Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278)





télécharger 45.77 Kb.
titrePèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278)
date de publication08.11.2019
taille45.77 Kb.
typeDocumentos
Discriminacion

Faula

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 – 1278)
Non sabi dins quina ciutat

tombèt del cèl un plujarat

que tot òme a pena tocat

ne demorèt destimborlat.
Totes desenats manca un

escapat d'aquel revolum

que dins son ostal dormissiá

quand la mala raissa ploviá.
Aqueste, d'aver pro dormit

se levèt salve del resquit,

venguèt defòra entre las gents

que fasián fòls experiments:
un en camisa, l'autre nud,

un escupís coma un perdut

un tira pèiras a grand crit,

quand un renèga, l'autre ritz...
Lo que son èime aviá gardat

ne foguèt esmeravilhat,

ja comprenguèt qu'èran capbords

e agachèt a son entorn...
De l'avisar venir plan suau

diguèron: « Qu'es aquel colhaud

que çò que fasèm non pòt faire? »

Es inocent a lor vejaire,
e li cridan de fòl, de fat

qui lo carpana, qui lo bat,

qui lo brandís e qui lo buta

tant que lo paure en desbaruta
fugís en grand pena e grand mal

s'amagar tot dreit a l'ostal. [...]
adaptacion en occitan modèrn de Leon Còrdas
FABLE. Pèire Cardenal

traduction française d'un extrait
Je ne sais dans quelle ville tomba du ciel une forte pluie qui rendit fou tout homme à peine touché.

Tous privés de raison, sauf un, qui échappa à cette catastrophe car il dormait dans sa maison quand l’averse maléfique tombait.

Celui-ci, parce qu'il avait dormi tard, se leva sans avoir reçu la moindre éclaboussure. Il alla dehors parmi les gens qui prenaient de folles attitudes.

L'un en chemise, l'autre nu, l'un crache de tous côtés, l'un jette des pierres en criant, quand l'un insulte, l'autre rit.

Celui qui avait gardé son esprit, en fut très étonné. Il comprit alors qu'ils étaient fous et il continua à observer autour de lui.

En le voyant venir ainsi, tout calme, les autres dirent: "Quel est ce nigaud qui ne fait pas ce que nous faisons ?" C'est lui le fou, à leur avis.

Et on le traite d'anormal, d'idiot, on le gifle, on le bat, on le secoue et on le pousse... Tellement, que le pauvre homme, tout déboussolé, doit s'enfuir à grand peine et grand mal pour aller se cacher dans sa maison.
Pèire Cardenal est né vers 1180 au Puy en Velay qui est alors une ville importante. Il fut accueilli dans les cours de la noblesse occitane, celle de Raymond VI de Toulouse notamment. Il vécut près de 100 ans, écrivit beaucoup et fut un remarquable témoin de son temps. Il dénonça la barbarie des guerres, les excès de l'Eglise, l'immoralité de l'époque, le mal sous toutes ses formes... Pèire Cardenal a très souvent des propos étonnamment contemporains et universels.

Les Troubadours sont des écrivains occitans du Moyen-Age connus dans l'Europe entière. En occitan, "trobar" signifie "trouver, inventer". Les "trobadors" sont donc des créateurs, des "trouveurs" de mots et de musiques car à cette époque les textes sont chantés.

Ils composent des cançons (poèmes d'amour), des tensons (joutes oratoires) mais aussi des sirventés (textes politiques sur l'actualité).

Il y a eu près de 500 troubadours dont certains étaient des femmes (trobairitz).










Guilhèm IX d’Aquitània

Pèire Vidal

Comtessa de Dia

trobadors (compositeurs)

joglars (interprètes)

Non discrimination. Tolérance. Fraternité


Antoine Bigot (Nimes 27 de febrièr de 1825 - Nimes, 7 de genièr de 1897)

Traduction:

FRATERNITE
Jeune étranger, mes vêtements ne sont pas coupés comme les tiens, tes cheveux sont longs et ton visage n’est pas de la couleur du mien. Mas ton coeur bat dans ta poitrine pour tout ce qui est vrai, bon et grand; au seul mal tu tournes le dos… - Tu es mon frère, serrons-nous la main.
Que cherches-tu, pâle sonjeur, tout recourbé sur ton papier? – Dans le bonheur des travailleurs mon idée creuse son lit. Je m’efforce pour que chaque heure porte un peu de joie et de pain à qui trime, souffre et pleure… - Tu es mon frère, serrons-nous la main.
Et toi, bon vieux à barbe grise, on dirait que tu pousses des soupirs. Que veux-tu ? – Je suis la loi de Moïses, des chrétiens m’ont rompu de coups. Si les pères ont mal agi, je m’étonne que l’on jette la pierre aux enfants; comme moi, que Dieu les pardonne…- Tu es mon frère, serrons-nous la main.
Moi, dans nos déserts de sable, la demi-lune fait la loi. Le bon Dieu dans nos fables se montre un peu à tout moment. Je crois qu’aimer vaut tout sur terre, car homes rouges, noirs ou blancs, nous sommes les enfants d’un même père… - Tu es mon frère, serrons-nous la main.
Moi, dans la main je tiens l’épée; je fais la guerre en aimant la paix: aux peuples qu’un tyran écrase je porte secourset me repose ensuite. Au dessus de ma tête les éclairs et le tonnerre fulminant; je n’ai pas peur, je vais toujours en avant si un cri de liberté m’appelle … - Tu es mon frère, serrons-nous la main.
Moi, vous savez, j’ai une famille; entre tracas et bouleversements, j’élève garçons et filles, coeur au bien et tête au travail. Je leur disais: “Laissez donc les bagarres; aux yeux de Dieu, rien ne vaut autant qu’un Coeur bon et une vie honnête… - Tu es mon frère, serrons-nous la main.
Antoine Bigot.

