Le printemps de Paul Bergèse





télécharger 53.22 Kb.
titreLe printemps de Paul Bergèse
date de publication22.04.2017
taille53.22 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > économie > Documentos
Quelques poèmes à passer aux élèves à l’occasion du printemps (cf. fiche Printemps des poètes pour les

actions poétiques, articles concernant l’usage poétique de la langue sur le site de la circonscription de YUTZ Ressources pédagogiques Rubrique La maîtrise de la langue française). EICH Gilles CPC YUTZ
http://lieucommun.canalblog.com/archives/une_saison_en_poesie___printemps/index.html

Le printemps de Paul Bergèse


Paul Bergèse, poète et enseignant, est un auteur contemporain pour la jeunesse.

À l’aube du printemps

À l’aube du printemps,
Comme un coucou malin,
Dans le douillet du nid
D’une grive insouciante,
Entre les œufs bleutés,
J’ai glissé mon poème
Pour qu’il sache chanter.
Et maintenant j’attends
L’éclosion avec hâte
Pour savoir si mes mots
Sauront aussi voler.

Paul Bergèse

---------------------------------

Le printemps de René-Guy Cadou


Avant-printemps

Des œufs dans la haie
Fleurit l'aubépin
Voici le retour
Des marchands forains.

Et qu'un gai soleil
Pailleté d'or fin
Eveille les bois
Du pays voisin

Est-ce le printemps
Qui cherche son nid
Sur la haute branche
Où niche la pie ?

C'est mon cœur marqué
Par d'anciennes pluies
Et ce lent cortège
D'aubes qui le suit.

René-Guy Cadou

-----------------------------------------------

Le printemps de Francis Carco


Francis Carco (1886-1958) est un écrivain, auteur des romans connus Jésus la Caille (1914) et L'homme traqué (1922, Grand Prix du roman de l'Académie française). C'est un poète (La Bohème et mon cœur, 1913), un journaliste et un parolier de chansons (Le doux caboulot, Chanson tendre ...)

C'est la première strophe de ce poème, la plus simple, qu'on propose aux classes élémentaires :

Printemps

C'est dans le ciel clair
Un sifflement d'ailes,
Les roses nouvelles
Frissonnent à l'air
Bourdonnant d'abeilles.

Le soleil léger
Caresse les feuilles.
Ah ! que tu le veuilles
Ou non, va, chargé,
Du fruit de tes veilles.

Mais sois ingénu
Comme cette brise
Qui souffle et te grise
D'un philtre inconnu !

Francis Carco, 1913 ("La Bohème et mon cœur" - Éditions Albin Michel)

------------------------------------------------------

Le printemps de Maurice Carême

Maurice Carême, instituteur belge (1899-1978) est présent dans chaque cahier de poésie des élèves de France et de Navarre (et de Belgique bien sûr).

Il nous propose deux poésies mensuelles pour débuter le printemps :

Mars

Il tombe encore des grêlons,
Mais on sait bien que c'est pour rire.
Quand les nuages se déchirent,
Le ciel écume de rayons.

Le vent caresse les bourgeons
Si longuement qu'il les fait luire.
Il tombe encore des grêlons,
Mais on sait bien que c'est pour rire.

Les fauvettes et les pinsons
Ont tant de choses à se dire
Que dans les jardins en délire
On oublie les premiers bourdons.
Il tombe encore des grêlons …

Maurice Carême ("La lanterne magique")



Avril

J'ai crié. " Avril ! "
À travers la pluie,
Le soleil a ri.

J'ai crié. " Avril ! "
Et des hirondelles
Ont bleui le ciel.
J'ai crié. " Avril ! "
Et le vert des prés
S'est tout étoilé.

J'ai crié. " Avril !
Veux-tu me donner
Un beau fiancé ? "

Mais, turlututu,
Il n 'a rien répondu.

Maurice Carême ("La lanterne magique")



Le printemps reviendra

Hé oui, je sais bien qu'il fait froid,
Que le ciel est tout de travers ;
Je sais que ni la primevère
Ni l'agneau ne sont encore là .

La terre tourne ; il reviendra,
Le printemps, sur son cheval vert.
Que ferait le bois sans pivert,
Le petit jardin sans lilas ?

Oui, tout passe, même l’hiver,
Je le sais par mon petit doigt
Que je garde toujours en l'air ...

Maurice Carême ("En sourdine")



À la rencontre du printemps

Cheveux au vent
Tambour battant,
Allons-nous-en,
A la rencontre du printemps.

