Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254





télécharger 0.85 Mb.
titreLes deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254
page1/11
date de publication07.01.2017
taille0.85 Mb.
typeManuel
l.20-bal.com > loi > Manuel
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11


Pensées d’un iconoclaste







1ère semaine, 11.04.2010
« Il se pourrait que la vérité fût triste » (Renan) et « Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois » (Rostand)*. Sous la plume de Nietzsche, je lis aussi : « La foi sauve : donc elle ment. » (L’Antéchrist, 50).

Voilà pourquoi l’incrédule est condamné à être un mal-aimé.

Le contempteur des camelots vendant leurs élixirs de bonheur ne doit pas s'attendre à éveiller la sympathie. Il se verra reprocher de distribuer le poison de ses idées perverses à la jeunesse. Toutes les carrières politiques lui sont fermées. Amant de la vérité, il est par conséquent celui que personne n'aime entendre. Il martèle des certitudes dictées par le bon sens mais irrecevables par la multitude : oui, nous allons tous mourir ; non, il n'y a pas de vie après la mort ; oui, votre âme c'est l'activité de votre cerveau ; non, il n'y a pas d'autre monde que celui de la matière ; oui, la terre, les étoiles et les galaxies ont une durée de vie limitée ; non, nous ne pouvons pas tout comprendre ; oui, les mythes sont destinés à une humanité puérile et naïve ; non, personne ne sera sauvé ; oui, les dieux sont les créatures des hommes…


  • Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254.


2e semaine, 18.04.2010
Vous voulez participer au sauvetage de la planète ? Prenez la seule mesure efficace qui s'impose : ne faites plus d'enfants !

3e semaine, 25.04.2010

Les mots « religion » et « secte » sont synonymes. On dit

« religion » en parlant d'une secte qui a réussi et « secte » pour désigner une religion foetale, un débutant qui essaie de prendre une part de marché.

4e semaine, 02.05.2010
Les pédophiles sont des déséquilibrés. Beaucoup de prêtres (4

% selon le porte-parole des évêques de Belgique) sont pédophiles. Je me demande alors si c'est leur métier qui les a détraqués ou si ce sont des détraqués qui ont la vocation. Je penche pour la seconde hypothèse.

5e semaine, 09.05.2010
L'éducation religieuse persuade les enfants que la foi est une vertu. Mais celui qui en est affligé se trouve tout simplement incapable de raisonner. L’esprit critique la tient donc pour un vice, un défaut, une lèpre mentale. La foi est une maladie contagieuse paralysant les facultés rationnelles. Protégeons-en les enfants en leur enseignant une vertu utile par excellence : le scepticisme.


6e semaine, 16.05.2010
Syllogisme. Prémisse majeure : tous les adolescents se masturbent. La plupart des gens acceptent cette proposition sans sourciller et ils savent qu'elle est tout simplement vraie. Prémisses mineures : Jésus a été adolescent. Mahomet a été adolescent. Ergo...


7e semaine, 23.05.2010
Les théologiens prétendent qu'ils sont des philosophes. Il s'agit d'une usurpation comparable à celle des guérisseurs, chamanes ou autres hommes-médecine. Comme la médecine sérieuse travaille contre les sorciers, la philosophie occidentale est née chez les Ioniens contre les mythes. L'activité de philosopher devrait toujours s'enraciner dans ce refus de s'en laisser conter. Elle est un anti-mythe très écologique.

8e semaine, 30.05.2010
« Si les bœufs, les chevaux, les lions avaient des mains pour dessiner et créer des œuvres comme font les hommes, les chevaux représenteraient les dieux à la ressemblance du cheval, les bœufs à celle du bœuf, et ils leur fabriqueraient un corps tel que chacun d'eux en possède lui-même. » (Xénophane, fragment 15, dans Clément, Stromates, V, 109)
Ainsi, le philosophe ionien du sixième siècle avant Jésus- Christ avait-il déjà compris que ce sont les hommes qui créent les dieux à leur image. Alors qu'au XXIe siècle les pédagogues de toutes les religions continuent à conditionner les enfants à l'idée saugrenue que les dieux ont créé les hommes, je me dis que le bon sens se diffuse décidément très peu parmi les esprits aveuglés par le brouillard épais des mythes religieux.


9e semaine, 06.06.2010
L'évolution réalise des tours de force qui sont bien plus merveilleux que tous les miracles grâce auxquels la pensée magico-mythique maintient son fonds de commerce. Pensons par exemple au dispositif qui garantit une isothermie presque parfaite dans la totalité de notre corps. Cela n'est-il pas bien plus impressionnant qu'un acrobate marchant sur l'eau ?

10e semaine, 13.06.2010
Il existe de nombreuses similitudes entre la manipulation des masses par la religion et par le sport. La plupart des enfants sont élevés dans la conviction que la religion comme le sport sont de bonnes choses. La vénération de l’idole religieuse comme de l’idole sportive assure le candide qu’il est important et que sa collectivité, son peuple et sa nation sont en quelque sorte élus. L’homme moderne a substitué les chants du stade aux cantiques des églises. Les puissants s’emparent de l’argent du supporter comme de celui du fidèle. L’autre est l’ennemi et la compétition est un combat ritualisé. Nos pédagogues glorifient le sport comme s’il constituait l’épiphanie de la coopération, de la tolérance et de la démocratie alors qu’il est exactement l’inverse : l’expression de la vulgarité populaire cultivant un nationalisme exacerbé.

