Sélection des poèmes pour Primaires





télécharger 137.91 Kb.
titreSélection des poèmes pour Primaires
date de publication26.04.2017
taille137.91 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > littérature > Documentos


PRINTEMPS DES POETES 2011


SELECTION DE POEMES

DE LA REUNION


PRIMAIRES



Sélection des poèmes pour Primaires

PRINTEMPS POETES 2011

  1. Le piton des neiges [extrait] / Auguste Lacaussade

  2. A bourbon [extrait] / François Saint-Amand

  3. Les filaos [extrait] / Léon DIERX

  4. Les pailles en queue [extrait] / Auguste de Villèle

  5. Les lilas / Myriam Cazalou

  6. Iles Seychelles / Patrice TreuthardT

  7. La mer na in Pays / Jean Albany

  8. Le ciel / L’ciel / Jean Albany

  9. La Mare / Iris Hoarau

  10. Simple et sûr asile / Karl Lauret [extrait]

  11. Pluie et Soleil / Agnès Gueneau

  12. Le palmier / LECONTE de Lisle

  13. Letchis / Guy Agenor

  14. La solitude du guetteur de fond / Patrice TreuthardT

  15. La Rénion lé éré / Axel Gauvin

  16. La montane / Baster

  17. Il est une île / Agnès Gueneau

  18. Dan’d mon joli jardin [extrait] / Jean Albany


Le Piton des Neiges


« Tu sembles, dans le grand silence,
Du vent léger qui se balance,
Ou de l’ouragan qui s’élance,
Ecouter le bruit dans les cieux,
Et, comme un aïeul solitaire,
Sur l’océan et sur la terre,
Fixant un regard centenaire,
Veiller, songeur mystérieux.


Quand le soleil s’éteint et que l’ombre est venue,
Quand la lune se lève au-dessus de la nue,
La mer autour de toi roule, mouvant miroir;
Et tu vois les vaisseaux, comme de blancs fantômes,
Glisser à l’horizon dans les vapeurs du soir. »


Auguste LACAUSSADE, In Poèmes et Paysages, 1852, [extrait].

Auguste Lacaussade (1815, Saint-Denis - 1897, Paris)

Fils d’un avocat de grande famille bordelaise et d’une esclave affranchie, Lacaussade est durablement marqué par sa naissance « inférieure ». À dix ans déjà, ce jeune mulâtre refusé au Collège Royal, doit quitter l’île pour aller faire ses études en France. Deux séjours à Bourbon le découragent d’y vivre ; il ne se sent pas bien dans une société coloniale esclavagiste. Seule consolatrice, la nature tropicale lui inspire Les Salaziennes, publiées en 1839, dédiées à Victor Hugo. Déçu par l’avènement du Second Empire, il abandonne tout militantisme pour privilégier la poésie. Poèmes et Paysages, en 1852 puis les Epaves en 1861 remportent un prix de l’Académie française et lui accordent enfin la reconnaissance de ses compatriotes


A Bourbon

«Le flot harmonieux qui baigne tes rivages

Reflète avec orgueil l’azur de ton beau ciel ;

Près de tes champs fleuris, par delà les nuages,

Tes monts dressent leurs pics battus par les orages,

Au pied de l’Eternel.»
François SAINT-AMAND, In les Bourbonnaises, 1858, [extrait].
François Saint-Amand

Saint-Amand, « créole de l’île Bourbon », fait partie de ces auteurs qui écrivent à la réunion à l’ombre des grands poètes parisiens. Le recueil les Bourbonnaises rassemble des poèmes d’inspirations diverses, des fables et des chansons.

Les filaos


[…]
«Des profondeurs du bois, des rampes sur la plaine,
Du matin jusqu’au soir, sans relâche, on entend
Sous la ramure frêle une sonore haleine
Qui naît, accourt, s’emplit, se déroule et s’étend
Sourde ou retentissante, et d’arcade en arcade
Va se perdre aux confins noyés de brouillards froids,
Comme le bruit lointain de la mer dans la rade
S’allonge sous les nuits pleines de longs effrois.
Et derrière les fûts pointant leurs grêles branches,
Au rebord de la gorge où pendent les mouffias,
Par place, on aperçoit, semés de tâches blanches,
Sous les nappes de feu qui pétillent en bas,
Les champs jaunes et verts descendus aux rivages,
Puis l’Océan qui brille et monte vers le ciel.»

