Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d'Avignon, pour ses élèves de 1ère dans le cadre de l'étude du roman





télécharger 58.8 Kb.
titreSéquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d'Avignon, pour ses élèves de 1ère dans le cadre de l'étude du roman
date de publication07.02.2018
taille58.8 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > histoire > Documentos
La guerre de 1914-1918 racontée par les romanciers d’aujourd’hui

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d'Avignon, pour ses élèves de 1ère dans le cadre de l'étude du roman.

Titre de la séquence : Le personnage du soldat
Thèmes d’études : Le soldat confronté à la réalité de la guerre, le roman historique, la dénonciation de l’horreur.

Problématique du corpus : Quels regards les romanciers contemporains portent-ils sur la première guerre mondiale ?

Corpus :

  • Jean Rouaud, Les Champs d’honneur, 1990

  • Laurent Gaudé, Cris, 2001

  • Philippe Claudel, Trois petites histoires de jouets, « Mains et merveilles », 2004

  • Jean Echenoz, 14, 2012

(Textes reproduits en fin de document)

  • Bande dessinée : Jacques Tardi, C’était la guerre des tranchées, 1993 (Page de couverture de l’album Casterman)

http://bd.casterman.com/docs/Contents/266/C'ETAIT%20LA%20GUERRE.pdf

Quelques précisions pour commencer :

Pourquoi les romanciers prennent-ils pour sujet cette guerre ?

- Le souvenir familial : les récits, les photographies des soldats, les objets fabriqués : obus ciselés.

- La violence du front, les tranchées : un habitat enterré comme des animaux.

- La première guerre industrielle : l’ampleur des pertes est visible sur les monuments aux morts.

1 350 000 Français « morts pour la France », soit 27% d’une classe d’âge entre 18 et 27 ans. Destruction dans toute l’Europe.

- La première guerre de la République : elle est meurtrière, comme les guerres des gouvernements autoritaires.

- Plus que la seconde guerre, le thème de la première guerre mondiale séduit les romanciers d’aujourd’hui, voir par exemple le prix Goncourt 2013 Pierre Lemaitre Au revoir là-haut.

- Un sujet romanesque riche, en relation avec la mémoire du passé : le romancier d’aujourd’hui est « le dernier homme qui a vu l’homme qui s’est battu dans les tranchées.»

Comment les romanciers d’aujourd’hui écrivent-ils cette guerre ?

- Le langage utilisé dans les romans récents est contemporain : suppression du lexique technique correspondant au matériel de la guerre de 14, par exemple le nom des armes, le calibre des obus. Suppression des régionalismes ou du jargon des soldats. Perte du réalisme au profit de la compréhension des lecteurs du XXIe siècle.

- Une nouvelle vision de la guerre : hommage à tous les soldats, émotion devant la souffrance, distance critique.

Séance 1 : Jacques Tardi, C’était la guerre des tranchées 1914-1918, Casterman, 1993

A – Biographie de Jacques Tardi : mettre en évidence le rôle des récits familiaux et du traumatisme de la guerre.
B- Étude de la page de couverture :

Les renseignements : auteur, titre, éditeur …

L’analyse de l’image :

1 – Description précise et objective :

2 – Analyse technique : composition de l’image, cadrage, lignes de fuite, plongée ou contre-plongée, effets de dramatisation

3 – Interprétation :

4 – Intention de l’auteur :

5 – Les attentes du lecteur :

6 – Quelles sont vos impressions personnelles devant cette page de couverture ? Peut-on raconter l’horreur avec des images ?

Documentation :

Pour l’étude de la page de couverture et de l’album : http ://bd.casterman.com/docs/Contents/266/C’ETAIT%20LA%20GUERRE.pdf

Pour l’exactitude de la reconstitution historique, consulter l’extrait d’un documentaire sur le travail de Jacques Tardi et de Jean-Pierre Verney, historien spécialiste de la première guerre mondiale :

Jacques Tardi dessineYouTube


Séance 2 : Laurent Gaudé, Cris, 2001 (Actes Sud Babel, pages 114-116)

Le roman, qui prend une forme proche du théâtre, peut être étudié en œuvre intégrale ou proposé en lecture cursive. L’extrait choisi aborde le thème de la première guerre mondiale à travers son extrême violence. La forte intensité émotionnelle du passage frappe les élèves.

