C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson





télécharger 3.72 Kb.
titreC’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson
date de publication07.12.2017
taille3.72 Kb.
typeDocumentos
C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. « La Double Coquette » est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson et le poète Pierre Alféri de « La Coquette trompée », une comédie à ariettes d’Antoine Dauvergne sur un livret de Favart. C’est une oeuvre par nature « palimpsestueuse » : tout naturellement, les ajouts contemporains viennent prolonger, en une rhapsodie insolite et enjouée, ce pastiche des « Sybarites » de Rameau, créé en 1753. Installant une complicité espiègle avec les spectateurs, Gérard Pesson, par ses compositions aux rythmes imprévus, fait par moments entendre Bizet, Mahler ou encore « Un jour, mon prince viendra ». Cette esthétique du caprice donne au spectateur le sentiment d’une invention improvisée, alors qu’elle procède d’une extrême sophistication.

Le livret de Favart puise dans le matériau théâtral de l’époque : apartés, travestissements, fausses confidences, portrait de l’être aimé – transposé ici sur un iPad –, sentimentalisme de convention et naïvetés compliquées… On est pourtant touché par la poésie du texte. Verlaine avait trouvé chez Favart le lieu de son inspiration. Tout est ici « sentiments flottants », tourbillon, aile légère ou ombres fugitives : « Ces feux errants / Dont la vapeur légère / Éclaire en voltigeant / Les ombres de la nuit / Égarent sitôt qu’on les suit ». Par ses propres vers, qui célèbrent la confusion des genres, Pierre Alféri détourne le texte avec élégance et en ravive le charme suranné. Tout dans ce spectacle nous enchante : les musiciens qui interprètent avec talent cette fête galante, les créations bigarrées d’Annette Messager aux costumes, le beau timbre et le phrasé remarquable du ténor Robert Getchell. C’est un spectacle raffiné, « soluble dans l’air », « sans rien en lui qui pèse ou qui pose ».

similaire:

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconRapporte un objet de chez toi, caché dans un sac
«cadavre exquis», c’est-à-dire une phrase bizarre, drôle, étonnante ou poétique… on peut s’amuser à corriger la phrase donnée du...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson icon«La poésie au miroir de la musique»
«sauté le pas», imaginant avec un compositeur une œuvre aux frontières de la parole et du chant, du langage et du son, de la poésie...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconAlbums
«le subtil Ulysse». Subtil tel est cet album, superbe réécriture du chant XVII (vers 290-328), le récit est soutenu par une illustration...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconBureautique. Pratiquer Microsoft office- word
«ce qui retourne à la ligne» est un énoncé linguistique soumis à des contraintes formelles d'ordre métrique. Du respect de telles...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconL’Histoire des arts est définie par le document Encart Bulletin officiel...
«d’amateurs éclairés». IL doit par ailleurs les aider à franchir spontanément les portes d’un musée, d’une galerie, d’une salle de...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconEmmanuelle garnier
«morale» un ensemble de normes sociales concernant le comportement des individus dans une organisation sociale donnée et régies par...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconUne liste de site proposée par le crdp d’Amiens où on peut télécharger...
«auteur contemporain», le texte n'est pas libre de droit et son utilisation, autre que privée, est soumise à une demande d'autorisation...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconRôles et fonctions du théâtre antique
«la tragédie est une imitation faite par des personnages en action et non par le moyen de la narration, et qui par l’entremise de...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconL’utopie est axée sur une exaltation permanente du futur. Elan fantasmatique face à la réalité
Eclaircissons notre idée par une comparaison tirée de la musique. Nous avons abandonné le motif entièrement developpé selon son é...

C’est une étonnante partition que le théâtre des Abbesses nous a donnée à entendre. «La Double Coquette» est une réécriture par le compositeur Gérard Pesson iconGeorges brassens auteur, compositeur et interprète français L’enfance
«A chaque fois que j’écrivais une chanson, je me disais : Est ce qu’elle plairait à Bonnafé ?» Alphonse Bonnafé est devenu plus tard...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com