Note d’intention pourquoi ce projet ?





télécharger 40.62 Kb.
titreNote d’intention pourquoi ce projet ?
date de publication08.11.2019
taille40.62 Kb.
typeNote
l.20-bal.com > droit > Note
DOSSIER ARTISTIQUE

« Burlingue »

Une comédie qui dégomme !
img_4119.jpg photo_alexia.jpg

images.jpg
CREATION SEPTEMBRE 2016
DUREE DE LA PIECE : 1h20


Texte de Gérard Levoyer

Mise en scène : Didier Lagana

Création lumières et sons : José Léger

Scénographie et décors : José Léger

Costumes : Odile Picard

Interprétation : Alexia Peyri et Silvia Claret


NOTE D’INTENTION
Pourquoi ce projet ?
Ce qui nous a d’abord séduit à la première lecture c’est la jubilation de pouvoir jouer avec les nerfs du public autant qu’avec ses zygomatiques. C’est une pièce sauvagement drôle.

Burlingue décortique les rouages de la violence par le contraste entre l'insignifiance du conflit et la folie protéiforme de ses personnages, victimes de la goutte d'eau qui fait déborder un vase déjà bien trop plein.

Quoi de plus inspirant que les gens surmenés, maltraités, au bord de la crise de nerfs?

On comprend que pour beaucoup, il suffit de pas grand-chose pour exploser.

Quelles sont nos propres limites ?
La plupart du temps, on réprime ses pulsions et on se conforme aux règles de la société. On a l'intelligence et la capacité d'anticiper les conséquences de nos débordements, à la différence des animaux.

Nos deux employées subissent une pression probablement insupportable. Le monde dans lequel on vit est beaucoup trop exigeant, il ne tient pas compte de notre désir. On fait le dos rond en permanence. Jusqu'au point de non-retour. Et forcément, un jour ou l’autre, on « craque » ! Le passage à l'acte est viscéral, instinctif. La raison s’efface, et finalement, cette perte de contrôle défoule, soulage, même si le retour à la réalité est douloureux.




Pistes de mise en scène

Didier Lagana, directeur artistique, metteur en scène, comédien
C’est une pièce avec peu de supports techniques où tout repose sur le jeu des comédiennes. Elles doivent à tout moment être dans le présent, le doute n’y a pas sa place, l’imagination est le moteur de l’action, et la relation à l’autre (adversaire, partenaire, public) est essentielle.

Mon travail consiste à repérer dans sa largeur et toute sa finesse, le potentiel artistique du comédien avec qui je travaille. Je décortique son comportement, ses projections, son mode de sélection d’information. Je fais la même chose avec le personnage qu’il doit incarner. Et de là j’en tire des directions précises pour que les deux personnalités (comédien et personnage) ne fassent qu’un.

Je m’inspire, bien évidemment, de la méthode de Constantin Stanislavski. Suivant le passé du comédien, je l’amène tout d’abord vers la recherche d’une mémoire intellectuelle, pour ensuite ne faire fonctionner que la mémoire sensorielle puis émotionnelle.
Parti-pris
Le rythme a une importance extrême dans l’écriture de cette pièce, comme sur une partition.

« Burlingue » se distingue par son sens aigu du tempo, la précision de son découpage. Surtout, il possède cette capacité à emmener la situation toujours plus loin, à faire durer et renouveler son potentiel comique.
Une tension des personnages en lâcher-prise qui ne retombe jamais, en crescendo jusqu’à l’aboutissement fatal.

A chaque changement de scène, avec une ellipse de temps, on franchit un nouveau palier dans l’escalade de la violence et de la transgression, on traverse la frontière qui sépare la civilisation de la barbarie, point de non-retour.

C’est ce travail de mesure et de démesure, de savant dosage entre les moments de répit (relatif) et le feu de la guerre, de férocité et de vulnérabilité, que la mise en scène doit imprimer au texte.
La dimension sociale de « Burlingue » :

A travers Burlingue, Gérard Levoyer, débordant d'un humour acide et féroce, tisse une satire du monde du travail, exagérant outrageusement les traits pour mieux en faire ressortir la réalité : la compétition, le harcèlement, la perversion sur les êtres qu'exercent le pouvoir et la supériorité hiérarchique...

Synopsis : Une comédie grinçante…

Deux employées modèles, collègues depuis des années, astreintes à des tâches simples et répétitives, partagent le même bureau, la même routine administrative, le même supérieur hiérarchique. Jalouses l’une de l’autre, elles vivent une haine courtoise et bien délimitée : chacune a sa place, ses dossiers, ses affaires.

