Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon





télécharger 70.83 Kb.
titreAcadémie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon
date de publication14.06.2017
taille70.83 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
47° 19′ 09″ Nord 5° 02′ 32″ Est / 47.3193, 5.0423 / 47.3193; 5.0423 (carte)

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, rechercher

 Ne doit pas être confondu avec Académie de Dijon.





Page de garde du « 
Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes  » de Jean-Jacques Rousseau,
fruit d'un concours lancé par l'Académie de Dijon

L'Académie de Dijon a été fondée par Hector-Bernard Pouffier, doyen du Parlement de Bourgogne, en 1725. Elle reçut ses lettres patentes en 1740. En 1775, elle devint Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon. De 1855 à 1869 elle fut dénommée Académie impériale des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, avant de revenir en 1870, à la dénomination d'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon.

En juillet 1750, l'Académie de Dijon couronna le Discours sur les sciences et les arts de Jean-Jacques Rousseau. Le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes est également le fruit d'un concours lancé par l'Académie de Dijon.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Mémoires

Les séries éditées entre 1769 et 1939 sont majoritairement disponibles sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France :

  1. les Mémoires de l'Académie de Dijon, tomes 1 et 2, publiés en 1769 et 1772

  2. les Nouveaux mémoires, publiés entre 1782 et 1785

  3. les Mémoires, publiés entre 1830 et 1939

Autres publications aux frais de l'Académie disponibles sur Gallica :

  1. C.X. Girault, Archéologie de la Côte d'Or, rédigée par ordre de localités, cantons et arrondissemens (1823)

  2. J. Garnier, Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, tome 1 (1867)

  3. J. Garnier, Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, tome 2 (1877)

Membres renommés[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]



Skip to content

Les publicationscontact | intranet

Le secrétariat de l’Académie sera fermé pendant les vacances de Noël.
Réouverture le mardi 7 janvier 2014.


**********

L’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon est membre de
la Conférence nationale des Académies, sous l’égide de l’Institut de France
ainsi que de l’Association bourguignonne des Sociétés savantes.
Ses publications anciennes sont disponibles sur le site de la
Bibliothèque numérique des sociétés savantes de Bourgogne.


______________________________________________________________________

Le programme du trimestre en cours est consultable sous la rubrique activités

Les résumés des communications des mois précédents sont consultables ici

La séance solennelle de l’Académie se déroulera le samedi 11 octobre 2014.
Le sujet du Prix 2014 est disponible
ici.

Le 24e colloque de l’Association bourguignonne des sociétés savantes
se tiendra à Dijon les 25 et 26 octobre 2014 (dates à confirmer).
En savoir plus


______________________________________________________________________

Les tomes 145 et 146 des Mémoires de l’Académie de Dijon sont disponibles.



Plus d’informations sur ce tome sur la page 
publications

______________________________________________________________________

Les Célébrations de Bourgogne 2013 sont téléchargeables en version simplifiée ici.

Les articles des Célébrations de Bourgogne 2011 et 2012 sont en ligne sur le site
http://celebrations-de-bourgogne.org



______________________________________________________________________

Pourquoi le nom Acascia ?

ACADÉMIE DES SCIENCES,
ARTS ET BELLES LETTRES DE DIJON

Contact : Thomas MÉNARD
chargé de mission auprès du Secrétaire général

5, rue de l’École-de-Droit  21000  DIJON
Téléphone : 09 64 43 97 11
Courriel : secretariat@acascia-dijon.fr

ouverture de la permanence du bureau :

mardi – 14h à 18h

mercredi – 14h à 18h

X

Histoire de l’AcadémieX

X

Dès la fin du XVIIe siècle, de beaux esprits se réunissaient à Dijon et envisageaient de créer une académie des belles-lettres. Mais il fallut attendre 1725 pour que Hector-Bernard Pouffier, doyen du Parlement de Bourgogne, fonde l’Académie et 1740 pour qu’elle reçoive du roi ses lettres patentes pour trois « classes » de morale, physique et médecine. Un peu plus tard elle fusionna avec la Société littéraire fondée par Richard de Ruffey et devint l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon.

