Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon





télécharger 395.09 Kb.
titreNote : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon
page10/10
date de publication25.04.2017
taille395.09 Kb.
typeNote
l.20-bal.com > documents > Note
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

VREMIA, Éditions

− 1 lettre (25/IX/1929) (fac-similé. et hors texte) : édition russe de Jean-Christophe, t. 1, Vrémia (Leningrad), 1930.
Élie WALACH

– [6] Lettres [1940-1951] de Romain Rolland à un combattant de la Résistance, Paris, Rodstein, 1947.


*Félix WEINGARTNER

− 2 lettres (6/II/1927 [+fac-similés.] ; 1/VI/1933) : Marc Reinhardt, « Weingartner suscite l’enthousiasme de Romain Rolland pour Beethoven », Revue musicale de Suisse romande, décembre 1988, p. 196-204.
Herbert George WELLS

− 2 lettres {1/VII/1911} : C17, p. 95-96 ; {4/X/1914} : JAG, p. 69.
Nicolaus WELTER,

– 1 lettre {5/IV/1916} : lettre présentée par Antoinette Welter, avec fac-similé.

www.cnl.public.lu/.../LettredeRomainRollandaNicolasWelter/index.html1 sept. 2014 -
Marcel WILLARD

− 1 lettre (3/III/1927) : « Correspondance de Romain Rolland avec Heinz Haeberlin (1926-1940) et Adolphe Ferrière (1915-1944) », introduite et commentée par Sven Stelling-Michaud et Janine Buenzod, in Romain Rolland, collection « Langages », Neufchâtel, La Baconnière, 1969, p. 136, n. 3.
Ronald Alfred WILSON

− 3 lettres : {29/VI/1936} : Ronald A. Wilson, The Pre-War Biographies, Londres, 1939, p. 217-9 (et C17, p. 347-9) ; {19/II/1937} : ibid., p. 219-221 ; {24/XI/1939} : JV, p. 288-290.
Thomas Wodrow WILSON

− 2 lettres : {1/X/1914} : JAG, p. 66 ; {9/XI/1918}: Le Populaire, 18/XI/1918 − JAG, p. 1645-1646 et EL, p. 338-339.
Eugen Gottlob WINKLER

− 1 lettre (s.d.) : Eugen Gottlob Winkler, Briefe 1932-1936, éditées par Walter Warnach, Karl Rauch Verlag, Bad Salzig, 1949, p. 125.
Elsa WOLFF

Fräulein Elsa, [119] Lettres de Romain Rolland à Elsa Wolff [1906-1916], présentées et annotées par René Cheval, « Cahiers Romain Rolland » n° 14, Albin Michel, 1964.
Kurt WOLFF

− 1 lettre (22/II/1922) : Kurt Wolff, Briefwechsel eines Verlegers, 1911-1963, Fisher Taschenbuch Verlag, Frankfurt/Main, 1980, p. 421; citée par Claudine Delphis, Survies d’un Juif européen, Correspondance de Paul Amann avec Romain Rolland et Jean-Richard Bloch, Leipzig, Leipziger Universität, 2010, p. 134, n. 275.
*Nicolas WOROBIOW

– 2 lettres de RR (11/XI/1938 ; 12/XII/1938) : Bernard Duchatelet « Romain Rolland et M. K. Čiurlionis », Correspondances d’érudits aux XVIIIe et XIXe Siècles. France. Pologne, Lituanie (dir. Marie-France de Palacio), Rennes, PUR, coll. « Interférences », 2014, p. 130-132. – 3 lettres (en allemand) de N. Worobiow à RR (2/XI/1938 ; 24/XI/1938 ; 9/I/1939) ont été publiées en traduction française par Bernard Duchatelet et Siegrun Barat : « À propos de M. K. Čiurlionis, trois lettres de Nikolaï Worobiow à Romain Rolland », Cahiers lituaniens, n° 12 (automne 2013), p. 43-48.
Maurice WULLENS