FRATERNITAT


Joine estrangièr, mis abilhatges

Son pas copats coma li tieus;

Ti peus son long e ton visatge

Es pas de la color dau mieu;

Mai ton còr bat dins ta peitrina

Per tot çò qu’es vrai, bòn e grand,

Au mau solet viras l’esquina…

- Siás mon fraire, tòca la man.
De que cèrcas palle sonjaire,

Acrochonit sus ton papièr ?

-Dins lo bonur di travalhaires

Mon idea cava son liech.

Posse i ròdas per que chaca ora

Pòrte un pauc de jòia e de pan

A quau trima, patís e plora…

- Siás mon fraire, tòca la man.
E tu bòn vièlh a barba grisa

Sembla qu’aissejas. De que vòls ?

Suvisse la lei de Moïsa,

De crestians m’an romput de còps.

Se li paires an fach mau, m’estone

Qu’òm trague la pèira is enfants;

Coma ieu, que Dieu li perdone…

- Siás mon fraire, tòca la man.
Ieu, dins nòsti desèrts de sabla,

La mièja-luna fai la lei.

Lo Bòn Dieu sota nòsti fabla

Se mòstra un pauc ara, un pauc puèi.

Crese qu’aimar vau tot sus tèrra

Car òmes roges, negres, blancs,

Sèm lis enfants d’un mèma paire…

- Siás mon fraire, tòca la man.
Ieu, dins la man tene l’espasa,

Fau la guèrra en aimant la patz

I pòple qu’un tiran escrasa

Pòrte secors, me pause après.

Dessus ma tèsta lhauça e tròna ;

Ai pas paur, vau totjorn avant

S’un crit de libertat me sòna…

- Siás mon fraire, tòca la man.
Ieu, pechaire ! ai una familha ;

Entre pensaments e rambalh

Abarrisse garçons e filhas,

Còr au ben e tèsta au travalh.

Ié disiá : Laissatz li batèstas ;

Is uèlhs de Dieu, ren vau pas tant

Qu’un còr bòn, una vida onèsta

- Siás mon fraire, tòca la man.



Antòni Bigòt (Nimes 27 de febrièr de 1825 - Nimes, 7 de genièr de 1897)

Transcription en orthographe classique
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Bigot

http://oc.wikipedia.org/wiki/Ant%C3%B2ni_Big%C3%B2t

Fraternité. Non-discrimination
LA PÒRTA DAB LO PÈ

Quan sii fatigat d’estar un semiador de mots,

Quan aji dens lo cap au mens un milèr de cançons,

Un dia qu’anirèi tà la maison de l’estrangèr,

Que possarèi la pòrta, la pòrta dab lo pè.

Que’u diserèi :  « jo n’èi jamei arrenegat arren,

Que soi deu men país, e deu monde tanben,

Hip, hòp,

Qui s’a pergut l’esclòp,

Ni jo, ni tu, ni jo, ni tu, ni jo ni tu tanpòc.
Adiu, quin va, adiu quin va ?

Si vòs que la te canti, la te vau cantar.
Qu’averèi a la man un tròç de hampa, ua ascla d’alh,

Ua botelha de vin, ua fotò de la mair,

E tres pedàs au còr, un vielh saunei de cocotièr,

Que possarèi la pòrta, la pòrta dab lo pè.

Que’u diserèi, e si jamei e vòls minjar un nhàc,

Jo qu’èi tot çò qui cau, aquiu dehens lo sac.

Criu, crau,

Non i a pas tròp de mau,

Qu’ei lo crit de la hampa, en devath deu caishau.
Adiu, quin va, adiu quin va ?

Si vòls que la te canti, la te vau cantar.
A estar capborrut que n’èi gahat tant de cohats,

A’m vóler har l’aviéner dab las pèiras deu passat,

Shens malicia, shens vergonha, shens nat maishantèr,

Que possarèi la pòrta, la pòrta dab lo pè,

Que’u diserèi, que sèi çò qui ei d’aver paur a l’escur,

E qu’a noste tanpòc, lo cèu n’ei pas tot blu,

Que plau,

Que l’èi copada atau,

La ceva deu casau qui hè plorar lo cèu de Pau.
Adiu, quin va, adiu quin va ?