A - Pistes de réflexion 

Le titre du roman « Cris » : quels cris ?

Les personnages :

- M’Bossolo, un soldat africain. Troupes coloniales, « tirailleurs sénégalais ». Il vient au secours des blessés.

- Ripoll, un soldat blessé

- Le médecin 

Trois voix, la voix de Ripoll est la plus importante en volume.

L’action :

Vue au travers de deux points de vue différents, échos significatifs : unité fraternelle, la dignité humaine au cœur de la destruction de l’homme.
B- Approfondissement
- Le délire de Ripoll : la couleur noire de la peau des soldats lui inspire des visions.

- La réalité agrandie par le mythe, imagination surhumaine de la guerre. Pitié envers l’humanité souffrante, solennité de la cérémonie des morts. Expression poétique du mythe, comme une incantation. Grandissement héroïque et épique de M’Bossolo.

- Un hommage rendu au courage des soldats africains, un plaidoyer contre le racisme.
C - Question pour organiser la lecture analytique:

En quoi le dialogue fait-il de M’Bossolo un héros mythique ?
Problématique du corpus : Quels regards les romanciers contemporains portent-ils sur la première guerre mondiale ?

- La guerre révèle paradoxalement l’humanité, le dépassement des limites dans le bien et le mal.

- Le roman rappelle le rôle des armées d’Afrique dont on oublie la présence en France pendant le conflit. Cette mise en valeur correspond à une approche historique récente.

Séance 3 : Jean Echenoz, 14, 2012 (Les Éditions de Minuit, pages 71 à 74)

L’extrait présente le point de vue du soldat Anthime Sèze sur la guerre. Son approche très distanciée du sujet apporte un répit après la tension des œuvres de Jacques Tardi et Laurent Gaudé. Les élèves perçoivent le décalage entre la gravité du sujet et son traitement qui évoque la farce.

Pour une lecture analytique on peut s’appuyer sur les deux points suivants :

1 - La vie quotidienne et routinière du soldat.

2 - Une vision comique et satirique.

Problématique du corpus : Quels regards les romanciers contemporains portent-ils sur la première guerre mondiale ?

- Jean Échenoz désamorce la tragédie par des effets burlesques pour mieux dénoncer la guerre.

- Le soldat est un héros car il défend courageusement la patrie en dépit de l’incapacité du commandement militaire.
Séance 4 : Philippe Claudel, Trois petites histoires de jouets, « Mains et merveilles », 2004 ( Le livre de poche, pages 53-54)

L’extrait peut être proposé en commentaire de texte.

On demande en travail préparatoire une recherche sur le vocabulaire et l’expression « champ d’honneur » : champ de bataille, « morts au champ d'honneur » : tombés glorieusement au service de la patrie. Valeurs : héroïsme, courage, sacrifice pour la liberté et la patrie.

Ce point de départ permet aux élèves de saisir la situation tragique du personnage, entre la tentation de l’outrage et la mémoire affectueuse des soldats disparus. Le mutilé de guerre est un personnage exclu de la société des hommes. Fou de douleur, il est condamné à l’errance.

Problématique du corpus : Quels regards les romanciers contemporains portent-ils sur la première guerre mondiale ?

- Le retour impossible du soldat dans le monde civil en paix / La fraternité et de l’humanité des soldats au front.

- La réalité de la guerre : destruction des hommes et de la nature (qui inspire un sentiment lyrique et poétique) / Les symboles héroïques dérisoires.

Sujet d’invention : imaginez la suite du texte de Philippe Claudel. Firmin se souvient du front et de l’attaque où plusieurs de ses camarades ont été tués. Vous conservez la narration à la troisième personne.

Format : 300 mots +/- 10%

Histoire des arts :

L’évocation du monument aux morts est l’occasion d’un travail avec le professeur d’histoire-géographie. Pour le centenaire de la commémoration de la guerre, les rencontres photographiques d’Arles, parrainées par Raymond Depardon, recensent tous les monuments aux morts en faisant appel aux citoyens.

http://www.rencontres-arles.com/C.aspx?VP3=CMS3&VF=ARLAR1_16_VForm&Flash=1.

