La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence





télécharger 18.42 Kb.
titreLa Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence
date de publication11.07.2019
taille18.42 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > littérature > Documentos

GAIA 12 – Comptes rendus A.Trachsel.pdf -


Alexandra Trachsel, La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence, Basel, Schwabe Verlag, Bibliotheca Helvetica Romana XXVIII, 2007: 501 p. incluant bibliographie et index + XX pages d'introduction.
[ISBN 978-3-7965-2254-3]
Compte rendu par Françoise Létoublon, ERGA/RARE
Avec en couverture une belle reproduction d'un tableau montrant les Troyens tirant et poussant l'énorme cheval qui causera leur perte1 et en exergue une citation du fameux passage des Fleurs du mal dans lequel Baudelaire lance son adresse à Andromaque, la collection de l'Institut suisse de Rome publie magnifiquement la recherche d'Alexandra Trachsel sur la représentation littéraire du paysage autour de Troie, depuis l'Iliade (première partie coïncidant avec le chapitre 1, p. 3 à 127) jusqu'à la période de la Seconde sophistique (deuxième partie articulée en trois chapitres: ch. 2, d'Hellanicos à la fin de l'époque hellénistique, jusqu'à la p. 283; ch. 3, Rome et la Troade, jusqu'à la p. 381; et ch. 4 déjà mentionné, jusqu'à p. 458). La conclusion est synthétique (p. 459-463), et suivie d'un schéma représentant la Troade d'après le texte de l'Iliade et des cartes.
Le sujet traité magistralement est l'évocation non de la ville de Troie, mais de cette ville dans le "paysage" qui l'environne, et à travers l'ensemble des textes anciens qui l'ont évoqué. L'originalité de la perspective tient en partie à celle de la notion même de paysage, qui superpose l'espace réel et l'espace imaginaire, la géographie et l'histoire, les facteurs politiques et idéologiques, la tradition et la critique des textes: la Troade, loin d'être un décor, devient un enjeu bien au-delà de la seule étude textuelle. On sait en effet que cette notion est récente, et que le terme employé dans le sous-titre est donc anachronique. Cela n'est pas gênant, mais on aimerait que le problème soit posé, en utilisant par exemple l'article de S. Goldhill sur la culture du regard en Grèce à l'époque hellénistique (dans l'ouvrage collectif qu'il a publié avec R. Osborne Art and Text in Greek culture, Cambridge, 1994, 19952) et le livre de R. Buxton, La Grèce de l'imaginaire. Les contextes de la mythologie, Paris, La Découverte, 1996 (éd. orig. en anglais, Imaginary Greece, Cambridge, 1994), pour nous en tenir à des spécialistes de l'Antiquité. On peut aussi mentionner le livre d'Anne Cauquelin, L'invention du paysage, Paris, PUF Quadrige, 2000 (première édition chez Plon en 1989), avec quelques réserves. Le paysage troyen pourrait prendre ainsi une dimension exemplaire.
La première partie, formée d'un seul long chapitre, pose clairement la Troade comme espace littéraire et imaginaire d'après l'Iliade, nettement distingué de l'espace historique et réelle. Peu importe donc que l'on ne puisse pas situer les différents lieux dans lesquels l'Iliade situe telle ou telle scène par rapport à l'espace réel. A.T. aborde le problème à partir d'un historique (p. 3 à 11), puis par sections: l'espace urbanisé d'abord, avec sa citadelle, son rempart et ses portes, les alentours immédiats, l'intérieur de la ville2, le camp des Achéens, pris comme un tout, le mur des Achéens, "l'une des rares notions topographiques construites au cours de l'Iliade", l'intérieur du camp, ses extrémités latérales avec la délimitation du champ d'action, les scènes au bord du champ de bataille et le gué du Scamandre, puis la plaine de Troie, elle aussi soit prise comme un tout, soit à travers "les notions topographiques liées à un mouvement" et celles qui en sont indépendantes, les observatoires des dieux, avec ceux qui suggèrent 'une proximité entre humains et dieux", ceux qui sont en dehors de la Troade (Samothrace en particulier) et ceux qui sont à la limite de la plaine de Troie (le mont Ida), et enfin "les autres villes de la Troade", l'espace sur lequel régnait Priam selon les dires d'Achille dans Il. 24, 543-546. Le Catalogue des Troyens définit aussi ceux des alliés des Troyens qui viennent de Troade (Il. 2, 816-843): Dardania, Adrastée, Pityéia, Sestos, Zéléia, Percoté, Arisbé, Larisa. Ne sont pas mentionnées dans le Catalogue mais semblent faire partie de la Troade Thèbes sous le Placos d'où vient Andromaque, Lyrnessos, patrie de Briséis, Pédasos, Chrysé, Thymbra et Cébrène. Ces villes font partie d'un "deuxième cercle" qui n'intervient que dans des récits secondaires.

