Recherches : lacan lettres et traductions





télécharger 0.64 Mb.
titreRecherches : lacan lettres et traductions
page8/10
date de publication22.04.2017
taille0.64 Mb.
typeRecherche
l.20-bal.com > droit > Recherche
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

1966 LACAN LETTRE A ALTHUSSER 07

La « Dédicace à Louis Althusser » sur son exemplaire des Écrits parut (sous forme manuscrite) dans Louis Althusser, Écrits sur la psychanalyse, Freud et LacanParis

Stock/Imec 1993, page 270

Cher Althusser,

 

Nous voilà dans la même

Charrette ! Tout de même

sur la route qu’on a choisie.

(C’est encore une chance)

Votre J. Lacan Le 10 XI 66

 

1969 LACAN LETTRE A ALTHUSSER 08

1969 Lettre à Louis Althusser parue dans Louis Althusser, Écrits sur la psychanalyse, Freud et Lacan, Paris, Stock/Imec, 1993, pp. 304-305.

[Paris]

(304)Vendredi, avant de partir pour l’hôpital, donc en hâte.

 

Cher Althusser

 

Je ne veux pas vous barber au téléphone. Mais sachez qu’il ne faut pas vous donner de mal pour me trouver un nouvel abri. (J’ai été avec Nassif comme je devais être, mais n’en tenez pas compte).

Je n’irai nulle part ailleurs – et ici au reste viderai promptement les lieux[1].

La lettre que j’ai reçue met très heureusement en valeur l’incidence de la « réforme ». En informer les étudiants ainsi que de ma position réelle dans l’Université, laisse peut-être une trace un peu durable dans leur tête.

On me dit (c’est une façon de dire) que je suis le seul ( !) cours magistral qui ne soit absolument pas contesté : cette intervention et sa suite prendra ainsi toute sa valeur.

(305)Pour plus de détail, à jeudi. Mais la question sera alors déjà bouclée. La fin du trimestre y est favorable.

 

Votre                                 J.L.

Ce 21 III 69

 

 
[1] Jacques Lacan mettra effectivement un terme à son séminaire « D’un Autre à l’autre » (Séminaire XVI, inédit), à l’École Normale Supérieure, après la séance du 25 juin 1969.

1967 LACAN A PERRIER 01

Parue dans : François Perrier, La Chaussée d’Antin, Paris, Albin Michel, 1994, p. 203.

 1965-01-12 :      

(203)École freudienne de Paris

5, rue de Lille – Paris VII
du Directeur au docteur François Perrier

 

Paris, le 23 janvier 1967

 

Mon cher Collègue,

 

Une lettre adressée selon sa propre suscription au titre de l’« ancien Directoire », donc sans portée administrative, vous est parvenue concernant le secteur réservé à nos fonctions de formation.

Ce n’est pas seulement de ce qu’elle soit signée de notre ami Jean-Paul Valabrega qu’elle est digne de retenir notre intérêt.

Il se peut bien en effet qu’elle anticipe sur ce qui sera le résultat de nos travaux en ce secteur.

Néanmoins ce ne saurait au mieux être là qu’anticipation – de décisions qui supposent étude engendrant un accord.

Je rappelle à ce propos ce que j’ai fait entendre à une assemblée, dont nous ne pouvons que déplorer que Jean-Paul Valabrega y ait fait défaut.

À savoir que je n’y ai rien apporté qui ne provînt des responsables antérieurs, que je me suis gardé d’y rien adjoindre, non plus que d’en rien écarter.

Ceci impliquant, à partir de là, la voie ouverte à toute contribution qui saurait se faire valoir.

C’est là méthode progressive, destinée à parer au désordre. Elle n’est pas propice au regret d’en avoir laissé passer un temps.

Mon intention était d’appliquer la même au secteur intéressé, mais si elle vous paraissait contestable, je serais disposé bien sûr à en changer.

 

Veuillez croire, mon cher collègue, à mon attention la plus vive.

 

J. Lacan

1967 LACAN A PERRIER 02

1967 Parue dans : François Perrier, La Chaussée d’Antin, Paris, Albin Michel, 1994, p. 204.

(204)Ce 10.X. 67

 

Bien cher,

 

Je tiens ma parole.

