I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens





télécharger 19.22 Kb.
titreI-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens
date de publication08.11.2016
taille19.22 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > comptabilité > Documentos
Intro : Théophile de Viau (1590-1626):

-poète dramaturge de la fin du 16è siècle et début du 17ème siècle. Fils d’un noble lettré protestant. Son frère et sa sœur écrivent également des vers. Il est introduit à la cour de Louis XIII en 1616. Il aime les fêtes et la liberté et se plaît en compagnie de poètes à l’esprit libre, voire libertin. Il est exilé de la cour en 1619 pour avoir écrit des vers jugés « indignes d’un chrétien ». Combattant dans l’armée du roi, il retrouve la faveur du roi qu’il avait perdue. Il écrit Pyrame et Thisbé, une tragédie qui rencontre un immense succès. Il passe pour le chef de file des poètes libertins ou épicuriens.

Bien qu’il se soit converti au catholicisme en 1622, il est accusé de libertinage par deux jésuites. Il est arrêté en 1623 et jeté en prison. Il sort 2 ans plus tard condamné au bannissement et meurt en 1626 des suites de son incarcération.

-mouvement littéraire baroque

-adepte du libertinage il sera emprisonné pour libertinage et en raison de son homosexualité et écrira ce poème dans sa prison en 1624 deux ans avant sa mort

Présentation du poème : extrait d’une lettre à son frère qu’il a écrit en vers, vers 201 à 240 où il lui raconte sa volonté de retrouver le monde extérieur. Le poème prend la forme d’une élégie, c’est-à-dire qu’il exprime des sentiments tendres et mélancoliques, des regrets.

Pb : Comment ce poème traduit-il le désir de liberté du poète ?

Plan : I- Nature riche en couleurs et en sens II- Rêverie du poète

  1. I-Par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens

a-Nature omniprésente : champ lexical de la nature notamment des fruits et de nombreuses variétés de plantes : « pavie » v4, « muscat » v5, « abricot » v11, « figues » v15, « melons »v15, « jasmin » v25, « herbes » v32, « gerbes » v34 « Nature du Sud-Ouest (il est né à Clairac, près d’Agen) riche et variée plaisirs auxquels le poète n’a pas accès dans sa prison, auxquels il ne peut pas goûter

Avec les consonnes labiales explosives [p] et [b] et implosives [m] (allitérations) le poète convoque le souvenir du goût de tous ces fruits qu’il garde encore en bouche.

Plusieurs évocations du climat : « aquilons » v16 « grêle »v 19, «gelée » v29 évoque le froid, un froid qui semble ne pas avoir d’effet sur la nature que le poète aime (impuissant) exemple: personnification des aquilons "Et ces figues et ces melons/Dont la bouche des aquilons/N’a jamais su baiser l'écorce" , répétition du mot jamais qui le souligne "Et ces jaunes muscats si chers,/ que jamais la grêle ne force" + utilisation de présent de vérité générale. La nature est ici présentée dans sa force, sa permanence, son invicibilité.

b-Peinture d'un cadre riche en couleur: champs lexical des couleurs "rouge éclat" "brugnon" "pourpre" "couleurs de flammes" "jaunes" etc utiliser pour décrire les fruits, utilisation de couleurs chaudes qui se rapportent probablement à la saison dont parle le poète qui semble donc êtreà l'été ou la fin du printemps car les fruits sont mûrs (ils ne sont d’ailleurs pas tous de la même saison, mais le poète rend compte ainsi du temps qui passe du printemps à l’été) --> poète nous peint une nature très colorée, chaude pendant la saison estivale où la nature possède la plus grande variété de couleur de toute l'année

Évocation du vin --> donne également de la couleur au poème exemple: vin rouge

Évocation de la vendange --> saison estivale début de l’automnière (juillet-octobre)
Il faut souligner l’intensité qui se dégage de ce poème :

  • Nombreux fruits

  • Couleurs intenses

  • Avidité du poète (« je paîtrai ma dent et mes yeux ») : paître signifie « manger sur place ». Relever aussi l’adverbe « encore » (v.6) qui montre l’insatiabilité du poète.

  • Relever également l’anaphore de la conjonction de coordination « et » qui annonce une addition sans fin des fruits et des plaisirs liés au goût, au toucher, à la vue et à la senteur des fruits mûrs.

  • La comparaison avec Caliste (amante imaginaire, régulièrement dédicataire des odes de T.de Viau) survalorise le fruit (le brugnon) ; plus encore que l’amour ou la présence de l’aimée, c’est le goût, la vue, l’odeur des fruits (donc de la nature) qui manque au poète.

c-Utilisation des sens pour la description: utilisation des sens tout le long du poème, notamment la vue avec son champs lexical composé de toutes les couleurs déjà citées, de l’utilisation répétitive du verbe « voir » au futur exemple : « je verrai sur nos grenadiers » V21 « je verrai ce touffu jasmin » V25 « Je reverrai fleurir nos prés » V31 etc. ainsi que des mots qui se rapportent à la vue tels que « le teint » V7, « œil » V8, « ombre » V26, « couleur » V30.

