Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad





télécharger 1.16 Mb.
titreLouange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad
page2/5
date de publication06.08.2019
taille1.16 Mb.
typeDocumentos
1   2   3   4   5

Mon fils ! Que de nuits tu as passées en études, te privant de sommeil; je ne sais quel était ton but. Si c’était pour ce bas monde, pour ses biens, pour ses dignités et pour t’en vanter devant tes égaux et tes semblables, alors malheur à toi, oui malheur à toi! Si, par contre, ton intention était de vivifier la loi du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-, de former ton caractère, de soumettre ton âme portée au mal, tu es alors bienheureux, oui, tu es bienheureux. Il a dit vrai celui qui a écrit:
“Les yeux veillent en vain toute autre que Ta Face; En vain coulent les pleurs pour un autre que Toi”.
Choisis, mon fils, la durée de ta vie: tu mourras; l’objet de ton amour: tu le perdras; d’agir comme il te plaît; Allah te rétribuera.
Mon fils ! A quoi bon tant d’études, théologie, logique, médecine, rhétorique, poésie, astronomie, prosodie, syntaxe, morphologie, si c’est du temps perd en désaccord avec Allah ?
J’ai trouvé ceci dans l’Evangile de Î’sâ -‘aleyhi salam-: “Entre l’instant où le mort est mis dans le cercueil et celui où on la dépose sur le bord de la tombe, Allah, par sa Grandeur, lui pose quarante questions dont la première est celle-ci: “Tu t’es montré, ô mon serviteur, très pur aux yeux des créatures durant bien des années. Mais cette pureté, tu ne me l’as pas montrée, non, pas même une heure”; et, pourtant, chaque jour Allah regarde dans ton cœur et dit: “Que de soucis tu te donnes pour les autres quand tu es comblé de mes bienfaits! Mais toi, tu es sourd et tu n’entend pas”!
Mon fils ! Connaissance sans pratique est folie! Pratique sans connaissance, inutilité. Sache que si la science ne t’éloigne pas aujourd’hui des choses défendues et ne t’invite pas à la soumission, elle ne te gardera pas davantage demain du feu de l’Enfer. Ne mets pas en pratique tes connaissances aujourd’hui et tu diras demain au jour de la Résurrection, si tu n’es pas parvenu à rattraper les jours passés:
Laisse-nous retourner sur terre. Nous y ferons le bien

(Coran, XXXII, 12).
On te dira: “Imcile, mais tu en viens !
Mon fils ! Affermis ton esprit, déroute ton âme et mortifie ton corps, car la tombe est la demeure et le peuple des cimetières t’attend. Garde-toi bien d’arriver chez eux sans viatique. Abû Bakr as- Siddîq -qu’Allah l’agrée- dit: “Les corps sont une cage ou une étable: Demande-toi ce qu’est le tien. Si tu es du nombre des oiseaux célestes, quand tu entendras battre le tambour qui te rappellera à ton Seigneur, tu t’envoleras à tire d’ailes jusqu’au plus haut degré du Paradis; comme le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- a dit: “Le trône du Clément a tremblé à la mort de Sa ‘d bin Mu’add”5.
Par contre, malheur à toi, si tu es du nombre des bestiaux, suivant la parole du Tout-Puissant:
Ceux-là sont comme des bêtes.”

(Coran, VII, 178)
Que dis-je :

ils sont plus égarés encore

(Coran, VII, 178)
Ne crois donc pas être en sûreté lors de ton passage du fond de la maison terrestre au fond de l’abîme du Feu. — On raconte qu’Al-Hasan al-Basrî -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a demandé un jour un verre d’eau fraîche; lorsqu’il eut saisi le verre, il perdit connaissance et le verre tomba. Ranimé, on lui dit: “Qu’as-tu ô Abû Sa’îd?” Il répondit: “Je me suis rappelé le désir des habitants de l’Enfer lorsqu’ils crient à ceux du Paradis:
Répandez sur nous un peu deau, ou un peu de vos joies célestes!

(Coran, VII, 50)
Mon fils ! S’il te suffisait d’avoir la science abstraite, sans les œuvres, la voix divine irait crier en vain: “Y a-t-il quelquun qui appelle, qui implore, qui se repent ?6 On raconte qu’un groupe de Compagnons du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- cita le nom d’Abdallah Bin ‘Omar devant le Prophète, qui dit ? “Ce serait un excellent homme s’il priait la nuit7. Il dit aussi à l’un de ses Compagnons: “Ami, ne dors pas trop la nuit, car celui qui dort trop la nuit se retrouve muni le jour de la Résurrection !”
Mon fils ! “cite le Coran, la nuit. Cest là une œuvre pie” : c’est une injonction. —
A l’aurore, ils étaient jà en prière, ils demandaient pardon

(Coran, XVII, 81.)
C’est une action de grâces.
Et ceux qui implorent le pardon dAllahu taâlâ au lever de l’aurore

