Series generales objet d’etude : la poesie





télécharger 63.05 Kb.
titreSeries generales objet d’etude : la poesie
date de publication06.08.2019
taille63.05 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > littérature > Documentos




FRANÇAIS PREMIERES L : BAC BLANC

SERIES GENERALES OBJET D’ETUDE : LA POESIE

Sujet proposé en partie dans les annales zéro (sujet 8), accessibles sur EDUSCOL

http://eduscol.education.fr/index.php?./D0056/eaf-sujets.htm
Barème : Séries générales 4 POINTS, 16 POINTS
Vous conserverez et rangerez soigneusement ce sujet de bac blanc dans votre classeur de français

TEXTES

A –Max Jacob (1876-1944), « Avenue du Maine », Œuvres burlesques et mystiques de frère Matorel, Editions Gallimard, 1912

B –. Tristan Tzara (1896-1963) « Un poème complètement DadA », « Pour faire un poème dadaïste » In Manifeste sur l'amour faible et l'amour amer, composé en 1920 (et paru dans La vie des lettres n°4, 1921). Reproduit p. 64 in Tristan Tzara, Sept manifestes Dada – Lampisteries, J.J. Pauvert, 160 pages, 1979, Paris  

C - Robert Desnos (1900-1945), « Un jour qu’il faisait nuit », Langage cuit, Editions Gallimard, 1923.

D - René de Obaldia (1918), « Le plus beau vers de la langue française », Innocentines, 1969

E. Raymond Queneau (1903-1976), Oulipo, la Littérature potentielle, « Lipogramme en A, en E et en Z », Editions Gallimard, 1973.

Annexes : Tristan Corbière (1845 - 1875) « Le Poète et la Cigale », Les Amours jaunes, 1873 et deux arts poétiques de Queneau, « Bon Ddeu de bon dieu », « Pour un art poétique », L'Instant fatal (1948)
*

TEXTE A - Max Jacob, Œuvres burlesques et mystiques de frère Matorel

Version chantée : http://www.friendship-first.com/artistes/max_jacob/discographie2005_fr.htm
Avenue du Maine
Les manèges déménagent.

Manèges, ménageries, où ?… et pour quels voyages ?

Moi qui suis en ménage

Depuis… ah ! il y a bel âge !

De vous goûter manèges,

Je n’ai plus… que n’ai – je ? …

L’âge.

Les manèges déménagent.

Ménager manager

De l’avenue du Maine

Qui ton manège mène

Pour mener ton ménage !

Ménage ton ménage,

Manège ton manège,

Ménage ton manège,

Manège ton ménage.

Mets des ménagements

Au déménagement.

Les manèges déménagent,

Ah ! vers quels mirages ?

Dites pour quels voyages

Les manèges déménagent

TEXTE B –. Tristan Tzara (1896-1963) Un poème complètement DadA, « Pour faire un poème dadaïste » in Manifeste sur l'amour faible et l'amour amer, composé en 1920 (et paru dans La vie des lettres n°4, 1921). Reproduit p. 64 in Tristan Tzara, Sept manifestes Dada – Lampisteries, J.J. Pauvert, 160 pages, 1979, Paris  
Un poème complètement DadA
Prenez un journal.

Prenez des ciseaux. Choisissez dans ce journal un article ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème.

Découpez l’article.

Découpez ensuite avec soin chacun des mots qui forment cet article et mettez-les dans un sac.

Agitez doucement.

Sortez ensuite chaque coupure l’une après l’autre.

Copiez ensuite consciencieusement dans l’ordre où elles ont quitté le sac.

Le poème vous ressemblera.

Et vous voilà un écrivain infiniment original et d’une sensibilité charmante, encore qu’incomprise du vulgaire.

 exemple :

prix ils sont hier convenant ensuite tableaux

apprécier le rêve époque des yeux

pompeusement que réciter l’évangile genre s’obscurcit

groupe l’apothéose imaginer dit-il pouvoir des couleurs

tailla cintres ahuri de la ce n’est plus 10 à 12


TEXTE C - Robert Desnos, Langage cuit
Un jour qu'il faisait nuit

Il s’envola au fond de la rivière.

Les pierres en bois d’ébène les fils de fer en or et la croix sans branche.

Tout rien.

Je la hais d’amour comme tout un chacun.

La mort respirait de grandes bouffées de vie.