Mais également l’odorat avec son champ lexical « la parfume » V28, « son odorat » V30 ainsi que « jasmin » V25 (fleur très utilisée pour la confection de parfum) description riche en sens qui permet au lecteur de mieux s’imaginer tout ce dont le poète parle, suscite l’imagination du lecteur

II-Par le déroulé d’une Rrêveries du poète

a-Idéalisation de la natureLe poète idéalise la Nature: Enfermé en prison, n’ayant pas d’accès au monde extérieur et donc à la nature et la campagne, il l’idéalise, la nature semble parfaite, sans défaut exemple : comparaison du « pourpre » du muscat avec « le teint uni de Caliste » (référence au Sonnet à Caliste de François de Malherbe où Malherbe fait l'éloge de Caliste et fait d'elle le portrait d'une femme parfaite) utilisation d'un superlatif "Dont le pourpre est plus délicat /Que le teint uni de Caliste" V6-7 --> couleur plus que parfaite

"ce climat divin" rejoint l'idée précédente d’un, climat idéal --> éloge de la nature avec laquelle il entretient une attitude fusionnelle et possessive : « nos bergers », «  nos rochers », « nos grenadiers »… Il affirme son appartenance à ce pays qu’il nous fait visiter, nous montrant chaque partie (déterminants démonstratifs) : « ce brugnon », « ces abricots » etc. (comme s’il les désignait du doigt)

b-Le poème est comme une promenade par laquelle il revit Revivre des moments déjà vécus et témoigne de son espoir de les vivre à nouveau: "Encore une fois à ma vie/Je paîtrai ma dent et mes yeux" V2-3 + réutilisation du mot "encore" V5--> volonté de faire des choses qu'il a déjà connu par le passé

"Je reverrai fleurir nos prés" V31 rejoint l'idée précédente, revoir des choses qu'il voyait quand il était libre avant d'être en prison --> rêve de pouvoir y avoir accès une dernière fois pour redécouvrir tous les plaisirs qu'il évoque dans la poème --> source de bonheur

Le poète nous raconte l'été comme il l'a toujours connu, ses habitudes à lui durant cette saison et celles de la nature.
c-Rêve de liberté et de vie: étant en prison, n'étant pas libre, le poète rêve de liberté. "S'il en plaît à la bonté des cieux" V1 --> liberté du poète qui dépendrai du jugement divin, contradiction avec la morale du poète qui est libertain. "S'il" V1 condition or utilisation tout le long du futur "Je paîtrai" V3, "Me fera" V8, "Je cueillerai" V11 : il emploie le futur de l’indicatif pour affirmer sa certitude , comme s'il était certain de retrouver sa liberté, de revivre tous ces moments. Certitude soulignée par la répétition de "Je verrai" dans la troisième et la quatrièéme strophe.

"Nous est très libéral de vin" V37 --> Plaisir auquel seulement quelqu'un de libre peut avoir accès --> Liberté = bonheur Ce vers signifie que le climat est favorable à l’abondance de raisin et donc de vin (libéral signifie « généreux »).

"D'une assez spacieuse allée" V26 --> Opposition avec sa cellule de prison --> Liberté = espace?

Utilisation de la première personne, anaphore en "Je" V31-33 --> Définition personnelle du poète de la liberté

Nous avons vu que le poète fait appel aux sens et montre ainsi que la prison n’a pas tué le souvenir de la vie en lui. La nature qu’il évoque est non seulement sensuelle, mais vaste, généreuse et humaine. Le poète ne trace pas un portrait figé de son pays, une « nature morte » au sens pictural du terme : il en donne une vision animée par la présence des bergers (qui payent leur écot = leur impôt), par la présence de dames, des paysans livrés aux activités de la moisson, ou de la vendange.
Conclusion: Théophile de Viau depuis sa prison à travers cette lettre sous forme de poème rêve d'être à nouveau libre, d'avoir une nouvelle fois accès au bonheur que constitue l'étédonne la jouissance d’une nature idyllique en pleine vie en faisant la description d'une nature idilique, colorée et qui éveille les sens. Ainsi ce poème constitue une définition personnelle de la liberté pour le poète qui est rêveur.

Autres questions problématiques possibles

Quelle peinture de la nature le poète fait-il ici ?

Dans quel monde le poète évolue-t-il ?

Quelle est selon la tonalité de ce poème ? justifiez…

Selon vous, le poète a-t-il une place dans la Nature qu’il évoque ?

similaire:

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconI-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens
«indignes d’un chrétien». Combattant dans l’armée du roi, IL retrouve la faveur du roi qu’il avait perdue. IL écrit Pyrame et Thisbé,...

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconRecherche de pages de magazines, de publicités et autres où la couleur choisie est dominante
«couleur locale» ou de la «couleur des mots». La couleur est donc une entrée possible et originale pour différentes séquences

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconAtelier de réflexion sur la langue française
«couleur» sous-entendu ou qu’il y a une comparaison implicite : Des étoffes marron (= de la couleur du marron; pareilles, par la...

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconSens de l’art et art du sens
«à-la-manière-de» mettant en œuvre l’écriture d’une phrase juxtaposant sens et non-sens, disposée sur le papier dans une forme géométrique...

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconUne poésie de l’image et une peinture poétique
«l’herbe bleue», «les sables orange», les «azurs verts», et Gauguin lui aussi défend la subjectivité de la couleur : «L’art est une...

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconDiscours sur Descartes
«La vie de l'intelligence constitue un univers lyrique incomparable, un drame complet où ne manquent ni l'aventure, ni les passions,...

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconLe dormeur du val
«trou» est répété au début et à la fin du poème mais son référent change : la couleur verte renvoie à la nature se transforme en...

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconAcquérir la structure, le sens et l’orthographe des mots
«la classe des mots» semble être une terminologie préférable à «la nature des mots»

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconNotes sur l’œuvre de Fernando Pessoa
«communication» pour que nous entrions dans cet espace limpide et incandescent où les «valeurs» du monde moderne ne sont plus que...

I-par l’évocation d’une Nature riche en couleur et en sens iconDe bernardin de saint-pierre
«fauté» + le rapport au travail (manuel) + l’esclavage + le poids de la religion. On peut aussi être marqué par l’importance de la...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com