L’association Les Rias





télécharger 17.68 Kb.
titreL’association Les Rias
date de publication15.06.2017
taille17.68 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
L’association Les Rias a maintenant trois ans et demi, et la bibliothèque municipale bientôt trois ans.
Le choix avait été fait dès le départ d’ancrer son action dans la très riche culture de la population de ce plateau, forte de son histoire, de son expérience et de ses valeurs – donc d’écouter les gens, et de susciter la parole, en conjuguant les approches scientifiques et les investigations artistiques.
D’où, d’une part, l’extraordinaire travail de Sylvette Béraud-Williams, ethnologue certes, mais aussi profondément immergée dans cette culture qui est la sienne, avec une écriture dense et authentique traduisant la complexité des témoignages recueillis ; travail réorienté par la demande de la DRAC concernant la période 1939-1945 caractérisée ici par le fréquent glissement « camisard »/ « maquisard » et les liens entre résistances civiles et armées…
D’où le recours aux historiens, sur cette même période mais aussi sur la seconde république, et les siècles antérieurs, avec les luttes pour la liberté de conscience et autres révoltes populaires (cf l’intervention prévue en juillet de Jean Nicolas)…
D’où cette très riche visite guidée du Chambon-sur-Lignon
Et bien d’autres apports – témoignages, études, recherches…
Les investigations artistiques se sont développées en même temps.
Avec les expositions de photographies - anciennes notamment, et le travail sur l’image, de Photoshop au récent et très riche débat avec Bernard Stora – archives et fiction, rôle de la télévision, mise en scène politique, personnage et personne…
Avec les ateliers d’écriture, conduits par David Dumortier puis Jean-Pascal Dubost, travail de mémoire, investigation, travail du sens de la forme qui a pris une grande envergure lors du dernier atelier.
Avec les lectures publiques à plusieurs voix de textes d’ateliers et surtout de ce premier livre de Fatima Mana qui sort aux Editions « Apogée » avec préfacé par Jean-Pascal Dubost, catalysé peut-être par les recherches de Sylvette sur l’« Assistance », les ateliers d’écriture et la douloureuse acquisition d’une certaine intimité avec le traitement de texte, mais né ailleurs comme le montrent les huit autres tapuscrits en cours et l’extraordinaire progression dans l’exigence de l’écriture…
Avec les ateliers théâtre – mise en voix de poèmes avec des comédiens puis mise en scène du contenu des affiches de la seconde république et recherches d’Alain Delarbre, et enfin création sur six mois d’une pièce, investigations et synthèse sur les résistances – surtout historiques, qui font l’originalité de ce plateau (luttes pour la liberté de conscience, la liberté et la république de 1848 à 1851, la liberté, l’indépendance, la tolérance 1939-1945) avec Carlos Lojo, metteur en scène et comédien.
Et l’intrusion des spectateurs dans le spectacle même par le dépôt d’ « objets de résistance », dont cette photo de ses trois enfants apportée par un ancien enfant juif caché dans le village pour montrer « qu’avoir sauvé des vies avait permis à d’autres vies d’apparaître »…
Avec les ateliers d’arts plastiques et autres installations plus ou moins éphémères ou durables, et le projet « Carrefour des Résistances » qui prend corps.
Et de multiples autres initiatives, expositions, créations…Et puis ce modeste travail d’édition qui permet une diffusion associative et locale des publications, valorisation mais aussi partage et recul…
Alors, la venue de François Boddaert ?

C’est Yolaine Carlier qui a parlé de François Boddaert et a proposé de l’inviter, il y a plusieurs années.

Qualités d’auteur, d’éditeur, bien sûr.

Ateliers d’écriture, printemps des poètes, lectures, bien sûr…

Intérêt d’Obsidiane, des choix de publication - dont deux livres récents de Jean-Pascal Dubost, un troisième devant sortir à l’automne… bien sûr

Mais depuis, cette proposition a pris sens, sens construit peu à peu et avec divers jalons marquants dans une association qui considère les arts comme moyen de connaître le réel, d’en aborder l’intolérable, de pouvoir vivre avec et d’agir pour le transformer… (cf certains écrits de Semprun après Buchenwaldcf l’entrée en peinture d’Astor à quatorze ans, avec les Ibakushis, la trace des corps sur le sol d’Hiroshima, d’après Resnais… cf la réponse « Non c’est vous ! » de Picasso à l’officier allemand qui devant Guernica lui demandait : « C’est vous qui avez fait ça ? »)

Dans ce réel il y a la langue et ici on sait qu’elle n’est pas transparente, on a été sensibilisé aux problèmes de langues par l’interdiction du « patois » avec le sabot au cou pour un mot, l’absence du terme exact  pour décrire les pratiques antérieures avec exactitude, la dévalorisation de la culture familiale et ses conséquences – de l’appauvrissement du langage et de la pensée au manque de confiance et au refus du savoir.

