Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ?





télécharger 36.76 Kb.
titreSelon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ?
date de publication07.01.2017
taille36.76 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > Biología > Documentos
Proposition de corrigé pour la dissertation du bac blanc.

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ?

.-Le sujet appelle donc un plan dialectique et impose de montrer que la poésie peut tirer partie du thème qu’elle se choisit pour créer du beau mais que cela ne saurait suffire. Le corpus invite également à montrer que la poésie peut a contrario s’intéresser au laid.

Le poète et critique Jean-Michel Espitallier affirme : « Si la poésie peut parler de fleurs , il lui arrive aussi de parler de tractopelle, du journal de 20 heures ou de Shrek. Il lui arrive même de parler de poésie. (…) Au fond le poète peut parler de tout (et de rien) mais là n’est pas vraiment le propos. Car le sujet n’est pas le sujet. Ce qui compte c’est la façon qu’il a de parler, de faire parler, d’en parler »

L’introduction

Proposition d’accroche : Dans L’Ecriture ou la vie, Jorge Semprun relate son internement à Buchenwald. Il y raconte notamment l’agonie d’un de ses amis, un brillant universitaire et c’est l’occasion d’une anecdote qui exalte les pouvoirs de la poésie : dans l’enfer du camp, face à un mourant ravagé par la maladie, Semprun récite « L’invitation au voyage ». Le poème de Baudelaire emmène les prisonniers hors de la réalité mais au milieu de l’horreur, c’est aussi le surgissement de l’étincelle de la beauté qui rappelle les deux hommes à leur humanité. Au cœur de l’innommable, le texte poétique continue donc de faire résonner une indestructible beauté.

Problématique : Mais d’où cette impression naît-elle ? est-elle ici liée au thème évoqué par le poète : un paysage rêvé empreint de « luxe » de « calme » et de « volupté » ou a-t-elle d’autres sources ? S’il est vrai que certains sujets paraissent propices à l’expression poétique et que certains constituent même le domaine privilégié de la poésie lyrique : la nature ou l’amour pour ne citer que ceux-là, peut-on véritablement ne juger la qualité d’un poème qu’à l’aune du thème qu’il traite : que faire alors de la figure du vampire créé par ce même Baudelaire ou du portrait du narrateur monstrueux par lequel Lautréamont ouvre ses Chants de Maldoror ? La question est d’autant plus complexe qu’il est difficile de définir ce que l’on entend par la « beauté » du texte poétique : on connaît la célèbre boutade voltairienne : « Demandez à un crapaud ce que c'est que la Beauté, (…) ! Il vous répondra que c'est sa femelle avec deux gros yeux ronds sortant de sa petite tête, une gueule large et plate, un ventre jaune, un dos brun. ». Le « beau » apparaît donc comme une notion très subjective lié à une époque, une culture ; et s’il s’agit de définir ce qui fait la beauté d’un texte poétique, faut-il chercher comment il suscite une émotion esthétique ou une émotion tout court, comment il exalte des valeurs morales, ou simplement humaines?

Plan :Le texte poétique peut sans aucun doute entrer en résonance avec la beauté du monde qu’il lui appartient de célébrer mais ne peut limiter ainsi son champ d’investigation : tout et jusqu’à la laideur peut être exploré par le poète. Reste que « la sorcellerie évocatoire » du texte poétique se joue peut-être ailleurs que dans le rapport du texte à son sujet.

I-La beauté du texte poétique peut naître du sujet dont il traite : le poète entre en résonance avec la beauté du monde, des hommes dont il se fait l’écho.

 On notera que dès les origines, la poésie lyrique de l’Antiquité (Sapho, Anacréon par exemple ; Virgile, Les Géorgiques) est une façon de célébrer l’union de l’homme et du cosmos : elle est conçue comme une célébration de la nature, de l’amour, de la mort. Certains sujets sont donc considérés comme a priori poétiques …

Beaucoup plus tard le poète romantique Shelley voit la poésie comme un écho à la beauté environnante : « La poésie immortalise tout ce qu’il y a de meilleur et de plus beau dans le monde ».

