Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne





télécharger 58.4 Kb.
titreAdresse : Chemin Darbousson, Valbonne
date de publication22.04.2017
taille58.4 Kb.
typeAdresse
l.20-bal.com > loi > Adresse
INTITULE DE L’ACTION : Ecritures numériques devant l’œuvre d’art de proximité : la tavoletta tactile et les archi-textures de l’errance.

DEBUT ET FIN PREVUS DE L’ACTION : Novembre 2011- Mai 2012

ECOLE/ETABLISSEMENT : Collège Niki de Saint Phalle

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne

Tél. : 04 92 91 51 30                                                                    

Télécopie : 04 93 65 67 38

Mél : 0061925k@ac-nice.fr

Site : http://college-niki-de-st-phalle.fr/

Chef d’établissement : Mme Martine Banerjee

 

REFERENTS DE L’ACTION :

Noms : Mme  Dominique  Khaldi et M. Jérôme Sadler

Fonction : professeur de Lettres et professeur d’Arts Plastiques

Mèl : dominique.khaldi@ac-nice.fr, jerome.sadler@ac-nice.fr

EQUIPE ENGAGEE :

Dominique Khaldi, professeur de Lettres

Jérôme Sadler, professeur d’Arts Plastiques

Jean-Christophe Brun, professeur de technologie

DESCRIPTIF/RESUME de l’action :
Contenu du projet d’écriture littéraire, plastique, numérique et de mise en œuvre 

L’ardoise numérique Quelle écriture devant l’œuvre d’art de proximité ?
A  la fin des années trente, Walter Benjamin écrit : « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique même ». [1] Ce texte va interroger  les nouveaux médias comme la photographie et le cinéma dans une nouvelle  relation avec l’œuvre d’art qui était jusqu’alors, à caractère unique et indivisible.
Aujourd’hui, que devient l’œuvre d’art à l’heure où les outils, quel que soit le média de la création, convergent vers le même et unique support qui, de plus, est  conçu pour être communiquant ?
Ainsi, les productions, plastiques  et /ou  littéraires, ne sont plus uniquement visibles depuis leur lieu d’exposition, mais se multiplient sur les espaces numériques, se partagent sur les ENT, s’exposent dans les galeries virtuelles de présentation et se commentent dans les réseaux sociaux…Leurs corpus sont à la fois textuels et graphiques, photographiques  et vidéographiques. En quelques années seulement de nouvelles  postures émergent. La pratique  photographique est en pleine révolution, son rapport à l’indexation, par exemple, qui vient légender  ou  commenter le visuel, appelle de nouvelles questions. La rencontre, le partage et la monstration sont  aujourd’hui  possibles  pour les usagers,  grâce à la conception des interfaces de ces  applications gratuites.

De l’architecture des réseaux vers une architecture du texte poétique et autobiographique, au cœur des promenades architecturales nomades et de leur capture numérique.

  • L’œuvre d’art de proximité devient le support d’un espace interactif où l’écrit et l’image, par association sémantique, stimulent le spectateur-acteur-praticien, le conduisent à multiplier les écritures et ainsi, à créer de « L’Ecriture augmentée » (Alessandro de Francesco).

  • « L’Ecriture augmentée », entre l’atelier d’écriture poétique et autobiographique et ses correspondances au sein de la pratique plastique (regards croisés, croquis, capture photographique et séquences filmées) : le débordement du texte et de l’œuvre comme un dialogue toujours renouvelé avec le réel au travers des réalités numériques et de la textualité mobile.

  • Quelle peut être cette « écriture augmentée » quand elle exploite les spécificités de l’ardoise numérique en convoquant le transmédia, à savoir le développement d’un contenu textuel, d’un univers fictionnel, d’une création plastique sur plusieurs media nomades ?



Supports :

  • Œuvres plastiques et architecturales : « Unfinished business », Ian SIMMS et la conférence qu’il a faite, en janvier 2012, auprès des élèves de 3ème H ; le Centre de Vie à Sophia- Antipolis, Valbonne, de Pierre FAUROUX patrimoine du XXème; Les villas Savoye et Laroche de LE CORBUSIER ; le musée Fernand LEGER, Biot.



  • Œuvres littéraires : poèmes de Guillaume APOLLINAIRE, extraits d’ALCOOLS ; de Blaise CENDRARS, extraits de PÂQUES à NEW YORK, de LA PROSE DU TRANSSIBERIEN ; de LE CORBUSIER, extraits du POEME DE L’ANGLE DROIT.