Tous ces détails impliquent, comme la conclusion de cette première partie le note bien (p. 123 à 127) une "pluralité de points de vue" qui introduit une relative imprécision dans le récit, donnant parfois une impression de confusion, d'autant qu'aux précisions spatiales synchroniques s'ajoutent des mentions situées dans un autre temps que celui du récit, le remblai d'Héraclès et la colline appelée Callicoloné. Pourtant, l'espace des combats est bien localisé entre la mer et les navires achéens d'un côté, la cité fortifiée de l'autre, et les deux fleuves, Scamandre et Simoïs.
Dans la deuxième partie, les différents chapitres traitent des commentaires anciens sur la Troade en les classant chronologiquement en trois chapitres: comme déjà dit plus haut, de Hellanicos à l'époque hellénistique, la littérature romaine et la Seconde sophistique, ce qui articule bien les matériaux en groupes relativement homogènes, répondant à des objectifs assez cohérents, en particulier sur le plan idéologique.

Le chapitre 2 s'articule en trois sections en fonction des groupes de textes cités, les textes intitulés Troïka, où l'auteur ancien a la Troade pour objectif principal, les travaux qui ont un objectif plus "scientifique" enfin la poésie hellénistique. L'existence de grandes bibliothèques à l'époque hellénistique constitue à juste titre pour l'auteur un jalon important pour une telle étude (p. 139 en particulier). Aucun des textes appelés Troïka ne formant une suite complète, la recherche porte essentiellement dans la première section sur les fragments d'Hellanikos, et de Palaiphatos, enfin de divers auteurs encore moins connus. Les passages d'Hellanikos et de Palaiphatos sur la Batiée, Laomédon, le combat entre Achille et le fleuve Scamandre, la ville de Thymbra, le cheval de bois méritent en effet d'être mieux connus. Au lieu de traiter successivement ces différents fragments à propos de chaque auteur, on peut supposer qu'un traitement synthétique à partir de chaque problème aurait pu permettre d'éviter des répétitions et de montrer les points de discussion entre les différents auteurs déjà dans l'Antiquité (par exemple sur Laomédon, p. 155-159 sur Hellanicos, p. 165-169 sur Palaiphatos). De même, dans la deuxième section, sur les "traités scientifiques", on retrouve chez Strabon une discussion sur la localisation de Thymbra (p. 208-9) que l'on aimerait articuler plus nettement avec le passage d'Hellanicos sur cette ville, qui il est vrai ne s'intéresse pas à sa localisation (p. 163-4). Quoi qu'il en soit, la citation précise, accompagnée d'une traduction, de tous ces passages est précieuse, non seulement pour une meilleur connaissance de nombreux textes de l'époque hellénistique, mais aussi pour une lecture d'Homère qui s'intéresse au contexte géographique et culturel de l'épopée ainsi qu'aux innombrables commentaires qui en ont été faits. La troisième section porte sur les allusions dans la poésie hellénistique, avec successivement Apollonios de Rhodes, Callimaque, Théocrite, Lycophron et Nicandre. Ce tour d'horizon de la littérature hellénistique du point de vue de la Troade est très intéressant et instructif, malgré l'état souvent très fragmentaire des textes.
Le chapitre 3, "Rome et la Troade", part de 188 av. J.-C. –date du débarquement romain dans la région–, et chevauche donc partiellement l'époque hellénistique et l'objet du chapitre 2: cela est explicitement justifié dans les premières pages, et l'importance de la légende des origines troyennes de Rome, progressivement développée à la suite de la connaissance de la Troade par les Romains et de son utilisation par César, puis Auguste, implique bien qu'il faille distinguer cette littérature latine de la littérature grecque, même s'il y a dans certains cas simultanéité. En fait, l'essentiel de l'étude porte d'ailleurs sur Tite-Live,Virgile, et Ovide.
De nombreux passages attirent l'attention, par exemple les pages 260 et suiv. Sur Lycophron, 294-5 sur Virgile, 315-7 sur la vague mentionnée chez Ovide, le travail d'érudition mais aussi d'effacement que suppose le texte poétique. Ou encore la localisation de la chute du Palladium chez [Apollodore] et Ovide, p. 322-4, les p. 332 et suiv. sur Dardania, Troie et le cap Sigée, 360 et suiv. sur Ilion selon Strabon ou les pages sur la Seconde sophistique et le regain d'intérêt pour Troie et ses environs à la faveur du développement de la légende des origines troyennes de Rome dans les débuts de l'Empire. Le nombre des textes anciens cités et traduits par A.T. est impressionnant, ainsi que sa connaissance de la littérature ancienne à travers la longue histoire, d'Homère à Démétrios Scepsis.
La bibliographie et les index complètent le volume et rendent sa consultation plus facile. La seule réserve que je fasse porte sur la négligence de forme du français, je mets en lien une liste des errata que j'ai notés au cours de ma lecture, en regrettant que l'auteur n'ait pas été plus attentive à la relecture.


