Toi qui es ardente et nue





télécharger 58.16 Kb.
titreToi qui es ardente et nue
date de publication29.04.2017
taille58.16 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > économie > Documentos
Liberté - Libertat


La Liberté

Toi qui es ardente et nue,

Toi qui tiens les poings sur tes hanches,

Toi qui as une voix de clairon,

Sonne aujourd’hui à pleins poumons,

Oh! Bonne muse

Tu es la muse des pauvres gens,

Ton visage est noir de fumée,

Tes yeux sentent la fusillade

Tu es une fleur de barricade

Tu es la Vénus.

Des affamés tu es la maîtresse,

De ceux qui n’ont pas de chemise,

Les sans-lit, les sans-pain,

Les geux qui vont sans souliers,

Ont tes caresses.

Mais les autres te déplaisent,

Les gros nantis et leur famille,

Les ennemis des pauvres gens,

Car ton nom, ô sainte fille,

Est Liberté

Ô Liberté, comme tu es belle

Tes yeux brillent comme des éclairs,

Et tu croises, libre de de tout mal,

Tes bras puissants comme des haches,

Sur ta poitrine.

Mais ensuite, tu dis des mots rugueux,

Toi plus douce que les étoiles,

Et tu nous troubles, ô ma belle,

Quand nous embrassons en fermant les paupières

Tes pieds nus.

Toi qui es puissante et rude

Toi qui brilles dans les rayons

Toi qui as une voix de clairon

Aujourd’hui appellee appelle à pleins poumons

L’heure est venue.
La Libertat

Tu que siás arderosa e nusa
Tu qu'as sus leis ancas tei ponhs
Tu qu'as una votz de cleron
Uei sòna sòna a plens paumons
Ò bòna musa.

Siás la musa dei paurei gus
Ta cara es negra de fumada
Teis uelhs senton la fusilhada
Siás una flor de barricada
Siás la Venús.

Dei mòrts de fam siás la mestressa,
D'aquelei qu'an ges de camiá
Lei sensa pan, lei sensa liech
Lei gus que van sensa soliers
An tei careças.

Mai leis autrei ti fan rotar,
Lei gròs cacans 'mbé sei familhas
Leis enemics de la paurilha
Car ton nom tu, ò santa filha
Es Libertat.

Ò Libertat coma siás bèla
Teis uelhs brilhan coma d'ulhauç
E croses, liures de tot mau,
Tei braç fòrts coma de destraus
Sus tei mamèlas.

Mai puei, perfés diés de mòts raucs
Tu pus doça que leis estelas
E nos treboles ò ma bela
Quand baisam clinant lei parpèlas
Tei pès descauç.

Tu que siás poderosa e ruda
Tu que luses dins lei raions
Tu qu'as una vòtz de cleron
Uei sòna sòna a plens paumons
L'ora es venguda.

La libertat est un poème de Joachim Gasquet, dit Jean Clozel, paru sous le titre Cançon de nèrvi, dans le journal marseillais La Sartan du 6 de février 1892. 

Ecouter : http://pedagogie.ac-toulouse.fr/langues-vivantes/IMG/mp3/La_libertat.mp3

mis en musique par Manu Théron, interprété par Lo Còr dau Lamparo.

CLOZEL. LA LIBERTAT. La violence de ce poème, publié vingt ans après la Commune, ne peut qu’interroger. En 1892, alors que les peurs et les haines sont loin d’être éteintes, mais que la vie démocratique de la République semble pouvoir, sinon dépasser les antagonismes, à tout le moins empêcher qu’ils ne dégénèrent en guerre civile, faut-il placer l’imprécation de Clozel au rayon des songes éveillés, sans vraies retombées militantes ? Mais d’abord, qu’en est-il de l’auteur de ce texte puissant ? Ce Clozel, dont les commentateurs de la chanson disaient ne rien savoir, vient d’être identifié par Philippe Martel. Il s’agit du poète et critique d’art (ami de Cézanne, aixois comme lui) Joachim Gasquet (1873-1921).

