1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ?





télécharger 38.95 Kb.
titre1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ?
date de publication28.05.2017
taille38.95 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
Mme RÉALINI CONTRÔLE

professeur de lettres de LECTURE

CORRECTION
Effroyables jardins de Michel QUINT


1°) Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ?

[ = Que racontent-elles ? Quand se situe cet épisode ? A qui peut-on attribuer l'écriture de ces lignes ? A quel type de texte cela peut-il faire penser ? ] A quel moment le lecteur a-t-il l'explication de ce qui est évoqué dans ces seize lignes ? Quel est l'intérêt d'une telle disposition ?
Ces seize lignes en italiques qui ouvrent le récit surprennent le lecteur qui commence le livre :
- elles racontent que vers la fin du procès de Maurice Papon, un homme habillé en clown d'abord, puis normalement ensuite, est venu régulièrement assister au procès [qui a eu lieu à Bordeaux en 1998 après seize ans d'instruction, de mai 1981 à janvier 1997. Six mois d'un procès riche en rebondissements, du 8 octobre 1997 au 2 avril 1998. Le procès d'assisses le + long de tte l'histoire judiciaire française de l'après-guerre, dixit Le Monde«Maurice Papon a été condamné, jeudi 2 avril, à dix ans de réclusion criminelle pour "complicité de crimes contre l'humanité" par la cour d'assises de la Gironde. Cette condamnation est assortie de dix ans de privation de ses droits civiques, civils et de famille La cour n'a pas retenu le chef de complicité d'assassinat.» article du Monde du 03/04/98].
- cet épisode se situe donc en avril 1998. C'est-à-dire bien après tous les faits rapportés par le livre y compris ceux des dernières pages (cf. le mot "demain" p 62 en haut et p 63 au milieu). C'est en qq sorte l'épilogue du livre.
- on peut attribuer l'écriture de ces lignes à un témoin, qui a lui aussi assisté à toutes les audiences du procès Papon, et qui a interrogé l'huissier sur la réaction des gens après le verdict. Visiblement, l'auteur de ces lignes ne connaissait pas du tt le clown, ni ses motivations. C'est donc qqn d'extérieur à tout le reste du récit (qui est par ailleurs partout à la 1ère personne).
- ce texte, écrit à la 3ème personne, par un observateur assez objectif, fait penser à un article de journal, écrit par un reporter pour informer ses lecteurs sur l'ambiance qui régnait à ce procès.
- le lecteur ne comprend ce qui se passe au début que dans les dernières pages du livre, p 61-63 ; ce clown, c'est le premier narrateur, le fils d'André, le frère de Françoise, qui reprend l'habit de clown de son père pour "témoigner"… à sa façon (→ voir les indices p 61-63 : la mallette = "ta valise je l'ai, Papa" ; "TGV pour Bordeaux", "Demain ce sont les ultimes heures du procès d'un type honorable", "crimes contre l'humanité" ; "mon devoir est de t'y représenter, Papa"…).
Ces seize lignes ne sont guère explicites. Elles sont même allusives et sibyllines… le lecteur ne comprend pas qui est ce clown ni pourquoi il assiste à ce procès. Cet épisode mystérieux a donc une fonction d'accroche, d'amorce, de suspense : il faut intriguer le lecteur, l'amener à se poser des questions… Ne pas oublier que Michel Quint est avant tout un auteur de polar : comme ds un roman policier, nous avons ici la fin (la scène du "crime) et il appartient au lecteur de mener l'enquête, pour avoir l'explication d'1 tel comportement… Il faut remonter tout le fil de l'histiore pour comprendre…


2°) Comment avance la chronologie dans ce roman ? Vous expliquerez les différentes périodes qui s'entrecroisent (en précisant les pages).
La chronologie est très complexe : elle "navigue" entre le présent d'énonciation (année 1998, fin du procès Papon) et des faits antérieurs, à différentes époques du passé :

- p 9-10 (les 16 lignes en italiques) → fin du procès Papon = avril 1998

- p 10 : rappel des lois antisémites de Vichy en 1940-42 → 1ère rétrospection

- p 10-11 : retour à la petite enfance du narrateur = dans les années 1950

- p 16 : l'adolescence du narrateur = années 50-60 (époque où il voit le film de B. Wicki)

