reste un héros guerrier quand il le faut, Ulysse ne ressemble en rien aux demi-dieux Achille ou Enée. Il incarne la simple et pure humanité, dans ses doutes, ses épreuves et ses espoirs, et délivre un message permanent sur la vie.
Mon projet consiste donc à examiner l’aventure d’Ulysse, premier voyage initiatique et premier récit de vie, comme l’histoire de la vie d’un homme, armé de ses seules qualités d’homme, particulièrement la plus précieuse de tous, la métis, mélange d’intelligence, de ruse, de « prudence avisée », qui «assure le succès dans le domaine de l’action » (JP Vernant).

Cet homme part contre son gré en quête, ou en reconquête d’identité individuelle, familiale, sociale, humaine, délimitant dans ses aventures l’espace et le temps humains en en explorant les confins, cherchant à cerner l’humanité par la découverte de l’altérité de l’inhumain et du divin. Pour la première fois, Homère tend le miroir de l’autre pour identifier ce que doit être une vie d’homme. Et cette aventure va ainsi proposer à la postérité des repères structurels, des valeurs, des images, des comportements fondateurs.
Les aventures d’Ulysse préfigurent sous forme épique, c’est à dire à la fois narrative et poétique, toutes les grandes interrogations de la Grèce antique à la recherche du sens de la vie, à la recherche de l’harmonie avec l’ordre cosmique, de la vie bonne pour un mortel conscient de sa condition d’homme, entre soumission à la volonté des dieux et liberté humaine, entre animalité et divinité, entre attrait de la nouveauté et attachement à l'autochtonie, entre tentation de l’oubli et nostalgie garante de fidélité à soi-même et au monde de référence, entre vagabondage sur mer et sédentarité sur terre, entre souffrance physique ou morale et espoir de bonheur, entre chaos et cosmos, entre hubris et sophrosunè.


2) la vie, un combat et un voyage : De L’Iliade à L’Odyssée

Les invocations à la Muse, qui traditionnellement constituent les premiers vers des épopées antiques, invoquent Mnémosyne, déesse de la mémoire. Les Grecs accordaient un statut particulier à cette divinité, fille d’Apollon. C’est elle qui inspire le poète, l’aède, et elle parle même par sa voix. « Chante, Muse, la colère d’Achille… ». « C’est l’homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire… »
La comparaison des premiers mots des deux invocations à la Muse est intéressante. Celle de L’Iliade évoque la colère (Μνιν) d’Achille, qui va provoquer la mort de nombreux héros au combat, celle de l’Odyssée évoque un homme (νδρ), qui sur la mer (ν πντ) fit dans les souffrances (λγεα) tant d’expériences et tant de découvertes « en luttant pour survivre et ramener ses gens ». L’Odyssée n’est plus comme l’Iliade l’histoire d’une guerre mortifère et de la colère d’un demi-dieu, c’est celle de la vie aventureuse d’un homme qui ne cherche qu’à vivre : «νδρ μοι νεππε, Μοσα, … ».



Iliade I, 1-5, Invocation à la Muse

Μνιν ειδε, Θε, Πηληϊδεω χιλος

ολομνην, μυρ ΄ χαιος λγε ΄ θηκε·

πολλς δ ΄ φθμους ψυχς ϊδι προαψεν

ρων, ατος δ λρια τεχε κνεσσιν

οωνοσ τε πσι ( Δις δ ΄ τελεετο βουλ )·


Chante, déesse, la colère d’Achille, le fils de Pélée, détestable colère qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d’âmes fières de héros, tandis que de ces héros même elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel, pour l’achèvement du dessein de Zeus… (Traduction P. Mazon)


Odyssée I, 1-6 Invocation à la Muse

νδρ μοι νεππε, Μοσα, πολτροπον, ς μλα πολλ

πλγχθη, πε Τροης ερν πτολιθρον περσεν·

πολλν δ ΄ νθρπων δεν στεα κα νον γνωv

πολλ δ ΄ γ ΄ ν πντ πθεν λγεα ν κατ θυμν,

ρνμενος ν τε ψυχν κα νστον ταρων.
O Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif

Celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra,

Voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages,

Souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer

Pour défendre sa vie et le retour de ses marins... (Traduction P. Jacottet)
Pour le plaisir et l’intérêt de la comparaison, voici deux autres traductions de ces six premiers vers de l’Odyssée :

Dis-moi, Muse, cet homme subtil qui erra si longtemps, après qu’il eut renversé la citadelle sacrée de Troie. Et il vit les cités de peuples nombreux, et il connut leur esprit ; et dans son cœur, il endura beaucoup de maux, sur la mer, pour sa propre vie et le retour de ses compagnons… (Traduction Leconte de Lisle)

C’est l’Homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire, Celui qui tant erra quand, de Troade, il eut pillé la ville sainte, Celui qui visita les cités de tant d’hommes et connut leur esprit, Celui qui, sur les mers, passa par tant d’angoisses, en luttant pour survivre et ramener ses gens. (Traduction V. Bérard)

« Sans trêve, leurs lances aiguës à la main, ils se heurtent et se massacrent obstinément… » (Iliade, XVII, 412-413) L’Iliade est l’épopée de la guerre. Les Grecs resteront dix ans loin de chez eux, pour un siège sédentaire, sans quitter l’espace de la plaine de Troie. L’épopée tire d’ailleurs son nom de la cité à conquérir (Ilion est un des noms de Troie). Elle met en scène Achille, d’une force héroïque quasi-surhumaine, un demi-dieu, fils de Thétis l’immortelle et de Pélée le mortel, héros quasi-invincible doté d’armes forgées par le dieu Héphaistos. Les « héros » grecs affrontent les « héros » troyens dans une quête effrénée du kleos, de cette gloire qui rend immortel. Peu importe la mort, pourvu qu’elle assure la survie dans la mémoire des hommes, la seule forme d’immortalité accessible aux mortels. « Zeus nous a fait un dur destin, afin que plus tard nous soyons chantés des hommes à venir ». (Iliade VI, v.357-358).
  1   2   3   4

similaire:

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconBibliographie Vous trouverez toutes les indications sur les objectifs...
«Les formations post-bac» (Présentation des Classes Préparatoires Littéraires)

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconSéquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée...
«morts pour la France», soit 27% d’une classe d’âge entre 18 et 27 ans. Destruction dans toute l’Europe

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconLa philo au lycée professionnel ? Du côté de la philosophie au lycée professionnel
«professionnel» sur des expériences d’introduction d’activités philosophiques en lycée professionnel, dans le cadre des cours de...

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconLe programme de français de seconde professionnelle «Parcours de personnage»
«Parcours de personnage» et prolonge l’évaluation diagnostique organisée dès la rentrée pour toutes les classes de seconde du lycée...

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconSéquence proposée dans le cadre de la refondation des langues et...
«Mieux lire et comprendre le monde d’aujourd’hui à la lumière des textes anciens» des

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconBulletin d'information
«Mémoire» de notre lycée continue à être commandé chaque jour, certains me réclamant après lecture de nouveaux exemplaires. Vous...

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconDissertation réalisée par Elise Gandou, élève de Seconde 6, le mardi...
«La poésie c’est un sourire un jour de pluie / L’amour un poème qui se récite chaque jour.». L’amour est ici directement associé...

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconCette courte séquence sur la rentrée en 6ème est proposée par Mme...

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconCompte rendu sur la conférence du vendredi 07 février2014 organisé au Lycée Pothier

Il s’agit de la transcription d’une conférence proposée au lycée Dupuy de Lôme à Lorient, dans le cadre de prepagora, journée d’étude et de réflexion organisée chaque année par ce lycée sur les programmes des classes préparatoires scientifiques et commerciales iconG. Barthèlemy Lycée Champollion Classes de Math Spé Année universitaire 2015-2016
«L'amour et la vengeance, chassant de compagnie, n'auront jamais le dessous» (Lisbeth à Valérie, chap. 47)





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com