En 1892, Gasquet est, comme bien d’autres artistes et publicistes amoureux de la langue d’Oc, sensibilisé aux idées fédéralistes et quelque peu socialistes ou libertaires. Le souvenir de la Commune, quelque vingt ans à peine, est salué avec respect dans ces milieux, tout comme il vient de l’avoir été dans l’entourage du Général Boulanger…

Époque de confusions idéologiques, dont Gasquet se dégage à sa façon en faisant chanter sa Liberté par un déclassé marseillais, un pâle voyou : dans son titre, « Cançon de nervi », passe toute la distance sociologique et la délectation esthétique de la mise en scène, sincère sans doute.

René Merle. Agrégé d'histoire, docteur ès lettres, chroniqueur et romancier.

http://rene.merle.charles.antonin.over-blog.com/article-clozel-la-libertat-83582701.html

file:liberté.jpg
La Libertat guidant lo pòble per Eugène Delacroix (1830) (Musèu del Lovre, Lens).

Cançon - Chanson

Libertat

Libertat dins tos uòlhs, i a d'aucèls sus la branca,
Coma dos rossinhòls escapats de la gàbia.

En clau de sol te contarai l'umanitat, son impoténcia
E las causas que te dirai seràn color de ma violéncia.

En clau de fam te cantarai coma ai talent de te conéisser,
Coma ai set de tu mai que mai, escota un cant d'amor va nàisser.

En clau de mut me calarai, val melhor qu'una parladissa
Apréner a regardar la mar, la ràbia al còr, coma aquela èrsa.

Paraulas e musica : Patric

Traduction:
Liberté dans tes yeux, il y a des oiseaux sur la branche,

Comme deux rossignols échappés de leur cage
En clef de seul* je te raconterai l’humanité, son impuissance

Et ce que je te dirai sera couleur de ma violence
En clef de faim* je chanterai comme j’ai faim de te connaître

Comme j’ai soif de toi, écoute, un chant d’amour va naitre
En clef de muet* je me tairai, il vaut mieux à la place d’un long discours

Apprendre à regarder la mer, la rage au cœur comme cette vague

*En occitan, la prononciation de “clef de seul, de faim, de muet” se rapproche de clef de sol, de fa et d’ut.

Fada republicana
(F. Ridel, S. Attard / F. Ridel, S. Attard)


 

http://moussut.ohaime.com/images/vignettes/vignetteart12.jpg

Ma fada es polida,
Leis nòvas son marridas,
Lei temps son pas fachs
Per la beutat.
Estèla rapida,
Vòla l’escarida
Deis apassionats
De la libertat.

Pichoneta,
Ma fada republicana.
Pichoneta,
Dins son engenh bronzinant.
Pichoneta,
Mosca dins la nivolada.
Pichoneta,
A perseguir lei mechants.


La vida es crudèla,
Ma fada es rebèla,
Segur, l’a jurat
Non passaràn pas !
Coifada a la Loisa,
La boca enrogida
Coma au cinemà,
La bèla se’n va.

Quand tot si negreja,
Ma fada voleja,
Encara a batalhar,
Per tot solelhar
Sota l’arc de seda.
Per sautar la cleda,
Vendrà aterrar
E m’anar cercar.




Ma fée est jolie,
Les nouvelles sont mauvaises,
Les temps ne sont pas faits
Pour la beauté.
Étoile rapide,
Vole la chérie
Des passionnés
De la liberté.


Petite,
Ma fée républicaine.
Petite,
Dans son engin bourdonnant.
Petite,
Mouche dans les nuages.
Petite,
Poursuivant les méchants.


La vie est cruelle,
Ma fée est rebelle,
C’est sûr, elle l’a juré
Ils ne passeront pas !
Coiffée à la Louise,
La bouche rougie
Comme au cinéma,
La belle s’en va.

Quand tout se noircit,
Ma fée volette,
Encore en train de batailler,
Pour tout ensoleiller
Sous l’arc-en-ciel.
Pour sauter les barrières,
Elle viendra atterrir
Et ira me chercher.