Voici ce résumé algorithmique. Dont je donnerai un développement.

Vous y trouverez la place qu’a tenue dans ce séminaire le masochisme.

Elle est radicalement clinique. Cf. le masochisme de Reik – et… la présentation de Sacher-Masoch par de Leusse[1]. DELEUZE

 

Vous avez eu grand tort de ne pas y assister – si vous vous intéressez au « problème économique », au point où Freud le présente.

Et n’hésitez pas, si vous le jugez bon, à venir me voir sur le sujet de ma proposition ces jours-ci[2]

 

Vôtre

J.L.
[1]. Graphie erronée pour Deleuze.

[2]. Allusion à la proposition du 9 Octobre 1967 sur la passe.

1967 LACAN A PERRIER 03

1968 Parue dans : François Perrier, La Chaussée d’Antin, Paris, Albin Michel, 1994, p. 204.

 

(204)Mon cher Perrier,

 

Merci de votre hommage[1] – généreux.

Un instant néanmoins : pour qui fais-je cet effort ? Oui pour qui, croyez-vous.

Puisqu’enfin je sais que je n’attendais pas moins de vous. Pourquoi voulez-vous que je n’attende pas – plus.

 

Vous avez, je pense, entendu mon accueil…

Vôtre Lacan ce 29 (!) II 68

[1]. Fait référence à une lettre dont on n’a pas la trace.
1976 LACAN  A la SPP La scission de 1953 

Lettre de Jacques Lacan aux membres de l’Assemblée de la Société Psychanalytique de Paris, publié dans « La scission de 1953 » (Supplément à Ornicar ?) 1976 n° 7 pages 52-53. 1976-10-11 

(52)Mon cher collègue,

 

Le texte ci-joint ne représente pas les propositions d’un groupe. Je ne l’apporte pas non plus en mon seul nom.

En remerciant l’Assemblée qui m’a élu à la charge provisoire de l’Institut, j’ai dit quelle fonction j’entendais y remplir. Je la remplis.

Le texte que je vous présente peut hâter le vote des statuts. Encore faut-il souligner que j’y ai visé non le compromis, mais l’accord.

Il ne s’oppose en rien à mon sens aux principes du statut proposé par notre Président. Bien plus, à les rapprocher des idées qui ont guidé les rédacteurs du programme des cours, je crois en avoir reconnu le bien-fondé.

Puisque notre division semblait faire obstacle à cette reconnaissance, j’ai pensé qu’il ne manquait que d’intégrer à ce statut la raison de cette division. Car nous sommes de ceux qui croient que tout ce qui est, a une raison d’être.

Et si mon texte justement s’étend un peu sur la raison de son dispositif, vous constaterez qu’il sera facile d’y couper court, dès qu’il nous aura mis d’accord.

Si vous me permettez maintenant, en faveur des vœux de la nouvelle année et de la licence rituelle qui s’y relie dans toutes les traditions, d’user de la plaisanterie intime, je vous dirai que je présente ici à notre corps morcelé l’instrument d’un miroir où veuille le ciel qu’il anticipe son unité.

S’il en était ainsi, notre dissension prendrait, après coup, son sens : nachträglich, comme s’exprime notre maître pour mettre en (53)relief moins la déformation que l’histoire, que la genèse même du souvenir.

Nous comprendrons alors que c’est parce que notre fondation n’était pas vaine, que nous avons sacrifié à cette Discorde, qu’Héraclite met à l’origine de tout et à laquelle nous, analystes, donnons un autre nom.

Croyez-moi votre tout dévoué

 

Jacques Lacan

1968 LACAN A FOUCAULT 01

Le 8 III 68

Cher Foucault

Ceci n’est pas une pipe…

J’adore ça.

J’ai parlé de vous (non, je vous ai nommé) à mon séminaire d’aujourd’hui.

C’est ce que j’ai dit dans ce séminaire, qui parlait de vous sans vous nommer.

Je vous en envoie le début, à charge pour vous d’en faire usage.