11e semaine, 20.06.2010
Chacun le sait : la faim est le meilleur cuisinier du monde et les mets les moins raffinés font les délices de l'affamé. Mais le désir est également le meilleur préparateur pour tout ce que les manipulateurs d'esprits veulent nous faire avaler. La

sottise la plus grossière acquiert ainsi le statut d'une opinion respectable : ne touchez surtout pas à cette idée, je l'aime tellement ! Comme la santé est un des désirs fondamentaux de l'humanité, il ne faut pas s'étonner que l'art de guérir soit un terrain particulièrement fertile pour exploiter les candides. D'où le succès des médecines douces pour doux rêveurs, de l'homéopathie, l'acupuncture, de la psychanalyse et j'en passe...

12e semaine, 27.06.2010
La grande plaisanterie métaphysique de l'homme pourvoyeur de sens. En observant les virevoltes d'un insecte, je me dis : quel est le sens de cette existence qui aura disparu dans six mois ? Le théologien me répond : ces bêtes font partie de ton jardin, elles existent pour l'homme qui donne un sens à toute chose ! Mais que la Terre soit rayée de la carte de l'univers par une collision avec un gros astéroïde et l'univers ne sera pas plus différent de ce qu'il était avant la disparition de la planète bleue que ne le serait l'océan Atlantique de ce qu'il était avant le prélèvement d'un seul grain de sable des abysses !

13e semaine, 04.07.2010
L'amoureux aime son aliénation : il en souffre mais il ne voudrait pour rien au monde en être libéré. Qu'un génie lui apparaisse et lui dise : « appuie sur ce bouton et tu ne l'aimeras plus ! ». Eh bien non. Il préfère l'attente anxieuse d'un message qui n'arrive jamais, l'insomnie nourrie par la jalousie. Et si tout ce que tes parents et leurs prêtres t'ont enseigné n'étaient que fables et mythes... Non. Plutôt renoncer la raison !

14e semaine, 11.07.2010
Blasphémez, jeunes filles et jeunes gens, autant que vous le voulez, autant que vous le pouvez. En vérité, je vous le dis : il n'y a pas de paroles sacrées. Ceux qui vous ont fait croire le contraire voulaient seulement vous voir à genoux. Quel spectacle !

15e semaine, 18.07.2010
« Le Dieu de l'Ancien Testament est probablement le personnage le plus antipathique de toute fiction. Jaloux et fier de l'être, mesquin, vindicatif, injuste, rancunier, raciste. Partisan du nettoyage ethnique, poussant son peuple à des actes de génocide. » (Richard Dawkins, La Racine du Mal, Film de la BBC, Deuxième partie)

Toute divinité a les caractéristiques des gens qui l'ont imaginée et qui sont évidemment conformes à l'époque et au lieu où ces gens vivaient. Il y a pourtant une différence considérable entre le Dieu inventé par les peuples sémitiques et le Dieu que les amateurs d'humanisme pourraient être tentés d'inventer aujourd'hui.

Le premier, dont Richard Dawkins nous signale quelques traits remarquables, est réaliste. J'entends par là que, comme tout bon personnage de fiction, il tient la route. Même si vous ne comprenez pas pourquoi une grande catastrophe se produit, Lui au moins connaît les raisons de sa colère, les fautes cachées qui ont eu pour résultat de produire son irritation.
Au contraire, le Dieu que pourraient imaginer les humanitaroïdes associés actuels ne serait tout simplement pas crédible. Il devrait protéger tous les êtres humains des cataclysmes ; il aimerait les débiles, les criminels, les handicapés, les immigrés, les nomades ; il ne punirait pas mais organiserait la prévention…
Qui pourrait être assez fou pour croire qu'un Dieu pareil existe ? Mieux : si un tel Dieu existait, ce ne serait qu’un impuissant.

16e semaine, 25.07.2010
« Il y a assurément des patients satisfaits d'une cure freudienne, comme d'autres se disent transformés par la scientologie ou guéris grâce à un voyage à Lourdes. En fait, les troubles peu importants ont tendance à disparaître avec la plupart des méthodes « psy », voire sans traitement. » (Jacques VAN RILLAER, Les psychanalyses, Éditions book-e-book, 2010, p.30)
Au groupe des satisfaits, il convient d'adjoindre les adeptes de l'homéopathie. L'homme a besoin de sorciers et d'illusions. L'illusion de guérir n'est jamais plus forte que lorsqu'elle se fonde sur l'illusion d'avoir été malade.

17e semaine, 01.08.2010
Le contentement est toujours un manque comblé : il faut avoir eu froid pour connaître le bonheur du coin du feu. Pour cette raison, ceux qui ne manquent de rien sont souvent mécontents et les cadeaux qu'ils reçoivent les satisfont peu.

L'ascète crée le manque volontairement. La foule lui attribue du mérite mais il n'échappe pas à la règle commune de la recherche du plaisir : il se place seulement en situation d'être content de peu.

18e semaine, 08.08.2010
"Ce que le monde nomme vertu n'est d'ordinaire qu'un fantôme formé par nos passions à qui on donne un nom honnête pour faire impunément ce qu'on veut." (La Rochefoucauld cité par Nietzsche in Menschlisches, Allzumenschlisches, 36)

La vertu est le vice en treillis de combat, couvert d'un

camouflage qui le rend méconnaissable. Ami, méfie-toi toujours des vertueux !

19e semaine, 15.08.2010
Comme de nombreux philosophes l'ont souligné, l'acquisition du langage nous a installés dans l'humanité. La parole (ou le langage en acte) est capable de mettre la pensée humaine en réseau pour une centaine de personnes présentes dans l’environnement de l’orateur. L’écriture mettra la parole en réseau pour quelques centaines de personnes capables de lire les manuscrits, puis pour quelques milliers de lecteurs des copies réalisées par des moines, enfin pour quelques millions de lecteurs des livres imprimés. Internet a récemment étendu la parole à la totalité de la planète.