On trouve également sur le site de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) un inventaire des monuments aux morts de la guerre de 1914-1918 en Provence-Alpes-Côte d’Azur, très précieux pour l’explication symbolique des sujets et motifs décoratifs.

http://www.paca.culture.gouv.fr/dossiers/monuments_morts_14_18/present.htm
Séance 5 : Jean Rouaud, Les Champs d’honneur, 1990, (Les Éditions de Minuit, pages 157 à 159)

L’extrait est plus long que les textes précédents, mais on ne doit pas de le réduire pour conserver sa signification. Il est très émouvant et avec quelques explications, les élèves sont sensibles à la scène du soldat qui rentre chez lui, intimidé par son nouveau-né. C’est une parenthèse heureuse, intime et apaisée, loin du chaos de la guerre.

Quelques repères historiques :

2 décembre, jour commémoratif d’Austerlitz et du Sacre :

2 décembre 1804 : Napoléon 1er sacré empereur

2 décembre 1805 : victoire éclatante de Napoléon à Austerlitz

« Les adieux de Fontainebleau dans une chambre tapissée d’abeilles » Adieux de Napoléon à la Garde impériale au château de Fontainebleau lors de son abdication en 1814. Chambre tapissée d’abeilles : symbole de l’Empire.
Quelques repères temporels :

- D’après la liste du monument aux morts avec le nom des deux frères à un an d’intervalle, le retour d’Émile (mort en 17) a lieu vers Noël 1916. Récit rétrospectif.

- Durée de l’action : la permission d’Émile, de la tombée de la nuit au matin, quelques heures.

- Temps du récit : des années plus tard, de la naissance de Rémi à l’âge adulte.
Les Champs d’honneurs est un roman autobiographique : Joseph et Émile morts au front sont les oncles du père de Jean Rouaud.

On peut faire le choix de traiter un des thèmes :
1 - La permission du soldat : le retour à la vie familiale à l’écart de la guerre, l’émotion pour le nouveau-né fragile et innocent « abasourdi de joie soudain devant ses minuscules poings serrés sur des songes blancs » qui ne peut grandir que dans la paix « comme une invitation au silence ». L’intimité sensuelle du couple séparé depuis longtemps « posant une main sur sa nuque, elle avoue ce manque cruel de tendresse », « il s’enivre du doux parfum de la femme poudrée ». Ellipse narrative sur la nuit : pudeur.
2 - Les traces de la guerre : le soldat vue par sa femme, marqué par la vie au front « elle le voit grand dans sa triste tenue de combat qui sent la sueur », éloge du courage « ses traits durcis », l’âpreté de sa vie là-bas » délicatesse de l’épouse « elle n’ose lui parler des privations de l’arrière, à lui qui est privé de tout, … de sa lassitude ». Amour entre les deux époux : elle lui a tricoté un pull en s’imaginant le corps de son mari, il lui retire délicatement les épingles de ses cheveux « avec l’habileté d’un chercheur de poux ». La guerre semble très lointaine dans la chambre conjugale mais en réalité elle est toujours présente dans les pensées ou les gestes.
3 - L’héroïsation du soldat : L’enfant lui donne le goût de la vie et du combat « un formidable sentiment d’invulnérabilité », « sûr comme un danseur de l’esprit de passer à travers la mitraille ». Émile prend pour modèle le mythe napoléonien. Dérision : effet d’une coïncidence de dates, le « 2 décembre » naissance de Rémi. Mort d’Émile au front « ultime baiser » et grandeur épique. Illusion d’Émile, mais le texte redonne au soldat de la guerre des tranchées un héroïsme réaliste par son sacrifice et sa dignité humaine.
Problématique du corpus : Quels regards les romanciers contemporains portent-ils sur la première guerre mondiale ?

Le roman Les Champs d’honneurs a reçu le prix Goncourt en 1990. Il montre le poids du traumatisme de la guerre qui se répercute sur une famille pendant tout le XXe siècle. La mémoire de la mort des jeunes frères marquent à jamais le « roman familial » bâti sur cette tragédie originelle.

Fin de séquence :
Question sur corpus : En quoi le personnage du soldat est-il représenté comme le héros de la guerre de 14-18 ?
Quelques indications pour répondre :

  • L’omniprésence de la guerre et de la mort : vocabulaire dans tous les extraits

  • Le personnage du soldat est central :

- Rouaud et Claudel : des soldats à l’écart de la guerre mais qui en conservent les traces. Traumatismes, difficulté à revenir parmi les siens.

- Gaudé, Échenoz : Des soldats au front. Le blessé et son sauveur, le quotidien banal du soldat.

