7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés





télécharger 80.14 Kb.
titre7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés
date de publication13.06.2017
taille80.14 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
ECOUTEZ CE QUE J’AI ECRIT POUR VOUS…


Tâche finale de la séquence présentée : Présentation orale d’un poème écrit et mémorisé par l’élève et adressé à un parent

  1. Contexte de la classe


Le travail présenté ici a été réalisé dans une classe de sixième bi-langue (anglais - allemand) avec 23 élèves .Dans ce groupe il y a 7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés.

Voici le profil de ces élèves : 3 élèves dyslexiques dans la section bi-langue.

1 élève dysphasique

3 élèves dyslexiques anglicistes


Dans le cadre du Collège, des difficultés ont été souvent repérées par les professeurs chez ces mêmes élèves lors d’activités scolaires :

  • Lenteur

  • Problèmes d’orthographe, de copie

  • Difficultés à reproduire des sons

  • à mémoriser

  • Manque d’attention

  • Fatigabilité particulière

  • Ennui

  • Humeur « changeante »


Les parents ont été invités à rencontrer le médecin scolaire, l’infirmière, l’orthophoniste et un des professeurs de l’élève pour signer une Convention qui permet à l’enfant d’avoir une aide particulière, un encadrement personnalisé adapté à ses besoins. Ces élèves bénéficient du suivi régulier d’une orthophoniste, dans le cadre privé. L’aide de l’orthophoniste se révèle importante car cela permet de mieux connaître l’élève et de lui offrir un aménagement le plus efficace possible. Rappelons que cette Convention signée de préférence en début d’année scolaire l’est aussi par l’élève .Il adhère et accepte d’être aidé. Cette Convention a pour but d’encadrer le jeune et de permettre à l’équipe pédagogique d’harmoniser son travail. Un dossier sur chaque élève est à la disposition des professeurs. Nous, les professeurs avons l’enfant « entre nos mains », nous sommes en prises directes avec les difficultés que cela peut présenter pour nous d’enseigner auprès de ces enfants fort attachants.
Difficultés particulières repérées dans cette classe :


  • Une lenteur dans le démarrage des activités, surtout écrites.

  • L’attention est facilement détournée et la communication orale est mal aisée quand s’ajoute un problème d’audition. Capter l’attention s’avère problématique.

  • Les activités orales, productives et inter-actives sont difficiles.

  • Le passage à l’écrit peut être une souffrance et les résultats peu concluants.




1


Jack : importante dysgraphie, lenteur, grand manque de concentration, Pb de lecture

manque de concentration, difficultés à l’oral
*Pour respecter l’anonymat des élèves

les prénoms ont volontairement été modifiés.

Doc1



  1. Adaptations et aménagements préalables.


Objectifs recherchés :

    • Faciliter l’ intégration la plus harmonieuse possible de ces élèves.

    • Les amener progressivement à une certaine autonomie.


Mise en œuvre :

Imaginer des aménagements particuliers afin de permettre la réalisation de tâches identiques à celles demandées au reste de la classe.

Par exemple, pour faciliter la mémorisation : associer le visuel (images, vidéo –projecteur ou rétro –projecteur) au support sonore . Il ne faut pas négliger les exercices de répétitions systématiques.

Aménagements que j’ai expérimentés
Ils pourront peut-être vous inspirer. Ils ont bien fonctionné. Mon approche n’est pas le fruit du hasard .J’ai tâtonné avant d’adopter ces aménagements.

Je tiens à faire remarquer que ces dispositions et aménagements sont grandement facilités et rendus plus efficaces dans une classe ordinaire n’intégrant pas plus de 6 à 7 Elèves A Besoins Educatifs Particuliers.


  1. Disposition des bureaux

La disposition en « U » donne un espace vacant pour l’enseignant et les élèves .Je m’en sers pour les exercices oraux.





Il est essentiel et impératif que le professeur soit en face de ces élèves à BEP qui occuperont donc les deux rangs intérieurs du « U ».





TABLEAU

Dans cette classe que j’ai présentée en 1, trois d’entre eux sont placés tout devant car ils portent des lunettes, sont plus lents ou présentent une difficulté à reproduire les sons. Les quatre autres , sont derrière .Mais la question de savoir où va se placer l’élève référent ne se posera pas car je pense qu’aucun élève ne doit être distrait de l’apprentissage…Cette aide souvent généreusement proposée par certains est acceptée en dehors du cours (photocopie de la leçon au tableau,)

L’attention de TOUS les élèves est nécessaire pendant la séquence.


  1. Ritualisation des étapes d’apprentissage oral.




    1. Des exercices respiratoires

visant à détendre, rassurer, enlever de l’appréhension à l’approche de l’oral sont proposés à tous les élèves.