20e semaine, 22.08.2010

Leçons de morale. Le sport m'a appris comment des drogués et des tricheurs peuvent gagner des courses et des tournois ; la politique comment des voleurs et des ivrognes peuvent gagner des élections ; la religion comment des névrosés et des pédophiles peuvent gagner la confiance des enfants...

21e semaine, 29.08.2010
Le Tout Puissant n'a aucun souci à se faire pour sa popularité. Lorsque les choses vont bien (une bonne moisson ; une guérison ; une naissance désirée ; etc.) les gens lui rendent grâce. Quand tout va mal (un tremblement de terre ; une inondation ; une sécheresse ; etc.) les survivants demeurés (dans les deux sens de ce mot) font chorus : merci mon Dieu de nous avoir sauvé ! Tant pis pour les milliers de victimes que sa Toute Puissance a laissé crever. Quant à moi, je le remercie chaque jour de ne pas exister.

22e semaine, 05.09.2010
Leçon de vie. Il existe deux espèces de jolies femmes. Les premières fixent un tarif pour désaltérer la soif de tes désirs. Pour les autres, il faudra que tu parcoures toutes les stations du chemin de croix de la séduction avant qu'elles « s'offrent » ou qu'elles « se donnent » à toi. Les deuxièmes te coûteront mille fois plus que les premières.

23e semaine, 12.09.2010
Après que tu auras consommé une bouteille d'un excellent

vin, ta voisine de table te paraîtra plus séduisante qu'au moment où tes hôtes t'avaient prié de t'installer à ses côtés. Or, le juge de la beauté n'est autre que ton âme... Ainsi, une seule bouteille de vin prouve la matérialité de l'esprit. Une seule bouteille de vin et Le Banquet de Platon tombe à l'eau !

24e semaine, 19.09.2010
Procréer des enfants et distribuer des aumônes aux mendiants participent au même projet : camoufler l'égoïsme en le drapant des parures incomparablement plus avantageuses de la générosité, de l'altruisme, de l'abnégation, etc. L'enfant et le mendiant sont des faire-valoir : je me sacrifie pour mes enfants et je donne pour l'humanité. Ce qui importe en réalité, c'est moi, moi, moi. L'enfant m'offre l'illusion que je ne mourrai pas complètement et le mendiant que je suis bon...

25e semaine, 26.09.2010
Je rentre chez moi et mon chien ne m'accueille pas avec toute la joie exubérante qu'il exprime après chacune de mes absences. Lorsque je pénètre dans la salle à manger, je ne l'y trouve pas mais je découvre vite qu'il a réussi à s'emparer du beurrier qui gît à présent au beau milieu de la couche désertée par mon animal favori. Celui-ci a préféré se réfugier à l'étage et espère échapper à mon courroux en se cachant dans une des chambres. Il a conscience d'avoir enfreint la règle..

Mon chien m'en apprend plus sur la généalogie de la morale que toutes les billevesées des métaphysiciens.


26e semaine, 03.10.2010
Imaginez un monde où les juifs et les musulmans seraient tous athées. Les uns ne croiraient plus qu'un Grand Manitou qui les aime particulièrement leur a attribué un territoire sacré et les autres pourraient admettre sans s'offusquer que Mahomet était un chef de tribu guerrier et pédophile... Quelle paix !

27e semaine, 10.10.2010
Qui es-tu pour critiquer ? Voilà ce qu'on m'oppose souvent. La réponse : je ne suis qu'une personne, c'est-à-dire personne. La maturité n'a pourtant fait que renforcer chez moi cette idée que chacun a le droit de tout critiquer par des arguments. L'histoire est si pleine de génies célèbres et honorés qui ont affirmé de si énormes stupidités que le fait d'être célèbre et honoré ne peut mettre à l'abri de l'exercice de l'esprit critique.

28e semaine, 17.10.2010
Comme il y a des chauffeurs du dimanche, on peut dire que je suis un penseur du dimanche. Les premiers conduisent mal et moi je pense mal mais je suis heureux de ne pas appartenir à la multitude des bien-pensants, à la foule ânonnant sans relâche les idées apprises dans les catéchismes politiquement corrects.

29e semaine, 24.10.2010

Dialogue. – Vous croyez avoir la liberté de choix ? D'où

tirez-vous cette étrange conviction ? – Quelquefois, il m'arrive de choisir ce que je ferai ou ne ferai pas selon mes préférences... – Et d'où viennent ces préférences ? – Mais enfin, de ce que je suis, de mon moi ! – Nous voici au point de départ : pensez-vous avoir choisi votre « moi » ?

30e semaine, 31.10.2010
L'idiot qui a vu quelqu'un souffler la flamme d'une chandelle soufflera de même sur les braises pour éteindre le feu. L'imbécile jettera un seau d'eau sur l'huile incandescente et provoquera l'incendie. Ainsi procèdent les apprentis inquisiteurs et les petits ayatollahs, les censeurs outragés par l'expression d'une idée qu'ils jugent intolérable : ils tentent de la faire interdire. L'idée qu'ils voulaient étouffer s'en trouvera revigorée, se répandra, se multipliera. Belle flambée !