− 8 lettres (ou extraits) : Les Humbles : {3/XI/1916}, décembre 1916 ; {13/VI/1917}, décembre 1917, p. 49 ; {25/V/1924}, juin-août 1927, p. 83 ; {s.d. [1925]}, avril 1925 ; {s.d. [1926]}, mai 1926 ; {14/VI/1927}, juillet 1927 (et C24, p. 172) ; {s.d. [1930]}, fév.-mars 1930, p. 29 ; {5/X/1933}, octobre 1933, p. 28-29.
Peter WUST

− Lettre (6/IV/1921) : Peter Wust, Lettres de France et d’Allemagne, Paris, Tequi, 1985, p. 30-31.
Théodore de WYZEWA

− 2 lettres : {26/VI/1911} : C24, p. 67 ; {25/I/1912} : C17, p. 101-102.
Umberto ZANOTTI-BIANCO

− 3 lettres : {4/V/1918} : C24, p. 125-126 ; {31/VIII/1925} : C17, p. 223-225 ; {28/XI/1926} : Bulletin de l’Association des Amis de Romain Rolland, n° 9, p. 15.
Alexandre ZATAYEVITCH

− 1 lettre (29/VI/1935) [fac-similé] : « Lettre de Romain Rolland à A. Zatayevitch », Messager de l’Académie des Sciences de la R.S.S. Kazakhe, n° 10, 1953.
Christian ZERVOS

− 1 lettre (22/III/1944) : Cahiers d’art. Musée Zervos à Vézelay (Catalogue), p. 271, repris dans Cahiers de Brèves, n° 18, p. 17.
Jakob ZIMMERLI

− 1 lettre (18/III/1933) : Adolf Zinsstag, Die Briefsammlungen des Richard Wagner-Museums in Tribschen bei Luzern, Erschienen imSellbstverlag, Basel, 1961, p. 84.

 

Stefan ZWEIG

*– Romain Rolland – Stefan Zweig, Briefwechsel. 1910-1940 [277 lettres]. Édition [en alle­mand] établie par Waltraud Schwarze, traduction par Eva et Gerhard Schewe et Christel Gersch, avec une introduction, « Humanismus und Revolution », par Wolfgang Klein et des biographies de R. Rolland par G. Schewe et de S. Zweig par Gerda Böttcher, Berlin, Rütten et Loening, 1987, 2 vol. (1 : 1910-1923 ; 2 : 1924-1940).

*– Romain Rolland – Stefan Zweig, Correspondance 1910-1919, édition établie, présentée et annotée par Jean-Yves Brancy. Traduction des lettres de Stefan Zweig écrites en allemand par Siegrun Barat, Paris, Albin Michel, 2014.

*– Romain Rolland – Stefan Zweig, Correspondance 1920-1927, édition établie, présentée et annotée par Jean-Yves Brancy. Traduction des lettres de Stefan Zweig écrites en allemand par Siegrun Barat, Paris, Albin Michel, 2015.

– Dragan Nedeljkovic, Romain Rolland et Stefan Zweig [extraits de plus de 110 lettres, 1910-1939], Klincksiek, 1970.

− Jean-Yves Brancy, Romain Rolland, Stefan Zweig et l’Europe (1919-1933), DEA Histoire contemporaine, Toulouse Le Mirail, 2005, 221 p. Cite plusieurs lettres et présente deux fac-similés : 1 lettre de RR (11/III/1919) p. 211-213 ; 1 lettre de SZ (23/III/1919) p. 214-220.

− Jean-Yves Brancy, Romain Rolland, un nouvel humanisme pour le XXème siècle. Regard sur l’œuvre épistolaire, thèse, Toulouse Le Mirail, 2009. Cite des lettres de RR et de SZ.

Voir aussi de nombreuses lettres de Stefan Zweig à Romain Rolland dans : Stefan Zweig, Correspondance 1897-1919 (traduction d’Isabelle Kalinowski, Grasset, 2000), Correspondance 1920-1931 (traduction de Laure Bernardi, Grasset, 2003), Correspondance 1932-1942 (traduction de Laure Bernardi, Grasset, 2008).

Voir aussi quelques « Extraits de lettres échangées entre Stefan Zweig et Romain Rolland » (1927-1928), à propos de Tolstoï et de l’URSS, dans C 24, p. 231-239.