Alexandra Trachsel: Errata


1 Je n'ai pas réussi à trouver ni l'origine de cette image ni sa mention dans le paratexte du volume.

2 La justification de cet ordre dans l'exposé ne m'a pas semblé évidente.

AGORA – Les comptes rendus de GAIA: http://agora.xtek.fr/

similaire:

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence iconLittérature de jeunesse sur la thématique du «vivre ensemble»
«gens» de toutes sortes ne sont jamais désignés par leur appartenance physique ou ethnique mais par leur statut, leur activité

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence iconvous êtes les tortues de l’embouteillage et vous vous placez ensemble...
«feu rouge, feu vert». 2 groupes a et b restituent le paysage sonore de l’embouteillage

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence iconDéroulement
«professionnelle» de la chanson (sur cd). Leur demander leur avis, les émotions qui sont sucités, et ce qu’ils ont compris de la...

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence icon… Ayant grandi au contact de la communauté gitane, Emir Kusturica...
… Ayant grandi au contact de la communauté gitane, Emir Kusturica leur offre un film à leur image, exubérant et chamarré, avec leur...

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence iconLe mouvement Freinet au quotidien
«livre de vies» ou plutôt de «signes de vies», signes parce qu'à la fois significatifs et signifiants par leur fond, leur forme,...

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence iconRecherche-action et analyse transactionnelle
«chronotope»1, c’est-à-dire un espace-temps au cours duquel les apprenants racontent leur quotidien, découvrent leur environnement...

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence iconPour les familles : Les renseigner sur ce qu’apprend leur enfant...
«bonnes affaires», se repérer dans l’emploi du temps, prévoir le travail à faire, s’avancer etc…

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence icon«Melancholia» de Victor Hugo
«que la fièvre maigrit», «pâleur», «la cendre est sur leur joue») s’oppose à leur aspect moral («doux êtres pensifs», «innocents»,...

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence iconGros Cœur (chœur contemporain à géométrie variable)
«Depuis plus de dix ans, ma musique côtoie l’œuvre de Valère Novarina. (…) J’ai sorti ces chansons de leur espace théâtral et leur...

La Troade: un paysage et son héritage littéraire. Les commentaires antiques sur la Troade, leur genèse et leur influence iconMais IL existe un rapport complexe entre Art et politique. L’exemple...
«génération du feu» qui a pour ciment la révolte contre la Grande Guerre, mais la guerre n’est pas la cause principale de leur révolte,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com