NB : L’intervention de Ian SIMMS, artiste Sud-Africain, condamné à l’exil pour son implication dans la lutte contre l’apartheid, a suscité une grande émotion, un réel intérêt chez nos élèves. Fondé sur une pratique multimédia mêlant textes et vidéo le travail de l’artiste nous a amenés à ancrer notre projet dans une réalité numérique actuelle. Ainsi nous avons imaginé un dispositif permettant une réflexion autobiographique et poétique autour de l’exil, de l’errance et du lieu fantasmé au sein de la ressource de proximité dans laquelle les élèves se sont appropriés cette perception singulière du bâti.

Problématique du contenu de cette « écriture augmentée » :

  • L’Exil comme condamnation à l’errance et à la perpétuelle recherche d’un lieu de substitution au lieu originel.

  • L’autobiographie poétique, plastique, numérique comme signe de l’identité originelle perdue.

  • « L’écriture augmentée » comme nouvelle « écriture fragmentée ».

Le travail sur tablettes est divisé en 4 grandes sections :

  1. L’EXIL  (et sa prise de conscience par les élèves)

  1. Découverte de l’artiste, Ian SIMMS et de son œuvre, exilé, malgré lui, pour raison politique.

  2. Déclinaison de l’exil :

  • l’exil volontaire et alimentaire :

« Le Matelot d’Amsterdam », Apollinaire, L’Hérésiarque

  • l’exil (physique et/ou mental) du poète

Pâques à New York ; La Prose du Transsibérien, Cendrars

  • Après avoir étudié les poèmes d’Apollinaire et de Cendrars et les extraits de Perec (« je me souviens »), les élèves commentent et renvoient leur approche sensible de ces poètes-écrivains comme une possibilité de réponses à Ian SIMMS, parmi d’autres, comme un miroir à ses questionnements.



  1. L’ERRANCE (Forcément la conséquence de l’exil. Elle est vécue sur un mode très mineur par les élèves, à travers les lieux architecturaux visités dont ils essaient de garder la trace – via les tablettes : photos, films, etc -sans pouvoir se les approprier vraiment.

  • La visite du Centre de Vie, crée par Pierre FAUROUX, a été l’objet de nombreux textes et photos que les élèves ont produits « in situ », évoquant l’architecture du lieu et les traces que celle-ci a laissées dans leur imaginaire.



  1. NOSTALGIE (la nostalgie du lieu qui ne peut être dépassée. Nostalgie : en grec ancien, nost=retour ; algie= souffrance). Cette nostalgie ne peut être dépassée que par l’œuvre d’art, devenue alors, le lieu du répit. Distorsion entre le lieu réel et le lieu fantasmé => lieu non retrouvable.

  • Mêmes textes supports (+ Leiris, Perec, images, musiques) pour les textes des élèves, ciblant, cette fois-ci, la perte du lieu et la souffrance qu’elle engendre.



  1. L’ŒUVRE D’ART : LIEU MENTAL DE L’ARTISTE OU LE LIEU RETROUVE

Sublimation de la nostalgie du lieu perdu par l’œuvre d’art. Le lieu mental de l’artiste => l’œuvre poétique, plastique, numérique : la somme de tous les lieux.

http://college-niki-de-st-phalle.fr/index.php/fr/matieres/arts-plastiques/1476-la-tavoletta-tactile.html

PUBLIC concerné : Une classe de 3ème.
OBJECTIF(S) poursuivi(s):

  • Ecrire devant des œuvres d’art architecturales et picturales (le Centre de vie de Pierre FAUROUX et les œuvres de Fernand LEGER), « in situ ».




  • Tisser des liens à partir des réalités numériques du nomadisme tactile (celui du quotidien connecté) avec un travail transdisciplinaire, Arts Plastiques, Lettres, en relation avec l’Histoire des Arts.



  • Découvrir un genre littéraire hybride, autobiographie et poésie, et son ancrage dans un mouvement artistique, « L’Esprit Nouveau », miroir de la modernité au début du XXème siècle.



  • Poursuivre les ateliers d’écriture plastique et littéraire, en relation avec les programmes d’enseignement sous une forme mobile, nomade, à l’aide d’ardoises numériques. Les élèves-spectateurs-acteurs des espaces muséaux ou architecturaux s’approprient les œuvres qui donnent à voir et à penser, « non pas des images de notre monde, mais un regard sur le monde » (Girault, 1999)



  • Questionner la pratique photographique à l’heure où celle-ci se voit attribuer de multiples commentaires sur les réseaux sociaux. C’est le support de l’écrit.



  • S’approprier l’espace architectural remarquable par la perception puis par la prise de vue photographique.