(Coran, LI, 18.)
C’est une invocation.
Le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- a dit: “Allahu taâlâ aime trois voix: celle du coq, celle qui récite le Coran et celle qui implore le pardon du Créateur à laurore8.
Sufyân at-Tawrî -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit: “Allahu ta’âlâ fait souffler à l’aube un vent que chargent les appels et les demandes adressées à Allahu ta’âlâ”.
Il a dit aussi: “A la tombée de la nuit, un héraut crie au pied du Trône divin: Debout, serviteurs d’Allah! Ils se lèvent et rendent grâces; puis un autre héraut appelle au milieu de la nuit: Ames pieuses, éveillez-vous ! Ils se lèvent et prient jusqu’au point du jour. A l’aube un héraut appelle de nouveau: Vous qui avez à implorer pardon, debout! Ils se lèvent et implorent le pardon d’Allah. Au lever du soleil, un dernier héraut appelle: Hommes légers, debout! Ils se lèvent de leurs lits, tels les morts ressuscités de leurs tombes”.
Mon fils ! On raconte que le sage Luqmân parmi les conseils qu’il donna à son fils, place ces paroles:
“Mon fils! que le coq ne soit pas plus vigilant que toi lorsqu’il appelle Allah à l’aurore; alors que toi, tu dors”.
Et voici ces vers:
“Une colombe a gémi, dans la nuit, sur une branche:
Je dormais... Mon Allah, mon Allah! Mon amour est un menteur: Sur un véritable amour, elle
n’eût pas pris d’avance...
Je suis l’amant aux yeux secs, mais elle verse des pleurs !”
Mon fils, savoir ce que c’est qu’obéir et adorer, voilà la quintessence de la science. Elle exige, sache-le bien, que tu suives le Législateur dans ses ordres comme dans ses défenses, qu’ils s’agissent de paroles ou d’actions. En d’autres termes, tout ce que tu dis, fait et abandonnes, doit être inspiré par l’observance de la Loi. Si, par exemple, tu choisis pour jeûner le jour de la Fête du Sacrifice ou les jours consacrés à sécher au soleil la chair des victimes, tu enfreindras la règle. Ou encore, si tu exécutes la prière, vêtu d’une robe arrachée par force à autrui, tu pècheras, bien que ton acte ait les apparences d’une adoration.
Mon fils ! Il te faut donc conformer tes paroles et les actes à la Loi9; car connaître et agir en dehors des règles qu’elle prescrit sont des erreurs. Ne te laisse pas davantage égarer par les excès extravagants du mysticisme: pour suivre cette voie, il faut effort et lutte, il faut suspendre les désirs de nafs, anéantir ses caprices par le glaive de l’exercice et non par de folles et vaines chimères. Sache que la langue débridée et le cœur comblé de désirs futiles sont des signes funestes. Si tu n’humilies pas ton nafs par une lutte sincère contre ses désirs et ses caprices, tu n’illumineras pas ton cœur par la connaissance. Sache aussi qu’il est impossible de répondre par écrit ni verbalement à certaines des questions que tu m’as adressées. Si tu parviens à cet état, tu en connaîtras la nature; sinon, le connaître est impossible parce qu’il appartient au domaine de goût: tout ce qui relève de ce domaine, il est impossible de le décrire par des paroles, comme l’on ne connaît la douceur de ce qui est doux et l’amertume de ce qui est amer que par le goût. Ainsi, on raconte qu’un impuissant écrivit à un ami lui demandant de lui expliquer le plaisir sexuel. Il reçut la réponse suivante: “O un tel, je te croyais impuissant seulement, or je constate maintenant que tu es, à la fois, impuissant et sot; car ce plaisir est du domaine du goût: y arrives-tu? tu en connais la nature, sinon sa description est impossible en paroles ou par écrit”.
Mon fils ! Quelques-unes de tes questions ressemblent à cette dernière. Quant à celles auxquelles on peut répondre, je les ai mentionnées dans ma Régénération des sciences religieuses et dans d’autres de mes livres. J’en cite ici une partie tout en y renvoyant. Je dis:
“L’homme qui suit la voie de la vérité a quatre obligations à observer:


  • C’est d’abord une foi très vive, sans trace d’hérésie.




  • C’est ensuite un repentir sincère après lequel tu ne reviennes plus au péché.




  • En outre, c’est un effort pour contenter tes rivaux afin que personne ne puisse te réclamer une réparation quelconque.




  • Enfin, c’est l’étude des sciences religieuses conformément aux ordres d’Allah; puis, celle des autres sciences qui aident au salut de l’âme."


