Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur





télécharger 34.41 Kb.
titreLe poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur
date de publication25.04.2017
taille34.41 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > loi > Documentos

Français 602 – 604

Séquence 3 : Négritude et engagement

Groupement de textes : Le refus du colonialisme



Texte 1 : Aimé Césaire, Cahier d’un retour…, 1947
Faites la lecture du document et répondez aux questions posées.
Registre épique et engagement
Traditionnellement, l’épopée glorifie l’histoire et l’identité d’une communauté. Elle chante les grands hommes du passé et leurs hauts faits. Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur.


  • L’épopée et le registre épique


L’épopée est un long poème narratif chantant les exploits de personnages exceptionnels, emblèmes d’une cause collective ou d’une nation. L’épopée prend comme point de départ un grand événement humain, qu’elle transforme en mythe. On parle alors de registre épique.
1 - Pourquoi peut-on dire que le texte de Césaire, extrait de, Cahier d’un retour au pays natal, s’apparente à un récit épique ?
Césaire célèbre la liberté du peuple noir qui avait été réduit en esclavage. Il s’agit d’une célébration de la Négritude et de la Nation africaine. Le poème est narratif. Il raconte une révolte à bord d’un « négrier ». Ce récit qui conduit les esclaves à la Liberté possède une valeur allégorique (dimension argumentative et engagée du texte).



  • Les thèmes et les personnages de l’épopée


La guerre, le combat et la conquête sont les thèmes privilégiés de l’épopée. Le monde de l’épopée est violent. Les sentiments y sont portés à leur paroxysme. L’expression de la souffrance, de la douleur, de la peur, de l’horreur accompagne les représentations du combat et de la mort. Le monde de l’épopée est parfois manichéen : les personnages qui s’affrontent incarnent alors sans nuance les forces antagonistes du Bien et du Mal.
2 – Relevez dans le texte de Césaire la présence des thèmes privilégiés de l’épopée.
On peut noter la présence du thème de la violence, « fouet », « déchirement », « convulse »…etc La présence du thème de la liberté, « le goût amer de la liberté », « debout », « libre ». Le manichéisme qui apparaît par exemple dans les antithèses, « fouet / sucrée », « distraire / pend », « sang / liberté » etc

L’épopée met en scène des personnages hors du commun, qui se détachent sur un fond indistinct de combattants anonymes. Le héros est doté d’un courage et d’une puissance surhumains. Serviteur d’un clan, d’une nation ou d’une religion, il s’attache à préserver la cohésion du groupe dont il défend les valeurs. L’épopée admet l’intervention des dieux ou d’êtres surnaturels. Dotés de pouvoirs surhumains, ils aident les héros ou leur opposent des obstacles. L’épopée représente aussi des personnages collectifs : une foule, une nation ou un groupe deviennent les héros du récit épique.
3 – Dites en quoi les personnages présents dans le poème de Césaire ont une dimension épique.
La dimension ou le registre épique correspond au caractère collectif de l’aventure qui est célébrée, « bon nègre », terme à valeur générique, « nos plaies », dimension collective dans laquelle le poète s’inclut, « la vieille négritude », périphrase exprimant l’ancienne condition des noirs, « la négraille », néologisme ayant une valeur collective.



  • Les formes d’expression du registre épique


Le récit épique se caractérise par la présence d’un narrateur omniscient, qui ne prend pas part aux actions qu’il raconte. Il apparaît parfois à la première personne, dans le rôle du récitant qui déclame et chante l’action épique. Le présent, temps verbal fréquemment utilisé, actualise l’action racontée.
4 – Relevez la présence du narrateur dans le poème de Césaire. Quel est son rôle, et quel est le temps verbal associé à son intervention ?
A plusieurs reprises le poète laisse percevoir sa présence dans l’énoncé. Senghor s’implique au moment de l’écriture ou dans le contexte du récit au passé simple, « je dis hurrah ! », « disputa…la rosée sucrée de nos plaies ». On relève également l’emploi de présentatifs qui expriment l’implication et l’engagement de l’auteur, « Voici », « et la voici ». L’interjection « ô » et la modalité exclamative sont également mis au service de l’expression de l’engagement. Enfin, les procédés d’insistance, telle que l’anaphore, participent également à cette forte inscription du poète dans l’énoncé.
L’épopée est d’abord une parole adressée à un auditoire, dont l’attention et l’intérêt sont entretenus par divers procédés : - L’adresse au public – l’anaphore – la redondance – la répétition (mots, expressions, vers) – l’allitération et l’assonance. Le narrateur rapporte souvent au style direct les paroles des héros. Mais il peut aussi faire s’exprimer une réalité abstraite personnifiée ou un personnage mort, absent, c’est la prosopopée.
5 – Relevez dans le poème de Césaire des citations qui illustrent certains des procédés énumérés ci-dessus. Quels sont les effets de sens ?
On peut noter de nombreuses répétitions de termes.  « pierres », « feraille », « debout », « liberté ». Des reprises syntaxiques (lignes 2 ;3, 16 ;17…). L’anaphore du mot « debout ». Allitération en « r » associée à la métaphore filée des lignes 13 ;14 ;15… . Des echos sonores ou paronomase, « féraille / négraille. Et le premier verset, « C’était un très bon nègre », dont le registre ironique trahit la parole des esclavagistes rapportée par Césaire dans une prosopopée.

