Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l'armée de réserve du capitalisme libéral c





télécharger 35.27 Kb.
titreMus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l'armée de réserve du capitalisme libéral c
date de publication01.05.2017
taille35.27 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > histoire > Documentos




Nécrotrologique

Where have you gone Allen Ginsberg. Un poète est mort sur la US one-or-one

avec: Le coq réveille-matin, RTL la Radio Très Lécheuse, le technicon-commercial en cafetière et Allen Ginsberg poète beatnik

********************************** mus

Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l'armée de réserve du capitalisme libéral

c: " Dring! dring! Le coq grince de sa sirène

c: " Appel à la production. Travailleurs à l'usine! Femmes à la cuisine! Enfants à l'école, chômeurs sortez de vos cartons de frigidaire!

****************************mus

Six heures cotonneuses. L'Etna de la cafetière s’éruptionne. La poudre torréfiée se mouille en synchro automatique sur les ondes de Radio Très Lécheuse. Flou et nauséeux, le bulletin d'infos se tape une bonne tranche matinale distribuant ses fellations et ses cunnilingi de sado pour maso. C’est la première cigarette

************************************.mus

R: " Allen Ginsberg est mort d'un cancer du foie. Poète-phare de la génération beat. Inspirateur des Bob Dylan; en voiture avec Kerouac et Neal Cassidy; compagnon de Gary Snider dans les géoles du FBI; thé à Tanger avec Paul Bowles, pécheur à la truite de Brautigan. Feuille de rose avec Gregory Corso fleuri ".

Celui qui se voyait la machine molle à écrire de William Burroughs.

G: " je ne peux pas écrire autre chose que des poèmes courts. No way, impossible de foutre le camp au moment où l'Etat-policier menace. Sauve qui peut! Too Much. Le corps de l'Etat est empoisonné. Il provoque paranoïas et schizophrénies. Aux Etats-Unis, on l'impute à l'extérieur: virus jaune et asiatique. Alors qu'il est produit ici! Par nous-mêmes! Le métabolisme de la nation est détraqué. Les corps se multiplient, des millions de cadavres dévalent la 42 ème rue

R: " 42ème Rue c'est le Pigalle de New York, à l'échelle américaine"

G: " des poupées de cire grimacent à Park Avenue ".

R: " Park Avenue, l'avenue Foch de là-bas! (pub)Pour les voyages, je vous le rappelle, planez Radio Très Lécheuse!

********************* mus

Ma cafetière ne recevait qu'une seule station, celle-là! Comment se fait-il? Avais-je protesté dans le magasin, au technicon-commercial

Tco: " C'est toujours ainsi, cher Monsieur! Cafetière et radio sont complémentaires comme l'homme et la femme vous savez!

G: " Comme les conseillers nucléaires du Président qui ont déterminé des seuils de sécurité: Pas plus de trois milles naissances anormales par an!

Tco: Café et nouvelles fraîches. Etna nourrit le corps comme RTL nourrit l'âme... Des nouvelles fraîches, comme à la baguette!

******************************mus

J'y suis! Le volcan caféine son magma et la lave. Très Lécheuse le mâche et l'avale. Tco: " Si je puis me permettre c'est le couplage du cratère et du clystère! "

G: " Qui disparurent à l'intérieur des volcans mexicains

ne laissant derrière eux / que l'ombre des blue-jeans

et la lave et la cendre de poésie

éparpillées dans les cheminées de Chicago... "

*************************** mus

Je n'ai pas envie de tendre le ventre à Très Lécheuse. Surtout que sur le divan oriental dort encore la paresseuse capiteuse qui m'a étranglé la veille au soir au coin de son iris. Celle que j'ai suivie, coast to coast sur 6000 km d'auto-stop. A Augusta, Maine State, elle maquillait gratos les corps des fans à l'entrée du concert de Graeteful Dead. Et cela m'ennuierait, qu'elle croie qu'ici à Paris, je la tromperai avec un transistor!

****************************** mus

Attends un peu coquine que j'écarquille tes paupières... Aucun autre symptôme que celui de notre catalepsie... Entre les deux lignes violacées de trop de gourmandises qui t'ourlent l'oeillade.

***************************** mus

Mais je sais dans les gourmandises, tu n'aimes pas le sucré... tu préfères l'acide...

******************************** mus

Allen Ginsberg venait de mourir et il avait parlé de nous:

G: " Qui copulèrent en extase et insatiables

avec une bouteille de bière, une fiancée,

un paquet de cigarettes, une bougie

et tombèrent du lit

et continuèrent le long du plancher

et dans le couloir et s'arrêtèrent au mur évanouis

avec une vision de vagin

et de jouissance suprême

éludant la dernière éjaculation de conscience!