Des arbres, des toits, des auvents,
Il pleut des milliers d'hirondelles.
Le soleil verse sur les champs,
De pleins paniers de fleurs nouvelles.

Cheveux au vent,
Tambour battant,
Allons-nous-en,
A la rencontre du printemps.

Prenons nos trompettes gaiement
Et sonnons la mort de l'hiver.
La terre est comme un agneau blanc
Dans les bras nus de l'univers.

Cheveux au vent,
Tambour battant,
Allons-nous-en,
A la rencontre du printemps.

Maurice Carême



Pour un peu plus tard :

Le muguet

Cloches naïves du muguet,
Carillonnez ! car voici Mai !

Sous une averse de lumière,
Les arbres chantent au verger,
Et les graines du potager
Sortent en riant de la terre.

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

Les yeux brillants, l'âme légère,
Les fillettes s'en vont au bois
Rejoindre les fées qui, déjà,
Dansent en rond sur la bruyère.

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

Maurice Carême

--------------------------------

Le printemps de Charles Cros

Les quatre saisons - Le printemps

Au printemps, c'est dans les bois nus
Qu'un jour nous nous sommes connus.

Les bourgeons poussaient vapeur verte.
L'amour fut une découverte.

Grâce aux lilas, grâce aux muguets,
De rêveurs nous devînmes gais.

Sous la glycine et le cytise,
Tous deux seuls, que faut-il qu'on dise ?

Nous n'aurions rien dit, réséda,
Sans ton parfum qui nous aida.

Charles Cros (1842-1888) ("Le coffret de santal")

------------------------------

Le printemps de Lucie Delarue-Mardrus


Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945) a écrit de nombreux poèmes, romans, contes et nouvelles ...
Elle était aussi dessinatrice, sculptrice et historienne.

Joie du printemps

Au printemps, on est un peu fou,
Toutes les fenêtres sont claires,
Les prés sont pleins de primevères,
On voit des nouveautés partout.
Oh! regarde, une branche verte!
Ses feuilles sortent de l'étui!
Une tulipe s'est ouverte...
Ce soir, il ne fera pas nuit,
Les oiseaux chantent à tue-tête,
Et tous les enfants sont contents
On dirait que c'est une fête...
Ah! que c'est joli le printemps!

Lucie Delarue-Mardrus

--------------------------------------

Le printemps de Paul Éluard


Printemps

Il y a, sur la plage, quelques flaques d'eau.
Il y a, dans les bois, des arbres fous d'oiseaux.
La neige fond dans la montagne.
Les branches des pommiers brillent de tant de fleurs
Que le pâle soleil recule.

C'est par un soir d'hiver,
Dans un monde très dur,
Que tu vis ce printemps,
Près de moi, l'innocente.

Il n'y a pas de nuit pour nous.
Rien de ce qui périt, n'a de prise sur moi
Mais je ne veux pas avoir froid.

Notre printemps est un printemps qui a raison.

Paul Éluard

--------------------------------------------------

Le printemps de Maurice Fombeure


C'est le joli printemps

C'est le joli printemps
Qui fait sortir les filles,
C'est le joli printemps
Qui fait briller le temps.

J'y vais à la fontaine,
C'est le joli printemps,
Trouver celle qui m'aime,
Celle que j'aime tant.

C'est dans le mois d'avril
Qu'on promet pour longtemps,
C'est le joli printemps,
Qui fait sortir les filles,

La fille et le galant,
Pour danser le quadrille.
C'est le joli printemps
Qui fait briller le temps.

Aussi, profitez-en,
Jeunes gens, jeunes filles;
C'est le joli printemps
Qui fait briller le temps.

Car le joli printemps,
C'est le temps d'une aiguille.
Car le joli printemps
Ne dure pas longtemps.

Maurice Fombeure ("À dos d'oiseau"  Gallimard - 1971)

-------------------------------------------

Au printemps

Regardez les branches
Comme elles sont blanches !
Il neige des fleurs.
Riant dans la pluie,
Le soleil essuie
Les saules en pleurs
Et le ciel reflète,
Dans la violette
Ses pures couleurs...
La mouche ouvre l'aile
Et la demoiselle
Aux prunelles d'or,
Au corset de guêpe
Dépliant son crêpe,
A repris l'essor.
L'eau gaîment babille,
Le goujon frétille ...
Un printemps encore !

