Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence





télécharger 170.63 Kb.
titreCette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence
page1/4
date de publication25.04.2017
taille170.63 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4
La femme, comme objet poétique: égérie et vision sublimée
Cette séquence sur l’objet d’étude « Poésie » a été réalisée par Evelyne DUISIT, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère S du Lycée Cézanne à Aix en Provence


Cette séquence, qui peut s’inscrire en début d’année, a été réalisée dans une classe de 1ère S et a permis de revenir sur des compétences plus ou moins acquises en classe de seconde, comme la réponse aux questions sur un corpus et la technique du commentaire composé. Elle a également fait l’objet d’une réactualisation des procédés stylistiques, mis en œuvre par les poètes, en les liant aux effets produits.

Chacune des lectures analytiques a été introduite par un travail préparatoire de la part des élèves, consistant à rechercher la biographie de l’auteur, à situer celui-ci sur une fresque historique ainsi que dans un mouvement littéraire, dont on devait relever les caractéristiques. Chaque étude de textes a été suivie par la rédaction personnelle de l’introduction et la conclusion, débouchant sur une mise en commun au début de la séance suivante.

Sont présentés ici :


  • le descriptif de la séquence

  • quatre lectures analytiques de : « Ode à Cassandre » de Ronsard, « Mon rêve familier » de Verlaine, « A une passante » de Baudelaire, « La courbe de tes yeux » d’Eluard

  • un commentaire composé succinct de « Il n’aurait fallu… » d’Aragon

  • une évaluation globale sur la séquence

  • des questions portant sur le corpus de textes qui fait partie des « Documents complémentaires ».


DESCRIPTIF : OBJET D’ETUDE «  LA POESIE »




SEQUENCE

Objet d’étude


Problématiques


Perspectives


Lectures analytiques


Lectures complémentaires


La poésie



La femme, comme objet poétique: égérie et vision sublimée



- Singularité et intertextualité

- Lyrisme personnel

- Histoire littéraire et culturelle


- « Ode à Cassandre » Ronsard

- « Mon rêve familier » Verlaine

- « A une passante » Baudelaire

- « La courbe de tes yeux » Eluard

- « Il n’aurait fallu… » Aragon


- « La jeune veuve » La Fontaine

- « Vieille chanson du jeune temps » Hugo

- « Une allée du Luxembourg » Nerval




Études transversales et/ou thématiques


Représentation du poète

Fonction du poète






Lecture cursive :

Documents complémentaires

Activités communes



- Poèmes de « Spleen et Idéal » de Baudelaire qui célèbrent la femme.



  • « Fonction du poète » Hugo (Les Rayons et les Ombres)

  • « Passage d’un poète » Bosquet (Un jour après la pluie)

  • « Se faire voyant » Rimbaud (Lettre à Paul Demeny)

  • Le Rappel à l’ordre Cocteau

  • « Le mythe d’Orphée » F. Evrard (Aurélia, de Gérard de Nerval), M. Blanchot (L’Espace littéraire)

  • Etude de l’image : Orphée ou jeune fille thrace portant la tête d’Orphée G. Moreau





« ODE A CASSANDRE » de RONSARD: LECTURE ANALYTIQUE
Ode à Cassandre
Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avait déclose

Sa robe de pourpre au soleil,

A point perdu cette vêprée

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vôtre pareil.
Las ! voyez comme en peu d’espace,

Mignonne, elle a dessus la place,

Las ! las ! ses beautés laissé choir !

Ô vraiment marâtre Nature,

Puisqu’une telle fleur ne dure

Que du matin jusques au soir !
Donc, si vous me croyez, mignonne,

Tandis que votre âge fleuronne

En sa plus verte nouveauté,

Cueillez, cueillez votre jeunesse :

Comme à cette fleur la vieillesse

Fera ternir votre beauté.
Pierre de Ronsard, Amours (1553), puis Odes

(sous le titre « A sa maîtresse » 1584)

1° LECTURE MAGISTRALE

2° REACTIONS DE LA CLASSE à Tableau àPLAN :
I. Une scène vivante

II. Une entreprise de séduction

III. Une leçon de vie

INTRODUCTION : Ronsard, « Prince des poètes » et « Poète des princes » a chanté le thème de l’amour à travers ses poèmes, intitulés Les Amours et consacrés à des femmes aimées, dont les plus connues sont Cassandre Salviati, rencontré lors d’une fête à la cour de Henri II Marie Dupin, jeune paysanne, morte à 20 ans, et Hélène de Surgères qu’il sera chargé, par la reine Catherine de Médicis d’immortaliser dans ses poèmes pour la distraire de la mort de son fiancé. Ce poème est le 17ème du premier livre des Odes, consacré à Cassandre. Il est constitué de 3 sizains d’octosyllabes, dont les 2 premiers forment un diptyque mettant en scène une rose au début et à la fin de sa vie. Le 3ème sizain évoque la leçon que le poète veut donner à Cassandre.
I. UNE SCENE VIVANTE: Pourquoi ? Parce que : 1) Des personnages

2) Un décor

3) Une histoire


  1. Des personnages :

1-1 Le poète : - énonciateur à 1ère pers. du sing. (« me » v.12) à énoncé inclus dans la situation d’énonciation.