***************************** mus

Ce contact charnel de tes sourcils, donne faim... La femme mine de sa jungle... Elle m'égare dans les éthers de ses sphères. Je perds la boule. Je flippe sur ton spot! Tilt sur ta target!! Le drap se froisse sur tes cambrures d'arabesques... Je voyage sur tes secousses... Je mords ton flipper! Gott-liebe Playboy! Dieu aime les playboys.

R: " Ce qui diffère très légèrement de la du Vème siècle que l'on doit à St Augustin, qui adaptât en: gode mon cher Playboy! ".

*************************** mus

Ginsberg reparlait de nous

G: " Qui sortirent draguer

dans des myriades de voitures de nuit volées.

Baisages de filles dans des terrains vagues

et dans la cour des restaurants,

dans les rangées boiteuses de cinéma,

au sommet des montagnes,

dans des caves

ou avec des serveuses maigres

dans des soulèvements familiers de combinaison solitaire

au bord de la rue

et joie spécialement aux toilettes secrètes des stations-service

et aussi dans les ruelles de la ville natale!

*************************** mus

Je devais bien avoir vingt ans et je sentais le danger en faisant du stop avec toi aux automobiles californiennes. Déjante de chromes sur la bretelle Exit de l'aéroport d'Oakland.

G: " Qui errèrent et errèrent

en tournant à minuit

dans la cour du chemin de fer

en se demandant où aller."

*************************** mus

Oakland le grand ghetto noir, à 11 kilomètres de San Francisco, par un pont suspendu à 8 voies d'autoroute dans chaque sens. Port sur le Pacifique, City du crime, mégalomane base de la Navy, la marine de guerre appareillant monumentale pour l’Irak, à la démesure et de la colossale Armada vietnamienne.

1973, c’est le dernier hélicoptère qui décolle en catastrophe du toit de l'ambassade américaine de Saigon. GI's go home. Pas de place pour les morts et plus de place pour les Vietnamiens. Fuire l'empreinte au gant de fer du bon Oncle Ho d'Hanoi... Faudra vous contenter de radeaux de fortune si les soldats, les requins, les pirates thaïs et les gardes-côtes malais vous laissent arriver. Mais des USA pas tant que ça... Pendant que vous vous noyez les grosses méduses se partagent notre monde et notre terre et nos vieux et nos enfants.

*************************** mus

Moi je n’avais pas eu besoin de l'hélico. C'était un jet plane de négrier charter, racheté d'occase à l'US Airforce. Il m'avait droppé à Oakland. après dix-sept heures d'odyssée aérienne. Ca t'avait une gueule de coupe-gorge les docks of the Bay d'Otis Redding.. Là où pour le moins tu as toutes les chances d’y laisser ton froc de witney blanc-bec.

G: " Qui marchèrent toute la nuit

avec leur chaussures pleine de sang

le long des docks enneigés

pour attendre qu'une porte sur l' East River

s'ouvre sur une chambre pleine de chaleur vaporeuse

et d'opium."

Mais redressons-nous, voilà les flics avec leurs rampes de gyrophares érectés. On est en pleine série télé américaine.

R: " Don't move " Non pas trop fast. Kojak en uniforme vérifie les passeports. Evidemment qu'on est de nationalité French! On n’a pas vraiment des gueules de latinos clandestins! Même pas noir comme le flic.

C'est d'ailleurs pour ça qu'ils sont repartis sans nous embarquer.

*************************** mus
G: " Ils réapparurent sur la Côte Ouest enquêtant sur le FBI,

en barbes et en culottes courtes

avec des grands yeux de pacifistes sensuels dans leur peau sombre,

distribuant des tracts incompréhensibles

Qui ont brûlés des trous de cigarettes dans leurs bras /

en protestant contre la brume de tabac narcotique du capitalisme.

qui distribuèrent des brochures sur-communistes à Union square

en pleurant et en se déshabillant / pendant que les sirènes de Los Alamos

R: " Le centre militaire d'essais atomiques du Nouveau Mexique.

G: " les rattrapèrent en hurlant,

et descendirent Wall street en hurlant.

et le ferry boat de Staten Island hurlait aussi!

*************************** mus

R: «San Francisco. Parmi les cables cars et les maisons victoriennes multicolores City lights bookstore est bien là."