  • Transformer la perception d'un espace (représenté naturel ou construit).



  • Expérimenter de façon sensible l’espace des œuvres, l’espace de l’architecture.



  • Connaître des termes spécifiques aux arts plastiques, à l’architecture moderne et post moderne.



  • Connaître des œuvres, tant patrimoniales que modernes et contemporaines, des artistes, des courants emblématiques de la relation espace et spectateur.



  • Appréhender les créations artistiques et architecturales de l’environnement au regard des acquis culturels développés en classe.



  • Analyser, argumenter, critiquer, participer à la verbalisation, écouter et accepter les avis divers et contradictoires, en rendre compte.

MODALITES de mise en œuvre :

  • Atelier d’écriture en Lettres, à partir de l’étude des poèmes de Blaise Cendrars et Guillaume Apollinaire.

  • Constitution d’un réservoir de mots et de concepts, sur la tablette, de façon à pouvoir y accéder lors des séances d’écriture « in situ ».

  • Construction d’un regard photographique, rendre lisible et visible les points particuliers du bâti.

  • Traduire le geste de l’architecte en cadrage numérique.

  • Restituer, sous la forme de petites maquettes, les lois fondamentales de l’architecture moderne.

  • Confronter pratiques traditionnelles (fabrication de modèles en carton) et pratiques numériques (mise en place de marqueurs sur l’emplacement des vitraux pour révéler une réalité augmentée.)

  • Construire un dispositif mettant en jeu la posture du spectateur, introduisant les questions autour de l’œuvre dans l’espace et ses modes de représentations : de la perspective à la réalité augmentée.

  • Produire une production numérique multimédia convergente.

PARTENAIRES et contenu des  partenariats :


EVALUATION/INDICATEURS :

De l’usage au quotidien en cours d’Arts Plastiques:[4] Se Référer, Capturer, Pratiquer, Verbaliser, Rendre compte, Montrer, Exposer

La tablette s’intègre naturellement dans l’enseignement des Arts plastiques. L’acte photographique n’est qu’une fonction de la tablette. Et c’est là où les différentes implantations numériques vont venir converser, accompagner, compléter et enrichir la pratique de l’économie photographique, celle d’obtenir une image fidèle en cliquant sur l’objet.

De nouvelles postures, dans le cours d’Arts Plastiques se mettent alors en place: [3]

=>Etudier des œuvres (maîtriser des repères Historiques de façon autonome)
=>Pratiquer (se référer, modifier ,fabriquer, échanger…)

=>Restituer  un parcours  singulier (dans une promenade architecturale, captures  photographiques et vidéographiques  des espaces remarquables, au sein de l’espace culturel, laisser une trace immédiate de l’intervention de l’artiste…)
=> Partager sur les galeries virtuelles (relancer, rendre compte, verbaliser, exposer dans l’immédiateté…) . 
En classe de 3ème, il s’agit  ici d’exploiter les fonctions spécifiques de la tablette tactile pour concevoir un objet de monstration, une installation à  partir de la prise en compte et la compréhension de l’espace du bâtiment remarquable, après s’être saisi de l’expérience sensible de l’espace, puis  en abordant  l'œuvre dans ses dimensions culturelles (moderne et post moderne). C’est un  dispositif “in situ “d’une œuvre dans  l’espace impliquant le corps et le geste  qui exposera les écritures ouvertes sous la forme  d’une  réalité augmentée, selon les différentes modalités proposées par la tablette.

De l’usage au quotidien en cours de Lettres : Ecrire, Fragmenter, Déponctuer, Associer, Coller, Rendre compte

La tablette s’intègre naturellement  dans la séquence d’écriture menée autour du mouvement artistique « L’Esprit Nouveau », initié par Guillaume Apollinaire et Blaise Cendrars,  pour nourrir l’objet d’étude transdisciplinaire « archi-textué ». L’intervention de Ian SIMMS, artiste sud-africain, condamné à l’exil pour avoir lutté contre l’apartheid,  a suscité une réflexion autobiographique et poétique autour de l’exil, de l’errance,  du lieu fantasmé et de l’œuvre d’art, lieu mental de l’artiste ou lieu retrouvé.
=> L’exil comme condamnation à l’errance et à la perpétuelle recherche d’un lieu de substitution au lieu originel.

