Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le





télécharger 49.28 Kb.
titreJe voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le
date de publication26.04.2017
taille49.28 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos
Synthéisme
Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le panthéisme. Je vais tout d’abord définir ce que représentent pour moi ces différents courants philosophiques et religieux puis je vais définir mon nouveau point de vue.

Je ne prétends pas être inspiré par une instance supérieure. Je ne prétends pas non plus me baser sur ma seule raison et logique humaine. Ma démarche procède des deux. L’inspiration religieuse est issue en grande partie du cerveau droit plus poétique et global qui dépeint de façon universelle des impressions et des images symboliques. Le raisonnement logique est associé en grande partie au cerveau gauche plus rationnel et qui a tendance à décomposer les choses pour les organiser et les analyser. Dans la création du synthéisme, il faut plonger son regard dans son cœur, siège des émotions, et s’efforcer de mettre en forme ce qui en ressort afin que cela soit le plus intelligible possible pour les autres.
1. Définitions
1.1. Théisme
Le théisme consiste à croire en l’existence d’un ou plusieurs Dieux. Le théisme regroupe le monothéisme, le polythéisme et le panthéisme. A partir du moment où on croit en l’existence d’au moins un Dieu on est théiste.
1.2. Athéisme
L’athéisme consiste à considérer que la Réalité et l’Univers peuvent se passer de cause ou d’origine considérée comme divine. L’athéiste nie l’existence de Dieu ou des Dieux. Il pense que l’existence peut s’en passer. L’origine de la Réalité n’existe pas, la Réalité se suffit à elle-même. On en arrive à croire que l’Univers vient de nulle part de défini et évolue au gré de lois soumises à aucune autorité. C’est la porte ouverte au nihilisme, au virtuel, au chaos et au hasard pur. C’est aussi le risque de l’amoralité.
1.3. Monothéisme
Le monothéisme considère qu’il existe une et une seule origine ou cause originelle à la Réalité et l’Univers. Cette origine est extérieure à la Création. Elle précède et survit à toute Réalité. Ses attributs sont l’Eternité, l’Infini, l’Absolu et d’autres valeurs comme la Beauté, la Bonté et la Vérité. Dieu est inaccessible car Il représente la Perfection. Pourtant Il dispense ses bienfaits à ses créatures imparfaites pour qu’elles tendent vers Lui.
1.4. Polythéisme
Le polythéisme est très proche du monothéisme. Il considère qu’il y a une origine à la Réalité et à l’Univers seulement cette origine a de multiples facettes et attributs. A la limite on peut croire qu’il y a plusieurs Dieu et Déesses qui sont autant de forces et énergies qui interagissent entre elles, s’unissent, procréent et lutte parfois, se font la guerre. La mythologie décrit les interactions entre les Dieux et Déesses et les conséquences que ces interactions ont sur la Réalité.
1.5. Panthéisme
Le panthéisme croit en un Dieu ou plusieurs Dieux seulement plutôt que de les considérer du point de vue de la Création, il les intègre intimement avec la Réalité, l’Univers. Je place dans le panthéisme l’animisme même si ce n’est pas tout à fait la même chose. Le panthéisme considère que la Réalité est indissociable de Dieu. Littéralement « Dieu est partout ». A la limite « Dieu est toute chose ». L’animisme ne fait pas de distinction entre minéral, végétal, animal, humain, angélique et dieu. Pour l’animisme toute chose est animé par une Energie qui ne diffère pas de nature entre les êtres. C’est la même Energie qui anime les dieux, les anges, les humains, les animaux, les plantes et les minéraux. Il n’est pas ridicule d’anthropomorphiser et d’anthropocentrer les choses car l’homme est « à l’image de Dieu » ou plutôt « d’essence divine ».
2. Synthéisme
2.1. Définition
Le synthéisme est mon point de vue personnel vis-à-vis de ces différents points de vue. C’est un néologisme qui relie le mot « synthesis » (« composition ») et « theos » (« dieu »). Littéralement c’est une synthèse des différents points de vue sur Dieu ou les Dieux.