[…]

Léon Dierx

Les lèvres closes, 1867 [extrait]


Léon Dierx (
1838, Saint-Denis – 1912, Paris)

Léon Dierx est un poète parnassien et peintre académique français. Il est élu Prince des poètes à la mort de Mallarmé en 1898. A sa mort, le nouveau musée d’art de Saint-Denis reçoit son nom.

Les pailles-en-queue


« Dès qu’à l’or du soleil glissant au-dessus d’eux
Le profil des monts s’illumine,
On voit les blancs oiseaux s’envoler, deux par deux,
De chaque gorge de ravine ;

De celle de la Forge et de celle d’Yvon
Comme de celle de Saint-Gilles,
Ils volent sur Saint-Paul, traversant l’horizon
De quelques coups d’ailes agiles.

Avant de s’élancer vers le flot miroitant
En une neigeuse avalanche,
Leur vol, qui s’accroît, tourne au-dessus de l’Etang
Comme une grande écharpe blanche. »


Auguste DE VILLELE, In Rayons de miel, 1926, [extrait].

Auguste de Villèle (1858, Saint-Denis – 1943) Arrière-petit-fils de Madame Desbassayns, il est également le petit-neveu de Joseph de Villèle, qui fut ministre. Homme de sciences, passionné d'agronomie et de voyages, il s'intéresse à la poésie par goût pour le Parnasse et par amour pour son île. Il se place sous l'influence de José-Maria de Heredia, Léon Dierx mais aussi Pierre de Ronsard. Néanmoins, sa poésie souffre d'un manque d'originalité et d'inspiration. Son unique recueil, Rayons de miel, est composé de 47 poèmes, dont 38 sonnets, de valeur inégale, écrits entre 1876 et 1926 et regroupés par thèmes.


LES LILAS
Les lilas jolis ont fleuri
Leurs thyrses couleur d’améthyste
Fusent en gros bouquets d’artiste
Les lilas jolis ont fleuri

C’est la féerie et l’ivresse,
Les lilas jolis ont fleuri.
Tout est rêverie et tendresse
Les lilas jolis ont fleuri.
Myriam CAZALOU, In Joyaux et souvenirs, 1975.

Myriam Cazalou (1912, Saint-Denis - )

Originaire d’un milieu aisé, Myriam Cazalou a été enseignante et a fait paraître des recueils représentatifs d’une poésie descriptive empreinte d’exotisme.

Ses œuvres sont  Joyaux et souvenirs  (1975) et La Réunion, Paradis perdu  (1983).


ILES SEYCHELLES

Pour Virginie de Mahé

Iles Seychelles

nées

des noces de la terre

et de la mer

je me rappelle le cateau noir

le vol du paille en queue

des oiseaux fous

dans le bonheur des îles

Mahé

je me souviens

d’une île verte et chaude

d’anse en anse parcourue

par la douceur des plages

et les trois îles

voici Praslin

les coco-fesses fuguant

dans la vallée de mai

voici Cousin

les lézards noirs au clair de terre

et puis la Digue

oh la Digue

derrière l’embarcadère

un cahotement de bœufs

nouant

le pacte avec les voyageurs

et les autres Seychelles

troupeaux d’îles pas abordées

ma mémoire vous salue

comme un bateau ancré

la temps d’une escale

en l’archipel…
(voyage aux îles Mai 1986)
Patrice TREUTHARDT, In KORBEY D’OR, Avril1991.

Patrice Treuthardt (1956, Saint-Denis -)

Après des études secondaires à La Réunion, il se rend à Marseille pour y poursuivre des études supérieures. Au bout de trois mois, le mal du pays l’oblige à revenir à La Réunion. Poète, militant culturel, il a été un des premiers membres du groupe Ziskakan qui met en musique et chante certains de ses poèmes. Grâce aux « kabars fonnkër » qu’il anime, il joue ainsi un rôle important dans la reconnaissance de la langue créole et la diffusion de la culture réunionnaise.
La mer na in pays
La mer na in pays

