Plume par Michel Crespy





télécharger 127.43 Kb.
titrePlume par Michel Crespy
page1/12
date de publication10.06.2018
taille127.43 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12
La Gazette de Montpellier

Numéro 1172 du 02 au 08 décembre 2010

Sommaire


Plume par Michel Crespy

La question éco par Jean Matouk, économiste

Gare Le quartier Nouveau-Saint-Roch sur les rails

Vidéosurveillance : les 130 caméras de Montpellier sont-elles efficaces ?

Les7 Infos clés de la semaine, sûr de n’avoir rien loupé ?

Culture

Prix Goncourt 2010 Michel Houellebecq, l’écrivain des classes moyennes

Assises : viol, mensonges et cent euros

Villages

Aurel : un dessinateur qui cartonne

Argent : "Comment je me suis fait arnaquer par une bulle"

Energaïa - L'électricité solaire est-elle toujours rentable ?

Un ordinateur portable pour chaque lycéen

Fraude au handicap : pas manchots, les bandits

Gens d'ici

Agglo : Jean-Pierre Moure, l'homme qui risque d'en étonner plus d'un

EAI Un "Central Park" dès le mois de janvier

Montpellier, la folie des sushis

Mes bons plans : René Revol, maire de Grabels et responsable du Parti de gauche.

Rumeurs et chuchotements :

La maison de la presse

Plume par Michel Crespy


Télé, Jean-Pierre Pernaut est-il plus objectif qu’Audrey Pulvar ? Audrey Pulvar est écartée de la tranche d'information qu'elle animait sur i-TV en raison de la candidature de son compagnon, Arnaud Montebourg, à la présidence de la République. Le même problème s'est présenté pour Béatrice Schönberg, Christine Ockrent ou Anne Sinclair, sans parler des nombreuses liaisons plus discrètes qu'on ignore (allant jusqu'aux présidents de la République). Phénomène fréquent : les journalistes faisant profession d'observer et suivre les politiques, quand on vit trop au contact de quelqu'un, l'inévitable survient. Il pose une question : faut-il éloigner un journaliste qui vit avec un dirigeant politique parce que son objectivité en serait compromise ? Étendons le problème. Michel Denisot fait du vélo avec Sarkozy. Malgré cette proximité, personne ne trouve anormal qu'ensuite il l'interviewe. Les choix politiques de Jean-Pierre Pernaut sont évidents. Ne couchant pas avec un politique (pour autant qu'on sache), est-il plus objectif qu'Audrey Pulvar? Nous avons tous, journalistes ou non, parfois des amitiés mais toujours des préférences. L'objectivité n'existe pas parce que nous ne pouvons pas faire comme si nous ne pensions rien. Il n'y a que trois garde-fous. Le premier est la clarté : connaissant la relation entre Audrey Pulvar et Montebourg, le téléspectateur prendra le recul nécessaire en l'entendant. Le second est le pluralisme : si on trouve de mauvaise foi un journaliste penchant à gauche, il ne manque pas de collègues de droite et vice-versa. Le troisième, enfin, l'honnêteté professionnelle qui consiste à ne rien occulter par idéologie. C'est elle qui sépare le journaliste du propagandiste et c'est la seule chose qu'on devrait considérer.

Retour sommaire

La question éco par Jean Matouk, économiste


Que coûte la corruption ? : Les commissions sur la vente des sous-marins au Pakistan, comme, jadis, des frégates à Taiwan, ramène dans l'actualité, de façon lancinante, la question de la corruption d'agents publics. Il y a d'abord la petite corruption, celle du policier ou du petit fonctionnaire d'état civil, dans les pays sous-développés. Marginalement aussi, dans nos pays, par exemple, celle relative à l'allocation des emplacements d'étals de marché. Pour nous, la corruption n'est pas grave. Mais elle pourrit et appauvrit un peu plus la vie de milliards d'hommes, de l'Inde à la Colombie. Puis vient celle de notre élu local ou de son fonctionnaire, lors du vote d'un plan d'urbanisme, pour un permis de construire, pour attribuer des marchés, recevoir des travaux non conformes. Celle du haut fonctionnaire, pour fixer le prix d'un médicament, ou tarder à l'interdire. Celle du parlementaire "lobbyisé" avec obole, pour infléchir une loi. On peut y assimiler celle du médecin spécialiste qui abuse des dépassements d'honoraires. Elle est quelquefois en espèces ! Ou en séjours de vacances luxueux ! Ou en travaux privés gratuits ! Moralement inadmissible, celle-là ! Elle peut être coûteuse à la société, en cas de séries de décès iatrogènes, construction en zone inondable ou graves malfaçons. Honte aux électeurs qui réélisent des corrompus ! Vient enfin la grande corruption internationale. Tolérée par toutes les législations avant 2000, elle est interdite depuis dans les pays membres de l'OCDE. Mais elle se maintient, mieux cachée, car, pour exporter grands chantiers et armements, il faut qu'un intermédiaire sur place "graisse" politiques, généraux et amiraux. D'après la Banque mondiale, elle représente à peu près 750 milliards d'euros. Pour 4 ou 5 milliards de "pauvres" dans le monde, c'est 150 € par an pour des gens dont le revenu annuel moyen est de 700 €. Écœurant!

Retour sommaire

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Plume par Michel Crespy iconPlume par Michel Crespy

Plume par Michel Crespy iconPlume par Michel Crespy : Rêve et si l’on abandonnait l’euro ?

Plume par Michel Crespy iconPlume par Michel Crespy : Affaire Laëtitia, sanctionner le jap ? Mais IL n’existe pas !

Plume par Michel Crespy iconPlume par Michel Crespy : Scepticisme, faites semblant de croire et bientôt vous croirez

Plume par Michel Crespy iconPlume par Michel Crespy : Simplisme, à ceux qui prennent une frontière pour un horizon

Plume par Michel Crespy iconGrâce au coup de plume de Charles

Plume par Michel Crespy iconMichel bousseyroux
«bien» ou «mal». C’est qu’il tombe. Pas en taille basse. Par terre. Qu’il tombe complètement

Plume par Michel Crespy iconCompagnie la Diagonale Théâtre du Gué
«Le petit séjour au Texas» de j m weber mis en scène par Michel Parent en 2012; «Conversation au coin du feu» mis en scène par Jérôme...

Plume par Michel Crespy iconCe texte a été publié par la revue Genesis, éditions Jean-Michel Place, en 1994
«ensemble clos dont les relations internes définissent une créativité récursive»

Plume par Michel Crespy iconLe mot «surréalisme» apparaît pour la première fois en 1917 sous...
«surréalisme» apparaît pour la première fois en 1917 sous la plume de Guillaume Apollinaire : «Tout bien examiné, je crois en effet...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com