Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)»





télécharger 106.43 Kb.
titreEssais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)»
page1/5
date de publication20.07.2019
taille106.43 Kb.
typeEssais
l.20-bal.com > loi > Essais
  1   2   3   4   5
Les Essais poétiques : emplois et sens du mot « essai(s) » dans les titres de recueils poétiques à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle
Parmi les termes du lexique littéraire apparus au seizième siècle, le mot « essai » connaît une fortune non démentie à ce jour. L’usage contemporain courant du terme, dans son acception technique littéraire, renvoie à un genre en prose, dont l’origine est elle-même rapportée au XVIe siècle et au modèle constitué rétrospectivement par les Essais de Michel de Montaigne. Cependant, en dépit de ce constat d’une permanence d’usage entre le XVIe et le XXe siècle, l’histoire des emplois du mot « essai(s) » dans la métalangue littéraire s’avère plus complexe et discontinue que prévu. En France, les titres faisant référence à un modèle montaignien sont rares dans la prose au cours de la première moitié du XVIIe siècle. Les quelques mentions d’« essai(s) » en titre1, tout en convoquant sans nul doute le souvenir de Montaigne chez le lecteur, n’en demeurent pas moins indépendantes d’une facture d’écriture imitée de Montaigne ; elles ne laissent pas préfigurer un genre en élaboration. En revanche, en Angleterre, à la même époque, le gallicisme « essay(es) » connaît une grande popularité, dans un usage qui l’associe à un mode d’écriture immédiatement théorisé par Francis Bacon à partir de l’œuvre de Montaigne. C’est après ce détour anglais que le mot – un anglicisme partiel donc – et le genre reviennent dans le champ littéraire français. Le succès du mot « essai(s) » dans cette acception technique littéraire se confirme au XVIIIe siècle, sous l’effet de la vogue anglophile. Ce rapide parcours historique des emplois du mot « essai(s) » laisse cependant un blanc dans la fortune du titre et des essais littéraires comme genre : que devient le titre de Montaigne en France dans les décennies qui suivent la publication des Essais, en somme jusqu’au milieu du XVIIe siècle2 ? On peut admettre que le projet de Montaigne, par sa singularité même, soit difficile à imiter ou que l’autorité de son auteur soit trop écrasante pour susciter immédiatement des émules ; est-il possible cependant que le titre proposé, dont l’originalité et l’ambiguïté ont provoqué tant de perplexité et de gloses de la part de ses lecteurs voire traducteurs3, se perde ainsi et ne connaisse que d’aussi rares emplois littéraires pendant au moins un demi-siècle ?

L’article « essai » du Dictionnaire de Furetière nous donne toutefois une piste, en enregistrant quelques circonstances d’acceptions littéraires du mot :

Se dit figurément en morale des ouvrages d’esprit. Plusieurs ont fait des Essais poétiques. Montaigne a fait un très beau livre qu’il a appelé les Essais. Il est sorti de Port-Royal de très beaux Essais de morale. L’Essay des merveilles de la nature du Père Binet sous le nom de René François a été imprimé vingt-cinq fois. L’Essay d’un Dictionnaire universel.1

A quels ouvrages, parus sous la plume de quels poètes, Furetière renvoie-t-il donc, avec cette mention d’« essais poétiques » ? En outre, comment interpréter l’ordre dans lequel sont énumérés ces exemples d’emplois du terme « essai » en littérature ? La disposition choisie par Furetière accorde en effet aux « essais poétiques » une préséance inattendue sur l’ouvrage de Montaigne, que l’on aurait cru a priori fondateur. Ce choix hiérarchique du lexicographe semble signifier que les « essais poétiques » sont un cas d’usage courant en littérature, peut-être le plus général. Comment interpréter cependant le fait que Furetière ne cite aucun auteur d’« essais poétiques », comme si le déficit d’auctorialité était constitutif de ce corpus ?