Le compas traçait des carrés et des triangles à cinq côtés.

Après cela il descendit au grenier.

Les étoiles de midi resplendissaient.

Le chasseur revenait carnassière pleine de poissons sur la rive au milieu de la Seine.

Un ver de terre marque le centre du cercle sur la circonférence.

En silence mes yeux prononcèrent un bruyant discours.

Alors nous avancions dans une allée déserte où se pressait la foule.

Quand la marche nous eut bien reposés nous eûmes le courage de nous asseoir puis au réveil nos yeux se fermèrent et l’aube versa sur nous les réservoirs de la nuit.

La pluie nous sécha.

TEXTE D - René de Obaldia, Innocentines, 1969
Le plus beau vers de la langue française



5
10

15
20

25

30
35

40


« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »

Voici, mes zinfints

Sans en avoir l’air

Le plus beau vers

De la langue française.
Ai, eu, ai, in

Le geai gélatineux geignait dans le jasmin...

Le poite aurait pu dire

Tout à son aise :

« Le geai volumineux picorait des pois fins »

Eh bien ! non, mes zinfints.

Le poite qui a du génie

Jusque dans son délire

D’une main moite a écrit :

« C’était l’heure divine où, sous le ciel gamin,

LE GEAI GELATINEUX GEIGNAIT DANS LE JASMIN. »
Gé, gé, gé, les gé expirent dans le ji.

Là, le geai est agi

Par le génie du poite

Du poite qui s’identifie

A l’oiseau sorti de son nid

Sorti de sa ouate.

Quel galop ! Quel train dans le soupir ! Quel élan souterrain !

Quand vous serez grinds

Mes zinfints

Et que vous aurez une petite amie anglaise

Vous pourrez murmurer

A son oreille dénaturée

Ce vers, le plus beau de la langue française

Et qui vient tout droit du gallo-romain :

« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin. »
Admirez comme

Voyelles et consonnes sont étroitement liées

Les zunes zappuyant les zuns de leur zailes.

Admirez aussi, mes zinfints

Ces gé à vif

Ces gé sans fin

Tout ces gé zingénus qui sonnent comme un glas :

Le geai géla… « Blaise ! Trois heures de retenue.

Motif : Tape le rythme avec son soulier froid

Sur la tête nue de son voisin.

Me copierez cent fois :

Le geai gélatineux geignait dans le jasmin. »


TEXTE E - Raymond Queneau, Oulipo.La littérature potentielle

Lipogramme en A, en E et en Z
Ondoyons un poupon, dit Orgon, fils d’Ubu. Bouffons choux, bijoux, poux, puis du mou, du confit, buvons non point un grog : un punch. Il but du vin itou, du rhum, du whisky, du coco, puis il dormit sur un roc. Un bruit du ru couvrit son son. Nous irons sous un pont où nous pourrons promouvoir un dodo, dodo du poupon du fils d’Orgon fils d’Ubu. Un condor prit son vol. Un lion riquiqui sortit pour voir un dingo. Un loup fuit. Un opossum court. Où vont-ils ? L’ours rompit son cou. Il souffrit. Un lis croît sur un mur : voici qu’il couvrit orillons ou goulots du cruchon ou du pot pur stuc. Ubu pond son poids d’or.
Annexes : Tristan Corbière (1845 - 1875), Les Amours jaunes, « Le Poète et la Cigale », 1873.

Tristan Corbière, auteur d’un unique recueil, n’est pas un fabuliste. Il a cependant réécrit la célèbre fable de La Fontaine, « La Cigale et la fourmi » (1668), dans une tout autre perspective. Elle ouvre le recueil Les Amours jaunes ; une autre fable, « La Cigale et le Poète », clôt le recueil. 
Le poète ayant rimé,

IMPRIMÉ,

Vit sa Muse dépourvue

De marraine et presque nue :

Pas le plus petit morceau

De vers ou de vermisseau.

Il alla crier famine

Chez une blonde voisine,

La priant de lui prêter

Son petit nom pour rimer.

(C'était une rime en elle.)

Oh ! je vous paierai, Marcelle,

Avant l'août, foi d'animal !

Intérêt et principal.

La voisine est très prêteuse,

C'est son plus joli défaut :

Quoi : c'est tout ce qu'il vous faut ?

Votre Muse est bien heureuse...