=> L’autobiographie poétique, plastique, numérique comme signe de l’identité originelle perdue.
=>«L’écriture augmentée» comme nouvelle écriture fragmentée.
« Voyager », « Errer » dans un nouveau lieu, un lieu patrimonial comme Apollinaire, Cendrars ou Simms, voyageurs infatigables l’ont fait. Essayer de s’approprier  ces espaces avec la tablette. Une promenade architecturale qui permet aux élèves d’investir le lieu par leurs mots et leurs images, en y ajoutant leur perception sensible et donc forcément autobiographique. De multiples approches  et traductions du réel, en fait, une écriture plastique et littéraire “augmentée” qui crée une nouvelle réalité pouvant « s’augmenter » à l’infini.

RECIT d’expérience (il permet de retracer le déroulement du projet, de reconstituer les différentes étapes de l’action) :

Les élèves de troisième H ont visité le centre de vie de la place Méjane de Valbonne,.  Autour des explications brillantes de l'architecte conseil de la ville de Valbonne, M. Vienne, les élèves ont abordé les spécificités du bâti de  Pierre Fauroux E. Bernegger, Bruno Keller, E. Quaglia,  patrimoine du XXème siècle. En effet construit en 1989, ce bâtiment clôt possédait à l'époque deux fonctions, une première à caractère laïc et une seconde à caractère religieux. Le centre religieux est à ce jour fermé.  Le professionnel de ce  corps de métier, chargé de sa restructuration a éclairé le travail de l'architecte, son  programme, son implantation dans l'espace urbain, le geste architectural. Cette  proposition forte, à savoir  le travail sur les appareillages et la polychromie, ses références architecturales, sa distribution et ce lieu devenu un  non lieu  n'ont plus eu de secret pour la classe. Ainsi les élèves ont pu évoquer, sous forme de micro-récit numérique sur tablettes tactiles, captation photographique, vidéo, laboratoire de mots, les impressions d'une architecture vécue devenue à son tour un projet  utopiste.
De la promenade architecturale à la restitution d'une archi-texture de l'errance, les élèves ont poursuivi le travail en classe à partir des traces prises en visite et les ont confrontées  aux plans  des architectes utopistes du XVIIIème siècle et de ceux plus contemporains d’Adolf Loss qui considérait que l'ornementation était un crime en Arts Plastiques.
La Tavoletta  tactile:

A la manière de Brunelleschi  qui, au travers d’un dispositif nommé la Tavoletta, initie, en 1415, à Florence, devant le Baptistère, face au Duomo, le spectateur au nouveau mode de représentation exacte : la perspective, les élèves ont été invités à présenter, « in situ » face à l’œuvre architecturale, leur réalisation multimedia, dans un dispositif interactif, combinant pratiques traditionnelles (fabrication de maquette en papier, carton) et pratiques numériques exploitant au mieux les spécificités de cette “Tavoletta tactile” au travers de la réalité  augmentée.

Compétences :

La maîtrise de la langue française

  • la capacité à lire et comprendre des textes variés

  • la qualité de l’expression écrite

  • la maîtrise de l'expression orale

  • l’apprentissage de l’orthographe et de la grammaire

  • l’enrichissement quotidien du vocabulaire

La maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication

Chaque élève a appris à faire un usage responsable des technologies de l’information et de la communication (TIC). À l'école et au collège, le Brevet informatique et Internet (B2i) confirme la maîtrise de ces techniques. Ce travail, de part son exploitation, complète les ressources numériques convergentes sur le même support et a permis d’évaluer de nombreux items.
Il a également permis la mise en œuvre des matériels et différents logiciels à des fins de création, d’exposition, de
présentation, et enfin rendu possible une exploitation d’Internet de manière critique, en diffusant et publiant des données.
La culture humaniste

Une approche sensible des œuvres initie l'élève à l'Histoire des arts. Il est engagé dans des pratiques artistiques personnelles.





Compétences en Arts Plastiques

Prendre en considération, dans une production artistique, les données physiques d’un espace plan (longueur, largeur, proportions).

Associer différents modes de traduction de l'espace dans une production.
Produire du sens en disposant des objets, des matériaux, des volumes dans un espace déterminé.
Prendre en compte le lieu et l'espace comme éléments constitutifs du travail plastique.
Transformer la perception d'un espace (représenté naturel ou construit).

Expérimenter de façon sensible l’espace des œuvres, l’espace de l’architecture.

Connaître des termes spécifiques aux arts plastiques, à l’architecture.

Connaître des œuvres, tant patrimoniales que modernes et contemporaines, des artistes, des courants emblématiques de la relation espace et spectateur.

Appréhender les créations artistiques et architecturales de leur environnement au regard des acquis culturels développés en classe.

Analyser, argumenter, critiquer, participer à la verbalisation, écouter et accepter les avis divers et contradictoires, en rendre compte.