La mer vy voit lé blé

Pareil’ en flèr z’agapanthe

Liane’ en flèr ‘si la pente

La brise pencor fané

La mer na in pays

Pays-là La Réunion
Pays-là pays-là

Pays-là l’a pas tout’pays

Pays-là La Réunion…
Lo ciel na in pays

Lo ciel vy voit lé blé

Boul’-do-blé dand’ bassine

La nuit y fait de ‘signes

Croix du sud ek Véli

Lo ciel na in pays

Pays-là La Réunion.
La terre na in pays

In volcan y gaspille

Pareil’ tortie dand’ l’eau

Guette dand’ Mornes l’indigo

Guette champs d’ cannes y quadrille

Vert ek mauve c’ ti pays

Pays-là La Réunion
Créol’ na in pays

Pareil pareil son ker

Y batte séga soleil

In pays plein do moune

Zot la peau tout’ coulèr

C’ti pays-là mon frère

Pays-là La Réunion.


Jean ALBANY, In Indiennes, 1981.
Jean Albany : (1917, Saint-Denis - 1984, Paris) []. Chirurgien dentiste, c’est la peinture et la littérature qui l’intéresse le plus. Son premier recueil de poèmes,  Zamal  (1951) révolutionne la poésie réunionnaise d’expression française. Bleu Mascarin  (1969) fait date à son tour : c’est le premier recueil de l’époque contemporaine en créole réunionnais qui met en valeur le créole comme langue d'expression poétique. Enfin son P’tit glossaire qui sera suivi du Supplément au P’tit Glossaire est une contribution très importante à la collecte du patrimoine du créole de La Réunion.

LE CIEL
Le ciel s’en est allé, avec de blancs nuages,

Chercher un peu de vent, à la crête des vagues,

Un peu de vent tiédi qui courbe les roseaux

Sur le bord des étangs,

Un peu de vent perdu qui porte les oiseaux

Sur le bord des rivières.

Jean ALBANY,In Zamal, 1951.

L’CIEL
L’ciel l’a chappe avec un’ tralée d’nuages

Blancs comme un cœur palmiste

L’a rode su’récifs où n’avait d’rouleaux

Y batte ein pé l’écume

Pou trapp’ce vent qu’ l’avait fait cant’1typhas2

Le bord l’Etang Saint Paul

Un vent qu’ l’avait grène balais fleurs coco

Su’ l’Etang Bernica

Un vent qu’avait tord ‘la tête filaos

Tout ’La Plaine Savannah

Et qu’l’avait part’ ravage les Hauts Bois-de-Nèfles

Par La Ravine d’Yvon

Après perd’ chemin l’avait gagne courage

Ar’ tourn ’d’sus La Marine

Pou’ mène la pêche ein dé trois paille-en-queues

Rondage3 Cap Barre-à-Mine.
Jean ALBANY, In Bal indigo, 1976.

1.canter ; pencher d’un côté

2. typhas : joncs des étangs.

3. rondage : lieu de pêche à cinq ou dix kilomètres de la côte où passent les courants chauds. Le plancton y fusionne. Dans cette zone, crabes, crevettes, calamars et méduses profilèrent ; eux-mêmes sont la nourriture des poissons de grand large.
Jean Albany : (1917, Saint-Denis - 1984, Paris) []. Chirurgien dentiste, c’est la peinture et la littérature qui l’intéresse le plus. Son premier recueil de poèmes, Zamal  (1951) révolutionne la poésie réunionnaise d’expression française. Bleu Mascarin (1969) fait date à son tour : c’est le premier recueil de l’époque contemporaine en créole réunionnais qui met en valeur le créole comme langue d'expression poétique. Enfin son  P’tit glossaire qui sera suivi du Supplément au P’tit Glossaire est une contribution très importante à la collecte du patrimoine du créole de La Réunion.


LA MARE


Paisible, elle somnole au fond de son écrin !

Elle écoute, en rêvant, les chansons du matin !

Quand la brise chuchote à l’oreille des pins

Quelque secret surpris aux buissons des ravins.

Elle aime les grands bœufs dont le rude pelage

Parsème de tons clairs le gazon de sa plage,

La libellule bleue et le canard sauvage

Endormi, sur les bords, et qui s’éveille et nage.