Écrit au tableau :

1er temps

De la poésie

 

       Je ne connais pas

       J’ignore

 

2ème temps

De la poésie

 

       Je ne connais pas tout

       J’ignore               tout

 

3ème D’où la différence (de l’universel au particulier) ? Est-ce la liberté laissée au premier pas de l’accoler au tout

 

4ème Mais :

About poetry

 

I don’t know everything

I don’t know anything

Ici c’est l’anything qui inclut la négation

 

5ème Alors ? … Et la suite

Je m’efforce à les décomposer.

Votre J.L.

 

 --------------------

1969 LACAN A FOUCAULT 02

Intervention sur l’exposé de Michel Foucault « Qu’est ce qu’un auteur ? » in Bulletin de la Société française de philosophie 1969 n° 3 page 104 – Rééditions : Littoral n° 9 Juin 1983 et Michel Foucault, Dits et écrits Tome I p. 789-821, Gallimard, 1994. Lacan prend la parole à la suite des nombreuses interventions réagissant à l’exposé de Michel Foucault. 1969-02-22 

DR J. LACAN – J’ai reçu très tard l’invitation. En la lisant, j’ai noté, dans le dernier paragraphe, le « retour à ». On retourne peut-être à beaucoup de choses, mais, enfin, le retour à Freud c’est quelque chose que j’ai pris comme une espèce de drapeau, dans un certain champ, et là je ne peux que vous remercier, vous avez répondu tout à fait à mon attente. En évoquant spécialement, à propos de Freud, ce que signifie le « retour à », tout ce que vous avez dit m’apparaît, au moins au regard de ce en quoi j’ai pu y contribuer, parfaitement pertinent.

1968 LACAN LETTRE AU JURY D'AGREMENT

Parue dans Analytica n° 7, 1978, P.52. 1968.02.01

Mon cher Collègue,

Le Directoire réuni le 1er février 68 a procédé au tirage au sort du jury d’agrément.

Ceci conformément à la « réponse » que le Directeur a formulée le 6 décembre 1967 – après les manifestations d’avis enregistrées de l’assemblée restreinte de l’École.

Cette réponse prévoyait la formation dudit jury par le choix au sort de 5 des analystes de l’École, le Directeur y ayant voix (prépondérante, le partage pouvant y être égal).

Voici la liste sortie de ce tirage : M. Clavreul, Mmes Aubry et Aulagnier, MM. Rosolato et Hesnard.

Le Directeur avait à sa réunion du 24 janvier 68 marqué que la tâche réservée à ce jury ne pouvait se réduire à sa fonction de choix des A.E., mais devait maintenir au moins le principe de sa délégation à l’étude de la fonction réservée dans notre École à cette qualification.

On sait là-dessus ce qu’a avancé la proposition du directeur à la date du 9 octobre.

Il est juste que les analystes appelés à cette fonction, prennent une position où se présente leur départ, et qu’ils la fassent connaître chacun pour leur compte ou tous ensemble s’ils sont d’accord.

En leur communiquant ces vœux, je les prie de bien vouloir accepter la charge que leur a dévolue la faveur du sort.

Rien ne saurait mieux préluder à la reprise que j’ai appelée au terme d’un débat éclairant.

1968 LETTRE DE Piera AULAGNIER A JACQUES LACAN 01

et sa réponse, parues dans Analytica, n° 7, 1978, p. 52 à 55. 1968-02-06 :      

 

Cher Monsieur,

Paris, le 6 février 68

Ma participation au Jury d’agrément me pose le problème suivant.

Si le rôle de ce Jury doit consister purement et simplement à prononcer un oui ou un non, je vous avoue que je ne pourrai que refuser d’en faire partie : en effet, sur cinq noms tirés au sort, et à moins que ce dernier ne se plaise à jouer un de ses tours toujours possibles mais rares, il est sûr qu’il y aura au moins deux collègues pour lesquels votre avis sera la référence unique et exhaustive. Dans ce cas, le rôle du Jury devient purement formel – et je n’en vois pas l’utilité. Si par contre son rôle, comme vous semblez le souhaiter, doit être de se servir de l’expérience qui sera la sienne pour poser les jalons d’une discussion productive sur le problème épineux de la formation, ma position est différente. Néanmoins, il y a des points préalables qu’il me faut vous soumettre.