1-La poésie comme célébration du monde dont le poète se fait « l’arpenteur » : la beauté du texte poétique est liée à la beauté de la nature dont l’auteur s’inspire

a-La célébration des mondes réels ou imaginaires

Qu’il s’agisse du monde réel : Cendrars, « Pâques à New York », Supervielle « Le matin du monde »

Leconte de Lisle : « Le jaguar », « Le rêve du jaguar » exaltation de l’animal par des termes choisis, des images rares. Image d’une beauté immuable, « froide » telle que la souhaitent les membres du Parnasse.

Qu’il s’agisse d’un monde imaginaire : « L’invitation au voyage », Baudelaire
b-Le poète a le pouvoir de magnifier la beauté du monde par le pouvoir de l’imagination et du verbe:

 « Les ponts », Rimbaud : le paysage urbain devient un décor maritime sous « des ciels de cristal » ;  « Métropolitain », Rimbaud

 »Tournesol », Breton peint Paris qu’il transforme en lieu d’une rencontre merveilleuse et magique, y voit une « ferme ».

Hugo, « Ce que dit la bouche d’ombre » : le paysage manifeste le divin et tout y « parle »
2-La poésie comme célébration de l’amour, de la femme…des sources d’inspiration favorables au surgissement de la beauté

 Blasons féminins : « L’union libre » de Breton, « Un hémisphère dans une chevelure », Baudelaire et « La chevelure » Baudelaire. Le corps féminin inspire aux poètes des images, des rythmes etc

Poèmes d’amour : Desnos, Corps et bien : « J’ai tant rêvé de toi » : hommage à Yvonne Georges  : Eluard, « La courbe de tes yeux » : il y célèbre son épouse Gala

Dans « Notre vie » Eluard exprime la persistance du sentiment amoureux et le souvenir que laisse la femme aimée par-delà la mort à travers et particulièrement celle du « masque de neige sur la terre et sous la terre »

dans « La maison d’Hélène », René Guy Cadou peint une maison merveilleuse peuplée d’oiseaux où « un arbre vient brouter les vitres » où la lumière disperse « son mimosa ». L’expression du sentiment amoureux transforme l’espace qui devient merveilleux.

Exaltation de la femme rêvée « Mon rêve familier », Verlaine

3-La poésie comme exaltation des valeurs morales, des vertus

Le sentiment de la beauté du texte peut naître également des valeurs qu’il exalte

 C’est le cas notamment dans la poésie épique : voir « L’Expiation » d’Hugo : peinture de l’héroïsme des hommes lors de la retraite de Russie

 « Liberté » de Paul Eluard : poésie de la Résistance ; défense des valeurs dans un poème tout entier construit sur l’anaphore

René Guy Cadou, « Les Fusillés de Chateaubriand » : hommage à l’héroïsme ordinaire des résistants qui apparaissent « appuyés contre le ciel » et donc déjà promis à une sorte d’apothéose

Mais le choix d’un sujet « poétique » ne suffit pas à assurer la qualité du texte poétique, en garantir la beauté. Paradoxalement, en apparence, la beauté du texte peut naître de la confrontation du poète avec on contraire : la laideur. Le poète apparaît donc comme une sorte d’alchimiste capable d’opérer une transfiguration radicale.

II-Mais la poésie a aussi pour vocation de révéler la beauté là où on ne l’attend pas : la beauté du texte n’est pas liée au sujet mais à la manière dont le poète l’appréhende

1-Sans se confronter à la gageure d’exalter la laideur pour en faire le matériau d’un beau poème, l’auteur peut simplement s’attacher à un sujet banal, ordinaire, « neutre » qui n’appelle aucune émotion esthétique particulière a priori

D’une certaine façon, le poète aurait peut-être moins de mérite à se faire simplement l’écho de la beauté du monde

Cocteau dans Le Rappel à l’ordre rappelle que la tâche du poète est d’enchanter les éléments ordinaires du monde qui nous entoure et que « nos sens enregistraient machinalement ». Le poète doit donc réenchanter le monde.