- narrateur interne à la scène à 1ère pers. du plur. (« allons » v.1)

2-1 « Mignonne » : - destinataire du discours du poète à apostrophe (v.1,8,11)

à 2ème pers. du plur. (« vôtre » v.6, « vous »v.13, « votre »v. 18)

- incluse dans la scène à « allons », « voyez »v.7, « votre »v.14.





QUI EST-CE ? sens de « mignonne » : nom commun à personne mignonne (= qui a de la grâce, charmant, joli, gentil, caractérisant des enfants, des jeunes gens) ; terme d’affection.

Décalage entre les 2 personnages : rapport de supériorité du poète (âge) et d’intimité.

3-1 La rose : acteur principal de la scène : - désignée par sa catégorie (« la rose »v.1), son hyperonyme (« fleur »v.11,17) (hyperonyme : terme générique (fleur, animal…) # hyponyme : terme restreint (rose, chien…mammifère : hyperonyme de chien, mais hyponyme d’animal), par la 3ème pers. du sing. (« elle », + adj. poss. « sa », »ses »)

- sujet des verbes d’action (« avait déclose »v.2 « a…laissé choir »v.8-9)




2 personnages témoins de la scène



  1. Un décor : un jardin 

Évoqué implicitement à travers la fleur et le nom « la place »v.8à extérieur

la présence du soleil, v.3

les couleurs de la nature (« pourpre »v.3, »verte »v.15)


  1. Une histoire :

En 2 temps :

3-1 : Le matin : - indiqué avec précision : démonstratif + nom (« ce matin »v.2)

- évoqué comme achevé (plus que parfait : « avait déclose »v.2)

- évoquant la beauté de la rose, à travers une personnification, exprimée par l’emploi du champ lexical du vêtement attribué à la fleur (« robe »v.3, « plis de sa robe »v.5)

- évoquant la jeunesse de la rose : sa naissance (« déclose »v.2) et son éclat : à travers la reprise de « pourpre » en « pourprée » à couleur vive

à travers la comparaison avec le teint de « mignonne » àjeunesse 
3-2 : Le soir : - indiqué avec précision : démonstratif + nom (« cette vêprée »v.4) à parallèle suggéré.

- évoqué comme achevé (passé composé : « a point perdu »v.4, « a laissé choir »v.8-9)

- évoquant par euphémisme la laideur de la rose : « ses beautés laissé choir »

- évoquant la vieillesse, à travers la perte des couleurs, de l’éclat(« ternir »)àde la vie.



Pourquoi la présentation de cette scène ? La stratégie du poète

II. UNE ENTREPRISE DE SEDUCTION : Comment ? Par : 1) Une invitation

2) Une comparaison élogieuse

3) L’expression de l’émotion du poète


  1. Une invitation :

- impératif : « allons voir » à promenade qui semble anodine, désintéressée

- rythme : vif et entraînant (2 syllabes, 3, 3 v.1- 1,3,2,2 V.2) à termes monosyllabiques ou bisyllabiques + douceur des allitérations : [m], [n], [s] et des assonances [o] : 4 premiers vers.


  1. Une comparaison élogieuse :

- « teint » de la rose // teint de la jeune femme

- « âge fleuronne »v.14 : hypallage (figure de style qui consiste à attribuer à un mot de la phrase ce qui correspond à un autre : « fleuronne » correspond à une fleur, non à une femme) à métaphore qui assimile la femme à la fleur

- pléonasme : « verte » évoque le printemps, la jeunesse + « nouveauté »= jeunesse, accentué par l’insistance du superlatif : « sa plus »



Compliments, galanterie, renforcés par GN final : « votre beauté », mais stratégie du poète.


  1. L’émotion exprimée par le poète :

- tristesse et amertume à propos de la fugacité du temps, exprimée par l’interjection: « las ! »v7et le ton exclamatif de la phrase

- réaction de vive déception devant le spectacle qu’offre la rose, mis en valeur par la structure désarticulée de la phrase sur 3 vers (7,8,9) qui rejette à la fin la vision de la fleur fanée (« ses beautés laissé choir »).

- émotion nettement marquée par la présence d’une allitération en [s] qui crée un effet d’insistance

- indignation vis-à-vis de la nature personnifiée (Nature), à travers l’apostrophe rendue véhémente par le ô vocatif, à travers la connotation négative de « marâtre », à valeur d’oxymore par rapport à la nature qui symbolise la mère nourricière

à travers l’insistance évoquée par l’adverbe « vraiment » à travers les allitérations en [r] (liquide) et en dentales [t] et [d] à brutalité.


