Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire





télécharger 182.44 Kb.
titreLe rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire
page1/6
date de publication29.05.2017
taille182.44 Kb.
typeRapport
l.20-bal.com > comptabilité > Rapport
  1   2   3   4   5   6

La place de la grammaire dans les apprentissages




L’enseignement de la grammaire au collège a été l’objet ces derniers mois de nombreux débats et d’interrogations multiples. L’objectif de cette journée de formation a donc été, dans un premier temps, de faire le point sur les textes parus récemment à ce sujet, dans le but de déterminer en quoi ces textes allaient amener à modifier nos pratiques d’enseignants dans les classes, puis dans un second temps, de se pencher sur les outils à construire afin de favoriser l’accès de tous les élèves à une maîtrise de la langue suffisante pour aborder sereinement leur scolarisation en collège.

Il ressort des différentes rencontres avec les collègues sur les lieux de stage, la nécessité de se pencher sur la progressivité des apprentissages en grammaire. Cette réflexion sur la progressivité à établir est apparue comme un préalable essentiel à toute individualisation, afin de penser réellement l’enseignement de la grammaire en termes de complexification graduelle sur les quatre années du collège et de gagner en efficacité auprès des élèves. Et ce, dans le respect de l’esprit du socle commun de connaissances et de compétences qui place au centre de ses préoccupations la notion de cycle et de progression sur un temps plus long que celui d’un niveau donné.

Le document suivant se donne pour but de synthétiser, de retracer les grandes étapes de cette réflexion menée lors des journées de formation, et de mutualiser les différents outils élaborés par des collègues de l’académie à ce sujet.

Le document présente donc d’abord les textes officiels qui ont organisé la réflexion, puis les outils globaux de progression en lettres, et en grammaire notamment, construits par différentes équipes dans des collèges de l’académie, enfin des pistes de travail pour deux séances de grammaire intégrant l’individualisation, toujours indispensable à la prise en charge de l’hétérogénéité des classes.




Sommaire du document
I .L’enseignement de la grammaire : les nouveaux textes


  1. Le socle commun de connaissances et de compétence

  2. Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire

  3. La circulaire sur l’enseignement de la grammaire (11 janvier 2007)

  4. Les grilles de références relatives à la compétence Maîtrise de la Langue du socle commun


II L’organisation de l’enseignement grammatical
A. Quelques outils d’organisation des apprentissages

a) Deux propositions de progression grammaticale sur les 4 niveaux

• Collège de la Chaussonière (Manche) :

• Collège de Giberville (Calvados)

b) Un exemple de clarification des objectifs d’apprentissage en français sur les quatre niveaux (Collège de la Chaussonière (Manche) )

B. « Utiliser ses connaissances sur la langue pour comprendre un texte » : des pistes pour

deux séances individualisées.


  1. Qu’est-ce qu’une séance de langue ?

  2. Incipit de 153 jours en Hiver (Xavier Laurent-Petit) pour la sixième

  3. Incipit du Royaume de Kensuke (R Mopurgo) pour le cycle central

  4. Incipit de Pierre et Jean (Maupassant) pour la classe de troisième


C. Indications bibliographiques




I .L’enseignement de la grammaire : les nouveaux textes





Les nouveaux textes sont disponibles en ligne ; nous communiquons donc les adresses des sites où ils sont consultables et téléchargeables.

Nous présentons ces textes dans l’ordre chronologique de leur rédaction et de leur mise en place.

C’est dans un souci d’appropriation des objectifs du Socle Commun de Connaissances et de Compétences (doc.1) et notamment de ceux du Pilier 1 (Maîtrise de la Langue) qu’a émergé le débat sur l’enseignement de la grammaire. Ce débat a donné lieu à la publication d’un rapport de mission de M. Bentolila sur le sujet (doc.2), rapport de mission qui lui-même a servi de base de réflexion pour l’établissement de la Circulaire sur l’enseignement de la grammaire du 18 Janvier 2007 (doc.3). Enfin la publication des grilles de références pour la mise en œuvre du Socle Commun (doc.4) a apporté un éclairage plus concret sur l’application de ces différents textes en classe et a permis de dégager un élément essentiel à la conduite des apprentissages en classe en établissant clairement le maintien de nos pratiques dans le cadre des Instructions Officielles pour l’enseignement du français en vigueur depuis 2001.