Théophile Gautier ("Poésies" - éditions Fasquelle)

-----------------------------------------

Le printemps de Victor Hugo

Printemps

C'est la jeunesse et le matin.
Vois donc, ô ma belle farouche,
Partout des perles : dans le thym,
Dans les roses, et dans ta bouche.

L'infini n'a rien d'effrayant ;
L'azur sourit à la chaumière
Et la terre est heureuse, ayant
Confiance dans la lumière.

Quand le soir vient, le soir profond,
Les fleurs se ferment sous les branches ;
Ces petites âmes s'en vont
Au fond de leurs alcôves blanches.

Elles s'endorment, et la nuit
A beau tomber noire et glacée,
Tout ce monde des fleurs qui luit
Et qui ne vit que de rosée,

L'œillet, le jasmin, le genêt,
Le trèfle incarnat qu'avril dore,
Est tranquille, car il connaît
L'exactitude de l'aurore.

Victor Hugo (1802-1885) ("Les chansons des rues et des bois" 1865)

Puisque mai tout en fleurs dans les prés nous réclame

Puisque mai tout en fleurs dans les prés nous réclame,
Viens ! ne te lasse pas de mêler à ton âme
La campagne, les bois, les ombrages charmants,
Les larges clairs de lune au bord des flots dormants,
Le sentier qui finit où le chemin commence,
Et l'air et le printemps et l'horizon immense,
L'horizon que ce monde attache humble et joyeux
Comme une lèvre au bas de la robe des cieux !
Viens ! et que le regard des pudiques étoiles
Qui tombe sur la terre à travers tant de voiles,
Que l'arbre pénétré de parfums et de chants,
Que le souffle embrasé de midi dans les champs,
Et l'ombre et le soleil et l'onde et la verdure,
Et le rayonnement de toute la nature
Fassent épanouir, comme une double fleur,
La beauté sur ton front et l'amour dans ton cœur !

Victor Hugo ("Les chants du crépuscule")



Spectacle rassurant

Tout est lumière, tout est joie.
L'araignée au pied diligent
Attache aux tulipes de soie
Les rondes dentelles d'argent.

La frissonnante libellule
Mire les globes de ses yeux
Dans l'étang splendide où pullule
Tout un monde mystérieux.

La rose semble, rajeunie,
S'accoupler au bouton vermeil
L'oiseau chante plein d'harmonie
Dans les rameaux pleins de soleil.

Sous les bois, où tout bruit s'émousse,
Le faon craintif joue en rêvant :
Dans les verts écrins de la mousse,
Luit le scarabée, or vivant.

La lune au jour est tiède et pâle
Comme un joyeux convalescent ;
Tendre, elle ouvre ses yeux d'opale
D'où la douceur du ciel descend !

Tout vit et se pose avec grâce,
Le rayon sur le seuil ouvert,
L'ombre qui fuit sur l'eau qui passe,
Le ciel bleu sur le coteau vert !

La plaine brille, heureuse et pure;
Le bois jase ; l'herbe fleurit.
- Homme ! ne crains rien ! la nature
Sait le grand secret, et sourit.

Victor Hugo ("Les Rayons et les Ombres", 1840)



L'hirondelle au printemps

L'hirondelle au printemps cherche les vieilles tours,
Débris où n'est plus l'homme, où la vie est toujours ;
La fauvette en avril cherche, ô ma bien-aimée,
La forêt sombre et fraîche et l'épaisse ramée,
La mousse, et, dans les nœuds des branches, les doux toits
Qu'en se superposant font les feuilles des bois.
Ainsi fait l'oiseau. Nous, nous cherchons, dans la ville,
Le coin désert, l'abri solitaire et tranquille,
Le seuil qui n'a pas d'yeux obliques et méchants,
La rue où les volets sont fermés ; dans les champs,
Nous cherchons le sentier du pâtre et du poète ;
Dans les bois, la clairière inconnue et muette
Où le silence éteint les bruits lointains et sourds.
L'oiseau cache son nid, nous cachons nos amours.

Victor Hugo ("Les contemplations")

----------------------------------------------------

Le printemps d'Alphonse de Lamartine


Le moulin au printemps

Le chaume et la mousse
Verdissent les toits ;
La colombe y glousse,
L'hirondelle y boit ;

Le bras d'un platane
Et le lierre épais
Couvrent la cabane
D'une ombre de paix.