- p 21-23 : retour au présent d'énonciation (= en 1998) : "C'est maintenant que je les sais

admirables"anticipation, bond en avant

- p 23-26 : retour à l'adolescence et au dimanche du fameux film

- p 26 : récit de Gaston : la Résistance, l'épisode du transfo = fin 42-début 43

2ème rétrospection

- p 55 : la déportation, la fin de la guerre, la mort d'Émile en 49

- p 59 : André et Gaston font la connaissance de la veuve en 1945 → 3ème rétrospection

- p 60 (lignes 1 à 14) : retour adolescence du narrateur = années 60 (après récit Gaston)

- p 60 (ligne 15) à fin : évocation de la mort du père, retour au présent d'énonciation : le narrateur prend le train pour Bordeaux = 1998

3°) Qui raconte, et que raconte-t-il, quel épisode ? = Qui est (sont) le(s) NARRATEUR(S) dans ce récit ? Que sait-on sur lui(eux) ? De quel type de narrateur s'agit-il ?
A part le narrateur inconnu et objectif des seize lignes en italiques du début (qui raconte à la 3ème personne), il y a deux narrateurs principaux dans ce roman, dans lequel on distingue deux récits : le récit-cadre, celui du fils, p 10-26 + p 60-63 : et le récit encadré, celui du cousin Gaston, p 26-59.
- le 1er narrateur est le fils d'André (l'instituteur, Résistant pendant la seconde guerre mondiale) ; il a honte de son père pendant son enfance et son adolescence. C'est lui qui raconte, à la 1ère personne, des pages 10 à 26/27 ; puis des pages 60 à 63 (fin). On apprend à la fin qu'il est "haut fonctionnaire européen de la commission des finances" (p 61) et qu'il travaille à Bruxelles. On ne sait rien d'autre de lui, ni son identité (prénom, nom), ni son âge (il est né dans les années 50, il doit avoir 45-50 ans en 1998), ni sa situation familiale (marié ou pas ?). Comme il rapporte dans la majeure partie du récit ce que lui a raconté le cousin Gaston, c'est un narrateur-témoin. Il prend en charge le récit-cadre. Mais c'est aussi un narrateur-personnage quand il raconte ses propres faits et gestes (au procès Papon).
- le 2ème narrateur est en effet le cousin Gaston, qui, après que toute la famille eut visionné au cinéma le film de Bernhard Wicki, entreprend de raconter au fils d'André l'épisode du sabotage du transfo de la gare de Douai, fin 42, début 43. C'est lui qui raconte, à la 1ère personne, des pages 26/27 à la page 59. Il explique comment il a connu et épousé sa femme, Nicole, et quel rôle a joué Bernhard Wicki dans leur vie… et pourquoi le père, André, fait le clown. Gaston est un homme simple, électricien ; marié à Nicole, ils n'ont pas d'enfant. C'et un narrateur-personnage, puisqu'il a joué un rôle dans les faits qu'il raconte. Il prend en charge le récit encadré.


4°) Au début du texte, que pense le narrateur de sa famille (son père, sa mère, sa sœur, le cousin Gaston et sa femme…) ? Quel âge a-t-il à cette époque ? A quelle page dit-il qu'il a totalement changé d'avis sur eux tous ? Et à cause de quoi ?
Au début du texte, le narrateur, adolescent, méprise visiblement sa famille, trop populaire pour lui (p 20-21). Il a honte de son père, qui fait le clown sans grand talent, pour faire rire tout le canton (p 10-11 ; p 13 ; 16-17). Il préfèrerait un père plus conformiste et petit-bourgeois…

Mais dès la p 18, le narrateur reconnaît qu'il se trompait sur son père ; il le redit p 21, avant que ne commence le récit du cousin Gaston. A partir de la p 27, grâce au récit de Gaston, le narrateur (et le lecteur) comprend pourquoi son père "fait le clown", pour témoigner de cette façon sa reconnaissance à Bernhard Wicki, pour payer sa dette en qq sorte. Le récit de G lui ouvre les yeux sur la vraie grandeur des gens simples, sur un héroïsme qu'il ne soupçonnait pas…

5°) Quels détails montrent la lâcheté de certains Français (que ce soient les dirigeants, la police, ou les simples citoyens…) durant la seconde guerre mondiale et l'occupation allemande ? A contrario, quels détails montrent l'héroïsme d'autres Français ?
Les lâchetés de certains Français durant la seconde guerre mondiale et l'occupation :

- p 31 : la loi de Pétain du 14 août 1941, dite "loi des otages"