Son eau verte s’éclaire au baiser des rayons,

Profonde, elle reflète, avec l’ombre des monts,

La silhouette souple et gracile des joncs,

Et sur le ciel bleu frais, les saules nains et blonds.

Et, de l’aube à la nuit, elle poursuit son rêve,

Rêve mystérieux qui jamais ne s’achève,

Qu’elle conte peut-être aux rochers de sa grève

Quand, pâle au front des monts, la lune d’or se lève.

Cilaos 1927

La Mare aux joncs

Iris HOARAU, In Poèmes mes enfants 1980

Iris HOARAU (1896, Bras-Panon - 1982)

La passion de l’école et de la poésie

En 1916, elle quitte l’Ecole Normale de Saint Denis pour embrasser la carrière d’institutrice. Pour elle, c’était toute sa vie : croire en la vie et former à la vie. A tel point que lorsqu’elle prend sa retraite en juin 1959, elle va se donner toute entière à son école privée mixte à Saint Denis. Ses mérites seront reconnus par la Croix de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. Elle sera décorée de la Croix de Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques.

Simple et sûr asile

« …

Je sais dans l’Océan une île où la nature

Peut au moins dérouler une page encor pure.

... »

-Oui…

« Il est au fond des mers une Ile merveilleuse

Et toute de beauté,

Dont le front est baigné de clarté radieuse

Et de sérénité !

… »

-Il est une île jeune

« Sortie des profondeurs de l’Océan

Mise au monde dans un souffle de géant

… »

«  Il est une Ile fière aux rives de basalte,

Aux sommets enivrés d’azur et de soleil,

Une Ile dont le cœur enthousiasmé s’exalte

Sous l’ardente « Fournaise » et les grands soirs vermeils.

… »

Karl LAURET, In Visite mon île … en poésie…, 1988 [extrait].

Karl Lauret est né le 21 avril 1943 à Saint-Leu.

Il commence en 1964 comme instituteur, puis devient professeur de collège. En 1984, il est nommé Inspecteur départemental de l’Education Nationale, adjoint à l’Inspecteur d’Académie de La Réunion. Ses poèmes ont pour but de faire rêver et d’imaginer. «Je me suis donné pour objectif de faire visiter mon île à des amoureux de la promenade et de la poésie. »
PLUIE ET SOLEIL

Il faisait un si grand soleil

C’est à la vie

Que j’ai ouvert mes volets

Et la pluie de lumière

Qui a ruisselé sur mon cœur

M’en a conté de bien belles
Il faisait de si lourdes averses

C’est à ma peine

Que j’ai ouvert mes volets

Et sur mon bonheur défait

S’est déversé un bouquet de mille pleurs

Que je ne peux vous raconter
Il faisait de si grands vents

C’est à l’aventure

Que j’ai ouvert mes volets

Je voulais à tous les temps m’en aller

Et n’importe où me perdre

Et ma peine égarer
Il m’est revenu un jardin de tant de fleurs

C’est au bonheur enfin

Que j’ai ouvert mes volets

Pluie et soleil au rendez-vous de la vie

Et que valsent les jours de gris et de rose

Et qu’importe quand tous les regrets s’en sont allés

Agnès GUENEAU, In Pluie et Soleil 2004
Agnès Guéneau (1937, Saint Denis - ) Agnès Gueneau fait des études universitaires à Montpellier avant de revenir à la Réunion comme professeur de philosophie. Elle a participé à différentes associations culturelles et écrit une œuvre essentiellement consacrée à la Réunion. Elle est l’auteure de recueils poétiques comme La Réunion, une île, un silence (1978) et Ferveurs (1988). Elle a aussi écrit des textes pour enfants où l’on note une poésie légère et aérée. Elle a aussi publié deux romans comme La Terre Bardzour granmoune où elle évoque l’humble existence de Parle-Pas et la vie difficile des gens des hauts mais aussi les joies authentiques que procure la vie de la terre (1981), Le chant des Kayanms (1993).
LE PALMIER


Svelte palmier,

Arbre léger,

Dont verte branche

En éventail,

Au frais travail,

Longue s’épanche,

Quand le soleil

Jaunit du ciel

La draperie

Pure, arrondie,

Qui dans le loin

Lasse la vue

D’une étendue

Bleue et sans fin ;

Oriental,

Original,

Féerique même !