  1. Le socle commun de connaissances et de compétence

http://media.education.gouv.fr/file/51/3/3513.pdf


  1. Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire


Synthèse

Nous avons surligné les éléments du rapport qui ont été repris dans la circulaire du 18 Janvier 2007 sur l’enseignement de la grammaire.


Le 29 novembre 2006, M. Bentolila remettait au Ministre de l’Education Nationale un rapport sur l’enseignement de la grammaire. En voici les conclusions et les recommandations :
La maîtrise de la langue orale et écrite, c’est la capacité pour chaque élève de se faire comprendre au plus juste de ses intentions et de comprendre l’autre avec autant de respect que d’exigence. Elle constitue un élément essentiel du socle commun.

  1. L’enseignement de la grammaire à l’exemple de celui de la lecture doit se fonder sur une progression rigoureuse allant du plus simple au plus complexe et du plus fréquent au plus rare.

  2. Au cours de l’enseignement de la lecture, la découverte des groupes fonctionnels sera le juste complément d’une identification précise des mots.

  3. A l’école comme au collège, la « leçon de grammaire » et les exercices qui la concluent sont des éléments essentiels de l’enseignement de la langue. Elle ne peut être assimilée à une « séquence d’observation réfléchie de la langue » faite à l’occasion de la lecture d’un texte.

  4. La conduite d’une leçon de grammaire fera toute sa place à l’observation, à la manipulation et à la réflexion.

  5. La programmation des leçons de grammaire doit obéir à la logique interne du système grammatical et ne saurait être laissée à l’aléatoire rencontre des textes.

  6. L’analyse grammaticale des phrases est la priorité de l’enseignement de la grammaire. C’est sur sa maîtrise contrôlée que s’appuiera l’étude progressive de la grammaire de textes au collège.

  7. Au collège les connaissances grammaticales acquises au cycle 3 seront intégrées dans la cohérence du système de la langue. On établira les comparaisons entre les mécanismes du français et ceux mis en œuvre par d’autres langues. On dévoilera progressivement les indicateurs qui assurent aux textes leur cohérence.

  8. La terminologie grammaticale doit permettre aux parents et aux grands-parents d’accompagner sans difficulté l’apprentissage de leurs enfants et leurs petits-enfants. Les termes désignant les classes et les fonctions grammaticales doivent être simples, transparents et rigoureux.

  9. Ces termes feront l’objet d’une liste de références qui permettra d’éviter la dispersion et l’inconstance. Elle permettra à tous les enseignants et à tous les parents de parler le même langage grammatical.

  10. Le cahier des charges de la formation des maîtres intégrera l’ensemble des recommandations ci-dessus afin que les futurs professeurs partagent les mêmes choix de progression et les mêmes usages terminologiques. La formation continue proposera des stages spécifiques pour l’enseignement de la grammaire avec les mêmes objectifs de rigueur et de cohérence.



Document complet : http://media.education.gouv.fr/file/68/3/3683.pdf


  1. La circulaire sur l’enseignement de la grammaire ( 11 janvier 2007)

http://www.education.gouv.fr/bo/2007/3/MENB0700097C.htm
d) Les grilles de références relatives à la compétence Maîtrise de la Langue

http://eduscol.education.fr/D0231/Grille_pilier1.pdf
Montage concernant les outils de langue :


Connaissances et

capacités attendues en

fin de scolarité

obligatoire

Éléments du socle attendus fin de cycle2

Indications pour l'évaluation

Utiliser ses connaissances

sur la langue pour

comprendre un text

Se servir des informations apportées par la construction des mots (dérivation) pour lire et comprendre un mot nouveau

Après avoir repéré la base du mot, l’élève aura à trouver la bonne définition parmi plusieurs définitions proposées. On recourra aux préfixes in

et (par exemple défaire/faire, démonter/monter, découdre/coudre...) ou des suffixes simples (ette dans fillette).

En lecture à voix haute, retrouver la prosodie de la phrase en s'appuyant sur la ponctuation.

L’élève lira à voix haute un texte lu préalablement silencieusement, en rendant la courbe intonative.

Au cours d’une lecture, dans un paragraphe de quelques lignes, repérer les différentes façons dont sont désignés les personnages.

A l’oral ou à l’écrit, on énumèrera les mots qui désignent un même personnage.

En prenant appui sur le temps des verbes, Identifier les "époques" dans un texte (présent, passé, futur)

L’élève aura à indiquer en regard des phrases si l’événement a lieu ou aura lieu ou a eu lieu « aujourd’hui, hier, demain » ou s’il s’agit d’un moment présent ou passé ou futur.