La rosée en pluie
Brille à tout rameau ;
Le rayon essuie
La poussière d'eau ;

Le vent qui secoue
Les vergers flottants,
Fait sur notre joue
Neiger le printemps.

Alphonse de Lamartine

----------------------------------------------------------

Le printemps de Pierre Menanteau


Pierre Menanteau  (1895-1992), est un auteur de contes et un poète. Il a publié de nombreux recueils et des anthologies de poésie française, pour les enfants en particulier.

Renouveau

Du mois d’avril au mois de mai
La terre se fait plus gentille.
Un joli temps de jeune fille,
tire l’aiguille, prend le dé.

Parfois un bel arc irisé
Pavoise l’averse qui brille.
Du mois d’avril au mois de mai
La terre se fait plus gentille.

La violette est dans le pré.
Dans la clairière, la jonquille
Sous l’arbre en espoir de famille
On entend le merle chanter
Du mois d’avril au mois de mai

Pierre Menanteau

-------------------------------------------------------

Le printemps de Charles d'Orléans


Le Printemps (parfois titré Rondeau)

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie                  
Et s'est vêtu de broderies,
De soleil luisant, clair et beau

Il n'y a bête, ni oiseau
Qu'en son langage ne chante ou crie
Le temps a laissé son manteau
De vent de froidure et de pluie

Rivières, fontaines et ruisseaux
Portent en livrée jolie
Gouttes d'argent, d'orfèvrerie
Chacun s'habille de nouveau

Charles d'Orléans (1391-1465) ("Rondeaux", poèmes écrits vers l'année 1450)

-------------------------------------------------

Le printemps de Pierre Reverdy


Sur un petit air

Le cœur vole vole vole
Dans les tourbillons du vent
Le cœur vole vole vole
Dans les rayons du printemps.

Le cœur vole vole vole
Dans la cage des amants
Le cœur vole vole vole
Dans l'orage et les tourments.

Puis se pose pose pose
Se pose bien sagement
Puis se pose pose pose
Entre les bras d'un enfant.

(Pierre Reverdy.1889-1960)

----------------------------------------------

Le printemps de Pierre de Ronsard


Le "Prince des poètes" (surnom donné à Paul Fort bien plus tard), Pierre de Ronsard (1524-1585) a beaucoup écrit sur l'amour de sa "mignonne" et sur le temps qui passe.

Cette poésie des quatre saisons du cœur commence aussi par le printemps :

Le printemps

En français moderne :

Le printemps n'a point tant de fleurs,
L'automne tant de raisins mûrs,
L'été tant de chaleurs halées,
L'hiver tant de froides gelées,
Ni la mer a tant de poissons,
Ni la Beauce tant de moissons,
Ni la Bretagne tant d'arènes,
Ni l'Auvergne tant de fontaines,
Ni la nuit tant de clairs flambeaux,
Ni les forêts tant de rameaux,
Que je porte au cœur, ma maîtresse,
Pour vous de peine et de tristesse. 

Pierre de Ronsard ("Les Amours")

----------------------------------

Le printemps de Claude Roy


Le Printemps

Après tout ce blanc vient le vert,
Le printemps vient après l’hiver.
Après le grand froid le soleil,

Après la neige vient le nid,
Après le noir vient le réveil,
L’ histoire n’est jamais finie.

Après tout ce blanc vient le vert,
Le printemps vient après l’hiver,
Et après la pluie le beau temps.

Claude Roy ("Farandoles et fariboles")

------------------------------------------------

Le printemps d'Emile Verhaeren

C'est la première strophe qui est généralement proposée aux élèves.

Tout ce qui vit autour de nous

Tout ce qui vit autour de nous,
Sous la douce et fragile lumière,
Herbes frêles, rameaux tendres, roses trémières,
Et l'ombre qui les frôle et le vent qui les noue,
Et les chantants et sautillants oiseaux
Qui follement s'essaiment,
Comme des grappes de joyaux
Dans le soleil,
Tout ce qui vit au beau jardin vermeil,
Ingénument, nous aime ;
Et nous,
Nous aimons tout.


Nous adorons le lys que nous voyons grandir
Et les hauts tournesols plus clairs que le Nadir
- Cercles environnés de pétales de flammes -
Brûlent, à travers leur ardeur, nos âmes.
Les fleurs les plus simples, les phlox et les lilas,
Au long des murs, parmi les pariétaires,
Croissent, pour être proches de nos pas ;
Et les herbes involontaires,
Dans le gazon où nous avons passé,
Ouvrent les yeux mouillés de leur rosée.

