Définition et problématiques du genre





télécharger 192.62 Kb.
titreDéfinition et problématiques du genre
page1/4
date de publication12.07.2019
taille192.62 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > littérature > Documentos
  1   2   3   4
29/03/2007
le roman jeunesse,

le roman d’aventure


Définition et problématiques du genre

Corpus

Pratiques professionnelles : Comité de lecture « lire en 3ème »

Outils :

  • livres, revues professionnelles, sites de référence

  • grille de lecture et outils d’analyse du roman

Exercice
--------------------------------

Introduction et définition du genre

Même si l'aventure est partout et qu'elle « commence à l'aurore de chaque matin », les romans d'aventures sont d'un genre particulier.
Ils mêlent l'action et le suspens, parfois dans un décor historique, parfois dans le futur, le tout quelquefois avec une pointe de surnaturel. Ce mélange bien particulier qu'on retrouve dans films d'action dont sont très friands les adolescents peut permettre à certains non-lecteurs de découvrir les joies de la lecture. Et c'est bien pour cela que nous travaillons !

La recherche de grandes oppositions ou lignes de démarcation dans la production des récits d’aventure conduit à de multiples interrogations. Ainsi, dès qu’il y a un récit, ne faut-il pas considérer que celui-ci est nécessairement celui d’une aventure. On parle d’aventures amoureuses, d’aventure intellectuelle : il n’y a pas de différence entre le récit de la découverte du radium par les époux Curie (aventure scientifique), celle de l’Amérique par Colomb (aventure historique), et celle du diamant vert par Michael Douglas (ou des ferrets de la Reine par d’Artagnan).
A l’opposé, qu’est-ce qui distingue entre elles les diverses catégories du roman d’aventure ? On va le voir, si ces étiquettes existent, c’est qu’il y a tout de même certains éléments récurrents, qui permettent ces distinctions.
Le roman d'aventure ? Vaste sujet qui comprend tout, depuis le roman historique jusqu'au roman d'anticipation, en passant par le polar. Mais il va bien falloir nous limiter.

Nous allons donc essayer de définir le genre en lui donnant des limites.

L’étiquette de « roman d’aventure » est particulièrement sujette à caution. Tout le monde a l’air de savoir de quoi il parle, mais personne ne s’accorde sur une définition. Alors qu’il fait l’objet de travaux universitaires en Angleterre depuis une trentaine d’années, le roman d’aventures a été assez peu étudié en France. Si l’on excepte l’ouvrage de Jean-Yves Tadié (Jean-Yves Tadié, Le roman d’aventures, Paris, P.U.F., collection Ecriture, 1982, 262 pages), on trouve fort peu d’analyses du genre.

Nous allons donc commencer par convenir d’une définition de départ pour le roman d’aventure, définition à laquelle s’ajouteront certains éléments supplémentaires et autres détails spécifiques.

Voilà ce qu’on peut retenir :

Le roman d’aventure est un genre qui met particulièrement l'accent sur l'action, généralement violente, avec un trait d’exotisme aussi bien historique que géographique, ce qui le distingue aussi bien du roman d'analyse psychologique que du roman réaliste, qui sont davantage centrés sur des personnages à la structure plus complexe.

Le roman d’aventure est le récit de péripéties au cours desquelles le héros triomphe d’adversaires qui mettent son existence en danger.

Les éléments récurrents du roman d’aventure pourraient être résumés ainsi :

- L'imprévu

- Le désir d'exploits du personnage

- Les péripéties

- Et aussi (surtout) de la géographie : Le Far West, l'Inde, l'Afrique, la jungle, les pôles en sont les décors les plus fréquents, plus ou moins "d'opérette" selon les cas. Et le premier de tous, la mer, pleine de pirates et d'îles, où tout peut arriver.

- l’exotisme historique
On pense immédiatement à des livres emblématiques et des grands classiques comme les romans de Jules Verne, Stevenson, …

 
Bien sûr, on voit que ce thème est sans limites.