31e semaine, 07.11.2010
L'obtention d'un plaisir plus raffiné tue le plaisir plus grossier qui nous avait satisfait jusque-là. Les produits technologiques nous en font la démonstration quotidienne. Qui aurait encore du plaisir à recevoir un téléphone qui servirait seulement à téléphoner ? L'arithmétique des plaisirs ne connaît pas l'addition : toute satisfaction ajoutée soustrait ! Inversement, la pénurie redonne des couleurs aux désirs les plus simples et l'on se réjouit de peu si l'on est dans le besoin. Il en résulte la grande justice sociale : les pauvres qui ont toujours été pauvres ne sont pas plus malheureux que les riches qui ont toujours été riches. Les riches ont pourtant un

avantage : ils peuvent tirer du plaisir de l'idée de n'être pas pauvres, ce qui est une bonne raison de fêter chaque année la journée de la pauvreté dans le monde.

32e semaine, 14.11.2010
La loi de la sélection naturelle nous apprend que, parmi la grande quantité d'êtres différents reproduits par la génération précédente, ceux qui ont hérité d'un avantage pour la vie augmentent la probabilité de se reproduire eux-mêmes et impartissent ainsi cette qualité à leur descendance. Ce mécanisme agirait comme un moteur du progrès.

Il est cependant indéniable que les faibles d'esprit adhérant aux intégrismes religieux se reproduisent bien plus abondamment que la plupart des gens intellectuellement raffinés doués d'esprit critique. L'intelligence consciente – car de multiples formes d'intelligence sont inconscientes – ne serait-elle donc pas un avantage pour la vie ?

33e semaine, 21.11.2010
En commentant une étude universitaire, Der Spiegel (19/11

/2010) m'apprend que plus un macaque est sociable, plus il monte dans la hiérarchie sociale de son groupe et plus il améliore ses chances de se reproduire. L'altruisme se révèle ainsi la stratégie la plus efficace au service d'un égo plein d'ambition. Les macaques n'ont certes pas inventé Médecins sans frontières, mais ils ont aussi leurs Bernard Kouchner.

34e semaine, 28.11.2010
Les religions du Livre offrent un moyen efficace aux mâles pour authentifier, certifier, patenter leur progéniture. C'est peut-être même leur raison d'être. Si ma femme y croit, elle ne couchera avec personne d'autre ! On comprend par là l'obsession compulsive des prélats pour les problèmes de braguette : ce Dieu omnipotent créateur de l'univers a le souci important que nous n'emballions pas notre zizi dans une capote... Ben voyons

35e semaine, 05.12.2010
Typologie. Depuis les révélations du site Wikileaks, nous assistons à une levée de boucliers des vertueux du monde entier poussant des cris d'orfraie : le secret serait un bien utile.

Secrets de la diplomatie, d'une instruction judiciaire, d'un procédé de fabrication, secrets d'alcôve, secret du Vatican, secret maçonnique, secret médical... Les secrets n'ont pas tous la même finalité. Les uns sont nécessaires pour protéger les menteurs ; d'autres assurent l'exclusivité et donc le bénéfice ; d'autres permettent d'échapper à la sanction.

Les secrets des diplomates comme ceux des femmes infidèles appartiennent à la première catégorie. La formule de Coca-Cola ou d'un gaz de combat à la seconde. Les dossiers

de pédophiles détenus par l'Eglise ou les numéros des comptes

bancaires ouverts en Suisse par d'honorables bourgeois français ou allemands constituent des exemples de la troisième catégorie de secrets.

Le secret est une bien belle vertu !

36e semaine, 12.12.2010
Puis-je dire et écrire – comme je le pense effectivement – que la pratique de la tauromachie est une barbarie sanglante convenant à des époques révolues ?

Pour les apôtres de l'idéologie dominante, il faut stigmatiser

l'expression de toute pensée qui offenserait potentiellement quelqu'un. Il est interdit d'offenser !

Hélas, cette attitude équivaut à accepter de soustraire à la critique toute pratique se revendiquant d'une tradition, à lui assurer une immunité sans bornes contre les poursuites de l'intelligence.

37e semaine, 19.12.2010
« Commettant allègrement un sacrilège, je m'en réjouis. N'oublions jamais qu'une tradition, aussi sacrée soit-elle, n'est souvent qu'une stupide habitude inlassablement répétée depuis la nuit des temps et à laquelle les siècles ont conféré l'autorité et la noblesse du sacré. Et que, subséquemment, le sacrilège peut être signe d'une saine révolte contre l'idiotie qui gouverne le monde depuis que l'homme y habite. »
De Schutter, Xavier, Le sacré, une notion très profane, Espace de Libertés 392, décembre 2010, p. 17.

38e semaine, 26.12.2010
Rien de plus accablant pour l'intelligence d'un esprit critique que les commentaires édifiants de ces journalistes qui connaissent le bien ! Leur travail est un amalgame permanent du constat et de la valeur. Jamais ils ne parviennent à séparer clairement les faits des évaluations et des prescriptions : ils se

sentent le devoir de dénoncer et de honnir celles et ceux qui ne partagent pas leur idéologie. Un assassin japonais sera présenté comme une victime pour la seule raison qu'il a été condamné à mort et les sans-papiers en situation irrégulière feront figure de résistants. Quant à vous, si vous acceptez la peine de mort ou que vous approuvez l'expulsion des illégaux, il va sans dire que vous êtes un monstre! Le monstre vous salue.

39e semaine, 02.01.2011
Le péché mortel du christianisme qui en fait une idéologie délétère est d'enseigner aux enfants la culpabilité : mea culpa, mea maxima culpa... C'est qu'un innocent doit être contraint pour s'agenouiller mais qui se sent coupable s'agenouille de lui-même.

Vous n'êtes pas encore nés que vous avez besoin d'être

« racheté » par un improbable sauveur ! Quel délire !