Cançon - Chanson

Moussu T e lei jovents. Disque artemisplage 12 . http://moussut.ohaime.com/discographie.php

Ecouter un extrait: http://pedagogie.ac-toulouse.fr/langues-vivantes/IMG/mp3/Ma_fada_republicana.mp3

http://moussut.ohaime.com/images/discographie_artemis.jpg

Cant d'alegria. Ode à la joie http://europa.eu/about-eu/basic-information/symbols/images/flag_yellow_low.jpg





Cant d'alegria

Cantem los qu’après las guèrras
An sabut bastir la patz,
E avalit las termièras,
Las parets, los barbelats.
Que sauvaram la nosta tèrra,
Si nos volem téner la man,
E trobar la fe navèra
Qui nse miarà tà doman.

Tà deféner la frairèra,
Tant d’òmis que son tombats,
Mes au miei de la horrèra,
Autes que se son quilhats.
Seguim los sus aquera via,
Qu’avem au còr l’esper navèth,
De véder paréisher l’auba,
L’auba d’un monde mei bèth.

Que tots los pòbles s’amassen,
Tà servar la libertat,
E que shens pausa caminen
De cap tà l’egalitat.
Ajudem-los dia après dia,
B’ei aquiu lo noste dever,
E cantem dab alegria
La patz, l’amor e l’esper.


Chant d'allégresse
Chantons ceux qui après les guerres

Ont su bâtir la paix

Et effacer les frontiers

Les murs, les barbelés.

Nous sauverons notre terre

Si nous voulons nous tenir la main

Et trouver la foi nouvelle

Qui nous conduira à demain
Pour defender la fraternité

Tant d’hommes sont tombés

Mais au milieu de la multitude

D’autres se sont levés.

Suivons-les sur cette voie.

Nous avons au Coeur l’espoir nouveau

De voir paraître l’aube,

L’aube d’un monde plus beau.
Que tous les peuples se rassemblent

Pour conserver la liberté,

Et que sans arrêt ils marchent

Vers l’egalité.

Aidons-les jour après jour.

C’est bien là notre devoir,

Et chantons avec allégresse

La paix, l’amour et l’espoir.

Paraulas de Maurici Romieu, musica de Ludwig van Beethoven. Imne europèu

Ecouter dans :

http://www.paraulas.net/musica/images/disques/nadau_encompanhia.jpg
http://grooveshark.com/#!/search/song?q=Nadau+Cant+d%27alegria

Cridarai






Cridarai

M'ajudèsse lo vent e son bufar de farga
De sas èrsas iretjas m'ajudèsse la mar
Cridarai

Tant qu'aurai una votz
E quicòm dins mon pitre
Cridarai

A me'n faire petar la carn de la garganta
A me'n faire gisclar la sang dins un crit baug
Cridarai

Coma un òme tancat per agaitar l'asuèlh
Un òme desliurat del pes de sas cadenas
Qu'an fargat los reis fòls e los barons sagnoses
E los monges enrogits del rebat del brasàs
Ont cremèron vivents mos fraires del passat
Qu'avián cantat l'amor e l'amistat umana
E manjat lo pan blanc pastat de libertat
Cridarai, cridarai
Cridarai, cridarai !

Paraulas e musica : Claudi Martí. 1969


Je crierai
Puisse m’aider le vent et son souffler de forge

De ses vagues hérétiques puisse m’aider la mer

Je crierai
Tant que j’aurai une voix

Et quelque chose dans ma poitrine

Je crierai
À en faire éclater la chair de ma gorge

À en faire jaillir mon sang dans un cri fou

Je crierai
Comme un homme immobile regardant l’horizon

Un homme libéré du poids de ses chaînes

Qu’ont forgé les rois fous et les barons sanglants

Et les moines rougis des reflets du brasier

Où brulèrent vifs mes frères du passé

Qui avaient chanté l’amour et l’amitié humaine

Et mangé le pain blanc pétri de liberté
Je crierai
Paroles et musique : Claude Marti. 1969

http://www.paraulas.net/musica/images/disques/marti_2.jpg

http://www.paraulas.net/musica/cancon.php?cl=3046&PHPSESSID=f02c34f7c07f0228f4d2c7e85386678c

« Es sus la talvera qu’es la libertat ». Un poèma de Joan Bodon
C’est sur la lisière qu’est la liberté. Un poème de Jean Boudou

La Talvera


Es sus la talvèra qu’es la libertat,
La mòrt que t’espèra garda la vertat.