Et nous vivons ainsi avec les fleurs et l'herbe,
Simples et purs, ardents et exaltés,
Perdus dans notre amour, comme dans l'or, les gerbes.
Et fièrement, laissant l'impérieux été
Trouer et traverser de ses pleines clartés
Nos chairs, nos cœurs, et nos deux volontés.

Émile Verhaeren (1855-1916)  ("Les heures d'après-midi " - éditions du Mercure de France)



Le printemps jeune et bénévole

Le printemps jeune et bénévole
Qui vêt le jardin de beauté
Élucide nos voix et nos paroles
Et les trempe dans sa limpidité.
La brise et les lèvres des feuilles
Babillent, et lentement effeuillent
En nous les syllabes de leur clarté.
Mais le meilleur de nous se gare
Et fuit les mots matériels ;
Un simple et doux élan muet
Mieux que tout verbe amarre.

Émile Verhaeren (1855-1916)  ("Les heures claires")

---------------------------------------------

Le printemps de Paul Verlaine

Green

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches,
Et puis voici mon cœur, qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

J'arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue, à vos pieds reposée,
Rêve des chers instants qui la délasseront.

Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête
Toute sonore encor de vos derniers baisers ;
Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête,
Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

Paul Verlaine (1844-1896)



Impression de printemps

Il est des jours - avez-vous remarqué ? -
Où l'on se sent plus léger qu'un oiseau,
Plus jeune qu'un enfant, et, vrai ! plus gai
Que la même gaieté d'un damoiseau.

L'on se souvient sans bien se rappeler ...
Évidemment l'on rêve, et non, pourtant.
L'on semble nager et l'on croirait voler.
L'on aime ardemment sans amour cependant

Tant est léger le cœur sous le ciel clair
Et tant l'on va, sûr de soi, plein de foi
Dans les autres, que l'on trompe avec l'air
D'être plutôt trompé gentiment, soi.

La vie est bonne et l'on voudrait mourir,
Bien que n'ayant pas peur du lendemain,
Un désir indécis s'en vient fleurir,
Dirait-on, au cœur plus et moins qu'humain.

Hélas ! faut-il que meure ce bonheur ?
Meurent plutôt la vie et son tourment !
Ô dieux cléments, gardez-moi du malheur
D'à jamais perdre un moment si charmant.

Paul Verlaine

----------------------------------------

similaire:

Le printemps de Paul Bergèse iconCours / printemps des poetes 2015 realiser une anthologie poetique
«Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré» Paul Eluard

Le printemps de Paul Bergèse iconPhonographie de Paul Gilson
«Hommage à Paul Gilson», Cahiers littéraires de la rtf, n° spécial, décembre 1963, notamment Deuxième partie («Aux commandes de la...

Le printemps de Paul Bergèse iconBulletin de la Société Paul Claudel, 161 (avril 2001), p. 7-11. «L'influence...
«Les citations bibliques de Paul Claudel : quand la traduction devient méditation», Bulletin de la Société Paul Claudel, 161 (avril...

Le printemps de Paul Bergèse iconPrintemps des poètes 2016 18ème Printemps des Poètes du 5 au 20 mars

Le printemps de Paul Bergèse iconPaul gorgulov assassin de paul doumer
«Régicide et meurtre de l'homme d'État. Histoires, formes, représentations», université Paris x-nanterre, ens st-Cloud, Société pour...

Le printemps de Paul Bergèse iconSelon l’ordre du jour
«nettoyage de printemps»; elle fournit à cette occasion des sacs et des gants. Cette action qui est soutenue par l'école et qui s'intègre...

Le printemps de Paul Bergèse iconSelon l’ordre du jour
«Nettoyage de printemps»; elle fournit à cette occasion des sacs et des gants. Cette action qui est soutenue par l'école, et qui...

Le printemps de Paul Bergèse iconManuela Paul-Cavallierl L’artiste
«Le silence d’une feuille d’or comme la beauté d’une poésie fait surgir la Lumière», Manuela Paul-Cavallierl

Le printemps de Paul Bergèse iconAdresse de l'établissement : 19 av. Jean et Marcel de Fontenaille...
«campus» avec huit bâtiments répartis dans un espace ouvert et arboré. Les abords font actuellement l’objet d’une rénovation

Le printemps de Paul Bergèse iconLe printemps





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com