  • Les valeurs héroïques :

- Le soldat courageux, Rouaud, Gaudé, Claudel

- La fraternité des soldats au combat, Gaudé, Claudel

- Les soldats sacrifiés, critique, distance satirique, Échenoz, Claudel, Rouaud

Conclusion : Le soldat de la guerre de 14, un héros modeste et glorieux. Hommage rendu à la grandeur du sacrifice de la jeunesse par les romanciers et dénonciation indirecte de la folie meurtrière des dirigeants.

Cet épisode de l’histoire qui inspire les romanciers aujourd’hui ne cessent d’interroger sur l’humanité confrontée à l’extrême violence de la destruction. Il est impossible de rester indifférent à tous ces jeunes morts dont les noms s’inscrivent sur les monuments et rappellent parfois les deuils successifs d’une même famille.
Jean Rouaud, Les Champs d’honneur, 1990, (Les Éditions de Minuit, pages 157 à 159)

Un an plus tard, c’était au tour d’Émile. Cette année d’écart aura séparé les deux frères sur l’interminable liste du monument aux morts : Joseph dans la colonne des victimes de 1916, Émile dans celle de 17, comme exilés l’un de l’autre, au point que leur parenté, pour le curieux qui note l’homonymie, semble s’affaiblir en un simple cousinage –alors que leurs deux noms accolés les auraient réunis dans la mort, vision de deux frères tombés côte à côte, balayés par la même explosion, définitivement jumelés par le souvenir. Cette seconde mort, sur laquelle elle n’avait plus que ses larmes à verser, Marie*en partage la douleur avec Mathilde**, la jeune veuve, mère du petit Rémi que son père découvre lors de sa courte permission accordée pour la naissance de l’enfant. Entrant en tenue de soldat dans la chambre, à la tombée de la nuit, il s’approche sans bruit du berceau, se penche avec précaution pour ne pas verser sur cette petite chose endormie les tumultes de la guerre- abasourdi de joie soudain par ses minuscules poings serrés sur des songes blancs, ses cheveux d’ange, le trait finement ourlé de ses yeux clos, le réseau transparent de ses veines, l’inexprimable fraîcheur de son souffle qui trace sur la main meurtrie d’Émile comme une invitation au silence. Soulevant le voile de mousseline, Mathilde présente son œuvre à son grand homme. Car elle le voit grand dans sa triste tenue de combat qui sent la sueur, la poussière, l’infortune des armes. Elle lit dans ses traits durcis, dans les plis inédits de son visage autour de sa bouche et sur son front, l’âpreté de sa vie là-bas, ce courage permanent qu’il puise dans ses entrailles. Elle n’ose lui parler des privations de l’arrière, à lui qui est privé de tout, des rudes tâches d’homme à accomplir, des décisions à prendre seule, de sa lassitude, de ce Noël insipide sans lui, de la petite crèche malgré tout sur la commode avec son papier d’emballage qui imite la montagne et fait de ce coin de Palestine une espèce de site magdalénien. Elle se sent pleine de reconnaissance et de pitié. Posant une main sur sa nuque, elle avoue ce manque cruel de tendresse qu’il partage avec elle, tandis que, levant la tête du berceau, il s’enivre du doux parfum de la femme poudrée. Elle a tellement attendu qu’elle n’est plus certaine de reconnaître en cet homme celui dont elle guettait désespérément le retour. Elle se demande maintenant à le contempler près d’elle si elle n’a pas vu trop grand pour son tricot, quand elle essayait, en refermant ses bras sur elle dans une étreinte fictive, d’évaluer de mémoire le torse de son mari, avec cet emplacement pour poser sa tête à elle, ce creux tout exprès contre l’épaule qu’elle cherche de son front à présent pendant qu’il retire une à une les épingles de ses cheveux avec l’habileté d’un chercheur de poux, les déposant sur la table de chevet où elle saura les retrouver demain matin pour sa toilette, après qu’il lui aura passé l’enfant qui se réveille et pleure jusqu’à ce que, couché sur sa mère, il se mette à téter goulûment, des larmes de lait coulant de sa bouche. Une fois rassasié, son père l’élèvera très haut à bout de bras dans le pâle rayon du jour, au risque d’une envolée blanche qui tachera l’uniforme de drap bleu étalé sur la chaise. Mais Émile n’en a cure. Il éprouve désormais un formidable sentiment d’invulnérabilité pour les combats à venir, sûr, comme un danseur de l’esprit de passer à travers la mitraille, bardé du souvenir de cet enfant victorieux, né un 2 décembre, jour commémoratif d’Austerlitz et du Sacre, un signe d’on ne savait trop quoi mais que Rémi ne manquait jamais de rappeler à chaque anniversaire, se saupoudrant au passage d’un peu de poussière d’empire, si bien qu’à force l’ultime baiser d’Émile à son fils, avant de repartir au front et d’y mourir s’est confondu avec les adieux de Fontainebleau dans une chambre tapissée d’abeilles.
* Marie est la sœur de Joseph et d’Émile