40e semaine, 09.01.2011
J'insiste qu'à mon estime les individus religieux sont respectables, tout comme le sont les fumeurs et les alcooliques. Il serait très stupide de défendre qu'un fumeur ou un alcoolique est méprisable parce qu'il est dépendant du tabac ou de l'alcool. Vous restez cependant libres, dans nos sociétés démocratiques, de critiquer les effets du tabac ou de l'alcool. Vous l'êtes très peu de critiquer les religions.



41e semaine, 16.01.2011

La véritable connaissance – c'est une des principales leçons que m'ont appris mes études de philosophie et d'épistémologie

  • ne réduit pas l'ignorance. Elle l'augmente.

En effet, toutes les réponses sérieuses à nos interrogations (j'entends par là toutes celles qui autorisent des prévisions et des tests et qui courent donc le risque d'être falsifiées pour employer le célèbre mot de Karl Popper) soulèvent des questions nouvelles bien plus nombreuses que les problèmes résolus. Seuls ceux qui ne savent rien ont l'impression de tout savoir.

Il est par conséquent illusoire de concevoir les recherches scientifiques comme autant de rongeurs s'attaquant à la peau de chagrin de l'ignorance jusqu'à la faire disparaître complètement. Chaque fois qu'une galaxie nouvelle est découverte, son existence pose bien plus de questions qu'elle n'en résout.

Ceux qui ne peuvent se résigner à accepter l'ignorance se réfugieront dans les bras de la pensée mythique qui se satisfait de ses dieux sans se demander jamais qui les a créés.

42e semaine, 23.01.2011
« Il y a bien dans tout cela, faisait dire Molière à Dom Juan, quelque chose que je ne comprends pas. »

J'ai le même sentiment lorsque je regarde la photographie d'une galaxie lointaine envoyée par un des télescopes placés en orbite autour de la Terre ou le cliché d'une mitochondrie réalisé par un microscope électronique. Je sais aussi que je mourrai sans avoir compris.

Mais c'est la préférence de l'athée : vivre sans comprendre plutôt que d'accepter n'importe quelle baliverne des religions qui bâtissent leur fonds de commerce sur des illusions puériles.

43e semaine, 30.01.2011
Quel parent serait assez psychopathe aujourd'hui pour souhaiter que sa fille reste vierge ?

Pourtant, le modèle féminin présenté par le christianisme aux jeunes filles est loin d'être la femme épanouie ayant aimé quelques amants qui lui ont donné de nombreux orgasmes très satisfaisants avant qu'elle décide de s'engager dans deux ou trois mariages successifs.

Non, la femme idéale du christianisme est une vierge ! Une

vierge !!!

C'est un peu comme prétendre que la meilleure pipe sort de fabrication et n'a jamais été fumée.

Mais chacun le sait, une pipe doit être culottée. Il est vrai que c'est l'inverse pour une jeune femme.

44e semaine, 06.02.2011
L'observatoire spatial Kepler a révélé l'existence, à ce jour, d'un millier d'exoplanètes dans deux petites portions de notre galaxie. Combien y a-t-il d'exoplanètes dans la galaxie ? Quelques milliards ? Personne ne le sait, comme personne ne sait combien d'entre elles ressemblent en taille, en composition chimique et en température à notre Terre. Nous avons cependant de bonnes raisons de penser qu'elles sont fort nombreuses et que la vie s'est développée à la surface de quelques-unes d'entre elles.

Là, se trouvent ou se sont trouvés où se trouveront un jour des êtres vivants conscients et communiquant entre eux. Je parie qu'ils auront aussi des prophètes pour leur annoncer que l'univers a été créé par un grand manitou leur ressemblant


étrangement et qu'il l'a conçu tout spécialement pour eux ; l'apparition de l'intelligence doit en effet immanquablement s'accompagner de l'apparition de la folie !

45e semaine, 13.02.2011
Il faut assumer la double tâche de la philosophie et la perpétuer : critiquer les dieux de la cité et corrompre la jeunesse.

Corrompre ? Ce sont en réalité les plus grands corrupteurs de la jeunesse qui lancent l'accusation contre le philosophe, ceux qui enseignent à croire plutôt qu'à douter et que la foi aveugle est vertueuse, ceux qui rêvent de la voir à genoux plutôt que debout...

46e semaine, 20.02.2011
La religion a tant apporté à l'art ! Aurions-nous la statuaire grecque sans les dieux ? Les cathédrales sans l'Église ? Les cantates de Bach sans la foi ?

Aurions-nous la peinture de Van Gogh sans la maladie

mentale ?

47e semaine, 27.02.2011
Les autocrates ont souvent assimilé le peuple à des enfants dont ils seraient les pères. C'est aussi ce que font les membres du clergé pour les fidèles. Dans la Démocratie en Amérique, Alexis de Tocqueville faisait remarquer que le pouvoir

« ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il


avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril ; mais il ne cherche au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance ». Il aime les maintenir dans l'aliénation aux petits plaisirs qui les empêchent de s'interroger. « … que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre

? »

Les Tunisiens et les Égyptiens sont les premiers qui ont chassé leurs dictateurs en utilisant les réseaux sociaux sur la toile. L'incendie s'est propagé en Libye, au Yémen et au Bahreïn. Tout autocrate serait donc bien avisé d'interdire la consultation d'Internet à son peuple.

La même prudence s'impose au bon père de famille ! Le

Diable, en effet, est partout en embuscade. Il ose appeler

« mythes » nos histoires saintes ! Il prétend faire réfléchir ses malheureuses victimes innocentes ! Dieu nous garde des enfants et des peuples qui pensent !

48e semaine, 06.03.2011
Le pucelage intact de la Mère a été pour les foules incrédules la garantie de la pureté parfaite. Et le Fils ? Était-il vierge ? La question est rarement posée. Le livre sacré rapporte qu'il serait intervenu pour éviter l'exécution par lapidation d'une prostituée. Était-il son client ? Ses rapports avec les femmes restent cachés et la tradition ne lui attribue aucune descendance... C'est Tintin au Moyen-Orient !