Cal sègre l’orièira, lo cròs del valat,
Grana la misèria quand florís lo blat…
Es sus la talvèra qu’es la libertat…
Per passar l’encisa te revires pas :
D’autan o de bisa pren lo vent sul nas,  
Una pèira lisa, l’avenc es al ras.
Ont la sèrp anisa se fondrà lo glaç.  

Per passar l’encisa te revires pas.
Estelas sens luna ne veirem la fin :

Ne perdrem pas una, cercam lo camin..
Lo cèl tot s’engruna del ser al matin,
La bèstia feruna pudís lo canin…

Estelas sens luna ne veirem la fin. 
Fraire contra fraire tiram lo cotèl :
Enfant de ta maire que val la tia pèl ?
La miá val pas gaire : un espet de fèl.

Quin aucèl becaire nos picarà l’uèlh ?

Fraire contra fraire tiram lo cotèl. 
Es sus la talvèra qu’es la libertat. 

D’orièira en orièira porta la vertat.

La vida t’espèra de cròs en valat :
Bolís la misèria quand grana lo blat.

Es sus la talvèra qu’es la libertat…
Joan Bodon

La « lisière »*


C’est sur la lisière qu’est la liberté,

La mort qui t’attend garde la vérité.
Il faut suivre la bordure, le creux du fossé


Graine la misère quand fleurit le blé.

C’est sur la lisière qu’est la liberté.
Pour passer le col, ne te retourne pas :
Vent d’autan ou bise, le vent te giflera,


Une pierre glisse, le gouffre est en bas

Où le serpent niche, la glace fondra.
Pour passer le col, ne te retourne pas.

Étoiles sans lune, on en verra la fin.
On n’en perdra pas une, on cherche le chemin.


Le ciel entier se morcelle, du soir au matin,

La bête sauvage pue le chien…
Étoiles sans lune, on en verra la fin.

Frère contre frère, on sort le couteau :

Enfant de ta mère, que vaut donc ta peau ?

La mienne ne vaut pas grand chose : un peu de fiel.
Quel oiseau rapace nous crèvera les yeux ?
Frère contre frère, on sort le couteau.

C’est sur la lisière qu’est la liberté,
D’orée en orée va la vérité.


La vie t’attend, de combe en vallée :
La misère bout quand graine le blé.
C’est sur la lisière qu’est la liberté.


*La talvera est le bord du champ non cultivé qui sert à laisser tourner le tracteur lors du labour. Synonymes occitans : aurièra, contornièra. Français : chaintre



Joan Bodon est avec Max Roqueta, Bernat Manciet ,Robèrt Lafont ou Marcelle Delpastre un des auteurs majeurs de la literature occitane du XXème siècle.
Joan Bodon en occitan: http://oc.wikipedia.org/wiki/Joan_Bodon

Joan Bodon en français: http://fr.wikipedia.org/wiki/Joan_Bodon

La devisa republicana. Auguste Fourès





La devisa republicana
Al temps d'en primièr, quand la bèstia faleta
monarcava sus tot per la ferocitat,
s'enlairèt vitament una gaia lauseta
e d'aquel vòl ardit nasquèt la libertat.

Un jorn dos mainatjons, dins lor breça mofleta,
dos fruches de l'onor de la maternitat
faguèron en risent se fregar lor boqueta
e lor cant de potons faguèt fraternitat.

Quand l'òme aurà vencut totas las tiranias,
lo dreit fèrme a son punt, gardant la veritat
e per totjorn plan luènh de l'ambicion cobesa,
veirem coma un solelh lusir l'egalitat.
Auguste Fourès


La devise républicaine
Dans le premier temps, quand la bête fauve

Régnait en monarque sur tout par la férocité

S’envola promptement une gaie alouette

Et de ce vol hardi naquit la liberté.

Un jour, deux jeunes enfants, dans leur berceau douillet, deux fruits ,honneur de la maternité

Firent se toucher leurs lèvres en riant

Et leur chant de baisers devint fraternité

Quand l’homme aura vaincu toutes les tyrannies

Le droit ferme à point, gardant la vérité

Et pour toujours éloigné de l’ambicion cupide

Nous verrons comme un soleil briller l’égalité.