Éléments du socle attendus fin de cycle3




Utiliser ses connaissances

sur la langue pour

comprendre un texte

En lecture, utiliser ses acquis en vocabulaire pour approcher le sens d’un mot inconnu, ou un sens

inconnu d’un mot connu, à vérifier ensuite dans le dictionnaire

L’évaluation s’effectuera par observation lors d’activités courantes de la classe d’une part, d’autre part, des situations d’évaluation telles que

celle-ci peuvent être proposées :

choisir parmi plusieurs équivalents le sens d’un mot inconnu figurant dans un texte, vérifier dans le dictionnaire.

Exemple pour noir (idées noires) : choisir parmi : farfelu, génial, honteux, triste

Comprendre des mots nouveaux en s'appuyant sur des radicaux connus et des affixes fréquents

L’élève aura à trouver le sens du mot nouveau en expliquant comment il l’a déduit (exemple :

« ensabler ça veut dire qui a été pris par le sable parce qu’il y a le mot sable et en ça veut dire que c’est dedans »).

Utiliser les indications sémantiques données par les déterminants (connu/inconnu)

L’élève aura, par exemple, à préciser si l’on sait de quel objet ou quel personnage on parle (ex : écris

oui ou non sous le mot souligné : oui = tu sais de quel objet on parle, non = tu ne sais pas, ce n’est pas précisé).

Se servir des signes de ponctuation comme appui pour la compréhension en lecture : repérer les unités syntaxiques, dans la narration, délimiter les paroles rapportées, marquer la valeur interrogative ou exclamative

d'une phrase

Cette compétence sera évaluée au cours des activités ordinaires de lecture. L’élève aura à lire à voix haute un texte lu silencieusement en rendant la

courbe intonative, en manifestant par un changement de voix le changement de personnage dans un dialogue intégré dans un récit.

L’élève aura à indiquer le premier et le dernier mot des paroles d’une personne en identifiant les incises du narrateur (dit-il soudain).

En lecture, trouver à quel terme du texte renvoient

les substituts nominaux et pronominaux.

L’élève aura à signifier la relation nom/substitut, oralement ou par surlignage de couleur.

Prendre appui sur les connecteurs pour comprendre

les enchaînements d'un texte.

L’élève formulera dans ses propres mots la valeur des mots de liaison dans l’ensemble du texte ; exemple : « puis, ça veut dire qu’il y a une nouvelle

action qui se passe et justement il se passe cela…».

S'appuyer sur les temps des verbes pour repérer la

chronologie d'un texte simple

Par exemple, placer sur une frise chronologique la

succession des événements de la narration




Éléments du socle attendus fin du cycle

d’adaptation




Utiliser ses connaissances

sur la langue pour

comprendre un texte

S’appuyer sur la ponctuation et les structures syntaxiques fondamentales des phrases pour comprendre les textes.

S’appuyer sur les différentes formes de reprises nominales pour comprendre la cohérence d’un texte.

On vérifiera que l’élève sait rétablir la

ponctuation d’un texte bref, reconnaître le groupe sujet et le groupe verbal, y compris dans des phrases ou le sujet est inversé ou éloigné du verbe, comprendre les processus les plus évidents de la pronominalisation.




Éléments du socle attendus fin du cycle central




Utiliser ses connaissances

sur la langue pour

comprendre un texte

S’appuyer sur la nature des mots, leur fonction et la conjugaison des verbes pour comprendre une

phrase.

S’appuyer sur les connecteurs spatio-temporels pour comprendre la cohérence d’un texte.

L'évaluation se fera dans les activités de lecture habituelles de la classe .Elles porteront sur tous types de textes y compris sur des productions

d’élèves.




Éléments du socle attendus fin du cycle

d’orientation




Utiliser ses connaissances

sur la langue pour

comprendre un texte

Comprendre à partir d’indices multiples (temps verbaux, connecteurs spatio-temporels, reprises nominales) un récit complexe : chronologie, relations entre les personnages.

Dans un texte informatif ou d'opinion, interpréter la valeur des modes employés (Indicatif/conditionnel)

S’appuyer sur les connecteurs logiques usuels pour comprendre un texte argumentatif simple.

L'évaluation se fera dans les activités de lecture habituelles de la classe .Elle pourra porter sur des productions d’élèves.



