Manuel pp. 226-227





télécharger 42.22 Kb.
titreManuel pp. 226-227
date de publication19.04.2017
taille42.22 Kb.
typeManuel
l.20-bal.com > loi > Manuel
Sqce 3 : Fonctions du poète et de la poésie
Lecture analytique 1 : Victor Hugo, « Fonction du poète », Les Rayons et les ombres, 1840
Manuel pp.226-227
Travail préparatoire :

Faire une fiche biographique sur V. Hugo + répondre aux questions
Questions :

  1. Versification : combien de strophes ce poème comporte-t-il ? combien de vers / strophe ? quel est le mètre utilisé ?

L’extrait comporte trois strophes de dix vers (= dizains) en octosyllabes.


  1. En quoi ces trois strophes dressent-elles un tableau négatif de sociétés en difficulté ?

  • Le 1er vers de chaque dizain comporte un complément circonstanciel de temps :

  • « dans les temps contraires » v.1

  • « en des jours impies » v.11

  • « quand les peuples végètent » v.21

Noter les connotations des mots à la rime « contraires », « impies », végètent ».
 Trois situations négatives, des circonstances peu favorables :

  • St.1 : imprécision, tps troublés : « les haines et les scandales / Tourmentent le peuple agité ! » v.6-7

  • St.2 : incroyance, mépris (« impies » v.11, « insulte » v.18)

  • St.3 : stagnation, absence de progrès (« On le raille » v.25, «  Ce que la foule n’entend pas » v.27, « ses contempteurs frivoles » v.28, « maint faux sage » v.29)


 Trois tableaux de sociétés en difficulté, en manque d’idéal (st 2), et absence de progrès (st 3). Par conséquent : nécessité d’un guide, conseiller.


  1. Quelles sont les différentes fonctions attribuées au poète dans chaque strophe ?

  • « poëte » (ancienne graphie) n’apparaît qu’une fois au v.11

  • Cpdt, plusieurs formules le désignent :

  • « Il est l’homme » v.13

  • « C’est lui qui » v.15 (forme emphatique)

  • Verbes d’action, sentiments : « Il voit » v.21, « Il pense » v.25, « Il plaint » v.28.

 Omniprésence, personnage essentiel. Plus implicite ds st.1


  • Rôles :

  • St 1 : Lance trois malédictions = ce qu’il ne faut pas faire (donc manière indirecte de dire ce qu’il faut faire) : il est question de « Chacun » (x 2 au v.2) → idée de communauté.

Formules anaphoriques : « Malheur » v.3, v.5, « Honte » v.8.

 Accent religieux (+ réf. au prophète Jean-Baptiste, Nouveau Testament), « Dieu le veut » = 1er vers.

  • Comportement de fuite à bannir « Je retourne dans le désert ! » v.4, « penseur qui se mutile » v.8 (force des images).

  • Poète à la fois « penseur » et « chanteur » v.8-9 (« chanteur inutile » mis en apposition à « penseur qui se mutile ») = réflexion, dimension sacrée.


 Le poète doit rester dans la cité, même accablée par l’adversité : il est utile (cf. v.9) = guide spirituel.


  • St 2 : le poète visionnaire : prévoit l’avenir (v.12). Double appartenance :




Présent

Futur

« vient » v.12

« est » v.13

« C’est » v.15

« Doit » v.18

→ en tête de vers

« jours meilleurs » v.12

« les yeux ailleurs » v.14

« l’avenir » v.20




  • Comparaison : « Comme une torche qu’il secoue / Faire flamboyer l’avenir ! » v.19-20

  • Série d’hyperboles : « sur toutes les têtes » v.15, « En tous temps » v.16, « où tout peut tenir » v.17 → Géant magnifique et généreux

  • « utopies » v.13 : le pluriel est significatif. Homme du rêve, de ttes les ambitions.

  • Tonalité religieuse : comparaison « pareil aux prophètes » v.16 (cf. v.1)




  • St 3 : Un prophète incompris




  • Capacité de voir (« Il voit » au v.21, employé sans complément)

  • « Ses rêves » v.22 : anticipation, prémonition

  • « seront un jour » v.24 : futur simple de l’indicatif.

  • En //, démystification des faux prophètes : « maint faux sage » v.29. Il est le seul exemple à suivre (cf. parallélisme du dernier vers : « Rit tout haut et songe tout bas ! »)

  • « On le raille. Qu’importe ? il pense » v.25 : rythme ternaire + supériorité par la réflexion.



 CCL :

Le poète doit rester avec la communauté, qu’il guide et éclaire. C’est un prophète qui montre un avenir meilleur et aide ses contemporains à s’en approcher. Il est visionnaire : il a accès à des connaissances ignorées des autres. Lui seul sait que le progrès est en marche.


  1. A quels difficultés ou obstacles le poète peut-il être confronté ?

Trois strophes → trois situations à risque (cf. question 2).