Auguste Fourès (1848-1891) est un écrivain et poète français d'expression française et occitane.

http://www.larousse.fr/encyclopedie/litterature/Four%C3%A8s/173372

Poème mis en musique par le groupe Du Bartàs



http://www.paraulas.net/ztalhiercant/cancon/cancon_devisa.php

Òda a la Libertat,

per M. Ferran, notari, president de la Societat dels Amics de la Constitucion seenta a Fronton … legida pel el-mèma dins la seença publica del 14 julhet 1791…



orthographe d’époque :

Odo a la Libertat, per M. Ferran, noutari, presiden de la Soucietat des Amics de la Constitutiou seento à Fronton ... legido pel el-mêmo dins la seenco publiquo del 14 juillet 1791…

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/ark:/74899/B315556101_RD18_0519

Quin plaser quand es plantat l’arbre de la libertat!

f:\ressources\istòria cultura\arbre de la libertat 1.jpg


Chanson patriotique à l’occasion de la plantation de l’Arbre de la liberté.

Toulouse. 19 mai 1794

Quin plaser quand es plantat

L’arbre de la Republica!

Quin plaser quand es plantat

L’arbre de la libertat!
Quel plaisir lorsqu’il est planté l’arbre de la République, l’arbre de la liberté.

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/languedoc/index/assoc/ark:/74899/B315556101_BRFAC1491.dir/doc.pdf

peladan et barsotti
Le roman historique est un des genres les plus populaires de la littérature, mais jusqu’ici peu représenté dans l’écriture occitane. Le marseillais Glaudi Barsotti et le gardois Jòrdi Peladan ont fait de l’Histoire la trame de leurs derniers romans : l’aventure républicaine de Marseille au XVIe siècle pour le premier (Lo Capitani de la Republica, ed. Lo Gai Saber), la Résistance dans les Cévennes pour le second (Al fuòc de la libertat, ed. MARPOC).
http://estivada-rodez.eu/spectacle/glaudi-barsotti-jordi-peladan-raconter-lhistoire-en-oc/

similaire:

Toi qui es ardente et nue iconDimanche 13 septembre 2015
«ouvre-toi». IL semble que Jésus ait demandé à ses apôtres : «Ouvrez-vous !» pour vous, qui suis-je ? Mais cette question, IL nous...

Toi qui es ardente et nue iconLe lyrisme comme exaltation du sentiment amoureux
«je») et l'objet («toi») crée une intimité très étroite entre «je» et «toi». L’écriture poétique permet de mettre en valeur cette...

Toi qui es ardente et nue iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«quatre petits livres d’élégies» écrites pour célébrer le séjour à Naples et l’ardente figure de la Napolitaine qu’il appelait «Elvire»...

Toi qui es ardente et nue iconNous sommes la jeunesse ardente

Toi qui es ardente et nue iconGrobianus et Grobiana : comment les femmes parlent, comment on parle...
Si un jour, au beau milieu de la rue, une connaissance à toi (peu importe de qui IL s’agit) vient à ta rencontre, pas besoin de vous...

Toi qui es ardente et nue iconLc n°1 extrait de Le rappel à l'ordre, 1926, Jean Cocteau
«voilà le rôle de la poésie. Elle dévoile, dans toute la force du terme. Elle montre nue, sous une lumière qui secoue la torpeur,...

Toi qui es ardente et nue iconÉlodie e lodie, la secrète, la mystérieuse, l’ardente

Toi qui es ardente et nue iconLa parole- textes classiques
«Fils d’homme, nourris-toi et rassasie-toi de ce volume que je te donne.» Je le mangeai et, dans ma bouche, IL fut doux comme du...

Toi qui es ardente et nue iconCommuniqué de presse Février 2016
«c’est toi que j’aime, toi seul(e) !». La rose est une reine… qu’on ne se lasse pas de mettre à l’honneur

Toi qui es ardente et nue iconCompagnie nue comme l’oeil





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com