Je commence par rechercher le silence complet (pas toujours facile… Ils ont besoin de calme .On s’écoute respirer, ensuite on expire fort pour se libérer des tentions nerveuses. On se prépare comme le ferait un chanteur ! On détend sa mâchoire inférieure. On pose ses mains sur son cou, on prend conscience que le corps va nous aider .Le savoir- être est bien perçu : ces exercices ont un aspect ludique indéniable.

Il faut que ces élèves se ressourcent. Leur fatigabilité est à prendre en compte et ces rituels qui ne durent que deux à trois minutes, profitent à tous !

Les élèves apprécient. En fin d’année les exercices sont plus courts et moins fréquents.
Attention : dans le cadre de la tâche finale je ferai souvent ces petites séances de détente. Ce rituel n’est pas systématique. Mais il est mis en pratique très vite en début d’année scolaire .Il est varié pour ne pas lasser et le but est toujours le même : une mise en condition des élèves et en particulier les élèves à BEP


    1. « Gymnastique » du visage


Certains élèves à BEP ont une énorme difficulté à reproduire, à exécuter, à « entendre » des sons. On essaie de s’en approcher et notre attitude doit toujours très positive et encourageante. Rappelons toutefois que la perfection ne sera jamais obtenue. Les autres élèves de la classe peuvent participer à cet encouragement.

Il s’agit d’ exagérer l’expression de certains sons, sentir le souffle sur un /t/, un /k/ ou un /p/par exemple.

Dans une des séquences qui nous mènera à la tâche finale, nous ferons la différence entre /ka:nt/ et /kWnt/… La proximité du professeur dans l’espace permet une visualisation fine : je fais des « grimaces », j’arrondis ou étire plus les lèvres, j’exagère le trait… L’apprentissage est oral, écrit mais aussi tactile, dans la mesure où le corps en tant que support doit être mis en avant. Par exemple envelopper ses joues avec ses mains, puis recouvrir ses oreilles, pour prendre conscience de la «  perméabilité » aux sons de la boîte crânienne.


  1. Outils et Gestes Pédagogiques utiles




    1. Remédiation par l’utilisation d’outils pédagogiques 

Le rétro-projecteur, le vidéoprojecteur, (quand on le maîtrise…) seront utiles. Ils permettront un recentrage de la classe. Ces élèves ont une capacité de concentration et d’attention plus courte que les autres… (


    1. Recours à la photocopie de la leçon

Là encore point d’abus : ces élèves doivent savoir utiliser un stylo. L’indulgence que j’affiche quant à la qualité de leur écrit n’est pas une faiblesse ! (cf ; illustration en annexe). Savoir écrire est encore un outil d’intégration . L’usage du traitement de texte est valorisante et gratifiante : elle permet à l’élève de rendre un travail soigné et présentable. Cet outil informatique rend l’élève autonome.



    1. Pour une meilleure lecture, le recours à l’agrandissement des

polices lors de séquences de compréhension écrite est une nécessité.


    1. La répétition :

La mémorisation est très difficile : certains s’en plaignent, il ne faut pas dramatiser et toujours encourager les progrès aussi modestes soient-ils. La répétition peut permettre d’ancrer et de créer des réflexes pour compenser la défaillance de la mémoire.

Vérifier fréquemment que la prononciation est la plus juste possible pour ces élèves..Ils mémorisent mal, mais « impriment rapidement » les incorrections. Il est alors TRES difficile, voire quasi impossible de les rectifier !!(D’expérience)

  1. Tâche proposée



Ecrire un poème pour une fête, par exemple « Father’s Day , Mother’s Day, Someone’s Birthday…. », le présenter -et non réciter- à ses camarades de classe après l’avoir mémorisé. Ensuite on peut imaginer qu’il sera dit devant les parents ou toute autre personne qui donnera son impression.

On donnera une dimension sociale à cette tâche, en organisant un vote des élèves pour choisir le poème le plus drôle, le plus gentil, le mieux décoré, etc…

La construction de cette tâche finale s’est faite sur deux séquences.
La problématique est la suivante :

Comment aider à la mémorisation en travaillant  sur le rapport graphème/phonème pour favoriser l’expression orale.
  • À la découverte de CAN et CAN’T


  • L’appropriation des phonèmes /a:/, /W/, /ei/, /H/, / Bu/ , /I/ /J/ en lien avec les graphèmes –a-, -o-, -th-.


music




  1. Etape d’écoute (stratégie mnésique)



Je voudrais rappeler les remarques d’Ingrid Paulsen,

professeur d’anglais en Allemagne :

« Tous les dyslexiques européens ont des difficultés identiques dans l’apprentissage

de leur langue maternelle. »

« La mauvaise mémoire de l’image du mot est le handicap le plus important dans l’apprentissage d’une langue étrangère. »


  • Difficultés de différenciation auditive et visuelle. ((Graphie/ phonie).