**Mathilde est l’épouse d’Émile

Laurent Gaudé, Cris, 2001 (Actes Sud Babel, pages 114-116)

Dans le roman, les personnages prennent la parole à tour de rôle si bien que le texte peut évoquer une pièce de théâtre. Ce sont les voix des soldats qui racontent et commentent les événements. L’escouade composée de Quentin, Ripoll, Dermoncourt, Castellac, Messard et Barboni a reçu l’ordre de lancer une offensive vers les lignes ennemies. Les soldats gagnent du terrain puis s’emparent d’une tranchée allemande. Aussitôt un ordre de repli vers les lignes françaises est donné alors que se prépare l’attaque allemande. La riposte est terrible. M’Bossolo, un soldat africain ramène sur son dos les blessés restés sur le champ de bataille.

M’BOSSOLO

Tu te demandes où tu vas et qui te parle. Je suis M’Bossolo, camarade. Tu reviens à toi. Je sens ton corps qui s’agite sur moi. C’est bien. Accroche-toi. Mais reste calme. Ne me fais pas glisser. Je n’aurais pas la force de me relever. Tu es mon frère, camarade. Je te ramènerai à toi.

RIPOLL

Mes yeux clignent. Et la nuit profonde est coupée d’éclairs. Je retrouve la tourmente du front, le temps de quelques secondes. Puis je la reperds. Je vois des hommes, que je ne peux compter, je les vois s’agiter autour de moi, ils parlent parfois, mais je ne comprends pas ce qu’ils disent. Je vois des hommes et ce sont les hommes de la nuit. Ils m’ont agrippé et me traînent, je vois leur peau brûlée tout entière, leur peau lisse et noire, plus sombre que la boue. Et je me demande ce qu’ils attendent de moi. Ce sont peut-être les ombres chargées de porter mon corps jusqu’au cœur de la terre. Je voudrais leur demander, mais je sais que je n’ai pas cette force et je n’essaie même pas. Je me laisse porter par les ombres de la terre, j’appartiens au cortège des damnés.

LE MÉDECIN

Les nôtres ont décidés de faire tomber sur les positions ennemies une pluie d’obus. Avec ce qu’il nous reste. Pour stabiliser le front. Et pour que nous puissions aller chercher nos blessés. Le déluge de métal reprend. Mais sur le continent d’en face. Un régiment d’Africains est venu en renfort. Nous avons vu arriver cette aide improbable et nous sommes restés bouche bée devant ces hommes venus de nulle part qui avaient encore la force de plonger dans la tourmente pour aller chercher nos blessés.

RIPOLL

Un homme me porte sur son dos. Il a dit son nom. Il le répète plusieurs fois. Il dit, « Je suis M’Bossolo. » Il me parle, je crois. Voix chaude qui coule sur mes plaies. Je n’ai pas la force de répondre. Mais ne cesse pas de parler, camarade. Parle-moi. Je comprends, entre deux syncopes, je comprends que les hommes de la nuit me ramènent.

M’BOSSOLO

Ne pense plus à tes frères, camarade. Ne pense plus à rien. Je suis infatigable. Je vais te porter jusqu’au bout. Rien ne nous arrêtera.

RIPOLL

Je te sens souffler sous mon poids. Mais tu ne m’abandonnes pas. Tu me ramènes. Je sens parfois un de tes compagnons qui propose de te remplacer mais tu ne veux pas. Tu veux aller jusqu’au bout. Me porter jusqu’au bout. Nous avançons. Je n’ai pas la force de te dire merci. Mais nous sommes frères, M’Bossolo. Ne t’arrête pas. Ne me pose à terre que lorsque nous serons arrivés sur ton continent à toi. Je me laisse porter sur ton dos. Je flotte sur une colonne d’hommes épuisés. Pauvre humanité en marche qui porte ses blessés comme des divinités de bois. Laissez passer la procession des morts. Laissez passer M’Bossolo qui se tord sous mon poids. Laissez passer les hommes au visage noirci d’effroi.