Le poète est confronté aux insultes, à l’exclusion :
St.2 : « qu’on l’insulte ou qu’on le loue » v.18 (parallélisme antithétique)
St. 3 : « On le raille » v.25, « Rit tout haut » v.30, « contempteurs » v.28.
 Il fait les frais de son don de divination. Figure christique, martyr. Mais face à l’adversité, il ne faut pas fuir (st.1).

 CCL : Le poète fait preuve d’engagement, il est une présence rassurante et active (« Chacun travaille et chacun sert » v.2). Il est détenteur d’une forme de vérité absolue (comparaison de la torche st.2, « Il voit » v.21…)
Explication du poème
Introduction
Victor Hugo, chef de file des Romantiques (XIXe), s’attache à définir les rôles de la poésie dans son recueil Les Rayons et les ombres, paru en 1840. Selon lui, le poète possèderait un pouvoir civilisateur, fédérateur. Cette fonction est définie dès le titre du premier poème du recueil.

 De quelles missions le poète est-il investi ?

Pour commencer, c’est un être en lutte dans des contextes sociaux difficiles. Par ailleurs, le poète revêt les fonctions symboliques de prophète et de visionnaire.


  1. Un être en lutte dans des contextes sociaux difficiles




  1. Peinture de sociétés sclérosées, dégradées




  • On trouve au 1er v. de chaque st. des indications temporelles (CCT) : « dans les temps contraires » v.1, « en des jours impies » v.11, « quand les peuples végètent » v.21

→ connotations négatives des mots à la rime

  • La st. 1 dépeint un certain malaise, indéfinissable : lexique « Malheur » (anaphore v.3 et 5), « Honte » v.8, « Tourmentent », « le peuple agité » v.7, « les haines et les scandales » v.6.

→ Evocation de temps troublés

  • L’attitude à adopter est évoquée indirectement à travers la référence au « penseur qui se mutile » v.8 en attitude de fuite. Référence au prophète Jean-Baptiste (Nouveau testament) qui annonça l’arrivée de Jésus Christ (« ses sandales » v.5, « Je retourne dans le désert ! » v.4) :

Jean mena une vie d'ascèse « caché dans le désert », se nourrissant frugalement de « sauterelles et de miel sauvage » (Matthieu III: 4), et pratiquant le jeûne. En l'an 27, il s'installe sur les bords du Jourdain, où il commence à pratiquer le « baptême de repentir pour la rémission des péchés » par immersion dans l'eau prophétisé par Isaïe. Il réunit autour de lui de nombreux disciples, leur annonçant la venue du Messie : « Moi, je vous baptise avec de l'eau, pour vous amener à la repentance, mais vient celui plus fort que moi, et je ne suis pas digne de porter ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit saint et le feu » (Matthieu III: 11). (source : Wikipedia)

  • // entre le « penseur qui se mutile » v.8 rendu « chanteur inutile » v.9 par la mise en apposition. Il ne faut pas abandonner la cité à la moindre difficulté car : « Dieu le veut (…) / Chacun travaille et chacun sert » v.1-2 (anaphore = insistance, effet de scansion).

  • St. 2 : monde où règne l’impiété : « en des jours impies ». Contraste à la rime avec « jours meilleurs » (y compris dans les sonorités, puisque ces 2 mots ne riment pas).

  • St. 3 : igorance et stagnation : « végètent » v.21, « n’entend pas » v.27 (« entendre », avec sens ancien de « comprendre », cf. « l’entendement »). Rime : « frivoles » v.28 et « paroles » v.29 + « maint faux sage » v.29 : exploitation des peuples par l’ignorance.




  1. Le poète, cet incompris


Dans de telles conditions, difficile de faire entendre sa voix :

  • Thème de l’exclusion : « Je retourne dans le désert ! » v.4, « Et s’en va, chanteur inutile » v.9

  • Essuie des insultes : « qu’on l’insulte ou qu’on le loue » v.18 parallélisme antithétique (relatif équilibre)

  • « On le raille » v.25, « Rit tout haut » v.30, « ses contempteurs » = attitude moqueuse, dévalorisation (par ignorance). Poète maudit, à l’écart de la cité (st.1)


→ Le poète est seul au-dessus de tous (v.15). Il répond aux insultes par une espèce de compassion condescendante (« Il plaint ses contempteurs » v28) : figure christique « Ses rêves, toujours pleins d’amour » v.22


  1. Les fonctions symboliques du poète




  1. Un guide nécessaire




  • Dans de telles sociétés, le poète a un rôle prépondérant à jouer (cf. st.1 : il doit rester ds la communauté et la guider). A la fois « penseur » (v.8, 25) et « chanteur » (v.9) : utilité et esthétique

  • Personnage principal, figure de référence désignée par les expressions : « Il est l’homme » v.13, « C’est lui qui » v.15 (forme emphatique qui met en valeur son action, d’ailleurs décrite sur 6 vers jusqu’à la fin de la strophe + phrase exclamative)

  • Nombreux verbes d’action et de sentiments : « Il voit » v.21, « Il pense » v.25 (rythme et ponctuation remarquables), « Il plaint » v.28, « C’est lui qui […] / Doit » v.15 et 18, « Le poëte […] / Vient préparer » v.11-12…




  1. Un prophète envoyé de Dieu




  • cf V. 1 « Dieu le veut » : il est sous patronage divin, l’envoyé de Dieu qui exécute ses volonté…

  • Il profère des malédictions contre ceux qui « désertent » la cité face à l’adversité : anaphore « Malheur » v.3 et 5, « Honte » v.8 dans 3 phrases exclamatives.