Si moelleux,

Si gracieux !

Que vent caresse

Tel qu’un soupir

De doux loisir…

De gentillesse

Et de fierté,

Libre, aéré,

Ton front s’élance

Et se balance

Avec plaisir

Et noble grâce

Pour rafraîchir

Celui qui passe ;

Et puis encor

Comme un point d’or

Comme un prestige

Qui luit, voltige,

Illusion,

Et fiction !

L’aile enflammée

Et contractée

Du cardinal

Rouge spiral

Semble au feuillage

Un peu volage !


Leconte de Lisle,

In Leconte de Lisle le Réunionnais, 1996.


Charles Marie Leconte de Lisle (1818, Saint-Paul - 1894 )

Pendant plusieurs années, il a été propagandiste d’idées républicaines, malgré des parents propriétaires d’esclaves, il fut un anti-esclavagiste actif. Dès 1852, il devient le chef de file du mouvement Parnassien. En 1886, il est élu à l’Académie française au fauteuil de Victor Hugo.


LETCHIS

A L.-Ch. Raynal

Le vieux roi du verger

de ma tante,

cette année

de letchis tout chargé,

aimante

ma nichée.
Cascades de rouge velours,

les fruits lourds

pendent en grappes dans le feuillage

et s’étagent

en rangs pressés

de la base au sommet.
A l’œuvre, enfants,

petits et grands !

Que tout le monde pille !

Les letchis du verger

nous font signe

et veulent être mangés.
Pourpre au dehors, rugueuse et âcre,

blanche au dedans, reflets de nacre,

leur peau sert, vous le savez,

à s’écorcher le nez,

et leurs noyaux font des toupies

vernies.

Happons leur chair laiteuse,

à bouches goulues.

Sur nos lèvres heureuses

ruisselle le jus

à la saveur étrange

de notre vendange.
En voici deux bien accolés,

deux letchis qui font « phillipine »!

Qu’en dites-vous, ma cousine ?

Parions, si vous voulez,

et qui perd gagne,

boit du champagne.



Guy AGENOR, In Rubis, Saphirs et Topazes, 1966.


Guy Agénor (1911, Champ-Borne - )
Poète et enseignant comme beaucoup d’autres auteurs réunionnais, Guy Agénor, commence une carrière d’instituteur, devient bibliothécaire puis directeur d’école jusqu’en 1971 où il prend sa retraite.

Guy Agénor a obtenu le Premier Prix du livre de philosophie de la section Arts et Lettres d’Algérie en 1953.

La solitude du guetteur de fond

je suis
celui
qui prend la mer
par temps de houle
qui rend la terre
par temps de foule
n’ayant pris
l’heure
avec personne
je n’aurai
de reproche
à faire
qu’à moi-même
en plein
océan


jadis
les nakhudas
firent leur baptême
de mer


Patrice TREUTHARDT, In Les manèges de la terre, 1995.
Patrice Treuthardt (1956, Saint-Denis -)

Après des études secondaires à La Réunion, il se rend à Marseille pour y poursuivre des études supérieures. Au bout de trois mois, le mal du pays l’oblige à revenir à La Réunion. Poète, militant culturel, il a été un des premiers membres du groupe Ziskakan qui met en musique et chante certains de ses poèmes. Grâce aux « kabars fonnkër » qu’il anime, il joue ainsi un rôle important dans la reconnaissance de la langue créole et la diffusion de la culture réunionnaise.
La Rénion lé éné
Promié débi,

Le tréfon n loséan Indien.

Total fénoir

Poison san zié

Minm laz Bondié

I mor zot vi trankilman
Episa lo félir

Episa lo pétir

Lo fon la mér i krak

Lo fon la mér i kas

Gran dézord

Limièr zéklèr

Féso lanfér !

La tèr i komans vomi son trip dofé.
Lav si lav

Ros si ros

Dofé si dofé

Simanté par la min volkan

Nout sato i grinp

Pa tro vit

Pa tro Dousman

Parèy pésèr soumarine

I mank toufé

Soman i vé p

Tonm invalid
Episa in zour

Lèr!

Lokzizèn!

La briz de mèr!

Le Féklèr!