Des figures comme la métaphore, la périphrase ou la métonymie renforcent l’expressivité en soulignant l’extraordinaire et l’exagération. L’antithèse accentue les contrastes. La comparaison, souvent empruntée à l’univers du mythe ou au passé glorieux, confère une valeur exemplaire à l’action ou au tableau présentés. L’allégorie, enfin, permet de rendre concrète des idées abstraites. Le registre épique recourt aussi à des procédés d’amplification : l’hyperbole, qui grossit l’information et magnifie l’action des héros, l’énumération et l’accumulation, qui intensifient l’action et permettent le grandissement de la vision.
6 – Relevez dans le poème de Césaire des citations qui correspondent aux différentes figures de style énumérées dans le tableau ci-dessous :


Figures

citations

Métaphore


La rosée sucrée de nos plaies


L’étrange nourisson des mers

Le goût amer de la liberté les eaux écroulées

Périphrase


La négraille aux senteurs d’oignon frit


Métonymie



Le fouet disputa…

Antithèse


Bon/nègre distraire/pend


Fétide/nourisson sang/soleil

Fouet/sucrée

Comparaison



comme une poche de doublons rebondie

Allégorie



Tout le récit (le poème) de la révolte doit être lu comme une allégorie de la liberté retrouvée pour le peuple noir

Hyperbole



Déchirement de nuages

Fulgurance d’un signe


Les eaux écroulées

Enumération


Jetait des pierres, des bouts de féraille, des tessons de bouteilles

Mais ni ces pierres, ni cette féraille, ni ces bouteilles…


Accumulation



L’horizon se défait, recule et s’élargit

Ou le jette à la mer ou le livre à l’appétit de ses molosses



Le récit épique peut porter la marque de l’engagement politique et idéologique de son auteur. Divers éléments traduisent cet engagement : le vocabulaire évaluatif, appréciatif ou dépréciatif, l’implication du locuteur et du destinataire marquée par le jeu des pronoms personnels, l’usage du mode impératif, les comparaisons valorisantes ou dévalorisantes.
7 – Relevez dans le poème de Césaire plusieurs marques de l’engagement de l’auteur.
L’ensemble des différents procédés identifiés participent à l’expression de l’engagement : la visée persuasive présente dans le registre épique du texte, la dimension allégorique visant à impliquer le lecteur dans la compréhension du texte et enfin, tous les termes modalisateurs ou indices de personnes et temps verbaux liés à l’énonciation dont on peut dire qu’ils laissent affleurer la présence engagée du poète.


Aimé Césaire, Cahier d’un retour…1947


Synthèse




Dans cet extrait du recueil intitulé Cahier d’un retour au pays natal, Césaire dénonce l’ancienne condition des noirs et annonce l’avènement de leur liberté. La dénonciation et la célébration s’inscrivent dans une évocation narrative et épique qui témoigne de l’ancien sort réservé aux africains et aussi de l’apparition de la nouvelle « négritude ». On peut distinguer trois temps qui organisent la progression du texte et participent à l’engagement et au registre épique de l’évocation. Des vers 1 à 7 l’auteur fait allusion à une époque révolue. Des vers 8 à 24, l’auteur décrit l’élan de liberté qui s’empare de son peuple. Des vers 25 à 47, l’auteur célèbre l’avènement de la liberté.

Le premier temps du texte décrit un temps révolu, « O quiètes années… », celui d’avant l’esclavage et rend compte de l’attitude méprisante des blancs, « on lui jetait des pierres… » On peut noter l’emploi de l’oxymore, « bon nègre », qui traduit le mépris à l’égard des africains, et l’usage de l’imparfait qui rend compte d’un temps révolu. Le passé simple marque alors une rupture, « et le fouet disputa… » qui correspond aux premiers temps de l’esclavagisme. La métaphore du vers 6, « la rosée sucrée de nos plaies » fait du blanc, désigné par métonymie, « le fouet », celui qui se nourrit de la substance même des noirs, pillant en même temps sa richesse et sa beauté. Le réalisme et la précision de l’image accentuent sa violence. L’énumération présente au vers 2 introduit le ton révolté et épique du poème.

Dès l’ouverture du deuxième temps du texte, le « je » du poète apparaît, inscrivant ainsi fortement son engagement, associé à l’emploi du présent de l’énonciation, « Je dis hurrah ! », « voici », associé de plus à la modalité exclamative. Explicitement, l’auteur témoigne d’un temps qui disparaît, « La vieille négritude se cadavérise », la force de la métaphore repose sur l’analogie avec une fin biologique, une putréfaction qui dit encore la souffrance du peuple noir. L’énumération qui suit, « se défait, recule et s’élargit », rend compte, au présent de narration, d’une évolution en marche, d’un progrès en train de se réaliser. Le ton de révolte étant toujours présent avec les termes hyperboliques, «  déchirement », « fulgurance », procédé d’amplification qui grandit cette vision de la conquête de la liberté.