Rilke, Lettre à un jeune poète : « Fuyez les grands sujets pour ceux que votre quotidien vous offre. (…) Pour le créateur, rien n’est pauvre, il n’est pas de lieux pauvres, indifférents »

Queneau : « J’écrirai des poèmes/sur le lait le beurre, la crème » La main à la plume

 Ponge, « Le cageot » ; « Le pain » : richesse des images : le pain est transformé en un espace géographique à la faveur de l’image qui identifie la croute du pain et la croute terrestre puis la mollesse de la mie au magma.

Réda : « La bicyclette »

Le texte poétique ne se fige pas sur la beauté immédiate, apparente mais il est capable de débusquer la beauté où elle se cache.

2- Le poète peut s’intéresser à la « laideur » du monde et des hommes , peut chercher à la dénoncer ou à la réhabiliter

a-avec une intention didactique ou critique

Chassignet « Mortel pense quel est dessous la couverture » : memento mori  Baudelaire « Une charogne » : memento mori

avec un désir de dénoncer : Agrippa d’Aubigné, les Tragiques peinture des horreurs des guerres de religion ; Aragon Le Roman inachevé, « La mort et ce qui s’ensuivit » La mort est évoquée aussi dans toute son horreur concrète, , détruit les corps. Aragon montre les blessures horribles qu’il a vues en tant que médecin sur le front : « les

gangrènes », « le cœur à nu » du jeune homme, le corps « coupé par le travers en deux » du vieux joueur, le Légionnaire « sans visage et sans yeux » ; il peint les cadavres en décomposition ne nous est pas épargnée au vers 8 (« Au long pourrissement des entonnoirs noyés »).
Chez Victor Hugo dans « J’aime l’araignée et j’aime l’ortie», on voit que l’éloge paradoxal prend un aspect symbolique. Les deux « mal-aimées » auxquelles le poète voue ses louanges sont en fait l’image des « gueux », des laissés pour compte qui peuplent la société. Voir corrigé du commentaire.

On voit bien que le texte comporte des qualités poétiques en dépit du fait qu’il se consacre à des thèmes qui n’ont rien de convenu.
b-avec un désir manifeste de provoquer

 voir le corpus : le texte d’Hugo ou de Lautréamont. Voir Rimbaud : texte du corpus, « Mes petites amoureuses ».

voir la correction de la question du corpus

Le but n’est évidemment pas de provoquer d’abord une émotion esthétique chez le lecteur, mais d’interroger les préjugés, les idées reçues.

3-Le poète peut devenir alchimiste et transformer la laideur en beauté

On est loin de la conception d’une beauté classique : le poète peut débusquer la beauté là où l’œil ordinaire ne la voit pas. Voir le « baroque » qui exalte l’imperfection : le mot « barocco » vient d’un terme de joaillerie portugais qui désigne un défaut dans une pierre précieuse

Baudelaire énonce ainsi la découverte fondamentale de la sensibilité moderne : « Le beau est toujours bizarre. Je ne veux pas dire qu'il soit volontairement, froidement bizarre, car dans ce cas il serait un monstre sorti des rails de la vie. Je dis qu'il contient toujours un peu de bizarrerie, de bizarrerie non voulue, inconsciente, et que c'est cette bizarrerie qui le fait être particulièrement le Beau. ». Dans son recueil d’essais , Peintre de la vie moderne, Baudelaire fait par exemple l’éloge du maquillage : la beauté n’est donc pas seulement affaire de nature mais au contraire d’artifice.

Le poète est donc celui qui est capable d’opérer une véritable transfiguration que résume bien la célèbre adresse destinée à Paris : « Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or » et que l’on voit à l’œuvre dans « Une charogne » par exemple où la « carcasse » devient « superbe », devient immatérielle , se mue en toile de maître , en « mer » en musique.

Tout le projet des Fleurs consiste à extraire la beauté du Mal ; la beauté de la femme dans « Sed non satiata » n’est pas incompatible avec son appétit pour la chair, insatiable ; de même que dans le Spleen de Paris, la peinture de « La Belle Dorothée » qui fait l’objet d’un éloge appuyé se clôt sur une révélation surprenante qui en fait une figure de prostituée.