Ainsi le synthéisme montre qu’il existe un Dieu et plusieurs Dieux simultanément. Il nie également l’existence de ces Dieux. En effet il les intègre entièrement dans la Réalité se débarrassant de leur éventuelle existence ou non existence.
2.2. La place de l’Univers, du Monde, de la Nature dans le synthéisme
Dans le synthéisme on est convaincu qu’il y a une origine à la Réalité sans rien dire au sujet de l’Univers. Mais qui dit origine ne signifie pas cause ou commencement. On affirme que s’il y a quelque chose plutôt que rien c’est la faute à quelque chose. Sans en dire plus sur cette origine à ce quelque chose plutôt que rien. Pour revenir à l’Univers, on n’affirme pas qu’il existe un Univers, un Monde, une Nature. Ainsi on n’a pas besoin de chercher une origine des temps, de l’espace, de la Réalité. Il y a une Réalité. C’est tout. Et à partir du moment où j’en ai conscience cela suffit. Et cela ne veut pas dire qu’avec la disparition de la Conscience disparaît la Réalité. Cela veut seulement dire qu’en tant qu’être j’éprouve quelque chose plutôt que rien.
2.3. Le synthéisme et Dieu
Ce quelque chose à l’origine de la Réalité et de la Conscience que j’en ai, faute de mot mieux adapté, je l’appellerai Dieu. Je serais donc tout simplement théiste ? Ce n’est pas sûr car pour moi Dieu n’est pas une force cosmique transcendante ou immanente. Dieu c’est la Réalité purement et simplement. Je n’ai pas besoin de prouver l’existence de Dieu car Dieu n’existe pas. Il n’y a pas Créateur, de Seigneur, d’Être absolu. Dieu n’est pas à proprement parler un « être » ni un « non-être ». Il est l’existence même. Je pense que dans la Création, Dieu perd son statut autonome et indépendant. Il se fond tout entier dans la Création. Il n’y a plus de Créateur à partir du moment où Dieu crée quelque chose. Il se désintègre et se fond intégralement dans la Création. Il n’y a plus de Dieu tel qu’il pouvait l’être avant la Création. Et dans la Création il n’y a pas de passé antérieur à cette Création. La Création ne peut avoir quelque chose avant elle. Pourtant il est possible que Dieu ait existé avant qu’il crée quelque chose mais à partir du moment où une chose a été créée, Dieu n’existe plus. Ce problème vient du fait que seul le Néant-Dieu peut précéder la Création. Le Néant-Dieu est le Néant pris en tant que potentiel créateur infini. Ce Néant ne peut exister par définition.
2.4. Le synthéisme et la Réalité
Ainsi Dieu n’existe pas. Et pourtant il existe à partir du moment où la Réalité est quelque chose plutôt que rien. On pourrait croire ce raisonnement stérile mais il ne l’est pas. Il ne place pas Dieu en dehors de l’Univers, ni à l’intérieur de l’Univers. Il ne nie pas l’existence de Dieu en acceptant l’existence de l’Univers. Non le synthéisme ne s’intéresse pas à l’Univers mais seulement à la Réalité dont j’ai Conscience. C’est une nuance importante car cela met dans le même concept Dieu, la Réalité et la Conscience.
2.5. Le synthéisme et la Conscience
Car au-delà de Dieu et de la Réalité qu’il crée à chaque instant il y a le filtre de la Conscience. La Conscience désigne le lien entre Dieu et la Réalité. Il regroupe le conscient et l’inconscient psychanalytiques. Le conscient est une Conscience de surface à laquelle j’ai accès librement. L’inconscient est une Conscience enfouie, qui est active, agissante tout comme le conscient seulement je n’y ai pas accès. Le subconscient est le pont entre l’inconscient et le conscient.

Maintenant on va me dire que j’exclus les êtres inconscients. Et bien pour moi l’Inconscience n’existe pas. L’Inconscience est confondue avec le Néant. Cela implique que la moindre particule est consciente. A un niveau différent, certes, mais conscient quand même. Pour moi la Conscience c’est Dieu et c’est cela qui fait que la Réalité existe. Ainsi je place Dieu en toute chose comme les Panthéistes. D’un autre côté, je ne crois pas en l’existence de Dieu comme les athéistes car Dieu est indissociable de la Réalité et de la Conscience. Il n’existe pas en dehors de ces deux concepts. Dieu n’est pas une idée ou un concept ou un être. Il n’est pas question d’y croire ou non. A partir du moment où il y a quelque chose plutôt que rien, il y a Dieu et ce Dieu se confond avec ce quelque chose. Dieu ne précède ni ne suit la chose. Il est cette chose.

