Le programme est en ligne sur le site officiel





télécharger 467.03 Kb.
titreLe programme est en ligne sur le site officiel
page11/11
date de publication06.08.2019
taille467.03 Kb.
typeLe programme
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

Saint quelqu’un, de Louis Pauwels




résultat de recherche d\'images pour
C’est lui, Louis Pauwels
Début : « Je ne vais pas, tout de même, écouter ce grillon jusqu’au matin…

C’est pendant que j’allais à la mairie que Juliette l’a trouvée. Elle a voulu nettoyer mon veston et, naturellement… Je me demande pourquoi je ne l’ai pas cachée, ou encore déchirée avant d’arriver à la maison. Non, je m’aperçois que je ne me le demande pas.

Je viens de me lever pour regarder le calendrier. Nous sommes le 31 août. Je suis donc revenu hier soir. J’avais besoin de m’en assurer parce que le temps s’est figé depuis mon retour de la mairie. Je ne peux plus parler. J’ai l’impression qu’à partir de ce moment j’ai été changé en pierre et enfoncé dans le sable. Et c’est stupide, mais je ne réussis pas à m’empêcher de sentir qu’il neige, qu’il tombe une neige épaisse, dehors.

Il y a deux ans, j’ai été requis par une entreprise de bétonnage. Je suis obligé de suivre les chantiers qui se déplacent sur les côtes, et je ne reviens à la maison que tous les deux mois, pour huit jours. Ainsi ma permission tombait le 30. J’avais ce chiffre dans la tête depuis longtemps. Je pense que c’est pour cela que je suis arrivé hier soir. Je ne sais pas.

Je crois bien que j’étais heureux. Sûrement j’étais heureux. Mais est-ce que je suis malheureux en ce moment ? On ne peut pas dire que je sois tout à fait malheureux. »

 

 

Fin : « Il y a bien homme sur le monde qui peut me dire ce qu’il faut faire quand on a le bonheur que j’ai. Mais peut-être qu’en ce moment même, lui aussi cherche sa place et son destin sur la terre, arrêté comme moi sur une route de banlieue. Et au-dessus de sa tête comme au-dessus de la mienne, passent des troupes d’hirondelles qui s’en vont vers l’Orient. »
Octobre 1943 – Juillet 1945


La réaction : Louis Pauwels
Louis Pauwels est un journaliste et écrivain français, né à Paris le 2 août 1920 et mort à Suresnes le 28 janvier 1997. Rédacteur en chef de «Combat», il dirige ensuite le mensuel «Marie-France», puis fonde et dirige pendant six ans la fameuse revue «Planète», consacrée à la science, à la philosophie et à l'ésotérisme. En 1970, il fonde le Figaro Magazine dont il prend la tête jusqu'en 1993. Auteur fécond et reconnu, Le Matin des magiciens écrit en 1960 reste son ouvrage majeur.

Biographie


Louis Pauwels a été élevé par son beau-père Gustave Bouju, artisan tailleur du fait du remariage de sa mère française — Louis Pauwels prononçait lui-même son nom « Povels » et indiqua à Jacques Chancel dans une de ses « Radioscopie » que c'était ainsi qu'il fallait le prononcer, même si la prononciation exacte en néerlandais eût été « Pôls ».

Instituteur à Athis-Mons de 1939 à 1945 (licence de Lettres interrompue au début de la guerre), il commence sa carrière littéraire en publiant dans de nombreuses revues littéraires françaises mensuelles dès 1946 (EspritVariété, etc.) et durant les années 1950

Louis Pauwels se marie en première noces avec Suzanne Brégeon. Ils ont une fille, Marie-Claire, journaliste qui obtint le prix Roger-Nimier en 2003 pour Fille à papa, une biographie de son père ; et un fils, François, patron pêcheur à Trouville puis restaurateur à Paris. Il épouse en secondes noces l'actrice Élina Labourdette, avec qui il adopta une fille, Zoé.

Il décède à Suresnes le 28 janvier 1997 d'une crise cardiaque. Il est enterré au cimetière du Mesnil-le-Roi (Yvelines).

Parcours

Les débuts


À la Libération, il participe à la fondation de « Travail et Culture » en 1946 (proche du PCF, destinée à la culture des masses, dont il est le secrétaire), puis entre dans les groupes Gurdjieff en 1948 pour quinze mois, à l'issue desquels il devient rédacteur en chef de Combat en 1949 et éditorialiste au quotidien Paris-Presse . Il dirigera (entre autres) la Bibliothèque Mondiale (précurseur du « Livre de Poche »), Carrefour, le mensuel féminin Marie Claire, et la revue Arts et Culture en 1952. Il publie pendant cette période plusieurs romans, dont le très remarqué L'Amour monstre, qui sont considérés comme des romans d'avant-garde, malgré leur style plutôt classique. L'Amour monstre reçut des voix au Prix Goncourt 1955 et est cité par Serge Gainsbourg dans sa célèbre chanson « Initials B.B. ».

Le Matin des magiciens


Avec Jacques Bergier (rencontré en 1954 alors qu'il était directeur littéraire de La Bibliothèque Mondiale), il écrivit en 1960 Le Matin des magiciens, et en 1970 la suite interrompue de L'Homme éternel. Le livre Le Matin des magiciens est truffé de fictions : par exemple, Karl Haushofer ne s'est jamais rendu au Tibet et l'ensemble des assertions de cet ouvrage, attribuant à Haushofer une influence ésotérique sur l'idéologie nazie — utilisation du svastika, création du corps des SS, membre de sociétés secrètes ésotériques telles que l'Ordre de Thulé et la Société du Vril, contact avec l'Ordre hermétique de l'Aube dorée — ont été réfutées par les travaux de Hans-Adolf Jacobsen.