Par exemple :


graphème

mots

phonèmes




graphème

mots

phonèmes

a- 

car

/A:/




-i- 

like

/ai/

cat

:W /




with

/i/

cake

/ei/




girl

/B:/

ball

/C:/




-th- 

with

/J/

-o- 

dog

/C/




birthday

/J/

mother

/H/




father

/J/

no

/Bu/











Après la« mise en bouche », la relaxation respiratoire, nous passons à la phase d’apprentissage proprement dite.


  • Utilisation d’images simples colorées : un concept =une image



Utilisation et association systématique de signes phonétiques à l’image. « Silent teaching » : au rétro projecteur sont présentés, dans le même alignement le « signe » phonétique qui reste la « référence » ( mais je ne demande pas aux élèves de le reproduire, simplement de le reconnaître) , «  l’image explicite » (signifié), et enfin le « mot ». Dans un premier temps ils sont mis sous cache. Ce sera l’objet de la deuxième phase : mémorisation visuelle.




le professeur : ….puis :

Ce travail d’identification se fera en priorité pour les mots dont la fréquence d’erreur est la plus importante, en alternant toujours « signe » et « image ».

Dans ma classe les difficultés se rencontrent surtout sur les« sons consonnes ». Il me semble que la perception des « sons-voyelles » est plus facile pour ces élèves. Le premier humain à la naissance est un «  son- voyelle »…..

Ne pas oublier de :

  • Se présenter toujours face à eux.

  • Faire répéter de nombreuses fois en pratiquant l’intégration dans le groupe classe : éviter de les faire travailler les uns à la suite des autres.

  • Encourager en permanence et si l’occasion se présente les prendre comme « modèle » à reproduire.


Dans la phase d’apprentissage auditif, les « astuces » se révèlent parfois d’une redoutable efficacité !

A pratiquer avec des élèves au caractère enjoué, et calmes (ou calmés !) :

Il s’agit de répéter des «  séquences » de suites de mots, de phrases, tout en marchant. Cet exercice vise à casser la raideur corporelle qui retentit sur le phrasé…

Parfois je leur demande de faire la même chose en « riant », en me regardant, en se croisant, en se serrant la main… Ceci afin de décrisper les tensions.

J’ai rarement eu des refus.( Ce sont des 6èmes…)


  1. Etape d’expression écrite




Rappel des difficultés

Propositions d’aménagements

Les sept élèves à BEP de la classe ont tous des difficultés en orthographe et des appréhensions à écrire.


Nous commencerons par une activité de relaxation des poignets et des doigts : assouplissements étirements en alternant tension, pronation, relâchement.

Puis une activité de visualisation du geste de l’écriture : on fait « semblant » 


D’autre part l’acquisition des mots est lente pour la majorité d’entre eux.

L’acquisition du vocabulaire doit être adaptée à leur rythme : à cause de leur lenteur, de leur fatigabilité et de leur facilité …à la rêverie, leur capacité à mémoriser est plus faible et leur difficulté à dénommer les images ou les objets avec précision est plus importante.


Chaque élève aura deux grilles d’exercice à « trous » * à compléter avec le vocabulaire étudié. Elles seront distribuées l’une après l’autre. La première présentera des images numérotées qu’il s’agira de placer.

On travaille sur l’association image /mot.
Voir évolution très nette pour Jack document annexe 1

L’un des élèves de ce groupe a d’énormes problèmes de graphie : il se crispe, saute des lignes, imbrique les mots dans les autres, et son travail est illisible : lui-même n’arrivant pas toujours à se relire !


L’élève dysgraphique a fait, quant à lui des lignes d’écritures qui lui ont fait faire d’énormes progrès dans le cadre du PPRE (Projet Personnalisé de Réussite Educative). Apprentissage, ré éducation en dehors du cours.


* Exemple (extrait) de grille proposée à ces élèves :





CAT


a _ _ _
(3 lettres)







MOTHER



my _ _ _ _ _ _

(6 lettres)


La 2ème colonne : police « gros caractère » pour faciliter la lecture du mot.

La 3ème colonne : compléter avec autant de lettres que compte le mot pour rechercher l’orthographe correcte…
Rappelons que la trace écrite pour ces jeunes à BEP est au même titre que les autres un moyen de communication .Il doit perdurer, mais ne doit pas être traumatisant. Aussi pour améliorer la présentation et faciliter la lecture, l’outil informatique qu’est le traitement de texte est très valorisant. Il n’y a qu’à voir leur large sourire au moment du ramassage des copies !