Et la mort alors ? C’est le Néant puisqu’on est inconscient ? Je pense que non car la mort ce n’est pas le Néant. La mort est un autre niveau de Conscience. Lorsqu’on meurt on ne devient pas inconscient. Ou même si on devient inconscient ce ne peut être définitif car du Néant surgit toujours quelque chose. Sans Néant rien ne peut exister et sans Être le Néant n’a pas de sens.

Le minéral, le végétal, l’animal a une Conscience. Car Conscience ne veut pas dire esprit, intelligence, émotivité ou perception. Conscience c’est Existence. Comme les Panthéistes je place Dieu en toute chose seulement pour moi Dieu n’est pas un concept à part qui intègre l’Eternité, l’Infini, la Beauté, la Bonté ou la Vérité comme pour les monothéistes. Dieu fait partie intégrante de toute chose.
2.6. Symbolisme et Virtualité
Alors je ne crois pas en un Dieu paternel et bienveillant ? Ce n’est pas si simple. Je pense que la Conscience donc Dieu et la Réalité sont soumis à la Loi du Symbolisme et de la Virtualité. La Réalité n’est pas une construction mécanique qui suit des lois physiques et naturelles. La Réalité est une histoire, un rêve, une poésie que chaque particule compose simultanément. Il y a une infinité de particules et une seule en même temps. Cette particule unique c’est Dieu. Cette particule c’est ce qui fait que quelque chose existe plutôt que rien. Où se trouve cette particule ? Qu’est-ce qui lui a donné naissance ? Ces questions ne se posent pas car elles nécessitent les notions de temps et d’espace donc d’Univers et non avons vu que la Réalité ne nécessite pas d’Univers. Pour revenir à la question d’un Dieu paternel, je dirais que la particule qui crée la Réalité a certains modes de vibrations, des pôles positifs et négatifs arbitraires. Suivant la Conscience considérée il y a des forces qui étendent ou enrichissent la Conscience et d’autres qui l’érodent. Le Bien c’est l’extension de la Conscience et le Mal sa contraction. Ainsi il n’y a pas de valeur intrinsèque, seulement des évolutions de Conscience. Je ne crois pas au Bien ou au Mal. Je crois en Dieu c’est tout. Passer d’une Conscience végétale à une Conscience humaine n’est pas une récompense et l’inverse n’est pas une punition. Il s’agit seulement d’un changement de Conscience. Il n’y a pas de notion de Bien ou de Mal absolus.

Pour moi Dieu c’est Tout. Je ne crois pas en l’existence de l’Univers et c’est là que je crois au Symbolisme et à la Virtualité. Des gens diront : « Tu ne crois pas en l’existence de l’Univers ? Alors je vais te foutre mon poing dans la gueule et tu verras si l’Univers n’existe pas ! » Le fait que je ne crois pas en l’Univers ne signifie pas que je renie la Réalité. Je ne suis pas nihiliste. Ce que je veux dire c’est qu’il n’y a pas d’Univers à proprement parler distinct de Dieu et de la Conscience. On ne peut pas mettre Dieu d’un côté et l’Univers de l’autre. On ne peut pas mettre la Conscience d’un côté et l’Univers de l’autre. Ainsi je ne suis pas monothéiste ni polythéiste car je ne crois pas en la Création. Pourtant je crois que la Réalité repose sur l’existence d’un Dieu qui comme pour les Anciens se décompose en plusieurs Divinités dont les interactions décrivent les Lois de la Réalité.

La Virtualité apparaît à partir du moment où je renie l’existence de l’Univers. Chaque chose se crée « au moment où on en a besoin ». La Réalité c’est du sur mesure. Il n’y a pas un système donné créé par Dieu dans lequel les créatures évoluent. Il y a Dieu qui se confond avec la Réalité et qui par la Conscience crée un Univers Virtuel pour chaque être. Ainsi le moindre caillou n’a pas moins de valeur qu’un humain. Cela ne veut pas dire qu’il faille le vénérer. Ce serait de l’idolâtrie. Seulement il faut le respecter comme on respecte Dieu sans le connaître. Il faut respecter toute la Réalité comme sa propre création. De même il ne faut pas rejeter les fautes sur le Créateur de l’Univers et dire que « Dieu est un salaud injuste qui m’a abandonné ». Il faut se dire qu’en tant que Conscience, je suis moi-même Dieu et je crée moi-même la Réalité que j’éprouve. Ainsi si je souffre j’en suis responsable. Cela ne veut pas dire que la souffrance est « de ma faute ». J’en suis seulement responsable. Et je ne dois pas ne pas fuir la souffrance. Ce serait débile !!! Je dois seulement agir conformément à ma volonté et assumer la conséquence des mes actes. Il y a quand même un espoir. Puisque l’Univers est virtuel, tout est possible. Et n’importe quel rêve peut devenir réalité. Dans certaines limites assurément !!! Si je saute du dixième étage je vais m’écraser en bas. Car j’ai moi-même choisi d’être soumis à la gravité terrestre. Seulement le hasard n’existe pas et si je veux quelque chose je l’obtiendrai d’une façon ou d’une autre.