Philippe Claudel

Trois petites histoires de jouets, « Mains et merveilles », 2004 (Le livre de poche, pages 53-54)

Le personnage principal :

Firmin Vouge, célibataire, trente ans. Il est tourneur dans une fabrique de jouets en bois. Il aime dessiner dans un carnet des croquis de nouveaux modèles qu’il met ensuite au point.

Firmin Vouge part à la guerre en août 1914, il revient au village en 1919, mutilé : il a perdu ses deux bras amputés à la hauteur de l’épaule.

Par humanité les ouvriers de l’atelier viennent le chercher pour qu’il retrouve sa place, mais bien vite l’infirme lasse ses collègues. Il s’exclut de la société des hommes, par honte de lui-même et se réfugie dans le rêve où il peut à nouveau concevoir des jouets pour les enfants.

Lorsqu’il sortait de la maison, c’était toujours à de curieux moments, où il savait qu’il ne rencontrerait personne. Par des chaleurs suffocantes, des pluies drues comme des blés verts, des aubes glacées. Il marchait vite, la tête baissée, frôlant les murs des enclos et ceux des maisons, s’abrutissant de son pas rapide, trébuchant parfois, perdant l’équilibre qu’aucun balancier ne pouvait plus rétablir. Souvent, il s’enfonçait dans les bois proches, allant en dehors des sentiers et des places où jadis il coupait les branches dont il avait besoin. Il allait dans la forêt comme pour s’y perdre, comme on va à l’aveugle en espérant ne plus jamais retrouver son chemin. Il marchait ainsi, des heures, épuisant son souffle, ses pensées, les lueurs qui lui traversaient l’esprit, dans le fol souci de soudain, et brutalement, s’évanouir dans l’air, n’être plus rien.

Parfois, dans le village, il venait près du tout nouveau monument que le conseil municipal avait fait ériger. Un poilu en fonte regardait le ciel, la jambe gauche fléchie, l’autre tendue en arrière, tenant dans sa main droite son fusil tandis qu’à son côté un coq aux plumes insolentes se dressait sur ses ergots. Le nom du village était écrit en lettres d’or, suivi de la phrase « à ses enfants tombés au champ d’honneur ». Ce n’était pas un champ, pensait Firmin, c’était un bourbier, une abomination, l’envers de la vie. Dans un champ l’herbe pousse, et le blé. Là-bas, rien ne poussait, tout disparaissait dans la terre, les hommes, les mots, les joies. L’envie de cracher sur la phrase lui venait, mais il ne le faisait pas, car, au-dessous, les noms de ceux qui n’étaient jamais revenus s’alignaient, en lettres d’or également. Firmin les disait à haute voix, et pour chacun d’eux, lui revenaient des regards, des gestes qu’ils avaient eus.

Il aurait aimé que le sien fût gravé à côté des leurs.

Jean Echenoz, 14, 2012 (Les Éditions de Minuit, pages 71 à 74)

Anthime Sèze est le personnage principal du roman. Il a 23 ans, il est comptable dans une usine de chaussures. En août 14, il quitte sa Vendée natale avec trois de ses amis d’enfance « camarades de pêche et de café » : Bossis, Arcenel et Padioleau. Il rejoint l’infanterie sur le front de l’Est. Il a un frère aîné, Charles, qui le méprise. Grâce à des relations haut placées, Charles échappe à l’infanterie réputée dangereuse et se retrouve dans l’aviation nouvellement utilisée à des fins militaires, mais son avion s’écrase en Champagne-Ardennes.

De fait, Anthime s’est adapté. Ne se fût-il pas adapté, d’ailleurs, eût-il montré du mal à supporter les choses et voulu le faire savoir, la censure du courrier n’aidait pas trop à ce qu’on se plaignît. Oui, Anthime s’est plutôt vite fait aux travaux quotidiens de nettoyage, de terrassement, de chargement et de transport de matériaux, aux séjours en tranchée, aux relèves nocturnes et aux jours de repos. Ceux-ci n’en avaient d’ailleurs que le nom, consistant en exercices, instructions, manœuvres, vaccins anti-typhoïdiques, douches quand tout allait bien, défilés, prises d’armes et cérémonies – remise d’une croix de guerre inventée depuis six mois ou par exemple, ces derniers jours dans la section, citation décernée à un sergent-major pour sa constance au front malgré ses rhumatismes. Anthime s’est également habitué aux déplacements, aux changements de tenues et surtout aux autres.