Dans son article intitulé Une Humble remontrance (1884), Robert Louis Stevenson en énonce ainsi les règles : « [...] les personnages ne doivent être dotés que d'un seul registre de qualité : le guerrier, le formidable. Dans la mesure où ils apparaissent insidieux dans la fourberie et fatals dans le combat, ils ont bien servi à leur fin. Le danger est la matière de ce genre de roman ; la peur, la passion dont il se moque. Et les personnages ne sont dessinés que dans le seul but de rendre le sens du danger et de provoquer l'attrait de la peur. Ajouter plus de traits qu'il n'en faut, être trop malin, courir le lièvre de la visée morale ou intellectuelle alors que nous chassons le renard des intérêts matériels, voilà qui n'est pas pour enrichir mais pour ôter toute valeur à votre histoire.» Essais sur l'art de la fiction, Robert Louis Stevenson, Petite bibliothèque Payot/Documents, Paris, 2002 (page 238)

En fait, il n'y a pas de frontières, et bien des livres peuvent être classés à la fois dans la catégorie roman historique, ou policier, ou fantastique, tout en étant un authentique roman d’aventure.

Le fil conducteur de tous ces genres étant l’importance de l'imaginaire et le plaisir du lecteur. Autre point important, on le verra dans l’historique du genre, les enfants se sont, de tout temps, emparés des romans écrits pour les adultes, mais aujourd’hui, il y a une production jeunesse passionnante. Et alors que l'étoile du roman d'aventures s'est un peu ternie dans la littérature adulte, qui lui préfère les charmes de la science fiction ou du roman policier, elle est toujours aussi incontournable en littérature jeunesse, et ce sont cette fois les adultes qui raffolent des romans pour enfants !

1/ Problématique du roman d'aventure : quels élément constituent le roman d’aventure ?

Historique pour situer le genre :

Les origines du roman d'aventures sont comme d’habitude sujettes à caution, mais il est néanmoins établi que c'est au XIXème siècle que le roman d'aventures connaît son âge d'or, avec les œuvres d'Alexandre Dumas, Walter Scott, Fenimore Cooper, Robert Louis Stevenson, Jules Verne, Rudyard Kipling, pour ne citer que quelques-uns des plus fameux écrivains qui se sont illustrés dans ce genre.
L'aventure a toujours été présente dans la littérature populaire. Mais on considère en général que la grande période du roman d'aventures s'étend de 1860 aux années 20. C'est à cette époque que s'écrivent les plus grandes œuvres, et que le genre prend forme en tant que tel. Méprisé par l'intelligentsia, il se développe surtout au sein de maisons d'éditions spécialisées (comme Hetzel qui publie Jules Verne) et dans des magazines.
Avant 1865, on ne trouve pas de collections consacrées spécifiquement à ces récits. En revanche, après 1860, les collections consacrées au genre se multiplient : elles profitent de l'essor de l'industrie éditoriale. En effet, et c'est la seconde raison du succès du roman d'aventures, l'édition populaire et/ou enfantine bénéficie à cette époque d'un développement considérable.

Ainsi, petit à petit, un genre déterminé se constitue. Il draine un public qui, de plus en plus, sait ce qu'il désire en achetant un roman d'aventures. Les œuvres commencent à développer des thèmes précis, des stéréotypes liés au genre, etc.
Ecrit essentiellement pour un public populaire, ses héros sont souvent jeunes et moqueurs, les émotions sont exacerbées et le manichéisme poussé à l'extrême. Il y a de l’humour, et une idéologie moraliste et impérialiste dans le ton de l’époque. Mais le plus important est une volonté didactique omniprésente : montrer d'autres peuples, d'autres terres, même si l'aspect exotique ramène toujours à la supériorité de la civilisation occidentale. Ce peut être sous la forme de récits relatant des tours du monde : on pense aux Voyages extraordinaires de Jules Verne. Certains écrivains s'attardent plus sur une région particulière : l'Afrique, l'Asie, l'océan, les histoires de pirates et surtout l'Amérique.
Le roman d’aventure a donc un rôle de propagande politique, mais correspond aussi à une certaine attente du public, qui recherche non pas seulement un exotisme géographique (les colonies), mais aussi un exotisme historique (le XVIIIème siècle, le Moyen Age).
La jeunesse de cette époque est fortement marquée par cette littérature.
Quelques titres :