Le 25 novembre 1960, Pauwels interviewe Maurice Paponpréfet de police de Paris, faisant un portrait de lui en tant que « philosophe humaniste » ; Papon vient de publier L'Ère des responsabilités, un an avant le massacre du 17 octobre 1961. En 1961, il interviewe l'écrivain Louis Ferdinand Céline.

Toujours avec Bergier (ainsi que François Richaudeau), il fonde en octobre 1961 la revue bimestrielle Planète (environ 150 pages, format carré, 17 x 17 cm) qui paraîtra jusqu'en mai 1968 (elle sera relancée la même année sous le titre Le Nouveau Planète ; 64 numéros au total entre les deux éditions). Diverses études hors-série plus fouillées seront publiées dans une collection par auteurs appelée « Encyclopédie Planète » (chaque volume comptant environ 250 pages — une trentaine de volumes) et les 17 « Anthologies Planètes » déléguées à Jacques Sternberg regrouperont de courts textes d'auteurs sur un sujet donné.
L'ufologue Aimé Michel, appartient lui aussi à la rédaction de Planète.

Le Matin des magiciens et son prolongement périodique, la revue Planète, valent à Louis Pauwels la célébrité et créent un engouement en France pour le paranormal, les civilisations disparues et les mystères de la science.

Planète


Le succès de la revue Planète et du concept de Réalisme fantastique est tel que Louis Pauwels peut développer un petit groupe de presse, les Éditions Retz, qui publie deux autres revues, Plexus, magazine érotique, et Pénéla, magazine féminin, tous deux sur le même format carré et à dos carré que Planète, dont la promotion est assurée par le slogan La première revue de bibliothèque. Planète connaît une douzaine d'éditions en langue étrangère et suscite des débats de 1961 à 1970, les uns, comme Umberto Eco (« La Guerre du Faux ») ne voyant dans la revue qu'une imposture intellectuelle et scientifique, les autres (dont Henri Laborit) appréciant son anticonformisme et son apport à une société française alors en pleine mutation. La polémique est aujourd'hui largement éteinte et Planète est considérée par certains comme une revue de haute tenue, dont les approximations dans l'information, les délires ésotériques ou ufologiques, les apologies de la drogue étaient en partie compensés par un rédactionnel et une iconographie en phase avec son temps.

Elle contribua également à faire mieux connaître du grand public des auteurs comme BorgesKeyesClarkeSheckley et Brown.

Du JDD au « Fig Mag »


Louis Pauwels arrête Planète au début des années 1970, lassé de répéter une formule qui était de toute façon tombée dans le domaine public, aussi bien dans la forme (la revue de même format Janus) que dans le contenu (la série des livres L'aventure Mystérieuse des Éditions J'ai lu). Il se concentre alors sur une nouvelle revue, Question de, orientée uniquement sur la spiritualité. Parallèlement il rédige de nombreux articles pour Le Journal du dimanche en 1975-1976. En 1977, il dirige les services culturels du Figaro, où il établit les bases du Figaro Magazine, hebdomadaire dont il prend la tête jusqu'en 1993. Fin 1986, lors des manifestations étudiantes contre le projet de loi Devaquet, Pauwels se déchaîne dans Le Figaro contre les manifestants qu'il affirme atteints de « sida mental ».

Membre fondateur de la Fondation Marcel et Monique Odier de psycho-physique à Genève en 1992 avec Gabriel Veraldi et Rémy Chauvin, il fut aussi la même année le 1er parrain de Nouvelles, l’École du journalisme à Nice, école privée non reconnue par la profession.

Le retournement


Revenu à la foi catholique, il a pris ses distances avec sa période PlanèteAlain de Benoist (GRECE) lui dédia ainsi son livre Comment peut-on être païen ? en 1981 (éd. Albin Michel), peu avant sa conversion de novembre 1982 à Acapulco, provoquée par un accident que Louis Pauwels jugeait incompréhensible. (Wikipédia)

OUI

Vous pouvez poster des messages et commentaires sur jlc3po@hotmail.fr ou irp.cfdt@oonm.fr


Non, ce n’est pas fini : il reste le générique.
résultat de recherche d\'images pour
(KZRG)

image associée
(Hernandez)

résultat de recherche d\'images pour
(Jean-Jean)

résultat de recherche d\'images pour
(Grand choriste rebelle)


résultat de recherche d\'images pour
(Raymond King)

résultat de recherche d\'images pour
(Maître Jolipourry)

résultat de recherche d\'images pour
(Toni)


résultat de recherche d\'images pour
(Gary)


résultat de recherche d\'images pour
(Queue de cheveux)

résultat de recherche d\'images pour
(Philippe & Carole)


résultat de recherche d\'images pour

(DD président)

résultat de recherche d\'images pour
(Madame Z)

résultat de recherche d\'images pour
(Madame Delatour)

Vous pouvez poster des messages et commentaires sur
irp.cfdt@oonm.fr
Mais aussi directement sur le site http://operagglocfdt.unblog.fr/
OUI
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon

Le programme est en ligne sur le site officiel iconLe programme est en ligne sur le site officiel
«Privilège» pour tous les spectacles de l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com