Enfin, la notion de Symbolisme est très importante dans le synthéisme. Je crois que la Réalité et l’Imaginaire suivent les mêmes lois. J’entends que la Nature fonctionne comme les rêves. Tout est symbole, tout est mythique. Et cela d’autant plus que tout est virtuel. La Réalité est comme un poème ou un conte. Les noms, les événements, les circonstances. Tout se prête à interprétation comme dans un rêve. Cela est dû au fait que les Lois de l’Univers obéissent aux Mythes qui rappelons le sont la description plus ou moins fidèle des interactions entre les différentes forces cosmiques que sont les Dieux et les Déesses autrement dit les Energies qui régissent la Réalité. Si certaines interprétations nous échappent c’est parce que notre conscient est parcellaire. Seul Dieu a Conscience de Tout. Cela ne veut pas dire qu’il existe un Univers défini et un ou plusieurs Dieux spectateurs extérieurs de tout ce qui s’y passe à tous les niveaux. Non ! Dieu est une Conscience qui crée toute Réalité. Par conséquent tout être humain est une forme de Dieu qui crée sa propre Réalité. Seulement il a une part plus ou moins grande d’inconscient.

Le but de tout être humain est d’étendre son conscient pour accéder à la Conscience. Pour cela il doit interagir avec les autres êtres et tâcher de stocker les informations pour les arranger à sa façon. Pour étendre son conscient on peut lire, écouter les autres, faire de l’art, cultiver son jardin, multiplier les expériences. Tout cela dans le but de devenir le maître de sa vie, savoir interpréter les Symboles de son existence et contrôler la Virtualité par une Volonté Divine.
3. Théoscientalité
3.1. Définition
Il est nécessaire de créer un nouveau concept afin de ne plus faire appel aux notions de Dieu ou de Dieux, de Conscience, de Réalité et d’Univers symbolico-virtuel de façon séparée. Il faut réunir ces différents concepts sous un seul terme générique et tâcher de décrire ce que représente ce concept.