Rappelons que la trace écrite pour ces élèves ne doit pas être traumatisante.


Kate et Mark ont utilisé le traitement de textes.







3


,


2


Doc 2 : Kate présente une légère dyslexie, est d’un caractère

rêveur,facilement distraite.
Doc3 : Mark a une dyslexie beaucoup plus importante, lenteur de l’écriture, très distrait, difficultés à l’oral , mais il est « accrocheur », difficultés de mémorisation

4

Doc 4 : Kate a ensuite réalisé une carte puis récité son poème à ses parents

5


Doc5 : Jane a réalisé son auto-correction

Jane : dyslexie légère, compense beaucoup toute seule par une grande maîtrise d’elle-même.





6

7

Doc 7 : Marylin a réalisé ce travail dès le dbut de la rédaction du poème
Marylin : dyslexie plus marquée, difficultés à la lecture, à l’oral, manque de concentration

Doc 6 : Sue a travaillé en auto-correction sans intervention du professeur


8


Doc 8 : Travail de Paul, après la phase orale

Paul : est un élève tout à fait ordinaire, qui n’a pas de BEP.


  1. Etape d’expression orale




Rappel des difficultés

Propositions d’aménagements

Ces élèves étant souvent très impulsifs, il faut leur apprendre à se contrôler, à gérer leur émotivité et les aider à favoriser la réflexion.


Autocontrôle ! Utilisation de la méthode « Stop, think and go ».

Alors que les autres élèves auront appris leur texte à la maison, les élèves à BEP liront puis tenteront une première mémorisation de leur poème, devant moi. Puis devant la classe. (Devant les camarades il y a une timidité naturelle.) Mais le regard, les gestes encourageants peuvent aider à vaincre une certaine appréhension.


Leur endurance, leur fatigabilité plus grande, leur puissance d’attention plus faible risquent d’amener un certain relâchement

L’exercice sera court, et recentré sur l’essentiel de la tâche, à savoir: réciter le poème aux parents et avoir un retour sur l’impression de ces derniers sous forme de questionnaire.



Une série de trois questions, sera adressée, complétée et signée par les parents. Ces questions et la signature permettront de donner un « prolongement » et une ouverture vers les autres : prise de conscience pour l’élève qu’avec l’apprentissage de la langue il peut faire plaisir et se faire plaisir !

Cela a été une réussite. Ce genre de tâche peut se décliner de différentes façons

Un seul élève de la classe n’a pas participé : un élève à BEP, qui a eu une telle appréhension qu’il en a perdu ses moyens.

Voici le questionnaire proposé aux parents :

Avez –vous écouté le poème  oui ? Non ?

Qu’en avez-vous pensé ?

Quand et où votre enfant a-t-il (elle) récité son poème ?

Devant quel public ?


9

D

oc 9 : Exemple de réponse donnée par des parents

similaire:

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconLa manifestation «Jazz Inter’arts. Gestes sons images» fait partie des manifestations appelées
«culture jazz polonais» en France, IL semble opportun de proposer une plate-forme d’échanges présentant des travaux sur le jazz du...

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconExamens
«un dépistage systématique des élèves présentant un trouble du langage oral et de ceux susceptibles de développer un trouble du langage...

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconLa Réforme en France Une référence importante : I. Les premiers troubles...
«à cette époque, tout le monde croit que les forces du bien, les anges, et les forces des ténèbres, les démons, se livrent sur la...

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconL’impact des troubles du lien d’attachement parents-enfant sur le...

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconBibliographie : Ageron Ch. R. «Les troubles insurrectionnels du sud...
«Les troubles insurrectionnels du sud Constantinois Novembre 1916. Janvier 1917» in «L’Algérie Algérienne de Napoléon III a de Gaulle»....

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconCommunication de Katherine Lunn-Rockliffe
«Force des choses» (1853) forge une narration qui intègre des transformations dans des domaines variés. Par exemple, IL suggère que...

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«écrire en cachette derrière une porte grinçante», comme allait le révéler son neveu, des textes de genres variés

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconRésumé du projet scientifique
«Identités en mutation : du singulier au collectif» se consacrera plus particulièrement à l'étude des constructions identitaires,...

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconII. Résumé de l’histoire 6
«Le Roi et l’Oiseau est l’histoire d’un roi très mauvais qui a des ennuis avec un oiseau très malin et plein d’expérience; IL y aussi...

7 élèves présentant des troubles cognitifs très variés iconRéaliser en classe de 4
«du» ou «des» textes, mise en scène ou plus modestement de faire rédiger quelques saynètes qui seront ensuite jouées par les élèves....





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com