André Durand présente





télécharger 18.33 Kb.
titreAndré Durand présente
date de publication01.02.2017
taille18.33 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > Biología > Documentos




www.comptoirlitteraire.com
André Durand présente
‘’Ciel brouillé’’
poème de Charles BAUDELAIRE
dans

‘’Les fleurs du mal’’

(1857)
On dirait ton regard d’une vapeur couvert ;

Ton œil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert?)

Alternativement tendre, rêveur, cruel,

Réfléchit l’indolence et la pâleur du ciel.
Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés,

Qui font se fondre en pleurs les cœurs ensorcelés,

Quand, agités d’un mal inconnu qui les tord,

Les nerfs trop éveillés raillent l’esprit qui dort.
Tu ressembles parfois à ces beaux horizons

Qu’allument les soleils des brumeuses saisons…

Comme tu resplendis, paysage mouillé

Qu’enflamment les rayons tombant d’un ciel brouillé !
Ô femme dangereuse, ô séduisants climats !

Adorerai-je aussi ta neige et vos frimas,

Et saurai-je tirer de l’implacable hiver

Des plaisirs plus aigus que la glace et le fer?
Commentaire
Ce poème de quatre quatrains d’alexandrins fut inspiré à Baudelaire par sa maîtresse, Marie Daubrun. Il fut séduit en particulier par ses yeux qui lui paraissaient mystérieux. Elle occupa dans sa vie une place difficile à cerner, car il oscilla entre la tendresse et la ferveur, l'animalité pure et l'adoration mystique. Le cycle de poèmes qu’il lui consacra est marqué par des constantes : les regards mouillés, les yeux qui reflètent un ciel pâle, une impression de climat tiède, dans la brume.

Et, en effet, ici, le poète évoque d’abord les regards, les yeux de cette femme à laquelle il s’adresse par utilisation de la deuxième personne du singulier. Puis il passe, par une véritable correspondance, dès la deuxième strophe, à une ambiance à la fois climatique et psychologique. À la troisième strophe, il passe à un paysage. Enfin, la dernière strophe mêle la «femme» et les «climats».
La description du regard de cette femme, donnée dans le premier vers, coïncide avec celle que le critique du ‘’Mercure des théâtres’’, dans son compte rendu de ‘’La nouvelle Héloïse’’ (1er octobre 1846), pièce où elle jouait, fit de Marie Daubrun : il évoqua «ses yeux à moitié éteints». De plus, aux deuxième et troisième vers, ils paraissent bien tels que le poète Théodore de Banville les célébra : prunelles pensives au vague regard, contraste du ciel obscur de leur couleur et des étincelles d’or fauve qui le traversent. Des souvenirs littéraires ont pu aussi influencer Baudelaire, car ces yeux aux reflets changeants rappellent ceux de Nyssia dans ‘’Le roi Candaule’’ de Théophile Gautier : «Ces prunelles, du saphir passaient à la turquoise, de la turquoise à l’aigue-marine, de l’aigue-marine à l’ambre jaune, et quelquefois, comme un lac limpide dont le fond serait semé de pierreries…» Baudelaire s’étend sur cet oeil : son incertitude, appuyée par la diérèse «mystéri-eux» (qu’il faut respecter pour que le vers ait ses douze pieds), ses variations constantes, sa versatilité inquiétante. Et, au dernier vers de la strophe, se dessine déjà la correspondance entre la femme et le ciel.

La deuxième strophe, établissant une correspondance entre cette femme et une atmosphère où sont atténuées la lumière, la chaleur et la visibilité («jours blancs, tièdes [autre diérèse] et voilés»), il montre son effet nocif (thème cher à Baudelaire qu’on retrouve en particulier dans ‘’Quand le ciel bas et lourd…’’) sur de faibles psychismes (il généralise aux «cœurs ensorcelés» un état qui est le sien), en proie à «un mal inconnu» dans lequel on peut voir le spleen, qui, excitant «les nerfs», submerge toute pensée. Le huitième vers trouve son commentaire dans une phrase des ‘’Nouvelles histoires extraordinaires’’ d’Edgar Poe qui en est probablement la source : «Ce terrible mode de l’existence que subissent les gens nerveux, quand les sens sont cruellement vivants et éveillés, et les facultés de l’esprit assoupies et mornes.» Déjà, dans ‘’La Fanfarlo’’, Baudelaire avait écrit : «Sa tristesse rayonnait d’espérance comme un soleil mouillé.» Peut-être devait-il cette expression à un ‘’Sonnet de Joseph Delorme’’ : «Un rayon mouillé», disait Sainte-Beuve, c’est-à-dire «un soleil dans l’eau», qu’il voyait dans de beaux yeux au sourire indécis. Le vers 6 est remarquable par le retour lancinant de diphtongues sourdes : «font» - «fond» - «pleurs» - «coeurs», «ensorcelés». Le vers 7, par sa coupe irrégulière, lance un long membre de phrase qui se casse sur un enjambement.