Elle était très active, ce qui n’étonnait pas Voltaire : « À Dijon, le mérite de l’esprit semble être un des caractères des citoyens. » Au-delà des réunions d’échanges entre érudits, elle jouait un rôle universitaire, à la fois d’enseignement, pour pallier l’absence de faculté dans certaines disciplines, et de recherche. Ainsi Guyton de Morveau, l’inventeur de notre nomenclature chimique actuelle, donnait des cours de chimie. Le Dr Maret, des cours de médecine. Durande, des cours de botanique épaulé par Buffon qui prononça en 1773 une célèbre communication sur « Les époques de la Nature ».

À l’Académie, on  faisait des observations astronomiques et météorologiques, des manipulations de physique, dont la fameuse expérience aérostatique de 1784. Quelques mois après l’envol de Pilâtre de Rozier et du marquis d’Arlandes, l’Académie lança un ballon « habité ». Ce n’était pas pour répéter un exploit mais pour essayer de nouvelles techniques en vue, notamment, de diriger l’engin. L’essai ne fut pas totalement concluant.

Activité importante également, et grandement méconnue, la traduction. En rapport avec des institutions de toute l’Europe, Dijon traduisait en français des contributions scientifiques en latin, italien, anglais, allemand et suédois. Et, à l’inverse, traduisait dans ces langues les travaux du royaume et les diffusait. L’Europe des savants au siècle des Lumières était une réalité.

L’Académie de Dijon est entrée dans l’histoire en attribuant son prix annuel à Jean-Jacques Rousseau en 1750 pour son Discours qui répondait à la question « Si le rétablissement des sciences et des arts a contribué à épurer les mœurs ». Elle a révélé le « citoyen de Genève » au monde comme à lui-même dans ce qu’on appelle « l’illumination de Vincennes », ainsi qu’il le confie dans ses Confessions : « À l’instant de cette lecture [le sujet du prix], je vis un autre univers et je devins un autre homme. » Rousseau concourra encore, mais sans obtenir le prix, avec son bien plus important Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalités parmi les hommes. Jean-Jacques Rousseau a ainsi rédigé deux œuvres, dont une majeure, et rencontré la célébrité grâce, au moins pour partie, à l’Académie de Dijon.

La Révolution allait, à Dijon comme ailleurs, entrainer la dissolution de l’Académie et la spoliation de ses biens. À partir du 14 prairial an VI (1798), elle reprit progressivement ses activités et multiplia les catalogues de fleurs, cryptogames, insectes, poissons. Ainsi furent publiés la Bibliographie bourguignonne de Milsand, la botanique de Vallot, les catalogues des oiseaux de Marchant, le recensement des tremblements de terre de Perrey etc.  En 1819, la commission des antiquités de la Côte-d’Or créée en son sein, fut chargée de développer, suivre, publier les travaux sur la préhistoire et l’archéologie. Elle n’abandonna ce rôle qu’en 1958 quand furent installées les directions des antiquités historiques et préhistoriques de Bourgogne dans les services du ministère de la Culture. Le riche musée archéologique, installé dans l’ancienne abbaye Saint-Bénigne, conserve ses collections.

L’Académie joua un rôle également important en matière d’ethnologie pour l’étude et la conservation des parlers locaux, des arts et des traditions populaires. Elle a contribué à la création du musée de la Vie bourguignonne installé dans un autre ancien établissement conventuel, Sainte-Anne.

Parmi les académiciens célèbres, on peut citer, parmi beaucoup d’autres, Buffon, Rameau, Gaspard Monge, Lazare Carnot, l’amiral Roussin, le maréchal Vaillant, Pierre Lacroute, maître d’œuvre du satellite Hipparcos, sans oublier de bons écrivains comme Bernard de Lamonoye et ses Noëls bourguignons, le Président de Brosses et ses Lettres d’Italie, Alexis Piron, Édouard Estaunié… Et en 1966, elle élut pour la première fois une femme, Madeleine L’Hôpital, directrice de lycée et enseignante à l’Université.