49e semaine, 13.03.2011
« Exister » ne signifie rien d'autre que « pouvoir être perçu ». Un énoncé affirmant l'existence est parfois vérifié. Il ne peut jamais être nié. L'affirmation « Le petit éléphant rose de la


taille d'une souris existe » ne peut être démentie par aucun fait. Même si vous montez des expéditions dans les coins les plus reculés de la planète, vous ne démontrerez jamais que Jumbette (mon petit éléphant rose) n'existe pas ! Jumbette en effet se cache chaque fois qu'elle est recherchée.

Alors bien sûr que les dieux existent, si vous y tenez... Ils sont

seulement, comme le pensait déjà Épicure, bien trop éloignés et bien trop grands pour se préoccuper des misérables vermines humaines.

50e semaine, 20.03.2011
Définition. La démocratie est un système politique dans lequel du pouvoir est attribué à une personne assez intelligente pour persuader de nombreux crétins qu’ils pensent comme elle. Si les crétins se rendent compte de leur erreur, le persuadeur est retoqué.

51e semaine, 27.03.2011
Une sottise fait rire plutôt qu'elle ne fâche. Une pensée qui provoque la haine a toutes les chances d'être vraie. Le vieux dicton « Il n'y a que la vérité qui blesse » se vérifie souvent. Mais la colère dévoile aussi la sottise de celle ou de celui qui s'emporte qui devient à son tour un objet d'hilarité. Peut-être est-ce la raison qui me pousse à écrire mes pensées iconoclastes.

52e semaine, 03.04.2011

Qui veut nous convaincre de l'effectivité des miracles insulte son propre Dieu. Cette idée de miracle présuppose en effet qu'Il puisse avoir quelque difficulté à obtenir ce qu'Il souhaite… Or, la volonté d'un Dieu tout-puissant devrait être réalisée de toute éternité : s'il voulait que vous fussiez croyant, vous le seriez déjà et s'il voulait que Lazare vive, il ne serait pas mort.

Seul un Dieu de pacotille en serait réduit à monter des spectacles de saltimbanques (marcher sur l'eau, produire des pains sans farine, sortir des poissons comme les magiciens sortent les mouchoirs d'un chapeau, etc.) afin d'impressionner la galerie.

53e semaine, 10.04.2011
J’entends dire parfois: « ce n'est pas le communisme qui est mauvais, c'est la façon dont il a été appliqué » et cela résonne à mes oreilles comme si l'on m’avait dit: « ce n’est pas fumer qui est mauvais, c’est le cancer du poumon ». C'est qu'il n'y a pas trente-six manières de réaliser le communisme. Il faut pour cela la dictature. Les hommes sont ainsi faits. Quelque rares que soient les grains de liberté qui leur sont accordés, ils les utiliseront toujours pour faire croître leurs différences et celles de leurs enfants par rapport au troupeau.

Presque personne n'aime l'égalité et moins encore que les autres les socialistes qui se rangent sous sa bannière. Empêchez-les d'hériter ou de léguer les deux sous qu’ils possèdent à leurs enfants et vous les entendrez rugir. Or, l'héritage est l'institution fondatrice de l'inégalité... Organisez cependant un vote pour son abolition et vous le constaterez : l'égalité est antidémocratique, seule une tyrannie peut tenter de l'imposer.
54e semaine, 17.04.2011
Le lancer de nains (en anglais « dwarf tossing » ou « dwarf throwing ») est une acrobatie divertissante. Des nains volontaires sont expédiés le plus loin possible sur des tapis de mousse. L’attraction n'a pas manqué de faire sourciller les bien-pensants qui ont obtenu que le jeu soit banni en France, au Canada et aux États-Unis. Leurs victimes : les nains qui ont perdu un emploi bien rémunéré. Ces vertueux humanistes d'aujourd'hui tendent la main aux vertueux de l'âge théologique. Ils sont les navrants héritiers des pourfendeurs de la masturbation. Ils « connaissent » le Bien et veulent l'imposer à tous en obtenant l'interdiction de ce qu'ils considèrent comme le Mal. Il existe une déraison de la vertu.

55e semaine, 24.04.2011
Y a de l'espoir ! Quand je serai mort, mon cerveau ne fonctionnera plus, donc je ne penserai plus... Par conséquent, je commencerai peut-être à croire en Dieu !

56e semaine, 01.05.2011
Miracle ! Soeur Marie Simon-Pierre ne boit plus de café et sa main ne tremble plus pour écrire le nom de son pape chéri... Les simples d'esprit ont été particulièrement choyés ces derniers jours : la béatification après le mariage de Kate et William. Karamatchouk soit loué !
57e semaine, 08.05.2011
Newton pratiquait l'alchimie et faisait parler les tarots. Le plus grand logicien du XXe siècle, Kurt Gödel, était persuadé que des anges et des démons peuplaient le petit bois qu'il devait traverser pour se rendre de son domicile aux salles de cours de l'université de Princeton. Le mathématicien John Nash (qui fut récompensé du prix Nobel d'économie pour sa contribution à la théorie des jeux) voyait des espions russes imaginaires partout dans son entourage.

Nous sommes donc forcés de constater que quelques-uns parmi les immenses génies que l'humanité a engendrés en sont venus à se convaincre de la réalité du « moine bourru ». Pourquoi dès lors une grande intelligence ne croirait-elle pas en Dieu ?