Je propose de définir ce que pourrait être la théoscientalité. Ce néologisme réunit la notion de Divinité, la notion de Conscience et la notion de Réalité. Il est important que ces trois notions ne soient plus distinctes et il faudrait éviter d’en parler comme des concepts indépendants.
3.2. Théoscientalité et Dieu
Il n’y a pas de Dieu en tant que tel. Il n’y a pas une Entité Suprême qui veille sur chacun d’entre nous et qu’il faille vénérer, honorer, remercier et à laquelle adresser des requêtes, des demandes. Je ne rejette pas la notion de prière. En effet je crois qu’on peut mobiliser sa volonté dans une prière. Une prière est une formulation que l’on adresse à la théoscientalité (autrefois Dieu) afin de s’autosuggestionner, de se conditionner dans le but de donner un sens à la théoscientalité (autrefois Réalité).
3.3. Théoscientalité et Conscience
Il n’y a pas de Conscience en tant que telle. La Conscience est indissociable de Dieu et de la Réalité. On ne peut pas imaginer une Conscience qui flotterait comme ça dans un espace isolé de tout sans origine ni environnement. A partir du moment où il y a Conscience, il y a une origine qui justifie le fait qu’il y ait quelque chose plutôt que rien et il y a une polarisation intérieur/extérieur ou soi/autre. Seulement la frontière entre soi et l’autre n’est qu’une illusion arbitraire. L’être humain ne s’arrête pas avec la surface de sa peau. Il se prolonge dans toute la théoscientalité. Il n’y a pas de soi-même ni d’autre. Il n’y a pas d’intérieur ni d’extérieur. Il y a un tout, un ensemble et ce tout c’est la théoscientalité. Ainsi quand je veux parler de ce que je suis, je ne dois pas parler de Conscience mais de théoscientalité. Ce qui définit mon être c’est la théoscientalité. Cela permet d’éviter de dire de but en blanc que « Je suis Dieu » même si cela sous entend cette état de fait.
3.4. Théoscientalité et Réalité
Enfin, il n’y a pas de Réalité ni d’Univers symbolico-virtuel. Il n’y a pas de Monde en dehors de la Conscience et de Dieu. La Réalité, Dieu et la Conscience forme une sorte de symbiose fusionnelle. Si je supprime la Conscience, il n’y a plus de Réalité. Si je supprime Dieu plus rien n’existe. Si je supprime la Réalité il ne reste que le Néant et donc Conscience et Dieu disparaissent. Seulement le Néant n’existe pas par définition. Le Néant c’est l’élément nul. C’est lui qui rend tout possible comme le zéro en mathématiques. Seulement un zéro isolé ne sert à rien. Il lui faut au moins une unité pour que tous les nombres existent. Et ces nombres sont aussi bien réels qu’imaginaires. A partir de 0 et de 1 on peut tout écrire comme l’enseigne l’informatique. Le zéro c’est le Néant. Le un c’est l’Unité. Tout se qui en découle c’est la théoscientalité.
3.5. Théoscientalité symbolico-virtuelle
A ce niveau on ne voit pas pourquoi la Réalité ou plutôt la théoscientalité serait symbolico-virtuelle. Pour justifier cette idée je dirais que tout est Symbole. Il est impossible de penser sans symbole. 0 est un symbole, 1 est un symbole, tout nombre réel ou imaginaire est un symbole. Toute pensée est faite de mots et un mot est un symbole. Les lois physicochimiques reposent sur des formules mathématiques et sont donc symboliques. Les organismes et leur fonctionnement sont aussi pleins de significations. De même tout événement est symbolique au sens psychologique du terme. Tout a un sens, une signification, une raison. Le lieu et le moment de naissance sont riches de sens. Les dates, les heures ne tombent pas au hasard. Le nom qui désigne les choses n’apparaît pas sans suivre certaines lois. Les langues sont aussi symboliques. Les paroles et les gestes sont toujours des lapsus. Il n’y a pas de hasard chaotique et les sciences occultes basées sur les interprétations ont toujours un fond de vérité.