Dé féklèr i bit inn sanm l’ot

Féklèr la ter, féklèr solèy

Nout péi i pous

I pous minm

I grandi po tas moyen

Désot le sièl…

Axel GAUVIN, In Romans po detak la Lang demay le ker, 1983.
Axel Gauvin (1944, Bois-de-Nèfles Saint-Denis -)

Il fait ses études secondaires à La Réunion, puis ses études supérieures à Bordeaux et à Paris. Depuis 1973, il enseigne, d’abord les sciences naturelles dans divers établissements de son île natale, puis la LCR (Langue et Culture Réunionnaise) à l’IUFM et à l’Université de la Réunion.

LA MONTANE

Parol ek mizik/Alain Joron
La Rényon inn tipéi li lé dan la mèr

Si son kèr lé plin flèr
La montane i pli son rin

Gro soley i sof son do

Dan son kèr li pri Bondié

Po fé tomb farine la pli
A aaa aaa……
In zour in péi tamarin la trouv traka dann siklone

Son blésir inn ti lékors
La montane i pli son rin

Gro soley i sof son do

Dan son kèr li pri Bondié

Po fé tonb farine la pli
A aaa aaa…..
Zordi ti lékors la la grandi

Domoune partou la trouv la vi
La montane i pli son rin

Gro soleil i sof son do

Dan son kèr li pri Bondié

Po fé tonb farine la pli
A aaa aaa….
In gran bato wé o

An plin la mèr o

Lo sièl i ramas son plèr
La montane i pli son rin

Gro soley i sof son do

Dan son kèr li pri Bondié

Po fé tonb farine la pli

BASTER, In Partitions Basse- Vocal- Guitare, 2003.

Baster est un groupe incontournable à La Réunion dont le leader est Thierry Gauliris. Son reggae mélodique et entraînant rythme les festivals de l'île, et c'est toujours une fête lorsqu'ils se produisent sur scène.

IL EST UNE ILE


Il est une île

Jetée à tous les vents

Une île pour le peintre et musicien

Pour le poète et l’enfant

Pour le ciel et l’oiseau
Il est une île

Aux mille corolles éclatantes

Buvant un soleil brûlant

Ivres de chaleur

Ivres de lumière
Il est une île

Aux lourdes montagnes lovées dans la brume

Aux plaines épuisées d’or

Tremblant sous une brise suave

Dans la douceur du petit matin
Il est une île

Aux mille visages

Eclatés à tous les temps à tous espaces

Une île poignante

Au cœur des hommes

Et que toi et moi

Nous avions tant aimée

Une île jetée à tous les vents

Une île pour le peintre et le musicien

Pour le poète et l’enfant

Pour le ciel et l’oiseau

Agnès GUENEAU, In L’Ile-femme, 1987.
Agnès Guéneau (1937, Saint Denis - ) Agnès Gueneau fait des études universitaires à Montpellier avant de revenir à la Réunion comme professeur de philosophie. Elle a participé à différentes associations culturelles et écrit une œuvre essentiellement consacrée à la Réunion. Elle est l’auteure de recueils poétique comme La Réunion, une île, un silence (1978) et Ferveurs  (1988). Elle a aussi écrit des textes pour enfants où l’on note une poésie légère et aéré. Elle a aussi publié deux romans comme La Terre Bardzour granmoune où elle évoque l’humble existence de Parle-Pas et la vie difficile des gens des hauts mais aussi les joies authentiques que procure la vie de la terre (1981), Le chant des Kayanms (1993).