Alan M. Boase a déjà signalé2 qu’à partir des années 1580 le mot « essai », généralement au pluriel, employé dans les titres d’ouvrages, devait être recherché paradoxalement du côté des recueils de poésie, où il semble connaître une certaine vogue, tant en France qu’en Angleterre. Et de relever une série de titres et de sous-titres de recueils pour une large part méconnus de la postérité3. Nous pouvons encore enrichir la liste d’œuvres déjà significative qu’il établit4 et attirer en particulier l’attention sur les Œuvres d’André Mage de Fiefmelin, publiées en 16015 : la seconde partie du recueil, titrée L’Image d’un Mage ou le Spirituel d’André Mage, sieur de Fiefmelin, est en effet désignée dans le sommaire du volume sous le titre « Le spirituel comprenant essais », et est divisée en sept « essais du spirituel », chacune des sept sections étant ensuite titrée sur le patron : « Les prières. Premier Essay du spirituel d’A.M. Sr de F. ».

Faut-il interpréter la récurrence de ces titres de recueils poétiques comme une filiation intertextuelle indépendante du titre de l’ouvrage de Montaigne et conclure à une coïncidence ? Avant de se prononcer sur ce point, il convient de s’interroger sur cet usage répété du mot « essai » sous la forme « essais poétiques » ou « essais de poésie », usage qui manifeste une spécialisation du terme « essai(s) » dans la métalangue poétique. En prose, Montaigne semble avoir choisi le mot pour sa richesse polysémique dans la langue courante et par souci de se démarquer de toute technicité pédante pour désigner son travail. Dans le contexte littéraire général des titres d’ouvrages, le mot conserve ses valeurs courantes mais à celles-ci vient progressivement se surimposer en filigrane un sens technique littéraire. Autrement dit, pouvons-nous préciser la portée littéraire du terme à la fin du seizième siècle, sachant qu’il faut sans doute faire la part de la référence à Montaigne mais que cet intertexte ne permet pas de rendre compte de toute la richesse polysémique de cet emploi en titre ? Que désignent les essais littéraires d’un poète à la fin du XVIe siècle ?

Nous proposons de mener l’analyse des occurrences du mot « essai(s) » en titre en croisant deux approches : nous tenterons d’une part une analyse synthétique de la diversité des emplois du mot « essai(s) » en titre de recueil, en accordant une attention particulière au jeu de la syntaxe ; nous proposerons d’autre part une étude ponctuelle détaillée, restreinte aux données fournies par l’ambitieux centon calviniste d’André Mage. L’utilisation massive du terme chez ce poète, associée à des traces d’intertextualité montaignienne à l’intérieur du recueil, nous paraissent fournir un corpus modeste, mais propice à l’étude des conditions de la lexicalisation du terme dans la métalangue littéraire.
  1   2   3   4   5

similaire:

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconEssai de Hubert Vincent, rédigé en résindence à Polenovo en 2015
«dresser», non pas au sens éducatif, mais au sens de manifester, montrer, instituer et rendre visible pour tous

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconSommaire
«emplois d’avenir» en ce sens. En contrepartie, le Conseil général aide toutes les associations qui souhaitent embaucher ces jeunes....

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconPar les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers
«éveilleurs de conscience», IL nous faut croire en eux. Sont eux et par eux d’où émergera ce Nouveau Monde qui commence à naître,...

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconObjectif : Comprendre le sens du mot «bonheur» à travers une définition et des exemples

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconCe travail, centré sur l’apprentissage de la lecture analytique d’un...
«bohème». Cherchez les différents sens du mot «fantaisie». Quel(s) sens peut-il avoir ici ?

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconEssai sur l’origine des langues
«La diversité du genre de l’essai», En quoi l’essai est-il un genre libre et divers ? Quels registres s’expriment dans l’argumentation...

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconEssai sur l’origine des langues
«La diversité du genre de l’essai», En quoi l’essai est-il un genre libre et divers ? Quels registres s’expriment dans l’argumentation...

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconEssais tels qu’ils se présentent sur un exemplaire de l’édition de...
«De l’expérience», rédigé entre mars 1587 et mars 1588. Elle constitue presque le dernier mot des Essais tels qu’ils se présentent...

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconL'origine du mot romantisme renvoie au substantif roman, qui, en...
«état d'âme collectif», pour lequel la publication des Méditations poétiques de Lamartine en sera le premier grand triomphe

Essais poétiques : emplois et sens du mot «essai(s)» iconDu sens d’un mot hors contexte – Cycles 2 et 3 – Vers la définition
«Sentimental» à partir de l’album Le loup sentimental de G. de Pennart, Ecole des loisirs, 1999





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com