Français – Bac Blanc du 5 février





télécharger 28.32 Kb.
titreFrançais – Bac Blanc du 5 février
date de publication21.07.2019
taille28.32 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos




Français – Bac Blanc du 5 février

Objet d'étude : écriture poétique et quête du sens – Corpus sur le printemps

Eléments de correction élaborés par J. Bordage,

complétés par G. Zaneboni et C. Alba
QUESTION

Ces textes cherchent-ils seulement à décrire la nature au printemps ou ont-ils une autre visée ?
La réponse n’est pas rédigée. Et elle fait référence aux textes en les citant, ce qui n’était pas obligatoire, au contraire.

1) Ces quatre textes décrivent poétiquement la nature au printemps en jouant musicalement sur les figures de style notamment la personnification

* Mention des mois d' «Avril» et de « Mai» chez Ch. D'Orléans, d' «Avril» chez Gautier, avec personnification (majuscules) et mention du « soleil de mai» chez Bertrand.

* Evocation de la saison du « printemps» (Bertrand et Dib) ou de l'« Eté» opposé à 1'« Hiver» (personnifiés également par les majuscules chez d'Orléans). Invocation faite au printemps par Gautier (( Ô Printemps »), qui prend la forme poétique d'un « petit oiseau de passage», image que l'on retrouve avec Dib à travers l'apostrophe faite à« l'oiseau têtu».

* Renouveau de la nature associé au printemps: la « livrée de verdure» (Ch. D'Orléans) a pour écho le «tapis d'herbes» et le «lilas» (Gautier) ainsi que la «ramée du chêne» (Bertrand) ou « la violette » (Dib).

2) Au-delà, ces quatre textes expriment des états d'âme d'une grande diversité en jouant sur les figures de style et les registres (lyrique, élégiaque) :

* Ch. D'Orléans joue implicitement sur l'opposition psychologique entre joie associée à la belle saison (été «plaisant» et « gentil» v. 2) et souffrance associée à l'hiver, ce «vilain» (v. 9 et 10).

* Gautier comme un enfant cherche en la nature rassurante une dimension protectrice (<< m y coucher», «bercez-moi»), et associe renouveau printanier et renouveau de l'inspiration poétique (les deux étant associés dans l'invocation finale à la « muse au frais laurier vert»).

* Bertrand reprend l'idée d'une saison qui berce (<< se bercera» 1. ]) et qui inspire (( encore un rayon du soleil de mai au front du jeune poète »), mais les adverbes « encore» et « mélancoliquement» esquissent une méditation sur la fuite des saisons et du temps qui passe; « encore un printemps» réveille donc des souvenirs nostalgiques sur la jeunesse (paragraphe 2) et l'amour (paragraphe 3).

* Dib enfin évoque une ville portuaire au printemps; c'est le support d'une rêverie, d'une « sourde pensée» (v. 8) qui laisse insatisfait comme chez Bertrand: le poète a « le cœur vide et comme aux abois» (v. 13), son monde intérieur est en quête de quelque chose d'énigmatique : le rêve, le voyage et l'exotisme (v. 12)? Est-ce plutôt lié au souvenir et au passé, v. 16 «Je cherche obstinément à me rappeler, quoi? ».

Si les quatre poètes décrivent tous le renouveau printanier, ils suggèrent, au-delà, des états d'âmes très variés.
COMMENT AIRE : le poème de Mohammed Dib

Plan possible

- I- Evocation complexe et ambiguë d'une ville portuaire au printemps

A - À travers un cadre maritime

Etude des champs lexicaux du port, de la mer : association de sensations (odorat, vue, ouïe), des règnes (animal, végétal, minéral) et des éléments (air, eau).

B - A travers l'arrivée du printemps

Importance du titre, avec échos au vers 4 (force du verbe « envahit» à commenter) et au vers 2 (<< l'air sent la violette »).

C - Mais évocation printanière brouillée par des présences et impressions funestes Métaphore « une haleine d'abîmes », en écho avec « lourds poisons », « épaves ouvertes », « sous la brume », « les usines fument » : connotations troubles et funestes de cet espace à étudier à travers ces citations.