La troisième strophe est un tableau de paysages qui pourraient être ceux qu’on retrouve dans ‘’L’invitation au voyage’’ (poème lui aussi inspiré par Marie Daubrun) : ceux des Pays-Bas, qui connaissent de «brumeuses saisons», sont imprégnés de la présence de l’eau, d’où «paysage mouillé» qui rime de façon significative avec «ciel brouillé» (qui donne son titre au poème).

Dans la dernière strophe, l’invocation du vers 13 précise l’amalgame entre cette «femme dangereuse» et les «séduisants climats» qui, en fait, sont pénibles et même éprouvants. Mais le poète, étant «ensorcelé», doit donc envisager de continuer d’«adorer» à la fois les «frimas» du pays et la «neige» de la femme, dont la froideur est donc bien soulignée. D’ailleurs, Théodore de Banville, qui succéda à Baudelaire auprès de Marie Daubrun, en parla lui aussi : «Ta lèvre / Reste froide comme un glaçon» - «Tu vois mes maux d’un œil indifférent». Enfin, on retrouve encore la Nyssia du ‘’Roi Candaule’’ : elle aussi est toute froideur, évoque la pureté de la neige, est implacable comme l’hiver.

Mais Baudelaire, envisageant de s’accommoder de cette froideur, file la métaphore («neige», «frimas», «implacable hiver», «glace»), et entend, avec une sorte de perversion masochiste, goûter «Des plaisirs plus aigus que la glace et le fer», ce dernier vers, qui est, après un autre enjambement dramatique, la chute du poème, présentant un de ces assemblages étonnants, de ces formules détonnantes qu’il affectionnait : le mot «plaisirs», prolongé par «aigus», sonne ici étrangement, change en quelque sorte de sonorité et de substance en passant dans la «glace» et le «fer», matières hostiles et blessantes.
Ainsi voit-on mieux que ‘’Ciel brouillé’’ indique bien, par son seul titre qui ne peut être limité à une remarque climatique, que le ciel de la promesse d’un amour heureux a été brouillé par la découverte de la terrible froideur de l’amante. Mais le poème ne fut pas qu’un simple règlement de compte : si l'amour y paraît comme équivoque, et conduit à un échec, à la rencontre avec le spleen, Baudelaire y sublima sa déception et sa rancœur en donnant un bel exemple de ses chères correspondances.

André Durand

Faites-moi part de vos impressions, de vos questions, de vos suggestions !
 Contactez-moi   






similaire:

André Durand présente iconAndré Durand présente
«siècle vaurien» (on remarque l’usage de «vaurien» comme adjectif), en usant d’un champ lexical dépréciatif («ces», qui est répété,...

André Durand présente iconAndré Durand présente
«flashs», et qu'il négligeait la construction. Mais IL est possible de distinguer ici deux grands mouvements, le premier (les quatre...

André Durand présente iconAndré Durand présente
«l'âme magistrate» et devant laquelle IL serait resté «effaré comme trente-six millions de caniches nouveau nés» En ce cas, IL se...

André Durand présente iconAndré Durand présente
«reflux», «piliers», «jetée») et tout un vocabulaire agricole («chars», «souches», «ronces», «lande», «ornières», «forêt», «fûts»)....

André Durand présente iconAndré Durand présente
«Homme libre», étant habilement isolé, et la coupe irrégulière du vers 1 donnant beaucoup d’élan à la phrase exclamative qui affirme...

André Durand présente iconBibliographie : «André Lanskoy»
«André Lanskoy», Fonds Chassagne et Zoubchenko, reproduit sous le n° 73 page 29

André Durand présente iconColloque international des 13 et 14 novembre 2014
«Le dernier voyage en Haïti d’André Malraux», avant dernier film de la série des 13 émissions «Journal de voyage avec André Malraux...

André Durand présente iconCatherine Sauvage, née Janine Saunier, voit le jour à Nancy le 26...
«Grand-papa laboureur» (Jean Broussole/André Popp) et «Han Coolie», poème allemand de Fritz Hoff adapté par Louis Aragon et mis en...

André Durand présente iconTitre : André ou le choix d'Aphrodite

André Durand présente iconQuestion sur corpus
«Dupont» et «Durand» en une folle mécanique qui semble s’emballer à la fin : L. 30 à 44 d’où le comique de répétition. Selon la célèbre...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com