- p 33 : les otages français avaient été choisis par des gendarmes français

- pages 36-37 : la raison pour laquelle les gendarmes ont désigné ces 4 hommes comme otages : ils appartiennent à l'équipe de foot d'Hénin, qui a battu celle d'Hénin-Liétard 3 buts à 0 pour la coupe de France en 39 ! Les gendarmes ont la rancune tenace, et leur vengeance est à la fois atroce et mesquine…

Comme il est fait allusion au procès Papon, on peut ajouter que celui-ci a été condamné pour "crime contre l'humanité", pour avoir ordonné à la police française de collaborer totalement avec les nazis : les policiers français ont fourni des listes de citoyens français juifs, arrêté eux-mêmes certains Juifs, aidé à leur déportation…

L'héroïsme d'autres Français :

- l'héroïsme des résistants est tempéré par la façon dont Gaston présente cela (par fausse modestie ? pudeur ?) : il en parle comme d'un jeu p 27, un passe-temps…

- André et Gaston demandent aux 2 autres de les dénoncer aux Allemands (p 37) → ils acceptent leur mort, pour sauver les 2 autres, Henri et Émile.

- Henri et Émile refusent (p 38) bien qu'ils soient mariés, et les 2 autres célibataires

- p 49 André et Gaston décident de tirer le coupable à la courte paille entre eux 2, mais Émile refuse et se sent solidaire, alors qu'Henri est prêt à accepter (p 50)

- mais surtout il y a l'héroïsme de l'employé de la compagnie d'électricité, qui, brûlé et grièvement blessé par l'attentat, décide de se dénoncer pour sauver les otages, puisque de tte façon il va mourir de ses blessures. Sa femme est d'accord et va le dénoncer (p 58-59).

Alors, lâches, ou héroïques, les Français ? Les deux… Comme les Allemands d'ailleurs… Rien n'est simple ni caricatural (cf. question 7 sur la dédicace et le "manichéisme") : placé du bon ou du mauvais côté, chaque homme a le choix de se conduire en héros, ou en salaud.
6°) A quel moment du récit est-il fait mention du titre, "effroyables jardins" ? Que pensez-vous de la citation d'Apollinaire donnée en exergue au livre ? Comment peut-on interpréter cette épigraphe ?
On rencontre l'expression "effroyables jardins", qui donne son titre au roman, à deux reprises dans le récit :

- p 26 ligne 12 : "il [le cousin Gaston] m'ouvrait sa vie et m'offrait humblement tout ce qu'il avait, d'effroyables jardins, dévastés, sanglants, cruels." La vie du cousin Gaston, qui semblait un homme banal, simple et gai, est comparée par le narrateur à un jardin dévasté et sanglant… On s'attend donc de la part de Gaston à un récit terrible, qui mette en jeu la vie et la mort…

Le fait qu'il raconte sa vie évoque également ce qu'on appelle le "jardin secret" de chacun, ce qu'on garde pour soi et que l'on tait aux autres. Gaston ouvre son jardin secret au fils de son cousin, pour lui permettre de mieux comprendre André et son secret (= pour quelle raison il fait le clown). Il partage son intimité, son histoire, il lui donne accès à sa mémoire, à ses souvenirs… C'est le 1er sens de "jardin" = l'histoire d'un homme, sa mémoire, sa vie.

- p 34, lignes 8 à 10 : "Ton père, je me souviens, c'est là qu'il a parlé de grenades et d'effroyables jardins. J'ai pas compris, il a pas expliqué". Cette fois c'est Gaston qui fait directement allusion aux deux vers d'Apollinaire, cités par le père (instituteur, donc qui avait fait des études), au moment où les quatre otages sont jetés au fond du trou d'argile. Qu'a voulu dire André en citant ces vers à ce moment terrible ? Il veut sans doute faire allusion à leurs vies dévastées par la guerre.

Il faut bien reconnaître que la citation d'Apollinaire, donnée en exergue au livre, est mystérieuse et difficile à comprendre en l'absence de tout contexte. Il y a une ambiguïté sur le mot "grenade", qui peut être un fruit, comme le mot "jardin" invite à le croire ; mais aussi une arme, comme l'adjectif "effroyable" le suggère. Elle est tirée du recueil Calligrammes, dans la partie 4 qui s'intitule "Lueurs des tirs" ; ce sont les deux derniers vers d'un poème intitulé "Les grenadines repentantes", composé en septembre 1915, alors que le poète est sur le front. Tous les poèmes de cette période évoquent la guerre.