- II - Une ouverture sur des états d'âme énigmatiques

A - De l'espace extérieur à l'espace intérieur

Etude de la progression du poème, étude de la progression des pronoms personnels (de la troisième à la première personne, en passant par la seconde) ; champ lexical de l'intériorité (<< sourde pensée », « l'âme », « cœur vide» ...) à étudier.

B - Importance du thème du voyage

Mise en valeur (contre-rejet vers 10) de l'apostrophe à l'oiseau, et connotations symboliques de l'oiseau à commenter ; thèmes du départ et de l'errance. Espérance, souvenir, exotisme et rêve se mêlent.

C - Une insatisfaction fondamentale

Poète en quête de quelque chose d'indéfini (commenter l'autoportrait moral vers 13) ; errance stérile (verbe « rôder» vers 13), importance des interrogatives (vers 10 à 12, vers 16) qui ouvrent sur l'incertitude et l'énigme.
DISSERTATION

En quoi1 l’écriture poétique permet-elle de donner du sens au monde ?

Vous prendrez appui, dans votre réflexion, sur les textes du corpus et sur ceux que vous avez lus ou étudiés.
- I - L'écriture poétique permet de donner du sens au monde, car elle est une création langagière (et musicale)

A - La poésie est langage

Elle constitue un travail sur les mots; or le langage est un moyen essentiel d'appréhender le monde et de lui donner un sens. Ce que l'on nomme vient à l'existence : « Au commencement était le verbe ».

B - Le poète est un virtuose du langage

Capacité et maîtrise du langage et des effets littéraires, choix du mot juste, travail sur le rythme, les rimes et sonorités ...

cf. exemples dans le corpus

Le poète fait vivre le langage, donc fait vivre le monde en le nommant et en lui donnant un sens :

« Sans le poète lombric et l'air qu’'il lui apporte,

le monde étoufferait sous les paroles mortes» (J. Roubaud, « Le lombric»).

Et même quand le langage joue avec l’absurde et la fantaisie (Desnos « Un jour qu’il faisait nuit » et le corpus sur poésie et fantaisie, Queneau et les OuliPiens), c’est encore le sens du monde qu’il interroge, avec l’absurde de la condition humaine (groupement sur les Topoï)

C - L'écriture poétique est une œuvre de création à part entière

Le poète est un démiurge, un créateur: voir étymologie grecque du mot poésie; Voir Apollinaire, Lettres à LouLes poètes sont des créateurs ».

cf. recréation personnelle de la saison printanière, différente dans chaque texte du corpus.

- II - L'écriture poétique permet de donner du sens au monde, car elle s'ouvre largement à son exploration

A - Le monde est la matière première du poète

Le poète ne fait pas abstraction du monde qui nous entoure: ses éléments constituent le support de son inspiration : une ville portuaire chez M. Dib, la renaissance de la nature au printemps chez Ch. D'Orléans ou chez Gautier, un lac chez Lamartine (« Le lac »).

B - Le poète cultive et affine la perception sensorielle du monde

Le poète cultive une sensibilité extrême au monde: la poésie est un appel systématique aux sens: exemple avec l'ouïe, l'odorat, la vue chez Mohammed Dib. Synesthésie présente aussi chez Gauthier et Bertrand, où le toucher est subtilement sollicité : chez ce dernier, la sensualité ouvre sur la spiritualité. Grâce aux sens, la poésie est exploration du monde.

Voir aussi Baudelaire (Tableaux parisiens) Rimbaud, « Ma Bohême» : «je les écoutais ... », «je sentais ... » ... J « je dis qu'il faut être voyant, se faire voyant. Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens » : Lettre à A. P. Demeny, Charleville, 15 mai 1871)

C - Le poète est un déchiffreur du monde

L'entreprise poétique permet de donner sens au monde car la poésie déchiffre le monde, c'est à dire qu'elle l'interprète: dans le corpus, le printemps est par exemple perçu de façon symbolique comme un oiseau: « Ô printemps! petit oiseau de passage ... » (Bertrand). Pour Rimbaud ( Ma Bohême»), fugues et errances sont un moyen de s'approprier le monde et de lui donner du sens: «Mon auberge était à la grande ourse ». Pour Hugo (<< Fonction du poète»), le poète

« Inonde de sa lumière

Ville et désert, Louvre et chaumière, Et les plaines el les hauteurs ;