Les autres étaient, pour l’essentiel mais pas seulement, des paysans, ouvriers agricoles, artisans ou façonniers de base, population plutôt prolétarienne où ceux qui savent lire, écrire et compter comme Anthime Sèze n’étaient pas en majorité, pouvant servir dès lors à rédiger le courrier des camarades et leur lire celui qu’ils recevaient. Les nouvelles arrivées étaient ensuite transmises à qui voulait entendre, ce dont Anthime s’est abstenu en apprenant la mort de Charles, ne s’en ouvrant qu’à Bossis, Arcenel et Padioleau – ces quatre se débrouillant au demeurant toujours, nonobstant les mouvements de troupes, pour n’être jamais trop loin les uns des autres.

Quant aux changements de tenue, c’est au printemps qu’on a touché de nouvelles capotes bleu clair, seyantes sous le soleil revenu, le pantalon rouge trop criard ayant quant à lui presque disparu, soit qu’on le recouvrît d’une salopette bleue, soit qu’on le remplaçât par un pantalon de velours. Côté accessoires défensifs, on avait reçu des cervelières, calotte en acier qui vous enveloppaient le crâne et qu’on devait porter sous la basane* du képi, puis quelques semaines plus tard, en mai, signe qu’une innovation technique peu réjouissante se profilait, ont été distribuées des protections individuelles - baillons et lunette en mica – contre les gaz de combat pendant qu’on bivouaquait dans un pré.

Inconfortable et qui glissait tout le temps, sans parler des migraines provoquées, la cervelière n’a pas connu un franc succès : on a de plus en plus omis de la porter, ne l’utilisant bientôt qu’à des fins culinaires, pour se faire cuire un œuf ou comme assiette à soupe d’appoint. C’est dans les premiers jours de septembre, après les Ardennes et la Somme, lorsque la compagnie s’est déplacée vers la Champagne, qu’on a remplacé cette calotte par un casque censé protéger l’homme plus sérieusement, mais dont les modèles initiaux étaient peints en bleu brillant. Quand on les a coiffés, on s’est d’abord bien amusés de ne plus se reconnaître tant ils étaient couvrants. Quand ça n’a plus fait rire personne et qu’il est apparu que les reflets du soleil produisaient sur ce bleu d’attrayantes cibles, on les a enduits de boue comme on avait fait l’an passé pour les gamelles. Quelle que fût en tout cas la couleur de ce casque, on n’a pas été mécontents de l’avoir sur la tête pendant l’offensive de l’automne. Il y a notamment eu, fin octobre, une journée difficile pendant laquelle il n’a pas été de trop. (*basane : peau de mouton servant en maroquinerie)

similaire:

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Ce document pédagogique a été préparé par Madame Christèle dufour,...

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Ce sujet d’eaf est proposé par Mme Florence bras-charavin et Mme...
«la langue est dans le poème une affaire de tropes, d’images, de métaphores, c’est-à-dire un vaste système de transferts, de transports...

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne...
...

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Cette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne...
...

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Séquence proposée dans le cadre de la refondation des langues et...
«Mieux lire et comprendre le monde d’aujourd’hui à la lumière des textes anciens» des

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Ce devoir type eaf a été élaboré par Christian ferre, agrégé de Lettres...

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Ce travail sur la poésie de Rimbaud a été réalisé par Mme Stéphanie...
«clefs» de lecture possibles : le titre du poème, polysémique; le titre du recueil (Illuminations), polysémique lui aussi; la dernière...

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Cette séquence a été réalisée par Mme dardalhon, professeur certifié...

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Cette séquence a été réalisée par Mme Vicky ponza dimitriou, professeur...

Séquence proposée par Mme Florence Charravin, professeure agrégée au lycée Aubanel d\Cette séquence a été réalisée par M. Carlos guerreiro, Certifié de...
«type» ou la visée symbolique du passage entrent en tension avec la représentation de la stricte réalité





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com