Une épigraphe est une citation que l'auteur met en tête de son livre, ou d'un chapitre, pour en indiquer l'esprit, donner un indice sur sa teneur. Ici l'ambiguïté et le mystère de ces deux vers, difficiles à interpréter, (grenade/fruit, fruit rouge comme le nez rouge du clown, donc qch de positif, d'agréable, ou grenade/arme, qui tue ?) évoquent l'ambiguïté du rôle et de la place de B. Wicki : soldat allemand, donc du "mauvais côté" cõ il le dit p 51, il s'efforce de leur apporter qd même qch de réconfortant. En les faisant rire, il les rend vivants, il se montre humain et les considère cõ des ê humains. La gentillesse et l'humour dont Bernhard Wicki a fait preuve, dans un contexte terrible, furent peut-être comme une fleur, quelque chose de beau et de "touchant", qui a émus et profondément touché les 4 otages, dans une situation angoissante et tragique.


7°) Observez et commentez la liste des dédicataires du livre, page 7 ; quel commentaire de l'auteur s'y glisse ? Quelle tonalité cela donne-t-il tout de suite au livre ? Quels sont les deux détails qui tendraient à prouver qu'il ne s'agit pas forcément là d'une œuvre de fiction ?
Un auteur peut dédicacer son livre à des être chers, des proches, pour leur témoigner son affection. Il est évident que les dédicaces sont faites par l'auteur (= Michel Quint), et non le narrateur ; donc par une personne réelle ; et qu'elles s'adressent aussi à des personnes réelles. Dédicacer un livre à des personnages fictifs n'aurait aucun sens.

Donc les trois personnes citées dans cette dédicace, le "grand-père Leprêtre, ancien combattant de Verdun mineur de fond" ; le "père, ancien résistant et professeur" [professeur d'électricité ; or Gaston est électricien… il y a donc peut-être eu dédoublement de la personne réelle du père entre André et Gaston] ; et enfin "Bernhard Wicki", dont la dédicace ne dit absolument pas qui il est, ni ce qu'il fut pour l'auteur… ces trois personnes ne peuvent être que des personnes réelles, de chair et d'os, qui ont réellement existé.

Le commentaire du narrateur est de dire que "le manichéisme en histoire est une sottise". Le manichéisme, c'est le fait de considérer, de manière simpliste et sans aucune nuance possible, qu'il y a d'un côté le bien, et de l'autre le mal (représenté ici par les Allemands et le régime nazi). C'est une conception réductrice et primaire des choses.

Or, le fait que le grand-père et le père de l'auteur aient insisté pour qu'il "apprenne la langue allemande" montre bien qu'ils ont compris, et voulu faire comprendre, que tous les Allemands n'étaient pas des nazis ou des hommes mauvais, et que la communication est essentielle pour se comprendre. Pour eux, c'était un premier pas vers le pacifisme. D'ailleurs, dans le récit, le garde Bernhard Wicki parle un français impeccable (p 44). Ce qui lui permet de communiquer avec ses prisonniers, et de leur révéler qu'il leur a donné ses propres rations de nourriture ! Et il a des paroles sublimes (p 50 et 51) sur la dignité humaine, le mal, la valeur de toute vie…

Michel Quint appelle donc à sortir des analyses faciles, simplistes et primaires, pour voir l'humain, et pour se conduire, en ttes circonstances, de manière digne et humaine. Tout se fait ou se joue dans l'homme, et même si l'on est dans le camp des oppresseurs (cf. les paroles de Bernhard Wicki p 51), on peut et l'on doit se conduire humainement, et respecter la dignité de tt être humain. Les graines du bien et du mal sont semées ds le cœur de chaque homme, à chacun de décider ce qu'il veut faire fleurir en son jardin ! La barbarie n'est pas une fatalité, c'est une question d'éthique personnelle, chacun peut l'accepter ou la refuser.

8°) Que pensent les quatre prisonniers de leur gardien allemand, p 39-43 ? De quoi s'aperçoivent-ils après ? Pourquoi le père instituteur fait-il le clown bénévole (et sans grand talent) tout au long de sa carrière ? Que décide à son tour de faire le fils ? Montrez la structure circulaire du récit.
Au début les 4 prisonniers pensent que leur gardien allemand se moque d'eux, de façon cruelle : cf. p 39-40, ils le voient leur faire des grimaces, et trouvent que "faire le môme pour des hommes qui vont mourir, c'était indigne, insupportable!" . Ils croient aussi qu'il se moque d'eux quand il fait le clown avec son sandwich, p 40, et ressentent encore cela comme une provocation supplémentaire de celui qu'ils appellent le "salaud".