58e semaine, 15.05.2011
Paradoxe. Quand la vermine humaine décidera de limiter sa propre reproduction, sa planète se rétablira peut-être de cette infection.

La misanthropie pourrait ainsi devenir la meilleure manière

d'aimer l'homme.

59e semaine, 22.05.2011
Toute la presse fait ses choux gras des frasques sexuelles du

« père vert » du parti socialiste français. Personne en revanche ne se scandalise d'apprendre qu'un socialiste


parvienne à tirer de son chapeau, du jour au lendemain, six millions de dollars.

Hitler était socialiste. Staline était socialiste. Milosevic était

socialiste. Aujourd'hui, ce ne sont plus des dictateurs qui s'emparent de ce beau nom mais de grands bourgeois qui se disent socialistes parce qu'ils ont des valeurs jugées par eux progressistes. Ainsi sont-ils contre la peine de mort, contre l'homophobie, contre la punition des délinquants, pour l'assistance sociale sans aucune contrepartie, pour la régularisation d'immigrés illégaux, etc.

Ils se situent donc à l'opposé de ce que souhaite la population la plus modeste, les travailleurs qui ont du mal à nouer les deux bouts en bossant durement et qui pénétreront seulement dans une chambre d'hôtel tarifée à 3000 $ armés d'un aspirateur. Ceux-là veulent la peine de mort aux pédophiles assassins, le mariage pour les hétérosexuels seulement, des peines punitives, le renvoi immédiat des illégaux qui viennent prendre leurs modestes emplois. Le peuple vulgaire et laborieux abandonne dès lors les bourgeois du PS pour le Front National. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous contre les socialistes millionnaires !

60e semaine, 29.05.2011
Une femme est l'occasion que se donnent la plupart des hommes de regretter de n'en avoir pas épousé une autre.

61e semaine, 05.06.2011
Histoire triste amusante. Les hygiénistes et les végétariens de tous les pays ont chanté les louanges des légumes crus pour la santé et quelques-uns de ces bouffeurs de verdure sont


peut-être aujourd'hui les victimes d'une mystérieuse bactérie mutante résistante aux antibiotiques connus.

Ceci me rappelle le destin tragique des personnes qui

tombent, terrassées par une crise cardiaque, au champ d'honneur du jogging ! Compatissant, il m'arrive d'observer les efforts d'héroïques vieillards à la peau parcheminée luisante de sueur qui soulèvent péniblement leurs chaussures Adidas pour faire le tour du parc public où ils croisent de mûres adipeuses tentant vainement de se débarrasser des bourrelets cellulitiques accumulés sous leurs trainings.

Les théologiens, hélas !, ne sont pas empoisonnés par leurs propres salades.

62e semaine, 12.06.2011
Misanthropie. Je n'aime pas l'homme. J'aime quelques êtres humains. L'humanité est l'invasion virale qui tue la planète qu'elle a infectée. Or, il semble bien que la pensée conforme fasse de l'amour des hommes en général un devoir. C'est encore là un héritage du christianisme, sans doute :

Aimez-vous les uns les autres, aime ton prochain comme toi-même, croissez et multipliez, etc.

Mais je n'aime pas mon prochain, ni tous mes voisins, et je

pose pour déculpabiliser ce désamour la même question que Diderot posait pour l'incrédulité. Le philosophe écrivait à son frère curé qu'il ne pouvait accepter un « devoir de croire » puisque croire ou ne pas croire ne résulte pas d'un choix. Pour la même raison, je n'accepte aucun « devoir d'aimer ». L'injonction « aime ! » me paraît tout aussi absurde que l'injonction « crois ! ». Que je ne croie pas ou que je n'aime pas, je ne peux pas changer d'avis sur ordre.

Les amants abandonnés, les laissés-pour-compte supplient leurs partenaires : « aime-moi ! ». Ils oublient que personne


n'est aimé sur commande ou par supplications. Pour être aimé, il faut se rendre aimable et l'humanité n'a rien d'aimable à mes yeux.

63e semaine, 19.06.2011
Je lis sur technoscience.net : « Notre système solaire fait partie de notre galaxie, une galaxie spirale d'un diamètre d'environ 100 000 années-lumière, contenant approximativement 200 à 400 milliards d'étoiles, dont notre soleil est assez représentatif. »

200 à 400 milliards de soleils dans UNE galaxie, chacun entraînant son cortège d'une dizaine de planètes... Je me demande alors s'il faut être analphabète pour croire encore en ces religions qui présentent l'homme comme la seule raison de l'existence de l'univers.

Heureusement, vous pouvez aujourd'hui être l'adepte déclaré

d'une religion et ne plus croire en ce qu'elle dit et prêche ! De cette façon, les gens qui savent lire et les homosexuels peuvent y rester.

64e semaine, 26.06.2011
Qu’une jeune femme soit récompensée parce qu'elle est très intelligente ne choquera personne. En revanche, qu'elle soit récompensée parce qu'elle est très jolie sera souvent ressenti comme une injustice. Pourtant, il n’y a pas plus de mérite à être très intelligent qu’à être beau. Les études et les efforts jouent pour la promotion de l'intelligence un rôle analogue aux crèmes et aux fards pour la promotion de la beauté, c'est- à-dire pas grand-chose.

65e semaine, 03.07.2011
Nous devrions penser quelquefois au film de notre conception. Nous avons tous été produits au milieu d'un bain de cyprine (quel joli mot !) et de sperme. J'espère que ma mère a eu un grand orgasme pendant que mon père prenait son pied pour me projeter sans mon consentement dans l'existence. Mais comment aurais-je pu consentir ou refuser puisque je n'existais pas ?