La librairie, où Allen Ginsberg, Gilbert Shelton et les autres s'exhibent dans des petites vitrines en édition originale. Imaginez un libraire, Ferlingetti de Colombus Avenue

R: " quartier du genre tiens par exemple Montmartre "

Avant l'invasion des yuppies qui se la jouent bohème doré qu'on ne dérange plus le soir après dix heures... Ferlinghetti autoédite ses poèmes avec deux bouts de ficelle et un fil de fer. Il édite aussi ceux que les snobservateurs, rescapés du maccarthysme modéré, appelleront la beat génération

*************************** mus

G: "J'ai vu les plus grands esprits de ma génération

détruits par la folie,

affamés hystériques nus,

se traînant à l'aube dans les rues nègres

à la recherche d'une furieuse piqûre

Initiés à tête d'ange brûlant pour la liaison céleste ancienne

avec la dynamo étoilée dans la mécanique nocturne

Qui pauvreté et haillons

et oeil creux et défoncés

restèrent debout en fumant

dans l'obscurité surnaturelle des chambres bon marché

flottant par dessus le sommet des villes

en contemplant du jazz.

*************************** mus

La cafetière éjacule. Allen était juif... Enfin comme moi je suis catholique. Il avait écrit

G: " De la viande pour la synagogue jetée sur le pavé. "

On se réveille chez des lesbiennes dans un pâté de maisons victoriennes strictly female... Allen allait crever du cancer

G:" J'en ai vu qui mordirent les détectives au cou

et poussèrent un cri aigu de plaisir

dans les paniers à salade,

pour n'avoir commis aucun crime

qui se laissèrent enculer par des saints motocyclistes

et hurlèrent de joie.

/ Mais je ne suis qu'un cadavre

qui se branle.

************************.mus

J'allais être en retard pour bosser.

G: "Ils jetèrent leurs montres par dessus le toit

Pour remplir leur bulletin de vote,

En faveur de l'Eternité hors du Temps,

Et des réveils leur tombèrent sur la tête tous les jours

Pour les dix années à suivre.

Ils furent brûlés vivants dans leurs innocents complet vestons en flanelle

************************* .mus

Une journée de plus avec une gueule de raie dans laquelle il faut creuser un trou... Mais dès le matin, la gueule de raie s'obstrue la perspective avec une queue de poisson.

************************** mus

Extraits de Howl 1956, édition City Lights; de Ginsberg, du plus simple appareil de la mouette photovoyageuse Véro, de Doris son amiecalifornienne du tri postal d'Oakland, mise à pied d'US Mail pour refuser de cirer leurs pompes...

G: "Pot is fun...

Ils, elles sucèrent le con d'un million de filles

tremblantes dans le soleil couchant.

/ Avoir les yeux rouges du matin...

mais prêts à sucer le con du soleil levant,

étincelants des fesses dans les granges

et nus dans le lac ".

Mais tout ceci est une autre histoire que je vous raconterai peut-être un jour... une autre semaine...

FIN

similaire:

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\Ou Pourquoi certaines musique sont elles choisies pour devenir des hymnes ?
«Chant de guerre pour l’armée du Rhin ou Chant de marche des volontaires de l’armée du Rhin», se répand dans tout le pays

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\Art et Culture d’Edo Littérature
«roman». Dans ces boutiques, on fabriquait des livres en les recopiant ou, pour l’aspect commerciales, on créait des histoires

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\Révision de la séquence 1 – La poésie
«Melancholia» de Hugo, non ? Mais si, un poème qui commence par ces mots «Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? / Ces...

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\Révision de la séquence 1 – La fleur et le fusil
«Melancholia» de Hugo, non ? Mais si, un poème qui commence par ces mots «Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? / Ces...

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\Depuis plusieurs années, l’association «Saint-Omer en toutes lettres»...
«traces et empreintes». La résidence d’artiste s’appelle «feuille d’automne», autant de thèmes qui peuvent vous suggérer une première...

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\Mais qu’est-ce que c’est donc que la poésie engagée ? (hein ?)
«Melancholia» de Hugo, non ? Mais si, un poème qui commence par ces mots «Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? / Ces...

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\On voyait des clairons à leur poste gelés, Restés debout, en selle et muets
«il neigeait, IL neigeait toujours !». Elle souligne la force inexorable de la neige : c’est elle qui va avoir raison de la Grande...

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\Programme : «L’apprentissage de la ville»
«espace multimédia d’histoires et de géographies». En travaillant avec cette communauté qui compte parmi elle des chercheurs et des...

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\On a en France des idées très fausses sur la Réforme et sur son héros....
«qu'on doit réfuter sa doctrine par des citations tirées de la Bible elle-même ou par des motifs tirés de la raison», de ce jour-là...

Mus Tout commence toujours par des histoires de réveille-matin. Des réveils qui claironnent dans le sommeil des villes, dans ces résidences de garnison de l\Sont dénués de tout remord, sont inaccessibles à la culpabilité
«des pervers narcissiques» (mais pas nécessairement). La séparation entre ces deux caractéristiques n’est pas toujours nette, chez...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com