Quand surgit un cataclysme qui dévaste le bureau et transforme leurs vies… : une simple gomme que l’une possède et dont l’autre a besoin sera le déclencheur d’un conflit absurde, comme la plupart des conflits, symbole de toutes les luttes de pouvoir. Commence alors un affrontement terrible, féroce, acharné, sans concession, entre les protagonistes... inexorable. Les deux femmes s’enferment, s’observent, se testent et se déchirent. Ce qui n’aurait pu être qu’une futile querelle de bureau vire à la guerre psychologique, voire au drame passionnel.

La scénographie :

Autour de la dramaturgie et de la mise en scène
Il s’agit d’un décor unique mais qui va vite se transformer en champ de bataille…

Ici, le temps s’est arrêté, la modernité a très peu pénétré tant dans le matériel de bureau que dans les méthodes et les mentalités. Ce bureau est symétriquement partagé en deux : la partie de Simone, et celle de Jeannine. Il y a tout le matériel de bureau en double comme si un miroir coupait la scène en deux. Il y a un seul porte-manteau, et également une porte unique, en fond de scène, portant une plaque « Directeur » et surmontée du portrait encadré du directeur. Et puis, en l’exact milieu de la pièce, il y a le téléphone.

Maquette des éléments du décor

burlingue_decor_allege.jpg

La porte du directeur est fixe. Des planches seront clouées dessus.

Il y a lieu de prévoir une dégradation progressive du matériel de bureau, donc des parties démontables paraissant cassées.

(Idem pour les costumes)
L'auteur : Gérard Levoyer

Auteur de plus de 50 pièces de théâtre, de 150 dramatiques radio (France Culture, France-Inter, Radio Bleue, Radio Suisse-Romande, etc.), d’une centaine de sketches, de nouvelles et de scénarii pour la télévision. 

Egalement comédien, metteur en scène.

Prix SACD de la Radio en 2003

Prix Mounet-Sully 1995. Il est le fondateur du Théâtre du Ricochet (1987).

Le texte : La pièce a d’abord été éditée sous le nom de Une bière dans le piano aux Editions Editinter en 1997, puis aux Editions théâtrales Art et Comédie, en 2003 sous le nom de Burlingue.

►PRESENTATION DE LA COMPAGNIE

La Compagnie, constituée en 1989 sous forme associative pour un développement de l'action culturelle, a mis en place des structures de création, diffusion et promotion de spectacles apparentés au théâtre, travaillant également à l’animation culturelle et socio-éducative par la formation aux techniques théâtrales.

Sa première création sera une pièce pour adultes de café-théâtre : Les Charlottes.
Dans les années suivantes, la compagnie s’oriente vers le spectacle jeune public et crée son premier spectacle pour enfants en 1994, comédie burlesque alliant comédiens et marionnettes.

Aujourd'hui, 6 spectacles jeune public sont en répertoire. Le côté interactif y est privilégié et l’on y retrouve une constante de recette, à savoir : Théâtre, Marionnettes et Chansons.

Pas de Lèse-Art anime aussi à partir de 1992 des ateliers-théâtre enfants, ados, adultes et Âge d’Or. Dans ces ateliers, une part importante est donnée au plaisir de jouer et à l’expression. C’est pourquoi, on assiste souvent dans les ateliers à des créations originales à partir des improvisations mises ensuite en textes et en scène pour être jouées en fin d’année.

►EQUIPE ARTISTIQUE
►LE METTEUR EN SCENE

Didier LAGANA


► LES INTERPRETES
Silvia CLARET (comédienne, auteur, formatrice théâtre)
Débuts en 1979 à la Cave Poésie René Gouzenne à Toulouse. Puis en 1983 c’est le Conservatoire d'Art Dramatique, toujours à Toulouse pour ensuite s’inscrire entre 86 et 92 dans divers théâtres et ateliers sur Montpellier.
Elle multiplie les expériences : Animation radio, cinéma-vidéo, interventions théâtre dans différents milieux, mises en scènes, performances… Stages importants à noter entre 94 et 96 : Commedia dell’ Arte  à Montpellier et Mise en scène  Acad. Stanislavski à Paris. Entre 83 et 97, divers rôles dans diverses pièces de Tardieu, Goldoni, Ionesco, Molière…
Alexia PEYRI

1988 : ‘La Compagnie des  Nuits Blanches', dirigée par Guy Decuns, marionnettiste.