66e semaine, 10.07.2011
Je veux épouser ma chienne. C'est une plaisanterie, dites-vous ? Non, c'est une exigence adressée aux « responsables » de mon pays. Je suis on ne peut plus sérieux.

Je cohabite avec Burqa (c'est son nom) depuis des années.

Certes, il n'y a pas pénétration, ni par devant ni par derrière et ma chienne et moi n'aurons jamais de petits (ou d'enfants, à moins que nous n'en adoptions après notre mariage).

Mais il y a tant d'autres choses que le sexe ! Nous nous

promenons tous les jours ensemble, nous partons en vacances conjointement, je fais ses courses, je cuisine pour elle, je lui fais prendre son bain trois fois par an, je la soigne si elle est malade. Nous dormons dans la même chambre, même si elle ne monte jamais sur mon lit et si je ne descends jamais dans son panier.

Elle manifeste sa tristesse quand je dois m'absenter et sa joie quand je rentre. Ni mauvaise humeur, ni cris hystériques, ni bris de vaisselle : son bon caractère ne se dément jamais et elle n'a pas de règles difficiles.

Hélas, tant que la possibilité de nous marier nous est refusée,


je ne peux opérer aucune déduction fiscale pour ma chienne au foyer et je souffre donc d'une discrimination intolérable par rapport aux couples hétéros ou homosexuels qui eux, – loués soient mes politiciens belges ! – le peuvent.

67e semaine, 17.07.2011
Enfants, nous apprenons qui sont les « bons » et qui sont les

« méchants ». Les prescripteurs de valeurs (parents, amis, éducateurs, romanciers, cinéastes, journalistes, etc.) orientent notre bras dans la direction où ils veulent qu'il pointe : les Indiens sont les méchants et les cow-boys les bons. Qu'importe si, quelques années plus tard, ce sont les cow-boys qui nous sont désignés comme mauvais et les Indiens comme gentils, pourvu que nous puissions toujours les capturer dans notre filet à évaluer.

Adultes, nous n'avons pas perdu l'habitude de braquer le méchant. Qu'une guerre ou une crise éclate ou que nous soyons de simples spectateurs d'une compétition sportive nous devons savoir qui sont les bons et qui sont les mauvais.

Les prescripteurs utilisent alors des désignations qui sonnent comme des condamnations capitales. « Ce sont les spéculateurs qui sont responsables de la crise ! » Mais le spéculateur n'est rien d'autre qu'un bon père de famille. S'il n'avertissait pas du défaut de paiement possible de l'État grec, par exemple, ne devrait-on pas le lui reprocher ? Si vous êtes persuadés que l'euro va baisser et que vous pouvez acheter des dollars qu'allez-vous faire ? Devenir un méchant spéculateur.


68e semaine, 24.07.2011

Un documentaire (« Race et intelligence : Le dernier tabou de la science... »*) nous affirme que les tests d'intelligence appliqués aux Européens ou aux Américains du Nord donnent

  • c'est comme cela qu'ils ont été étalonnés – un résultat moyen

de 100 ; les Asiatiques de l'Est parviennent à réaliser à ces mêmes tests une moyenne de 105 ; les populations d'Afrique subsaharienne obtiendraient quant à elles une moyenne de 95. Il faut nous résigner : le Q.I. moyen de nos peuplades est plus bas que celui des Japonais ou des Chinois de l'Est. Le fait que notre résultat moyen à ces tests soit meilleur que celui des Noirs africains ne me console pas. En effet, les courbes de Gauss montrent clairement que des millions d'habitants d'Afrique centrale sont plus intelligents que moi !

À quand une recherche sur la taille moyenne des zizis ? Q.I. et zizi inversement proportionnels ? Belle hypothèse.



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconNous commençons par 2 citations d’auteurs de la fin du 19
«La critique est contraire à l’allure normale de l’intelligence. La tendance spontanée de l’homme est d’ajouter foi aux affirmations...

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconCertaines activités (notamment celles qui sont indiquées pour les...
«Au nom de tous les concurrents, je promets que nous prendrons part à ces Jeux Olympiques en respectant et en suivant les règles...

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconAvis aux auteurs
«au kilomètre», sans efforts de mise en page ou d’esthétique qui ne font que ralentir le travail de l’éditeur, en fonte Times New...

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconAnnexe 6 : Œuvres chorégraphiques et filmiques réalisées par Philippe Découflé
«Par extension, on en est venu à appeler plan la plus petite unité du film comprise entre deux collures.»2 Un plan est donc une prise...

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconC'est aux jeunes gens que je veux parler aujourd'hui. Que les vieux...

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconThèse de doctorat inédite, Université Paris 7, 1988, 598p. 21x31 histoire des d
Comprenant tous les caractères de la langue annamite vulgaire, avec l'indication de leurs divers sens propres ou figurés, et justifiés...

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconLittérature Par Vanessa de Hillerin, professeur désormais dans l’académie...
«L'avant-scène Opéra» sur L'Enfant et les sortilèges/l'Heure espagnole de Ravel, n°127, 1990

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconBibliographie sélective Cette bibliographie recense des titres qui,...
«parlent» des pays et régions francophones. Ils sont signés d’auteurs et d’illustrateurs de ces régions, mais aussi par d’autres....

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconHugo, Les feuilles d’Automne, «Ce siècle avait deux ans»
«sans couleur, sans regard et sans voix», «débile», «sans breton et lorrain»

Les deux citations sont proposées sans indication de référence par Vergez et Huisman, les auteurs de d’un vieux — mais excellent — Manuel de philosophie, Paris : Nathan, 1990, p. 254 iconManuel Empreintes littéraires
«passions» ? Quels arguments sont apportés par les écrivains et les philosophes pour





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com