C'est pourquoi ils jubilent et sont si contents quand, lorsque l'Allemand jongle avec des tartines, il les laisse maladroitement choir dans leur trou ! Quelle revanche ! Ils pensent qu'ils l'ont bien eu (p 43). Mais les 4 hommes pensent ensuite qu'il l'a peut-être fait exprès, ce qui est confirmé p 45 : il leur dit qu'il a partagé avec eux toutes ses rations, il le lui reste plus rien ! Les 4 otages le soupçonnent alors de jouer les "gentils" pour les faire parler, et se méfient encore …

Les relations changent p 50-51, avec les paroles de Bernhard Wicki sur la dignité humaine, le mal, la valeur de toute vie… et avec les bouteilles de schnaps qu'il leur a procurées… Une certaine égalité même, précaire et toute temporaire, s'établit p 53, quand Bernd essaie de les aider à sortir du trou, et tombe lui aussi au fond : " "de se voir lui et nous, comme ça, au fond, prisonniers, pareils et merdeux,, on éclate de rire…". Lui, comme eux, est prisonnier d'un système, mais le rire partagé leur rend dignité et chaleur humaine.

On comprend alors que par son numéro de clown, le père voulait faire vivre le souvenir de Bernhard Wicki, il essayait à la fois de l'imiter de des payer sa dette : cf. "il a passé sa vie à rendre hommage, à payer sa dette d'humanité, le plus dignement qu'il croyait." (p 18). C'était 1 façon de le remercier, de faire cõ lui…

Quand, avec le procès Papon, en 1998, ressurgit tout le passé collaboration/Résistance, le fils, adulte, décide de reprendre la valise de clown du père, pour lui aussi faire revivre à sa façon tous ces gens : cf. "il est de mon devoir de t'y représenter, papa, ainsi que Gaston, Nicole, Bernd, et les autres, ces ombres douloureuses, d'où qu'elles soient" (p 62). Il veut aussi, avec cet habit de clown, dénoncer l'attitude Papon pendant son procès : "parce que cet homme-là, qui tente de faire de son procès une mascarade, qui joue les pitoyables pitres, aucun des ennemis d'alors ne fut pire, et beaucoup d'entre eux l'auraient haï de trahir toute dignité" (p 62).

La boucle est ainsi bouclée, et l'on comprend enfin qui est le clown des seize ligne en italiques du début, et pour quelle raison il se comporte ainsi. La circularité du récit est patente dans les futurs de la page 63 "Demain j'irai… je ferai le clown…" qui renvoient aux passés composés du début (texte en italiques) … L'épilogue se trouve au début.

similaire:

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconNB: entre : titres de poèmes, en italiques : titres de recueils Pensez...

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconRecherche (Phase facultative)
«Vous allez rechercher les mots auxquels vous pensez quand je dis le mot soleil.»

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconTitre : Vivre
«Vous allez rechercher les mots auxquels vous pensez quand je dis le mot vivre.»

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconStage cycle 2
«À la fin du cycle 2, chaque enfant, après une préparation rigoureuse, doit pouvoir écrire un texte d’une dizaine de lignes (texte...

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconDvd danse. Différentes formes dansées
«représentations» initiales» des élèves par rapport à la Danse. «Si je vous dis Danse, que pensez-vous ?». Lister puis classer. Ces...

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconPreambule : compétences attendues en fin de cm2 : «rédiger un texte...
«rédiger un texte d’une quinzaine de lignes (récit, description, dialogue, texte poétique, compte rendu) en utilisant ses connaissances...

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconVous venez de recevoir le début d’un texte écrit par une autre classe
«Une» d’un journal (chapeau, article, photographie possible) qui retrace cette découverte

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconMusic & dance magazine janvier 2010
«United State of America» ne doit pas nous tromper puisque comme IL s’empresse de le préciser : «Vous tous, vous venez de passer...

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconTexte support : Didier Daeninckx, extrait de Cannibale, 1998
«Nous vivions sur le troisième pont, comme des passagers de dernière catégorie.» (lignes 1 et 2)

1° Que pensez-vous des seize lignes écrites en italiques au tout début du texte, p 9-10 ? iconChapitre 1 : Là où tout commence, le début
«la côte d'agneau». Notre agneau grandit, grossit, engraissa, prit du poids, gagna quelques centimètres et devint : un mouton. Je...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com