Ainsi l’écart apparent entre la beauté du texte poétique et le sujet conduit à s’interroger sur la vision qu’il entretient sur le monde et les choses. Le poète invite donc ainsi à reconsidérer ses propres perceptions, ses propres jugements. En même temps, le texte poétique fait ainsi clairement signe ; la valeur du texte poétique ne réside pas dans le sujet qu’elle explore…

III-La beauté du texte poétique tient à bien autre chose qu’au sujet dont il traite

1-La beauté du texte poétique naît de l’art du langage

Pour les auteurs classiques notamment la beauté du texte poétique ne naît pas du sujet mais du respect de codes, de règles :

-cf.les règles telles que Malherbe contribue à les fixer : alternance des rimes féminines et masculines, hiatus proscrit, coïncidence entre le mètre et la syntaxe. ( mais là encore et la poésie moderne montrera que la poésie peut se trouver dans le vers libre, la prose, le vers impair et non simplement dans un alexandrin parfaitement équilibré et interrompu par une césure impeccablement marquée »

-de la même façon, Banville au XIXème siècle édicte des principes susceptibles d’aboutir à la création d’un beau sonnet. Ainsi il définit le schéma des rimes du sonnet régulier, impose la structure opposant quatrains et tercets, prône l’effet de surprise que doit susciter le dernier vers.

Elle naît aussi de la façon dont on manie le « code » : c’est la définition de la « fonction poétique » du langage selon les linguistes ( voir Jakobson)

-fulgurance des images :

René Char. Exemple

« La chambre dans l’espace »

Tel le chant du ramier quand l’averse est prochaine – L’air se poudre de pluie, de soleil revenant –, je m’éveille lavé, je fonds en m’élevant ; je vendange le ciel novice.
Allongé contre toi, je meus ta liberté. Je suis un bloc de terre qui réclame sa fleur.
Est-il gorge menuisée plus radieuse que la tienne ? Demander c’est mourir !
L’aile de ton soupir met un duvet aux feuilles. Le trait de mon amour ferme ton fruit, le boit.
Je suis dans la grâce de ton visage que mes ténèbres couvrent de joie.
Comme il est beau ton cri qui me donne ton silence !
In Les Matinaux, La Parole en archipel, © La Pléiade, p.372
-la musicalité : Verlaine « les sanglots longs » ; Baudelaire « ¨Parfum exotique » : jeu d’assonances et d’allitérations dans la dernière strophe et jeu sur les synesthésies

adéquation entre ce qui est dit et le travail du langage : « Spleen » : cf l’allégorie de l’espoir vaincu » et de l’Angoisse plantant « son drapeau noir » : « Le serpent qui danse » de Baudelaire : choix du pentasyllabe, usage des assonances en voyelle nasale pour imiter l’indolence de la femme et des allitérations en sifflantes pour suggérer le serpent. C’est cette harmonie entre le propos et sa formulation qui donne toute sa puissance évocatoire au poème.

Mallarmé, « Sonnet en yx » : rédaction du poème sur une vingtaine d’années ; travail sur le langage avec la volonté d’écrire un poème « sur rien » : Mallarmé invente des mots, crée des rimes rares et cherche la puissance évocatoire du langage.

2-Elle naît aussi de sa capacité à faire surgir des émotions

Hugo « La nuit du 4 » peinture pathétique d’un enfant innocent victime du coup d’état de Napoléon III ; le discours de la grand-mère désemparée met en valeur l’innocence de l’enfant.

La surprise créée par la poésie surréaliste. Breton « La beauté sera convulsive ou ne sera pas ». revendication de l’effet de surprise déjà envisagé par Lautréamont dans la juxtaposition sur « la table de dissection » su « parapluie » et de la « machine à coudre »

Dans « Union libre » évoqué en I la beauté du poème vient des images étranges, inattendues :elle a « la langue d'ambre et de verre frottés » ou des doigts de « foin coupé » mélangeant les sensations les plus diverses et les plus étonnantes

Elle peut étonner par sa forme : voir calligrammes d’Apollinaire

Hugo « A Villequier » ou « Demain dès l’aube » ; Lamartine  « Le lac » et capacité du poète à nous faire partager des émotions personnelles.