L’auteur développe ainsi une vision métaphorique et hyperbolique de cet élan vers la liberté en comparant la condition des noirs à un « négrier » qui « craque de toute part ». Par le truchement de la métaphore filée, le « négrier » devient un organisme malade dont l’abcès va bientôt crever, « Son ventre se convulse », « L’affreux ténia de sa cargaison ronge les boyaux fétides », « ses grondements intestins ». Là encore, l’analogie avec le biologique accentue l’idée de souffrance physique liée à la condition des esclaves noirs. Associé aux procédés de juxtaposition et de reprise syntaxique, « Et ni….ni » le registre demeure épique, célébrant cette libération du peuple noir.

Toujours sur un mode narratif, Césaire témoigne de la cruauté des blancs par une allusion aux pratiques courantes des esclavagistes, « le capitaine pend à sa grand vergue le nègre le plus braillard », « le livre à l’appétit de ses molosses ». L’évocation poétique se double alors d’une représentation historique qui confère à son engagement une valeur encore plus grande. La souffrance endurée par les esclaves noirs acquiert une dimension mythique qui glorifie le peuple noir.

Pour clore cette évocation, Césaire emploie un néologisme, « négraille » où le suffixe –aille vient faire écho aux termes, « féraille » et « braillard », déjà présents dans le texte et témoignant du point de vue méprisant des esclavagistes. Enfin, c’est cette souffrance endurée qui, en libérant le sang des noirs, lui apporte la liberté, « retrouve dans son sang répandu le goût amer de la liberté ». Ainsi, la célébration de la négritude et de la liberté devient l’expression d’une révolte, d’une revanche sur des siècles de domination blanche. L’implication de Césaire dans l’énoncé affirme ainsi son engagement.

Par l’anaphore du terme « debout », le dernier temps du texte se fait chant et célébration épique de la liberté retrouvée. Toujours avec la même orientation narrative, l’auteur poursuit son évocation historique et métaphorique en décrivant les esclaves comme des révoltés qui auraient pris la barre et le commandement du négrier, « debout sur le pont », « debout à la barre », « debout à la carte ». Désormais les noirs ont pris en mains leur destin, se sont libérés de l’oppression des blancs. Toujours avec un ton de révolte et dans un registre épique, Césaire associe l’avènement de cette liberté aux forces naturelles, « vent », « soleil », « étoiles » et développe une gradation qui conduit les noirs de la « cale » jusqu’aux « étoiles ». Enfin, le dernier vers clôt la célébration avec l’évocation d’une purification effectuée, « le navire lustral » et avec une métaphore qui témoigne de la disparition de l’ancien monde et de la servitude, « sur les eaux écroulées ».

Dans cet extrait de son poème, Césaire donne à son message engagé la forme d’une narration au sens historique et métaphorique. Le malheur du peuple noir et l’avènement de sa liberté peuvent ainsi être comparés à une véritable épopée L’auteur dénonce l’esclavagisme avec un ton révolté et épique en déployant le rythme particulier du vers libre et du verset, exprimant avec force son engagement pour la cause du peuple noir. La valeur métaphorique de l’évocation qui compare le « négrier » à un organisme vivant rend compte de l’intense souffrance physique subie par les esclaves et du caractère violent et viscéral de leur révolte.

similaire:

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconLe poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles...

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconDÉcryptage des musiques actuelles
«Le blues est comme un médecin, IL peut te guérir ou bien IL peut aggraver ton cas»

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconCours de Jean derive, octobre 1998-février 1999
«épopée» et l’adjectif «épique» n’arrivent qu’au xvi° siècle, sous l’influence de la Renaissance et du renouveau de la culture grecque....

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconLouis aragon et son temps
«sens des responsabilités». On peut se demander quels ont été les étapes et les sujets de son engagement, comment est-il perçu dans...

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconCorpus sur le bonheur -> Argumentation directe
«sombre ivresse», et IL évoque également la «volupté du vide» pour insister sur le fait que seule l’homme détaché des biens matériels...

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconUne liste de site proposée par le crdp d’Amiens où on peut télécharger...
«auteur contemporain», le texte n'est pas libre de droit et son utilisation, autre que privée, est soumise à une demande d'autorisation...

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconSenghor, Ethiopiques, «L’Absente», partie IV, 1956 Introduction
«annoncent le printemps» et l’arrivée de la pluie. Cette célébration de la terre africaine et de la négritude est également un chant...

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconLa vie à Mérignac en 1917
«que des mesures urgentes doivent être prises pour empêcher tout gaspillage de pain». Le charbon, réservé en priorité aux usines,...

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconA, interj oh! eh! Elle peut exprimer la douleur, la joie, l'indignation...

Le poème épique peut également exprimer des prises de position actuelles et l’engagement de son auteur iconIntroduction au Taoïsme
«non-agir»(wuwei ). La position du conquérant n’est supérieur bien au contraire. «La véritable position supérieure est la position...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com