L’expression des sentiments personnel constitue le registre lyrique (lyrisme : > lyre (instrument utilisé par Orphée, le + célèbre des poètes de la mythologie grecque), s’applique à l’expression des sentiments personnels, des émotions (l’amour, la nostalgie, le regret, la douleur, le chagrin, la joie, l’enthousiasme, l’admiration…). Le poète évoque des thèmes lyriques : la vie, l’amour, la mort, le temps qui passe, la nature. Il utilise un registre lyrique : lexique de l’affectivité, métaphores et comparaisons, expression des émotions à travers la ponctuation forte. Le lyrisme, c’est l’expression du Moi associé à la musicalité (rythme, sonorités)


Émotion réelle ou feinte ? à stratégie du poète : donner à Cassandre =>
III. UNE LECON DE VIE : Comment ? En quoi ? 1) Le maître et l’élève

2) Faire prendre conscience de la fuite du temps

3) Faire réagir

  1. Le maître et l’élève :

- impératif qui invite à l’observation et à la constatation : 2ème sizain (« voyez »)

- évocation d’une expérience acquise : le poète sait à invitation à lui faire confiance (« si vous me croyez ») à évocation de l’avenir : futur (« fera ternir »)

- exhortation : insistance exprimée par la répétition de l’impératif (« cueillez »)


  1. Faire prendre conscience :

- connecteur logique qui marque la conséquence de ce qui a été observé : « donc » et annonce la leçon à tirer

- inversion de la comparaison : assimilation de « mignonne » à la rose à travers les hypallages du 3ème sizain (« votre âge fleuronne »v.14, « cueillez votre jeunesse »v17)à présent

comparaison de la vieillesse de la jeune fille à celle de la roseà futur proche

- # entre les 3 octosyllabes (v. 14,15,16) qui évoquent la jeunesse et les deux octosyllabes sur lesquels se termine l’ode et qui évoque la vieillesse (v.16-17)à imminence de la vieillesse



Objectif du poète : faire peur
3) Faire réagir

- car égalité de tous devant la vieillesse et la mort (« une telle fleur ») : valeur intensive de l’adjectif indéfini « telle » qui suggère la supériorité de la rose par rapport aux autres fleurs à

- pour vivre le présent en profitant des plaisirs de l’amour, traduit par l’impératif présent « Cueillez », car caractère éphémère de la jeunesse et de la beauté et temps compté avant vieillesse d’où l’insistance exprimée par la répétition de « cueillez » et la mise en valeur en 2nde partie de l’octosyllabe du GN « votre jeunesse ». (àdevise épicurienne : « Carpe diem » ( épicurisme : > Epicure : philosophe grec à doctrine de ceux qui cherchent avant tout le plaisir aussi bien des sens que la plaisir intellectuel)

- pour vivre ce présent avec luiàobjectif implicite intéressé ( que Ronsard exprime plus ou moins implicitement dans d’autres poèmes, dédiés à Marie : « Pour c’ aimez-moi pendant qu’êtes belle », ou à Hélène : « Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie »)

CONCLUSION : Ce poème s’inscrit dans une tradition, qui exploite le thème lyrique de la fuite inexorable du temps et reprend la comparaison récurrente de la femme et de la rose. Cependant, Ronsard a réalisé avec cette ode une œuvre originale en utilisant à la fois un ton de conversation galante et le registre lyrique pour parachever son entreprise de séduction, rendant ainsi sa leçon de vie plus persuasive.

« MON REVE FAMILIER » VERLAINE : LECTURE ANALYTIQUE
  1   2   3   4

similaire:

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne...
...

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCette séquence a été réalisée par M. Carlos guerreiro, Certifié de...
«type» ou la visée symbolique du passage entrent en tension avec la représentation de la stricte réalité

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCette séquence sur Un Roi sans divertissement de giono, a été réalisée...
«sans divertissement» confère un tour négatif, voire paradoxal, au titre. Qu’entend-on par «divertissement» ? Si la référence cultivée...

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCe document pédagogique a été préparé par Madame Christèle dufour,...

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCette séquence a été réalisée par Mme dardalhon, professeur certifié...

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCette séquence a été réalisée par Mme Vicky ponza dimitriou, professeur...

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCette séquence sur la poésie a été réalisée par Franck legaud agrégé...
«art poétique» à l’infinitif, qui utilisera des verbes des trois groupes appartenant au lexique de la cuisine; des poèmes au présent...

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCette séquence sur la poésie a été réalisée par Madame Isabelle boyer,...
«Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin», Les Contemplations, «Pauca meae» V p. 49-50

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconCe devoir type eaf a été élaboré par Christian ferre, agrégé de Lettres...

Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne duisit, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 1ère s du Lycée Cézanne à Aix en Provence iconSéquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée...
«morts pour la France», soit 27% d’une classe d’âge entre 18 et 27 ans. Destruction dans toute l’Europe





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com