3-Elle naît peut-être aussi de la vérité qu’elle semble approcher, d’un autre monde vers lequel elle ouvre

poésie originairement liée au sacré : voir Orphée reçoit sa lyre d’Apollon et son inspiration des dieux

Le poète devient le seul à déchiffrer le monde :  »Correspondances » de Baudelaire : le poète comme seul capable de déchiffrer le monde qui nous entoure ; Rimbaud propose de se « faire voyant » et Hugo se voit en « prophète » ou en démiurge.

-Mallarmé : « A quoi bon transposer un fait de la nature en sa presque disparition vibratoire selon le jeu de la parole, cependant ; si ce n’est qu’en émane (…) la notion pure ? »

Jaccottet : quête simple et volonté de préserver les souvenirs, les joies, tout ce que le temps met à mal

Conclusion :

Quoique les surréalistes aient voulu que la poésie soit faite par tous, il est incontestable que le choix d’un sujet a priori poétique ne suffira pas à nous transformer en poète. Le poète est au contraire celui qui est capable de faire feu de tout bois, peu importe le thème qu’il aborde. Il se caractérise d’abord par une vision singulière et il est capable de voir la beauté dans les choses les plus inattendues ; il est aussi capable de transformer le « laid » en « beau » ; la poésie affirme alors son pouvoir de subversion puisqu’elle est capable de changer radicalement notre perception du monde. C’est la perspective de Tzara lorsqu’il imagine Dada : « ... une oeuvre d’art n’est jamais belle par décret, objectivement, pour tous. La critique est donc inutile, elle n’existe que subjectivement pour chacun et sans le moindre caractère de généralité [...] que chaque homme crie : il y a un grand travail destructif, négatif à accomplir. Balayer, nettoyer. »

De la même façon et dans un autre domaine artistique les peintres du début du XXème siècle ne cesseront d’interroger sur ce qui fait une œuvre d’art, et sur ce qui en certifie la beauté : visages cubistes de Picasso, urinoir de Duchamp.

similaire:

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? icon•la composition du sujet (voir fiche [2])
...

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? iconBilan des compétences n°1 – 3e
«Le lac» qui évoque le lieu où ils se sont connus. IL y fait référence au rendez vous donné un an après leur rencontre auquel elle...

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? iconComment étudier un texte dans le détail
«je» dans un texte argumentatif montre l’implication personnelle de celui qui parle, dans un texte poétique, elle peut indiquer le...

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? iconCalligramme
«Calligramme» : poème présenté sous forme de dessin qui est en rapport avec le sujet du texte poétique

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? iconPrésentation de l’esthétique générale
«La beauté est convulsive» = antipode de la beauté classique = tout peut être beau, elle se répand partout et devient un critère...

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? iconLe sujet d’invention au bac
«amoureux fou» de Napoléon Bonaparte, a assisté à son entrée dans Milan. Le soir même, IL évoque l'événement dans son journal intime....

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? iconThèse de doctorat Josette Larue-Tondeur Sous la direction de Michel...
«un signifiant contradictoire» («L’esprit de la lettre», 1982 p. 95). Le problème est que l’énantiosémie «s’avance masqué[e]», selon...

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? iconSujets de dissertation sur la poésie
«aimant l’amour» n’est pas tant amoureux d’une femme que de l’amour lui-même». La vocation de la poésie est-elle, selon vous, de...

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? icon1. Comment est l’image de la mère selon le texte? Êtes-vous d’accord avec cette image?

Selon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ? iconCours Bonjour à toutes et à tous, Je suis heureuse et très honorée...
«non liée» que par défaut. Nous sommes encore loin à ce stade de la figure émancipée, de la figure non liée mais dotée d'une sexualité...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com