Plusieurs stages de clowns dirigés par Jean-Pierre Dargaud, une formation au 'théatre de la parole' et enfin des cours de théâtre auprès de Jacques Brière au café-théâtre de la Cicrane.

Prof. de théâtre au lycée Joffre à Montpellier et à des enfants à Castelnau le lez.

1994 et suivantes : café-théâtre 'La Cicrane' à Montpellier (comédies écrites par Michel Saillard)

2004 : ‘Pas de Lèse-Art’ : spectacles jeune public « Tralalaïe et Tralalouille

2015-2016 : Prof. de théâtre Théâtre Pierre Tabard, entre autres

Improvisatrice dans des Matchs d’Impro

 
►REGIE LUMIERE/SON et SCENOGRAPHIE

José LEGER, régisseur, décorateur, marionnettiste
ans, il fit une chute vitale en 2001 en acceptant un remplacement de régisseur. Ne fait plus que ça depuis avec un peu de comédie, de figuration et des tas d’autres choses peu enrichissantes…!
►COSTUMES

Odile PICARD, costumière
Née à notre époque, les styles modernes ou anciens ne semblent guère la déranger même si l’on s’accorde à dire qu’elle travaille beaucoup du chapeau. A rêvasser ainsi elle décroche immanquablement un Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique (Institut d'Arts Visuels d'Orléans). De 86 à 95, dessinatrice maquettiste textile - sérigraphie, ses nombreux dessins sont destinés à l'impression de tissus ; c’est texto sa période création textile.
Mais depuis 1989, elle mène en parallèle sa période conception et création de costumes de théâtre et accessoires pour de nombreuses compagnies de théâtre. Il semblerait chez elle que l’habit fasse bel et bien le moine…
►EQUIPE ADMINISTRATIVE

- Administrateur : Marc ROUX,

- Chargé de production : Pas de Lèse-Art Spectacles, pas.de.lese.art@wanadoo.fr 04.67.57.81.16


Fiche technique

Auteur : Gérard Levoyer

Date de création du spectacle : septembre 2016

Nombre de comédien(ne)s dans le spectacle: 2 voire 3

Durée : 1h20

Genre : Comédie.

Publics : enfants (à partir de 10 ans), adolescents, adultes.

La compagnie dispose de son propre régisseur.

La compagnie a les droits de la SACD pour jouer cette pièce.

Temps de montage des éléments scéniques : 2h30.

Temps de démontage des éléments scéniques : 1h15.

Espace scénique nécessaire (mini) : ouv. : 5m x prof. : 4 mètres
►CONTACTS

Cie Pas de Lèse-Art Spectacles

Chemin des Prés de la Ville 34150 Aniane

Tél: +33 (0)4.67.57.81.16 /+33 (0)6.89.50.54.29

E-mail : pas.de.lese.art@wanadoo.fr

N° SIRET et N° APE de l’association : …………………………………………………………………….. 

www.pasdeleseart.com

Cie Asphalte et Gravillons



Coproduction : Pas de Lèse-Art Spectacles et Asphalte et gravillons

Pas de Lèse-Art – Chemin des Prés de la Ville – 34150 ANIANE 04.67.57.81.16 et 06.87.50.54.29 – pas.de.lese.art@wanadoo.fr

Asphalte et gravillons …………………………………………………………………………………………………………………



similaire:

Note d’intention pourquoi ce projet ? icon► Note d'intention

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconNote d’intention

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconNote d ’ intention

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconNote d’intention

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconNote d’intention d’Isabelle grimbert

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconNote d’intention de mise en scene

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconNote d'intention Skratroum c’est une rencontre entre trois improvisateurs,...
«monde des skaters» avec ses attitudes, ses réseaux, ses postures et ce «trio», mettant en lien un projet artistique avec un mode...

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconNote d’intention
«dans son coin» en avant scène jardin, défait son tabouret pliant, se retourne vers les deux jeunes profs et, tel un marionnettiste,...

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconBiographies de Victor Hugo
«l’intention littéraire et l’intention politique». Mais IL lui faudra encore cinq ans pour se défaire vraiment des «préjugés sucés...

Note d’intention pourquoi ce projet ? iconNote d'intention
«passer à la librairie», ce n’est plus : on parle des livres, de l’ambiance, des émissions ou des articles, on sait vaguement quel...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com