Daniel Defoe, Robinson Crusoé, 1719

Edgar Allan Poe, Les Aventures d'Arthur Gordon Pym, 1838

Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, 1844

Jules Verne, Le Tour du monde en 80 jours, 1873

Robert Louis Stevenson, L'Ile au trésor, 1884

Rudyard Kipling, Kim, 1901

Joseph Conrad, Nostromo, 1904

Pierre Mac Orlan, L'Ancre de Miséricorde, 1941  
Mais assez rapidement, dès le début du XXème siècle, le roman d'aventures semble être étouffé par son succès. Devant la multiplication des œuvres d'aventures, le cinéma et la littérature éprouvent le besoin d'opérer de nouvelles distinctions. On parle de cape et épée, de western, etc.
Petit à petit, le roman d'aventures va éclater en une multitude de genres qui s'en dissocient au fur et à mesure qu'ils se précisent. Aujourd'hui, il semble qu'on ne reconnaisse comme récit d'aventures que les œuvres présentant un exotisme géographique, et cet exotisme est souvent associé à une période passée.

Les éléments constituant le genre :

Deux éléments semblent être essentiels au roman d’aventure : l’accent mis sur une action violente et inhabituelle et le rapport à l’exotisme (aussi bien historique que géographique) : ce sont d’ailleurs ces éléments qui semblent permettre de différencier le roman d’aventures des autres genres de littérature d’imagination (volonté de dépayser, accent mis en permanence sur l’extraordinaire, etc). En privilégiant l’action et l’exotisme, le roman d’aventures diffère profondément du genre réaliste. Il appartient au contraire au courant qui met l’accent sur le récit plutôt que sur la psychologie. Son but semble être avant tout de dépayser (action inhabituelle et exotisme y contribuent). Le récit lui même narre en général un dépaysement : le héros doit faire ses preuves en quittant la société policée où il avait ses habitudes et dont il était le plus souvent las.

Cette mise à l’épreuve du héros oriente le récit vers le modèle, classique, des récits initiatiques. C’est peut-être la raison pour laquelle le roman d’aventures s’est destiné avant tout à la jeunesse.

Mais on ne peut limiter l’initiation à un apprentissage de l’âge adulte. Si le roman d’aventures s’adresse essentiellement à un public jeune, le lecteur apprécie surtout l’action et la violence qui sont incluses dans de tels récits. C’est un moyen de s’éloigner de la réalité, et d’obéir au principe de plaisir. L’évasion que propose le roman d’aventures est en effet essentiellement asociale : le héros quitte non seulement le monde civilisé, mais il fuit même en général la loi. Si le roman d’aventures prend la forme d’une quête initiatique, celle-ci est aussi un apprentissage de la sauvagerie. Les jeunes lecteurs peuvent, en toute bonne conscience, échapper à la contrainte d’une morale trop oppressante.

On peut énumérer un certain nombre d’éléments récurrents, qui vont construire les différentes catégories du roman d’aventure :
  Premier élément, le lieu. Dans ce cas, l’aventure est liée à un espace spécifique (la montagne, la mer, un pays - l’Amazonie, etc.), ou à plusieurs espaces (récits de voyage). Et le premier de tous, la mer, pleine de pirates et d'îles, où tout peut arriver.
  Deuxième élément, le héros : singulier, collectif, singulier mais symbolique d’un groupe humain (tribu ou ethnie, enfant défavorisé, etc.)
  Troisième élément, les valeurs. Les péripéties et les enjeux de la victoire comme les ressources du héros peuvent être regroupés par domaines : l’argent, la force physique, la ruse, la morale/les vertus, le lien social, la justice, etc.
  Quatrième élément, le temps. Dans ce cas, l’aventure est historique.
  Cinquième élément : le degré de réalité. On pourrait par exemple opposer des textes dont le cadre de référence est suffisamment précis pour que l’aventure puisse être réaliste, et à l’opposé, des textes dans lesquels le cadre de référence est ouvertement onirique (l’heroic fantasy).

Evidemment, pour certains livres, le lieu est indifférent, l’époque indéfinie, les valeurs en jeu sont peu repérables ...
Cela nous donne quand même un certain nombre de catégories repérables, un certain nombre de  types de romans d’aventure. 