Si vòls que la te canti, la te vau cantar.
De tot aquò, de tot aquò, jo que soi portador,

Jo qu’èi lo men sorelh, e que l’escambii per lo son.

Que sèi lo conte vielh de la princessa e de l’aulhèr,

Que possarèi la pòrta, la pòrta dab lo pè.

Que’u diserèi, n’èm pas parelhs, e donc que t’èi besonh,

Tà poder m’ajudar a estar çò qui soi.

Chut, chut,

L’as tu entenut,


Chanson du groupe Nadau.

Video: http://www.youtube.com/watch?v=lcAC6cVctFg
Si la branca peta, peta, peta, qu’èm fotuts.
Traduction en français:
LA PORTE AVEC LE PIED
Quand je serai fatigué d’être un semeur de mots,

Quand j’aurai dans la tête au moins un millier de chansons,

Un jour j’irai à la maison de l’étranger,

Je pousserai la porte, la porte avec le pied.

Je lui dirai : Je n’ai jamais rien renié,

Je suis de mon pays, et du monde aussi,

Hip, Hop,

Qui a perdu son sabot,

Ni toi, ni moi, ni toi, ni moi, ni toi, ni moi non plus.
Salut, ça va, salut, ça va?

Si tu veux que je te la chante, je vais te la chanter.
J’aurai à la main un morceau de lard, une gousse d’ail,

Une bouteille de vin, une photo de ma mère,

Et trois pansements au coeur, un vieux rêve de cocotier,

Je pousserai la porte, la porte avec le pied.

Je lui dirai : « Si jamais tu veux manger un morceau,

Moi j’ai tout ce qu’il faut, là dans le sac. »

Criu, Crau,

Y a pas trop de mal,

C’est le cri de la ventrêche sous la molaire.
Salut, ça va, salut, ça va?

Si tu veux que je te la chante, je vais te la chanter.
A être têtu, j’ai ramassé tant de gifles,

A vouloir me faire un avenir avec les pierres du passé,

Sans colère, sans honte, sans méchanceté,

Je pousserai la porte, la porte avec le pied,

Je lui dirai : Je sais ce que c’est d’avoir peur du noir,

Et que chez nous, non plus, le ciel n’est pas tout bleu,

Il pleut,

Je l’ai coupé comme çà,

L’oignon du jardin qui fait pleurer le ciel de Pau.
Salut, ça va, salut, ça va?

Si tu veux que je te la chante, je vais te la chanter.
De tout cà, et de tout ça, je suis porteur,

J’ai mon soleil et je l’échange avec le sien.

Je connais la vieille histoire de la princesse et du berger,

Je pousserai la porte, la porte avec le pied.

Je lui dirai : On n’est pas pareils, j’ai besoin de toi

Pour m’aider à être ce que je suis.

Chut, Chut,

L’as-tu entendu,

Si la branche cède, cède, on est foutus…

Non discrimination. Intégration
Un article de presse sur un jeune d’origine maghrébine devenu champion de course camargaise.


Oc-ben! Première année. CRDP d’Aquitaine

Unitat 7. Los espòrts e los jòcs.

Texte oral sur le CD du manuel.

http://crdp.ac-bordeaux.fr/oc-ben/integrale.pdf


similaire:

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconQuel occitan pour demain ?
«des occitanismes», devrions-nous dire pour être davantage en adéquation avec la réalité), on est en droit – et l’on a le devoir...

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconLes extraits proposés dans ce dossier sont disponibles en échange...
«Quand vei la laudeta mover» Bernard de Ventadour (1130 / 1190) troubadour 1’39

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconToulouse l’occitane. Toulousaines et Toulousains célèbres. Histoire....

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconTable des matières
«L’apprentissage d’une langue vivante fait dorénavant partie du programme obligatoire» : quel cadre pour l’occitan à la maternelle...

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconLes mots français d’origine occitane (français) (cycle 3)
«e muet» n’existe pas. La désinence finale féminine latine «a» s’est maintenue en occitan

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconDans le cadre du Projet Pédagogique 2009-2010 «Représentations de l’espace occitan»
«Arelate», mot d’origine celte que signifie «lieu sacré près de l’étang». Cette ville a plus de 2500 habitants

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconMusée départemental des Merveilles de Tende
«pensée philosophique*», seront accompagnées de panneaux contenant des poésies, parfois en occitan (traduites pour la circonstance),...

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconDictionnaire de la langue parlée en Nord Comminges, Fezensaguet,...
«l’occitan general» que, plan soent, son les medishes d’un cap a l’aute de las tèrras occitanas, e que son les mèi nombroses

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconCourse en durée (Niveau 3)
«village occitan», grandit le quartier Andromède qui présente une ligne architecturale contemporaine sur deux cents hectares en cours...

Pèire Cardenal, troubadour occitan (1180 1278) iconProverbes et dictons du pays d’oc / Antonin Perbosc; réunis et présentés...
«ça ne se discute pas». Aussi, dans les sociétés orales, tout pouvoir – religieux, judiciaire, politique – cultive l’expression proverbiale...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com