Alors les textes du Fondrie de Jean-Pascal Dubost ont parlé, et on a bien admis la violence des jeunes auteurs allemands mis en scène par Perton en allant voir « l’Enfant froid » à la Comédie de Valence – violence liée à un passé avec lequel il est difficile de vivre… (cf, il y a quelques années, aux lectures sous l’Arbre de Cheyne, une conférence remarquable sur le rapport différent à la langue des écrivains des deux Allemagne après la guerre.)
Il a aussi paru naturel qu’Anselm Kiefer, dont l’œuvre a été découverte en commission « arts plastiques », puisse dédier son exposition au Grand Palais à I.Bachmann et à P.Celan, poète d’origine juive et de langue allemande. Comment pouvoir encore écrire dans cette langue après les camps (et déjà avant, après les tranchées, les gaz…)? D’où les entreprises de déconstruction/ reconstruction de la langue…
« On venait pour un frère, un cousin

Tué dans les Aurès, à Verdun.

C’est la guerre –poésie, vieille boucherie. »

(extrait d’un poème de Boddaert choisi par Claude Adelen qui écrit « …les cauchemars de l’histoire creusent comme un acide »)
« L’époque gicle aux jointures » dit Boddaert, cité par A.Emaz

« Comment tenter le poème ? »
Et dans le poème « Ruzena Zentnerova » (nom d’une jeune fille tchèque assassinée à Auschwitz) :

« Quoi fonder sur les traces de l’abîme

Pas de poème pour Ruzena Zentnerova »
Ou ailleurs, « C’est notre histoire mais elle nous mange. »
Evoquant le détournement de vers de Victor Hugo par Boddaert, M-C. Bancquart écrit et cite dans « Europe » :
« Se pose la question de la possibilité d’une poésie épique… quand la nation et l’époque ne sont plus que délire… »
La poésie qui « respire le souffle plein, le désir de fondation » -  au lieu d’une poésie qui « s’exténue à énoncer comme elle le peut le vide aperçu sous l’ombilic d’un seul » - peut-elle exister pour une communauté livrée désormais « aux rassemblements comptables » ?
 

NB. Extraits

- de Claude Adelen, à propos de « Vain tombeau du goût français », Ed La Dragonne 1998

- d’Antoine Emaz « François Boddaert, Consolation, délire d’Europe », Ed La Dragonne…

- de Marie-Claire Blancquart, Europe, aôut-septembre 2004
Biographie et œuvre de François Boddaert : article du Dictionnaire de la poésie, de Baudelaire à nos jours PUF.

Texte de Francis Wybrands





similaire:

L’association Les Rias iconAssociation Les Rias
«Livre d’artiste» avec Martine Diersé initialement prévu les 6 et 7 décembre est reporté à février suite à des problèmes de santé...

L’association Les Rias iconAssociation Les Rias
«Les Sciences font la différence», c’est quoi ? C’est pour qui ? Est-ce que ça me concerne ? Aux Baraques, sur le Plateau de Vernoux,...

L’association Les Rias iconLe 28 mai dernier, une Assemblée Générale extraordinaire de «Coup...
«Coup de Soleil en Essonne» a décidé, à l’unanimité, de modifier les statuts de l’association, en vue d’entériner notre séparation...

L’association Les Rias iconNotes de lecture : Dubost, Dall Armellina, Ménard. Ou communication et création multimedia
«Arts plastiques 07. Un réseau de structures de diffusion en Ardèche», l’annonce officielle de la réédition par les Editions Les...

L’association Les Rias iconDébat avec François Boddaert le samedi 14 avril à la grange du Vernat
«Les Rias» souhaite la bienvenue à François Boddaert, et après avoir présenté les excuses des personnes qui n'ont pu venir, situe...

L’association Les Rias iconEde création et activité artistiques : patrimoines
«Toulon et la mer» et devront, avec l’aide de cette association et avec celle de l’association «Équinoxe», réaliser une production...

L’association Les Rias iconRapport d’activités 2005 de la bibliothèque municipale de Saint-Apollinaire-de-Rias
«Enquêtes sur les Mémoires de la Résistance», aidée par la drac rhône-Alpes, ou aux autres recherches et investigations sur le patrimoine...

L’association Les Rias iconBulletin d'informations de l'Association des bibliothécaires français,...
«Les documents sonores à la Phonothèque nationale», Bulletin d'informations de l'Association des bibliothécaires français, n° 163,...

L’association Les Rias iconLes rendez-vous amicaux de l’Association

L’association Les Rias iconRéunion «fonctionnement de l’association L’oeil du huit»
«C’est un concert privé ?» demandent-ils ? «Non… je vous en ai déjà parlé» répond Emmanuelle en les faisant rentrer. A la sortie,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com