Un autre aspect de la théoscientalité est sa virtualité. Cela ne veut pas dire que la théoscientalité est une illusion irréelle. Cela veut dire qu’elle est hautement malléable, projective, créationniste. Chaque être crée sa propre Réalité autant qu’il croit la percevoir à travers ses sens et son conscient. La théoscientalité n’est pas un système qui s’impose à la perception. Toute perception participe à la création de la Réalité. C’est ainsi que toute Conscience est Dieu créant la Réalité. Cela ne veut pas dire que faire l’autruche donne un quelconque contrôle sur l’Univers. Cela veut seulement dire que la Conscience ne subit pas Dieu ni la Réalité que Dieu créerait pour elle ; la Conscience se confond avec la Réalité créée et le Dieu créateur. Chaque instant émane de la Conscience et étendre son conscient par la force de l’interprétation symbolique permet d’accéder à la liberté.
3.6. Théoscientalité et interprétation
Le symbole naît de l’interprétation de la théoscientalité. Il faut bien s’arrêter au sens de cette phrase. L’interprétation désigne aussi bien la recherche de la définition que la mise en pratique d’un art. On interprète un chant. Dans l’interprétation on peut inclure la perception sensorielle car toute perception est une interprétation faite par le système nerveux. D’une certaine façon je suis ce que je perçois. Il n’y a pas d’existence absolue extérieure à ma Conscience. Quand je dis « interprétation de la théoscientalité » il faut voir dans le mot théoscientalité cette trinité Dieu-Conscience-Réalité. Le symbole est issu du traitement d’interprétation de l’origine des choses (Dieu), de la connaissance que j’en ai (Conscience) et de leur existence véritable (Réalité). Ainsi la théoscientalité est subjective et sujette à l’interprétation. On peut regretter de ne jamais connaître la Vérité mais comme l’Univers est purement virtuel il n’y a pas de Vérité objective à proprement parler. La grande erreur est de décréter qu’il existe un Univers avec ses lois et que Dieu détient une Vérité que l’homme doit rechercher. La Réalité est purement virtuelle et intimement reliée à la Conscience. Sa Vérité est celle que Dieu lui impose. Ainsi il faut savoir que le mental humain n’est pas sa Conscience. On ne doit pas dire « cogito ergo sum ». Car la véritable Conscience appartient à Dieu et la conscience humaine n’est qu’une manifestation du psychisme humain. La Réalité est soumise à la Loi Divine et non la loi humaine. Ce n’est pas parce que je pense que j’existe. C’est la Conscience de Dieu qui crée la Réalité et cette Réalité est symbolico-virtuelle. Seulement il ne faut pas séparer Dieu et l’être humain. Il n’y a pas de péché ni de chute du paradis originel. La théoscientalité implique que chaque être humain participe de la Conscience de Dieu et se forge sa propre Réalité. Le but de l’humain et de toute chose est d’interpréter la théoscientalité. Interpréter au double sens de « chercher à comprendre » et « composer une œuvre d’art ».
4. Questions-réponses
4.1. Qu’en est il de l’inconscience ?
Pour moi l’Inconscience c’est le Néant, le Vide, le Zéro. Il est nécessaire mais ne désigne rien qui existe.
4.2. Dieu est il conscient ou inconscient ?
Dieu n’est pas une Entité indépendante. Dieu se confond avec la Conscience et la Réalité. Il n’y a pas Dieu et la Création. Ces notions n’existent pas à mes yeux. Ainsi Dieu n’est pas conscient ni inconscient. Dieu apparaît avec la Conscience.
4.3. La séparation entre les deux termes les rend relatifs... Dieu est absolu non ?
Dieu est dans l’Être pas dans le non-Être. Être et non-Être sont relatifs mais ne peuvent exister l’un sans l’autre tout comme les réels n’existent pas sans le zéro. A la limite le zéro pourrait exister sans le reste mais par définition le zéro n’existe pas. Je ne vois pas ce que veut dire « absolu ». Ce terme n’a pas de sens pour moi. Il faut croire que pour moi « tout est relatif ».
4.4. Donc comment peut il être l’un ou l’autre ? La réalité est elle absolue ou non ? Si elle ne l’est pas, est elle écrasée dans la conscience ?
Dieu est l’Être. La Réalité est ce qui existe. Elle est totalement relative à chaque Conscience individuelle. La Réalité n’est pas séparée de la Conscience. La Réalité ne peut pas être écrasée par la Conscience car d’une certaine façon la Conscience crée la Réalité. Il n’y a pas une Réalité dans laquelle naît une Conscience incluse dedans. Les deux se confondent.
4.5. Qu’en est il du domaine de l’existence inconsciente ?
L’inconscience n’existe pas tout comme le néant. Ce ne sont pas des êtres. Ce sont des composantes indispensables à l’être mais ce ne sont pas des êtres.
4.6. L’existence inconsciente est une part de Dieu qui n est pas dans la réalité ? Alors... cette part est elle... irréelle ?
Le néant est inclus dans la réalité comme dans Dieu. Zéro fait partie des réels. Mais on ne peut envisager le néant de façon « absolue ». Le néant et l’être coexistent toujours. Le néant est réel au sens où il ne peut exister en dehors de la réalité. Mais la réalité n’est jamais identique au néant. Le néant est irréel à partir du moment où l’irréel n’existe pas.
4.7. Ou bien justement devrait on revenir a l’idée que la réalité est limitée a l’incarnation, a une existence symbolico-virtuelle purement relative a la conscience...
La réalité est limitée à l’être, à l’incarnation si tu veux.
4.8. Que définit et limite la réalité ?
Dieu.
4.9. Qu’est ce qui la différentie de Dieu?
Rien.
4.10. Qu’est ce que la conscience ? Un relevé exhaustif du relatif ou une inconscience englobant les multitudes de consciences limitées... ?
La conscience est la réalité qui est exprimée par Dieu. Et cette conscience crée Dieu à chaque instant. C’est une boucle sans fin que seule la théoscientalité peut résoudre en supprimant les liens de cause à effet. La distinction Conscience, Réalité, Dieu est une erreur qui induit des paradoxes.
4.11. Que dois-je penser lorsqu’une aide providentielle m’est apportée par quelqu’un ? Dois-je remercier Dieu ?
Je pense qu’il faut éviter de parler de Dieu comme d’une entité autonome douée de décision. Je ne pense pas qu’il faille se subordonner à un Seigneur tout puissant qui régirait nos vies. Je ne veux pas non plus tout placer dans l’humain et dans son intelligence. Je crois que Dieu, la Réalité et la Conscience sont la même chose. Attention ! Par Conscience je ne désigne pas le « conscient ». Pour moi la Conscience englobe conscient, subconscient et inconscient.