  • Comparaison : « pareil aux prophètes » v.16

  • Opposition : « Le poëte en des jours impies » v.11 : son rôle est d’éradiquer l’impiété : « Vient préparer des jours meilleurs » v.12




  1. Un visionnaire annonciateur de progrès




  • Périphrase : « Il est l’homme des utopies » v.13 : remarquer le pluriel et la symbolique de l’utopie (cf. Thomas More et Voltaire dans Candide !) : thème du rêve « Ses rêves, toujours pleins d’amour » v.22. Il anticipe, croit au progrès et l’annonce : « Ses rêves […] / Sont fait des ombres que lui jettent / Les choses qui seront un jour » v.22-24 (futur simple indicatif marque la certitude).

  • Position dominatrice et bienveillante : hyperboles « sur toutes les têtes » v.15, forme emphatique « C’est lui qui » (et personne d’autre) v.15, « Dans sa main, où tout peut tenir » v.17. → Poète démiurge1.

  • Comparaison v.19-20 : « Comme une torche qu’il secoue, / Faire flamboyer l’avenir !» : il éclaire les sociétés, leur montre la voie (lumière = symbole de connaissance et de progrès) + « Il voit » v.21, sans complément du verbe (emploi absolu) : il voit tout, omniscient.


  • Double appartenance, au présent et à l’avenir :




Présent

Futur

« vient » v.12

« est » v.13

« C’est » v.15

« Doit » v.18

→ en tête de vers (mise en valeur, insistance)

« jours meilleurs » v.12

« les yeux ailleurs » v.14

« l’avenir » v.20




  • Le poète lutte vs ignorance et moqueries : « Ce que la foule n’entend pas » v.27 (« entendre » est aussi à prendre au sens ancien de « comprendre »), « ses contempteurs frivoles » v.28 (« frivoles » rime avec « paroles »). Il y parvient car « Et maint faux sage à ses paroles /Rit tout haut et songe tout bas ! » v.29-30 (parallélisme).

  • « On le raille. Qu’importe ? Il pense. » v.25 : construction du vers en 3 courtes phrases (rythme hâché qui « appuie» sur chaque phrase + ponct avec la phrase interrogative)

→ La réflexion l’emporte sur les moqueries et l’incompréhension. Il montre la voie aux peuples malgré eux.
CCL :
Victor Hugo peint une figure de poète engagé, indispensable à la communauté. Il endosse ainsi les rôles de prophète apportant la parole de Dieu sur terre lorsque les sociétés se déchirent, de visionnaire annonciateur de progrès et porteur d’espoir, mais aussi de poète maudit, rejeté par les peuples ignorants. Le combat symbolique entre ombre et lumière (cf. le titre du recueil, Les Rayons et les ombres) traverse ainsi toute son œuvre.

Ce poète tout-puissant, c’est lui, notamment dans le recueil des Châtiments (1853) où il emploie la force de son Verbe pour critiquer le régime de Napoléon III, mais aussi dans le roman L’Homme qui rit (1869) ou encore Les Misérables (1862) pour dénoncer la misère, l’exploitation des enfants et l’ignorance.
Document complémentaire : « Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pensée », extrait du livre VII des Châtiments. (polycopié)

1 Démiurge : nom donné par les platoniciens au dieu qui crée le monde, constitue les êtres. / Littéraire : personne qui crée qqch d’important.

similaire:

Manuel pp. 226-227 iconJacques prevert (1900-1977), Paroles, «La Promenade de Picasso»,...
«C’est alors que Picasso / Qui passait par là comme IL passe partout» (vers 43-44)

Manuel pp. 226-227 iconLittérature 1 ère, des textes aux séquences, sous la dir d’Hélène...
«repères» : «Encyclopédie» (manuel p. 414), «l’Esprit des Lumières» (manuel p. 434) et «Honnête homme» (manuel, p. 394)

Manuel pp. 226-227 iconBibliographie de jean-marie lassere jean-Marie Lassère est décédé...
«Sentiments et culture d'après les épitaphes latines d'Afrique», Bulletin de l’Association Guillaume Budé,1965, p. 209-227

Manuel pp. 226-227 iconManuel p 123

Manuel pp. 226-227 iconManuel de référence

Manuel pp. 226-227 iconManuel élève

Manuel pp. 226-227 iconManuel utilisé

Manuel pp. 226-227 iconManuel utilisé

Manuel pp. 226-227 iconManuel(s) utilisé(s)

Manuel pp. 226-227 iconManuel utilisé





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com