Il me paraît nécessaire que pendant la période en cours où, en attendant de conclure, des décisions qui ne pourront être remises en question devront néanmoins être prises, des mesures soient assurées afin de préserver, autant que faire se peut, l’École d’erreurs qui pourraient grever son avenir. C’est pourquoi, en attendant que l’expérience porte ses fruits et démontre le côté insuffisant, voire erroné, des critères en usage, je pense que le Jury doit s’engager pour le moment à ne prendre en considération que les candidatures pouvant justifier des trois conditions suivantes :

1°– Que le postulant soit déjà A.M.E. Quels que soient, en effet, son intelligence ou son intérêt pour la théorie, cela seul peut nous assurer qu’il possède une expérience réelle de ce qu’est la relation analytique, et qu’il a pu réaliser « in vivo » ce que signifie la mise à l’épreuve par la confrontation clinique de ses enthousiasmes théoriques.

2°– Qu’il puisse fournir audit Jury des textes, publiés ou non publiés, qui permettent à ce dernier de réfléchir, preuves à l’appui, sur ce que représente en vérité pour le candidat son interrogation théorique et si elle dépasse le stade du simple vœu.

3°– Qu’il accepte d’être éventuellement convoqué par les membres du Jury qui désireraient avoir un entretien personnel avec lui.

Sur le plan des assurances nécessaires à ce qu’un Jury dévolu à cette fonction puisse reconnaître et assumer ses droits et ses responsabilités, il me parait indispensable qu’avant son entrée en fonction, les membres du Jury acceptent à leur tour la condition suivante :

– que l’application des clauses, que je viens d’énoncer, en admettant qu’elles remportent l’accord des autres collègues désignés à en faire partie, soit soumise à un vote de la part de la totalité des A.E., qui doivent être consultés sur des problèmes qui engagent leur responsabilité collective.

J’ajoute que je comprendrai fort bien que votre propre conception de ce qu’est ou de ce que devrait être la formation dans l’École, et ma divergence sur ce point vous est connue, vous fasse souhaiter que les personnes constituant le Jury d’agrément soient disposées à y travailler avec un esprit disons « d’aventure », que je ne puis partager. Soyez sûr que le remplacement de mon nom par celui d’une de mes collègues ne me posera aucune question et que je n’y verrai aucune intention malveillante de votre part.

Croyez je vous prie, Monsieur, à mes sentiments bien amicaux.

P. Aulagnier-Spairani

 
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Recherches : lacan lettres et traductions iconRecherches 02 lacan textes et conferences
«Le Mythe individuel du névrosé ou poésie et vérité dans la névrose» est une conférence donnée au Collège philosophique de Jean Wahl....

Recherches : lacan lettres et traductions iconA. Éditions de textes et traductions
...

Recherches : lacan lettres et traductions iconRecherches lacan textes et conferences 01
«esprit de naturaliste» qui anime la psychiatrie française à l’esprit de spéculation sur l’essence, qui marque la tradition allemande...

Recherches : lacan lettres et traductions iconSynopsis : / Un anti-Lacan

Recherches : lacan lettres et traductions iconProgramme Journée du jeudi 21 novembre 2013, Université de Paris-Est, Créteil
«Omar Bongo», Gabon; Faculté des lettres de l’Université de Craïova, Roumanie; Institut de Recherches Interculturelles et Philologiques...

Recherches : lacan lettres et traductions iconLes lettres du lycéE À L’université
«Bac -3/+3», des enseignants de lettres en lycée ont été accueillis par le département de lettres de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis...

Recherches : lacan lettres et traductions iconTrois traductions pour ne pas oublier

Recherches : lacan lettres et traductions iconSylvie lacan – Lycée Professionnel Jean Perrin – Saint Cyr l’Ecole

Recherches : lacan lettres et traductions iconLacan
«Colloques philosophiques internationaux», sous le titre de «La dialectique», Jean wahl nous y invitant

Recherches : lacan lettres et traductions iconTraductions Pièces orpheus britannicus
«The evening primrose» Poème de John Clare (1793-1864) «La primevère vespérale»





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com