Nuit et jour, à tout venant,

Rimez mon nom... Qu'il vous plaise !

Et moi, j'en serai fort aise.

Voyez : chantez maintenant.
Deux arts poétiques de Raymond Queneau, (1903-1976), L'Instant fatal - III (1948) Gallimard


Raymond Queneau, Bon dieu de bon dieu
Bon dieu de bon dieu que j'ai envie d'écrire un petit poème

Tiens en voilà justement un qui passe

Petit petit petit viens ici que je t'enfile

sur le fil du collier de mes autres poèmes

viens ici que je t'entube

dans le comprimé de mes œuvres complètes

viens ici que je t'enpapouète et que je t'enrime

et que je t'enrythme

et que je t'enlyre

et que je t'enpégase

et que je t'enverse

et que je t'enprose

la vache

il a foutu le camp


Raymond Queneau, Pour un art poétique
3
Bien placés bien choisis

quelques mots font une poésie

les mots il suffit qu'on les aime

pour écrire un poème

on ne sait pas toujours ce qu'on dit

lorsque naît la poésie

faut ensuite rechercher le thème

pour intituler le poème

mais d'autres fois on pleure on rit

en écrivant la poésie

ça a toujours kékechose d'extrême

un poème
7
Quand les poètes s'ennuient alors il leur ar-

Rive de prendre une plume et d'écrire un po-

Ème on comprend dans ces conditions que ça bar-

Be un peu quelque fois la poésie po-

Ésie
9
Ce soir

si j'écrivais un poème

pour la postérité ?
fichtre

la belle idée
je me sens sûr de moi

j'y vas

et
à

la

postérité

j'y dis merde et remerde

et reremerde

drôlement feintée

la postérité

qui attendait son poème
ah mais



ÉCRITURE :

I. VOUS RÉPONDREZ D’ABORD À LA QUESTION SUIVANTE (4 POINTS) :

Ces poèmes jouent avec les mots et avec le langage : vous montrerez de quelle façon dans une réponse synthétique et organisée qui soulignera les objectifs communs mais aussi l’originalité de chacun des textes.
II. VOUS TRAITEREZ ENSUITE UN DE CES SUJETS (16 POINTS) :

1. COMMENTAIRE

Vous commenterez le poème de Tristan Tzara, les anciens 2°6 commenteront celui d’Obaldia
2. DISSERTATION

La poésie n’est-elle qu’un jeu avec (sur) les mots et le langage ?

Vous répondrez à cette question en un développement composé, en vous appuyant obligatoirement sur les textes du corpus, les textes que vous avez étudiés en classe et vos lectures personnelles.

Toute dissertation n’étayant pas son argumentation par des références constantes et précises aux textes poétiques (ou sur la poésie) obtiendra zéro.
3. INVENTION

Vous choisirez l’un de ces deux sujets :

1. Après avoir lu un ou plusieurs de ces textes, un lecteur indigné écrit à une revue littéraire pour dénoncer de façon véhémente le scandale que constitue à ses yeux le fait de les publier comme de la poésie.

Vous rédigerez cette lettre.
2. Après avoir lu un ou plusieurs de ces textes, un lecteur enthousiaste écrit à une revue littéraire pour dire le plaisir qu’il a eu à les découvrir. Pour lui, c’est la vraie poésie qui apparaît là…

Vous rédigerez cette lettre.
Comme au baccalauréat, les correcteurs enlèveront jusqu’à 2 points pour la mauvaise qualité de l’orthographe (2 points en moins sanctionnent une moyenne de 5 fautes par page).

similaire:

Series generales objet d’etude : la poesie iconManuel scolaire de référence : Florence Randanne (dir), 2011, Français...

Series generales objet d’etude : la poesie iconObjet d’etude / la poesie

Series generales objet d’etude : la poesie iconObjet d’étude Poésie

Series generales objet d’etude : la poesie iconObjet d’étude Poésie

Series generales objet d’etude : la poesie iconDm n° Objet d’étude : la poésie

Series generales objet d’etude : la poesie iconObjet d’étude n poésie

Series generales objet d’etude : la poesie iconObjet d’étude Poésie

Series generales objet d’etude : la poesie iconObjet d’étude Poésie

Series generales objet d’etude : la poesie iconObjet d’étude n poésie

Series generales objet d’etude : la poesie iconObjet d’étude Poésie





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com