A tous d'en haut il la dévoile». (Vers 55 à 58)

Dans Tableaux parisiens, Baudelaire propose une vision originale de la ville : écriture moderne pour interpréter un monde moderne. Idem avec Émile Verhaeren, Les Villes tentaculaires est un recueil de poésie écrit par Verhaeren et publié en 1895 et Apollinaire dans « Zone ».
- III - L'écriture poétique permet de donner du sens au monde car elle l'humanise

A - L'écriture poétique établit des relations entre le monde et l'homme

Le corpus offre des exemples de paysages extérieurs printaniers qui sont en correspondance avec des paysages intérieurs, des états d'âme: extériorité et intériorité sont liées. Exemples possibles avec des poèmes sur la saison de l'automne (voir exemples chez Lamartine, Baudelaire, Verlaine, Apollinaire) : ainsi le monde prend sens car il est investi par la sensibilité extrême du poète.

B - L'écriture poétique humanise le monde et tente parfois de la transformer

Il pose sur lui « ses rêves toujours pleins d'amour» (Hugo, «Fonction du poète »). Apollinaire au front, dans Poèmes à Lou, utilise la violence des armes et de la guerre pour dire la violence de son amour ; de même, il érotise l'espace guerrier, lui donnant un sens poétique, malgré sa dimension horrible et funeste.

Les poètes engagés luttent pour un monde meilleur, Les poèmes de résistance (Aragon, Eluard) contre la guerre et le nazisme, les poèmes de la négritude contre l’esclavage et l’asservissement

C - L'écriture poétique transfigure le monde

Elle a le pouvoir de métamorphoser la laideur du monde et de lui donner un sens esthétique: les étoiles se transforment en entités protectrices chez Rimbaud (Ma Bohême»), et la rosée devient « vin de vigueur ». Exemples à (re)découvrir dans Poèmes à Lou.

Une charogne en putréfaction devient la métaphore de l’écriture poétique alchimiste qui transforme le plomb - la boue - en or (cf. Baudelaire, notamment dans les Tableaux parisiens).
Invention

Un magazine littéraire invite ses lecteurs à composer un poème sur le thème « et vous, comment voyez-vous le printemps ? » et annonce que les meilleurs seront publiés dans son numéro de mai.

Rédigez votre poème, soit en essayant de vous plier aux exigences du vers, soit en écrivant un poème en prose.

Vous insèrerez ce poème dans une lettre, adressée au rédacteur en chef de la revue, lettre dans laquelle vous présenterez et défendrez votre production et expliquerez le sens que vous avez voulu lui donner.

Cf. Bonnes copies

1 Rappel : « en quoi » est l’équivalent de « pour quelles raisons » (optique justificative et non pas optique délibérative).

similaire:

Français – Bac Blanc du 5 février iconD. S. bac blanc de français n°3

Français – Bac Blanc du 5 février iconBac blanc du Mercredi 5 Février 2014
«et vous, comment voyez-vous le printemps ?» et annonce que les meilleurs seront publiés dans son numéro de mai

Français – Bac Blanc du 5 février iconBac blanc de français Durée : 2 h 30 Coefficient : 2,5
«Quel malheur !» et IL m'a repoussée. La légende veut qu'il m'ait fait tomber. En tout cas, je ne m'en suis pas remise. Je veux dire...

Français – Bac Blanc du 5 février iconBac blanc de français : Proposition de corrigé à plusieurs mains
«raison» et de signification, au profit des œuvres plus enrichissantes qu’il n’y parait. Ainsi, le lecteur gagne en humanité, la...

Français – Bac Blanc du 5 février iconProblématiques du Bac Blanc

Français – Bac Blanc du 5 février iconBac blanc – Objets d’étude

Français – Bac Blanc du 5 février iconBac Blanc 2005 stt

Français – Bac Blanc du 5 février iconSerie es. Lundi 16 mai. Bac blanc n la poesie

Français – Bac Blanc du 5 février iconQuelques remarques avant le bac blanc du 21 mai 2016
«détour par l’Autre», c’est-à-dire du regard sur l’étranger : un Perse ou un Huron. Et de les amener à réfléchir

Français – Bac Blanc du 5 février iconFrançais bac pro





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com