DAN’D’MON JOLI JARDIN
Dan’mon joli jardin Saint-Gilles

Nena tout’fruits nena tout’fleurs

Nena l’ombrag’n’a la chaleur

Na papillons sur bougainvilles
Dan’mon joli jardin Saint-Gilles

Nena tout’fleurs nena tout fruits

Nena papay’na sapotilles

Na filaos y chante y bruit
Compèr’compèr’tiembo papay’deux mains

Si lu’l’est mûr l’est doux l’est faye

Commèr’rir’pas trop quand n’y cass’papaye

Colombo y tiembo deux mains

Pour moi quand mi tourn’vir’dan’mon jardin

Mi tir’mon flemm’dan’grand-matin

Pour moi mi acout’la mer qui fait semblant

Batt’son corail pour fair’plus blanc
Dan’mon joli jardin Saint-Gilles

Nena tout’fruit nena tout’fleurs

Nena l’ombrag’n’a la chaleur

Na papillons sur bougainvilles
Dan’mon joli jardin Saint-Gilles

Nena tout’fleurs nena tout’fruits

Nena papay’na sapotilles

Na filaos y chante y bruit
Compèr compèr’cass’papay’v’na complice

Perd’pas le temps fais pas gros blanc

Commèr’ goût’la chair frais pas la malice

Crach’tout’grains’noirs crach’tout’grains blancs

Pour moi quand mi guett’batt’zot’pavillon

Nout’z’amis qu’l’a mont’ Paradis

Pour moi mi crois qu’Bon Dieu l’a fait crédit

Aller retour comm’papillons
Dans’mon joli jardin Saint-Gilles

Nena tout’fruits nena tout’fleurs

Nena l’ombrag’n’a la chaleur

Na papillons sur bougainvilles
Dan’mon joli jardin Saint-Gilles

Nena papay’na sapotilles

Na filaos y chante y bruit
Compèr’ l’a batt’un l’z’yeux z’amis fidèles

Comm’papillons l’a batt’le’z’ailes

Commère un jour n’a quitt’la terr’solide

Comm’papillons la chrysalide
Pour moi m’a demand’Bon Dieu pour dir’pass’port

Fair’papillon après ma mort

Pour moi m’a demand’Bon Dieu comme un’faveur

Revoir tout’d’bon l’jardin d’mon cœur
Dan’mon joli jardin Saint-Gilles

Nena tout’fruits nena tout fleurs

Nena l’ombrag’na la chaleur

Na papillons sur bougainvilles
Dan’mon joli jardin Saint-Gilles

Nena tout’fleurs nena tout’fruits

Nena papay’na sapotilles

Na filaos y chante y bruit.


Jean ALBANY, In Bleu Mascarin, 1969, [extrait].

Jean Albany : (1917, Saint-Denis - 1984, Paris) []. Chirurgien dentiste, c’est la peinture et la littérature qui l’intéresse le plus. Son premier recueil de poèmes, Zamal (1951) révolutionne la poésie réunionnaise d’expression française. Bleu Mascarin (1969) fait date à son tour : c’est le premier recueil de l’époque contemporaine en créole réunionnais qui met en valeur le créole comme langue d'expression poétique. Enfin son P’tit glossaire qui sera suivi du Supplément au P’tit Glossaire est une contribution très importante à la collecte du patrimoine du créole de La Réunion.

similaire:

Sélection des poèmes pour Primaires iconSélection de poèmes pour les maternelles

Sélection des poèmes pour Primaires iconSélection de titres pour la classe de sixieme

Sélection des poèmes pour Primaires iconSélection et analyse d'outils pédagogiques pour l'enseignement de...

Sélection des poèmes pour Primaires iconDescriptif des activités tap – primaires cycle 2

Sélection des poèmes pour Primaires iconSequence I découverte de poèmes à dominante ludique et structurelle...
«classe-poésie» construite autour de trois axes : lecture, création et diction

Sélection des poèmes pour Primaires iconAtelier Genre et politique
«primaires», pré-sociales et même pré-éthiques, semble erronée, et on peut au contraire dessiner les voies d’une lutte politique...

Sélection des poèmes pour Primaires iconSelection de sites de poesie
«Découvrir Hugo à l’école primaire» pour le cycle 3 sera publié par le crdp de Franche-Comté

Sélection des poèmes pour Primaires iconAtelier de creation radiophonique 20h30 22h00
«Soirée Paris», sur le Programme Parisien. Sélection pour le Prix Italia, Pérouse 1955

Sélection des poèmes pour Primaires iconPoète et poésie numeroter les poemes 8 + 7 = 15 heures
«Outils posés sur une table», «Poèmes pour la main droite», dans Formeries de Jean Tardieu

Sélection des poèmes pour Primaires iconTravail pour l’objet d’étude N°1 : la poésie
«Spleen et Idéal», deux poèmes qui expriment le spleen; deux poèmes qui illustrent l’idéal baudelairien et, pour les quatre textes,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com