Membres célèbres de l’Académie

Retour à l’histoire de l’Académie

XVIIIe siècle





Georges-Louis Leclerc
comte de Buffon
Montbard 1707 – Paris 1788
Histoire naturelle
membre honoraire 1740

Hugues Maret
Dijon 1726 – Fresnes-Saint-Mammès 1786

médecin
associé 1756, pensionnaire 1763

secrétaire perpétuel 1764-1786







Charles de Brosses
Dijon 1709-1777
Premier Président au Parlement

de Bourgogne
Lettres d’Italie
membre honoraire 1761

Prosper Jolyot de Crébillon

Dijon 1674 – Paris 1762

dramaturge
Rhadamiste et Zénobie
membre honoraire non résidant 1761







Jean-Philippe Rameau

Dijon 1683 – Paris 1764

musicien
Traité de l’harmonieLes Indes galantes

membre non résidant 1761

Alexis Piron

Dijon 1689 – Paris 1773

poète dramatique
Métromanie

membre honoraire non résidant 1762







Louis-Bernard Guyton-Morveau
Dijon 1737 – Paris 1816
avocat général au Parlement

de Bourgogne
dir. de l’École polytechnique
Méthode de nomenclature chimiste, Description de l’aérostate [de] l’Académie de Dijon
membre honoraire 1780
vice chancelier puis chancelier

Lazare Carnot
Nolay 1753 – Magdeburg 1823
capitaine de génie
membre non résidant 1784







Charles Gravier
comte de Vergennes
Dijon 1717 – Versailles 1787
ambassadeur, ministre des Affaires étrangères
membre honoraire non résidant 1785

Gaspard Monge
Beaune 1746 – Paris 1818

géomètre, expédition d’Egypte
membre honoraire non résidant 1788




XIXe siècle





Gabriel Peignot
Arc-en-Barrois 1767 – Dijon 1849
bibliographe
Dictionnaire raisonné de bibliologie
Répertoire bibliographique universel

membre résidant 1813

Pierre-Paul Prud’hon
Cluny 1758 – Paris 1823
peintre
membre non résidant 1818







Désiré Nisard
Châtillon-sur-Seine 1806 – San Remo (Italie) 1888
historien de la littérature, professeur au Collège de France, Académie française 1850
membre non résidant 1839 puis honoraire non résidant 1867

Henry Darcy
Dijon 1803-Paris 1858
ingénieur des ponts et chaussées, hydraulicien
loi Darcy, fontaines publiques de Dijon
membre résidant 1845







Alphonse de Lamartine
Mâcon 1790 – Paris 1869
poète
Méditations poétiques,

Académie française 1829

ministre des Affaires étrangères 1848
membre honoraire 1846

Jean-Baptiste Vaillant
Dijon 1790-1872
maréchal de France
membre honoraire 1853







Henri Lacordaire
Recey-sur-Ource 1802 – Sorrèze (Tarn) 1861
dominicain, prédicateur

Académie française 1860

membre honoraire 1859

Henry Bazin
Nancy 1829 – Dijon 1917
ingénieur des ponts et chaussées hydraulicien
Recherches hydrauliques entreprises par M. H. Darcy, continuées par M. H. Bazin
membre résidant 1865







Louis Cailletet
Châtillon-sur-Seine 1832 – Paris 1913
maître de forges, air liquide, machine de Cailletet

Académie des sciences 1884
membre non résidant 1878 honoraire 1884

Félix Tisserand
Nuits-Saint-Georges 1845 – Paris 1896
astronome, directeur de l’Observatoire de Toulouse puis de Paris
Bulletin astronomique, Traité de la mécanique céleste
Académie des sciences 1878 honoraire 1885

XXe siècle





Charles Oursel
Saint-Philibert-sur-Risle (Eure) 1876 – Dijon 1921
directeur de la Bibliothèque municipale de Dijon, l’un des créateurs de l’Association des bibliothécaires français

membre résidant 1901, président 1934 et 1945

Edouard Estaunié
Dijon 1862 – Paris 1942
polytechnicien, romancier
Un simple, Les Choses voient
Académie française 1923
membre non résidant 1917







René Moissenet
Nuits-Saint-Georges 1850 – Dijon, 1939
refondateur de la Maîtrise de la cathédrale
membre résidant 1920

Maurice Chaume
Dijon 1888 – Orgeux 1946
chanoine, professeur au Grand séminaire de Dijon, médiéviste
Les origines du duché de Bourgogne
membre résidant 1921







Gaston Roupnel
Laissey (Doubs) 1871 – Gevrey-Chambertin 1946
professeur à la Faculté des lettres de Dijon
Histoire de la campagne française
président du Syndicat des vignerons, romancier
Nono
membre résidant 1923