Ainsi je crois qu’il ne faut pas distinguer l’humain de Dieu. C’est Dieu et l’humain simultanément qui rendent service. Et cela à travers la manifestation de ma théoscientalité symbolico-virtuelle. Autrement dit je suis à l’origine de l’aide qu’on me donne. Il ne faut pas s’en remettre à Dieu.

Cela ne veut pas dire que je suis tout puissant et que je dois être narcissique et égocentrique. Cela veut dire que j’attire à moi l’aide que les autres me donnent car la réalité dans laquelle je me projette contient des gens généreux prêts à m’aider et je ne refuse pas cette aide providentielle.
5. Le synthéisme égyptien
It was Zarathustra, not Moses or Abraham, who first introduced the idea of monotheism. He also introduced the presence of angels or Amesha Spentas (holy immortals). This monotheism, the idea that there is one God who is separate from and outside of creation, is different from the syntheism of Egyptian cosmology. In syntheism there is nothing outside of the Supreme Being but all of creation is a manifestation of the Creator who is also known as the ALL. And this is different from the polytheism practiced by European pagans.

Separating the Creator from creation gives rise to what is called dualism. Under dualism men have no problem killing each other and destroying nature because they cannot see the oneness of nature. Under syntheism or most other spiritual systems a man does not kill animals for sport because he sees animals as a manifestation of the ALL. He strives to live in harmony with nature while the dualist strives to conquer nature. The dualist creates an auto-immune disorder in the world where the very ones who have the power and intelligence to protect nature are its worst enemies. Could it be that many of the diseases we see popping up today are microcosms of the disease we have become in the world? As our African ancestors say « As above-so below. »





similaire:

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le iconLe symbolisme est le courant dominant de la poésie entre 1880 et...

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le iconSiècle, se développe en France et particulièrement à Paris, un nouveau...
«jargon» précieux. Les esprits recherchent les bons mots et des expressions peu communes

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le iconLe polythéisme hellénique

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le iconProjet d’etablissement 2011/2014
«regarder c’est créer», nous souhaitons proposer à nos élèves une ouverture culturelle et artistique. IL s’agira de les aider à regarder,...

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le icon«saint aubin sur mer fête le nouveau brunswick» 9 au 15 aoûT 2008
«Thalassa» diffusée sur France 3 sur le Nouveau-Brunswick et conférence sur l’Acadie, le Nouveau Brunswick, de Maurice Basque, directeur...

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le iconRapport d’activitйs de la Section pour l’annйe 2014
«remиdes» de substitution, deux idйes innovantes, intйgrйes et explicitйes dans le courant de ce rapport car inaugurйes dans le courant...

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le iconLe terme apparaît dans les années 1840 et qualifie tout d’abord de...
«laid», «le trivial» et «l’ignoble». A ces critiques, Courbet répond : "Je n'ai jamais eu d'autres maîtres en peinture que la nature...

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le iconAujourd'hui va être employé à une sorte d'épreuve dont je voudrais vous dire d'abord le dessein
«Et que te châtie dit le Grec la soif qui te crevasse la langue ainsi que l'eau pourrie qui fait que ton ventre te fait une clôture...

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le icon* À l'intérieur du courant
«Quand l'homme a voulu imiter la marche, IL a créé la roue qui ne ressemble pas à une jambe IL a fait ainsi du surréalisme sans le...

Je voudrais créer un nouveau courant de pensée nommé le synthéisme qui réunit et réconcilie le théisme, l’athéisme, le monothéisme, le polythéisme et le icon«Renouvelons aussi toute vieille pensée». Ce sont ces mots, empruntés à une ode de Du Bellay [1]
«vieille pensée» des troubadours que renouvelle Hugo, par la forme qu’il lui donne, suivant là une tendance amorcée dès le xviiie...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com