Compétences en Lettres

Les compétences sociales et civiques

Les élèves ont acquis  des repères dans plusieurs domaines :

  • les droits et les devoirs du citoyen que l’urbanisme induit  dans l’espace public : la rencontre du  laïc et religieux.

  • les notions de responsabilité et de liberté et le lien qui existe entre elles

  • les principes d’un État de droit, le fonctionnement des institutions, de l’État.

L'autonomie et l’initiative

  • être autonome dans son travail. Concevoir et conduire un projet, l’évaluer, rendre compte

  • s'engager dans un projet et le mener à terme (construire sa présentation, rechercher une écriture ouverte,  s’approprier l’espace, travailler en équipe)

BILAN/ANALYSE de l’action (incidences sur les pratiques et sur les acteurs, résultats obtenus…):

Ce travail a fait l’objet d’une présentation au séminaire ECRITECH3.

Il a fait l’objet d’un article dans Nice Matin.

Il a permis aux élèves de produire un travail cohérent, intelligible et de grande qualité plastique au sein des rencontres privilégiées en Arts Plastiques et Lettres au sein de l’enseignement commun de l’histoire des arts.

FREINS et LEVIERS dans la mise en œuvre de l’action :

Ce projet fait suite aux expérimentations PASIE, Lettres et Arts Plastiques, menées lors des deux années précédentes, sous la forme d’atelier d’écriture plastique et littéraire mobile, sur tablettes, autour de l’œuvre de proximité.

Il repose sur une dotation établissement sur fonds propre de 22 tablettes. Le choix s’est porté sur les tablettes  Asus Transformer, sous Ice cream sandwich Androïd 4.0. Il a fallu mettre en œuvre l’ensemble du dispositif : répondre aux problèmes de connectivité, trouver les applications gratuites à valeur pédagogique, s’approprier l’outil.
La classe dispose de 12 docks permettant une prise de texte plus aisée et de multiples connectiques : ports USB, port Hdmi et lecteur de carte. Les tablettes sont connectées au réseau, à l’aide d’une borne WIFI. La totalité des applications utilisées sont du domaine gratuit.


[1].Walter Benjamin, “L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique” (édition de 1939, trad. de l’allemand par M. de Gandillac et R. Rochlitz), Œuvres, t. 3, Paris, Gallimard, 2000,[2].Alessandro de Francesco et Jean Marie Gleize, ”Ecriture augmentée > Prose augmentée”. Université de Lyon II, colloque international.
[3].Ou “Comment penser la circulation de la représentation d’un code à l’autre dans les œuvres intersémiotiques ? Que se joue-t-il lorsque l’on passe d’une forme à une autre, comme dans l’adaptation, ou lorsque l’œuvre elle-même circule entre les codes sémiotiques et les mêle (opéra, film, bande dessinée, insertion d’une image dans le texte ou de texte dans l’image, installation) ? Est-ce-qu’il y a circulation fluide entre les codes ou prééminence d’un code sur l’autre, voire illusion de circulation, simple « effet » d’un autre code ?” André Gunthert, Maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)
[4]Les applications gratuites exploitées en classe http://www.ac-nice.fr/arts/indexapps.htm

similaire:

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconComment engager une classe dans un film ?
«Faire son chemin» «Chemin faisant» «Faire un bout de chemin» «A la croisée des chemins» «Passer son chemin» «Aller son petit bonhomme...

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconAdresse : Chemin du Bac de Gency

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconRéunion du
«Chemin Woelfli», avec option tva, et qui sera dénommé «Budget Annexe Lotissement Chemin Woelfli»

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconBibliographie du chemin de la croix de Paul Claudel Textes éclairant...

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconAdresse : 12, chemin des Bourguignolles 14100 lisieux
«Entre monodie accompagnée et polyphonie : le cas du dernier recueil d'airs de Michel Lambert (1689)», dans Airs de cour/Poème symphonique,...

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconAdresse professionnelle
«Le chemin incertain d’une Nation. Etude sur Peregrinación de Luz del Día de Juan B. Alberdi», dans Diana Quattrocchi-Woisson (dir.),...

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconEssai de François-Éric valentin à propos de la performance de Michèle...
«Chemin, Personne ne témoigne pour le témoin», avec une installation lumière tout à fait spécifique demandée par un peintre à un...

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne icon1 Dans leurs yeux, un chemin à commencer. Dans leurs yeux, un chemin inexploré

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconAdresse du siège social de la compagnie* (+ adresse du site Internet, s’il y en a un)

Adresse : Chemin Darbousson, Valbonne iconMon petit bonhomme de chemin





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com