Jules Legras
Passy (Yonne) 1865 – Dijon, 1939
normalien
En Sibérie
doyen de la Faculté des lettres de Dijon, professeur à la Sorbonne
membre résidant 1925







Pierre Quarré
Ivry-sur-Seine 1909 – Dijon 1980
conservateur du Musée des Beaux-arts de Dijon
La sculpture en Bourgogne à la fin du Moyen âge
membre résidant 1942, président 1957

Marcel Bouchard
Vosne-Romanée 1898 – Dijon 1977
normalien, recteur de l’Académie de Dijon
campus universitaire de Montmuzard
membre résidant 1946, président 1962







Robert Folz
Metz 1910 – Dijon 1996,
doyen de la Faculté des lettres de Dijon
Le couronnement impérial de Charlemagne, Les saints rois, Les saintes reines du Moyen âge en Occident
membre résidant 1956

Pierre Lacroute
Dijon 1906 – Verrières 1993
astrophysicien, directeur de l’Observatoire de Strasbourg
membre résidant 1977, président 1986

Bibliographie

1. « Si l’Académie m’était contée » / Martine Chauney-Bouillot, Dijon et la Côte-d’Or : un regard de l’Académie sur le 20ème siècle , éd. M. Chauney-Bouillot et M. Pauty, avec l’assistance d’A. Bouet, Dijon, Le Bien public-Les Dépêches, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 2003, p. 243-249, ill.

2. Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1740-1990, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1989, [12] p.

- « L’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1740-1990 : 250 ans pour demain », exposition catalogue par Martine Chauney-Bouillot, Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon , t. 129, 1990 , p. 95-118.

3.  “Les sociétés savantes. [1] Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon” / Armand Cornerau, Dijon et la Côte-d’Or en 1911 : 40e congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, Dijon, 1911, p. 137-145.

- « Les résidences successives de l’Académie » / Marcel Bouchard, Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. 117, 1963-1965 , p. 23-29.

- « L’hôtel de l’Académie de Dijon » / Pierre Gras, Raymond Ciry, Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. 123, 1976-1978 , p. 385-429.

4 . Notes et documents pour servir à l’histoire de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, suivis de la Table méthodique des travaux renfermés dans les Mémoires de cette Académie de 1769 à 1869 : Philibert Milsand, 2 e éd. augm. de diverses pièces satiriques inédites et ornée d’une planche, Paris, 1871, II-420 p.-1 pl.

5. Tables générale et particulières des travaux contenus dans les Mémoires (1769-1913) / Armand Cornereau, Dijon, Nourry, 1915, 323 p. ( Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon , 5ème série t. 1, 1913-1916).

6. Au temps de l’Encyclopédie : l’Académie de Dijon de 1740 à 1793 / Roger Tisserand, Boivin, [1936], 683 p. (Thèse).

7. Les concurrents de J.-J. Rousseau à l’Académie de Dijon pour le Prix de 1754 / Roger Tisserand, Boivin, [1936], 219 p. (Thèse complém.).

- L’Académie de Dijon et le premier discours de Rousseau / Marcel Bouchard, Belles lettres, 1950, 107 p. (« Publications de l’Université de Dijon », 6).

similaire:

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconAgriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts
«Rendez-vous de l'Histoire» qui se tiennent à Blois ces temps-ci. Mais tout permet de penser qu'elle sera à nos côtés lors d'une...

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconEst né à Esch-sur-Alzette (Grand-Duché de Luxembourg). Philologue,...

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconAcadémie de Dijon

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconLes actions phares dans l’académie de Dijon

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconU. F. R. Lettres, arts et sciences humaines
«Nous sommes attachés aux êtres et aux choses par des liens si fragiles qu’ils se brisent, souvent, à notre insu.» (Edmond Jabès,...

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconMémoires vives
«Prolongements transdisciplinaires» permet d’accéder aux autres documentaires intéressant davantage les enseignements d’arts plastiques,...

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconParcours d’histoire des arts 2010/2011 : Tout un voyage !
«arts et sciences» : Autour de Jules Verne, inventions, évolution de l’éclairage

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconLe Festival Les Coups de Théâtre reçoit l’appui financier du Conseil...

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconLittérature et Poésie du XVI
«un poète et un vrai poète». Membre titulaire de la Société des Gens de Lettres et de la Société des Poètes français, IL fut lauréat...

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon iconFaculté des lettres langues et sciences humaines





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com