Conclusion :
L’examen des nouveaux textes établit qu’ils ne se substituent pas aux instructions officielles encore en vigueur :
- L’enseignement en séquences n’est pas remis en cause : il n’est en aucun cas question de revenir à un enseignement cloisonné de la grammaire.

 en effet, il est important de remarquer que, dans la grille de référence pour le pilier 1, le champ «  utiliser ses connaissances sur la langue pour comprendre un texte » est intégré dans la compétence LIRE, ce qui met bel et bien la langue au service de la lecture. Les autres mentions à l’orthographe et à la syntaxe se situent dans la compétence ECRIRE, ce qui conserve aux outils de langue leur statut d’instruments.

En d’autres termes :

= les nouveaux textes ne remettent pas en cause l’idée d’une grammaire vecteur indispensable de compréhension et d’expression étroitement liée aux activités de lecture-écriture, et n’incitent pas à un retour à un enseignement de la grammaire pour la grammaire, déconnecté des besoins réels des élèves en termes d’usage.

= les temps spécifiques dévolus à la grammaire existent déjà dans les programmes de 2001 et se trouvent dans toute séquence équilibrée. Il appartiendra aux professeurs de faire apparaître nettement ces temps d’étude de la langue pour les rendre plus facile à visualiser et à utiliser par les élèves.
- Les apports de ces nouveaux textes tiennent donc surtout à la nécessité d’établir une progression plus rigoureuse des apprentissages et d’aller « du plus simple au plus complexe »

 « aller du plus simple au plus complexe » a suscité des nombreux débats : en effet, il est possible de considérer qu’en partant du mot pour aller vers la phrase puis vers le texte, on va du plus simple au plus complexe. Or ce serait négliger la réalité des activités dans lesquelles la maîtrise de la langue est engagée : lorsque les élèves sont confrontés à une tâche de lecture ou d’écriture, celle-ci est toujours complexe et nécessite l’accès à une multitude de notions, sous peine de vider toute activité de son sens. On ne peut donc morceler la langue en unités étudiées les unes indépendamment des autres.

Il est apparu au fil des stages qu’une solution possible pour complexifier progressivement pourrait se trouver dans l’établissement d’une progression de l’apprentissage des notions sur les quatre années. Cela permettrait de les aborder toutes, en distinguant divers niveaux de difficultés pour chacune et ménagerait la possibilité chaque année d’individualiser et surtout de s’attarder plus longuement ou de revenir sur ce qui pose problème, plutôt que tenter d’étudier de manière exhaustive les mêmes notions tous les ans.

Cela suppose évidemment un changement dans nos pratiques, dans la mesure où une telle progression ne peut être établie qu’en équipe, changement qui est devenu indispensable et incontournable, non seulement en perspective de l’application du socle commun et de l’évaluation par compétences mais également si l’on veut que nos élèves perçoivent une continuité des nos enseignements et non un éternel recommencement.


  1   2   3   4   5   6

similaire:

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconEcritures philosophiques au quotidien
«Alain et l’enseignement de la philosophie», puis deux autres journées qui ont eu lieu respectivement le 11 septembre 2012 et le...

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconLes Entretiens Nathan Sous la direction d'Alain Bentolila L'école : diversités et cohérence

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconLes Entretiens Nathan Sous la direction d'Alain Bentolila École et...

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconLe programme du cycle des approfondissements incite à articuler deux...
«A t’on fini d’apprendre à lire au sortir du cp ? La réponse est non, cent fois non ! Beaucoup reste à faire, et je dirais même que...

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconCtd eléments de réponse question 3 : Au titre de la mission d’enseignement...
«groupale» qui fait vivre l’enrôlement et renvoie les élèves non pas vers moi mais entre eux pour ce qui concerne : les confrontations...

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconCalendrier 2011-2012 37 informations inscriptions informations La...
«métiers de l’enseignement» du m «Etudes anglophones» et de la préparation au capes externe d’anglais, reçoivent sur rendez-vous...

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconRapport moral
Suite à l’introduction de Karima Berger, j’introduirai le rapport moral sur le thème du livre comme rempart contre la haine, conforté...

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconRapport sur la construction des situations et sur les conditions...

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconSélection et analyse d'outils pédagogiques pour l'enseignement de...

Le rapport de mission d’Alain Bentolila sur l’enseignement de la grammaire iconPoème en prose et prose poétique
«Réflexions sur la grammaire, la rhétorique, la poétique et l’histoire ou mémoire sur les travaux de l’Académie française à M. Dacier»...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com