On raconte qu’aş-Şiblî -qu’Allah lui fasse Miséricorde- dit: “J’ai suivi quatre cents maîtres et j’ai lu quatre milles hadiths. Puis j’en ai choisi une seule que j’ai mis en pratique à l’exclusion de toute autre, parce que je l’ai médité, et j’y ai trouvé ma délivrance et mon salut. J’y ai trouvé aussi la science entière des Anciens et des Modernes. Je m’en suis contenté. Voici ce hadîth: “Le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- dit un jour à l’un de ses Compagnons: “travaille pour la vie d’ici-bas dans la mesure tu résideras sur la terre; travaille pour la vie future dans la mesure tu dois y demeurer; travaille pour son Seigneur autant que tu as besoin de Lui et travaille pour le feu de l’Enfer autant que tu pourrais en supporter lardeur10.
Mon fils ! Si tu connais ce hadith, tu n’auras pas besoin de beaucoup de science.
Médite aussi cette autre histoire: Hâtim al-Aşamm -qu’Allah lui fasse Miséricorde- était du nombre des amis de Şaqîq al- Balhî -qu’Allah lui fasse Miséricorde-. Un jour celui-ci lui demanda: “Tu me suis depuis trente années déjà; quels avantages en as-tu retirés ?” Hâtim répondit: “J’en ai retiré huit qui me suffisent, parce que j’espère obtenir par là ma délivrance et mon salut”. Saqîq demanda alors quels étaient ces avantages ? Hâtim répondit:
1) J’ai observé les créatures et j’ai vu que chacune d’elles avait un être qu’elle aimait et chérissait. Il est de ces êtres aimés qui accompagnent la personne qui les aime jusqu’à la maladie grave; d’autres qui l’accompagnent jusqu’au bord du tombeau puis se retirent en la laissant toute seule; mais aucun n’entre avec elle dans la tombe. Cela m’a donné à réfléchir et je me suis dit: “le meilleur ami de l’homme serait celui qui le servirait jusque dans la tombe pour lui tenir compagnie”. Un tel ami, seules les bonnes œuvres m’en ont tenu lieu. Je les ai alors aimées afin qu’elles me soient un flambeau dans ma tombe, qu’elles m’y tiennent compagnie et ne m’y laissent pas seul.
2) J’ai constaté, en second lieu, que les gens suivent leurs caprices et se hâtent de satisfaire aux désirs de leurs nafs. J’ai alors médité la parole d’Allahu ta’âlâ:
“En revanche, ceux qui auront respecté leur Seigneur et vaincu leurs passions, auront le paradis pour séjour”

(Coran, LXXIX, 40-41).
J’ai été sûr alors que le Coran est la pure vérité. Je me suis mis à combattre les tendances de mon nafs et me suis apprêté à leur faire la guerre et à barrer la route à ses caprices jusquà ce quelle devienne docile et shabitue à se soumettre à Allah.
3) J’ai vu tous les êtres humains courir après les biens du monde, les tenir et les garder âprement; j’ai alors médité la parole d’Allahu ta’âlâ:
Vos biens sont périssables, les biens dAllah sont éternels

(Coran, XVI, 98).
1   2   3   4   5

similaire:

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconProphète Muhammad, le Prophète d'Allah
Muhammad: sa vie basée sur les documents les plus anciens par MartinLings a perdu son statut d'être acclamé dans le monde entier...

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconAu début du viie siècle, un caravanier de La Mecque, Mahomet (Muhammad...
«Dieu» en arabe) l'a choisi comme dernier prophète après Abraham, Moïse et Jésus. IL doit prêcher une nouvelle religion : l'islam...

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconAssurément, la Louange est à Allâh le Seigneur du Trône Sublime,...
«J'ai rédigé ce recueil de hadîths authentiques à partir de 300 000 hadîths transmis oralement.»

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconLa définition d'al-Ilah
«Quand les hypocrites viennent à toi, ils disent : «Nous attestons que tu es certes le Messager d'Allah» Allah sait que tu es vraiment...

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconSur le droit à la non-communication des différences
«Sur le Droit à la Non-Communication de la Différence». Ethnopsy. Les mondes contemporains de la guérison (Paris), no. 4 (avril 2002),...

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconVoyages imaginaires et récits des autres mondes
«autres mondes» évoluent avec le temps, elles transmettent de siècle en siècle des images et des procédés qui entrent dans la tradition...

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconI. Période anté-islamique
«Médecine du Prophète» a été constituée recommandant la Sobriété (al himya), l’équilibre en tout, l’observation et l’expérience....

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconLa Petite Auto, Appolinaire
«les choses en grand», comme la guerre. La modernisation permet aussi des confrontations inouïes qui n’ont pas lieu sur terre, elle...

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconCe poème se trouve à la fin de la partie
«Correspondances» : «…pèse comme un couvercle sur l’esprit gémissant» «…et qu’un peuple muet…» «des cloches tout à coup…un affreux...

Louange à Allah, le Très-Haut, Maître des Mondes; Fin heureuse à ceux qui Le révèrent; Bénédiction et Paix sur son Prophète Muhammad iconII. Résumé de l’histoire 6
«Le Roi et l’Oiseau est l’histoire d’un roi très mauvais qui a des ennuis avec un oiseau très malin et plein d’expérience; IL y aussi...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com