2/ Plusieurs catégories de romans d’aventure


    • Dépaysement géographique

    • Dépaysement historique

    • Historique et géographique (Robinsonnade, Roman maritime, Western)

    • Dépaysement fantastique (Mondes perdus).

    • Dépaysement social (Aventures policières).


Les romans d'aventures se spécifient selon leur dépaysement et les caractéristiques de leur action. Or, quel dépaysement peut-on relever dans un roman d'aventures ?

Il peut être géographique ou historique. On peut également concevoir d'autres dépaysements, comme le dépaysement social (on change de milieu social au lieu de changer d'époque ou de lieu), le dépaysement fantastique (on passe du naturel au surnaturel). Enfin, on peut imaginer un qui mettrait en avant un monde totalement autre : c'est le cas des récits animaliers, ou des récits de science-fiction. Ainsi, le dépaysement peut affecter toutes les catégories du réel : l'espace, le temps, le possible et le sujet.

Par ailleurs, si le dépaysement structure le récit, il peut le faire de façon mêlée (un dépaysement historique avec un dépaysement géographique par exemple).

Enfin, le dépaysement  géographique se retrouve systématiquement dans les romans d'aventures, ce qui est logique : un lieu inconnu semble en effet plus gros de menaces et de dangers.

On peut distinguer les types d'exotismes suivants:

Dépaysement géographique

On y distinguera un certain nombre de décors spécifiques : le désert (exotisme radical), les pays d’Afrique, d’Océanie), les pays semi-exotiques comme la Russie, les régions sauvages de pays développés.

Si nous traitons en premier lieu de l'exotisme géographique, c'est qu'il semble toujours exister d'une façon ou d'une autre dans tous les récits - ce qui est logique, puisque partir à l'aventure c'est sortir du monde quotidien, y compris pour le héros.

La découverte de régions inconnues est parfois le sujet de l'œuvre, le cœur même des mésaventures de Phileas Fogg et de Passepartout dans Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne, par exemple.

La plupart des romans d'aventures sont des récits exotiques. On peut expliquer ce succès considérable par le caractère vierge de ces terres décrites : l'espace exotique est avant tout un espace sauvage, hors des lois de la civilisation. Alors, l'exotisme permet de combiner les deux contraintes principales du roman d'aventures : faire rêver en dépaysant, et décrire des actions violentes et trépidantes. Hors de la civilisation, il n'y a que la loi du plus fort.

 
  1   2   3   4

similaire:

Définition et problématiques du genre iconDéfinition et spécificité du genre Un genre littéraire

Définition et problématiques du genre iconDéfinition «mer» Genre : féminin

Définition et problématiques du genre iconTentative de définition d’un genre poétique, Le Poème en Prose
Que tu meures absous ou damné, marmottait Scarbo cette nuit à mon oreille, tu auras pour linceul une toile d'araignée, et j'ensevelirai...

Définition et problématiques du genre iconProblématiques du Bac Blanc

Définition et problématiques du genre iconProgramme des enseignements master «genre(S), pensées de la différence, rapports de sexe»
«composante spécifique» de l’université, rattachée à l’ufr «Histoire, Littératures, Sociologie, Genre»

Définition et problématiques du genre iconListe des ouvrages du fonds Genre en Christianisme a la bibliothèque...

Définition et problématiques du genre iconTRËmag – Mars 2016
«aidants», de prendre connaissance des démarches utiles pour répondre à toutes leurs problématiques

Définition et problématiques du genre iconParadoxe : genre mal défini (pas répertorié comme genre ds Poétique...
«poétique» : fonction poétique de Jakobson, intransivité : q de la poésie «pure»

Définition et problématiques du genre iconEssai sur l’origine des langues
«La diversité du genre de l’essai», En quoi l’essai est-il un genre libre et divers ? Quels registres s’expriment dans l’argumentation...

Définition et problématiques du genre iconEssai sur l’origine des langues
«La diversité du genre de l’essai», En quoi l’essai est-il un genre libre et divers ? Quels registres s’expriment dans l’argumentation...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com