Voir aussi divers extraits de lettres dans : Chantal Meyer-Plantureux, Romain Rolland. Théâtre et engagement, Presses universitaires de Caen, 2012, chap. IV, « Le théâtre dans les années de guerre 1914-1919 », p. 77-107.

Voir aussi divers extraits de lettres dans : Serge Niemetz, Stefan Zweig ; le voyageur et ses mondes, biographie, Belfond, 1996, rééd. 2008.

III − NOUVELLES PUBLICATIONS DE CORRESPONDANCES

L’Institut de Littérature mondiale (Académie des Sciences de la Russie) a publié à Moscou (achevé d’imprimer janvier 2002) un ouvrage important : Dialogue d’écrivains. (Pages d’histoire des relations culturelles franco-russes au XX siècle. 1920-1970), 960 pages.

L’ouvrage est écrit, naturellement, en russe. Toutefois les lettres écrites en français sont publiées dans la langue originale, puis traduites en russe. Parmi les écrivains présents on ne s’étonne pas de trouver Romain Rolland et Marie Koudacheva, soit durant la vie de Romain Rolland, soit après sa mort.

Lettres de Romain Rolland

Lettres à Mikhail Apletine

Six lettres de Romain Rolland, la dernière étant donnée en traduction russe.

Villeneuve, 10 janvier 1939 (p. 266). Très courte lettre. R.R. envoie « quelques pages d’explications et de commentaires historiques » à ajouter à la traduction qui sera faite de son Robespierre ; ces pages sont différentes de la courte Introduction faite pour l’édition française.

Vézelay, 18 mai 1939 (p. 268-9). À la demande de Yaroslavsky, R.R. envoie la copie de l’article qu’il a écrit sur la Révolution pour Europe [paru le 15 juillet 1939]. Il évoque, pour la soutenir, la démarche de sa femme pour faire venir en France son fils Serge. [L’article ne sera pas publié en URSS. Voir : Jean Pérus, Romain Rolland et Maxime Gorki, Éditeurs français réunis, 1968, p. 338, note 48.]

20 mai 1939 (p. 269-70). R.R. remercie pour des livres reçus. Il demande qu’on lui envoie les « livraisons parues depuis en an » de la revue L’URSS en construction.

22 juillet 1939 (p. 270-1). R.R. remercie pour l’obligeance à aider à la venue de Serge. Il se réjouit d’apprendre que son Robespierre paraîtra dans une édition d’État ; il évoque la radiodiffusion de sa pièce qui doit se faire les 27 et 28 juillet. Il ne veut plus guère écrire d’articles pour les journaux russes : « à 73 ans, j’ai le droit de m’y refuser nettement ».

Vézelay, 27 juillet 1939 (p. 272-3). R.R. remercie pour les deux exemplaires de l’édition en russe de Robespierre. Il remercie aussi pour les numéros de L’URSS en construction. Il demande une photographie d’Apletine.

22 septembre 1939 (p. 274). Court billet, publié en traduction russe. (Texte en français dans JV, p. 269.)

Lettre à V. B. Stavsky

Villeneuve, 20 septembre 1937 (p. 258). Longue lettre par laquelle R.R. tente d’obtenir un logement pour son beau-fils Serge. Il souhaite pouvoir être inscrit à une coopérative de logements. « Je pense que l’Union des Écrivains soviétiques me considère assez comme un confrère pour m’accepter (en la personne de mon jeune beau-fils), dans une de ses maisons […]. » Il rappelle les conditions dans lesquelles Serge, sa femme et sa grand-mère vivent : « Ils habitent tous les trois dans la même chambre, dans une vieille maison en très mauvais état […]. » Et tous trois sont en mauvaise santé. R.R. avait déjà fait cette demande en 1935, lors de son voyage à Moscou ; mais depuis, rien n’a été fait.

Lettre à T. A Rokotov

Villeneuve, 21 janvier 1938 (p. 260-1). À propos de la revue Littérature internationale, qu’il a autorisée à reprendre, uniquement dans sa version française, des extraits de son Journal publiés par Clarté. Parle des numéros qu’il a reçus et de l’intérêt qu’il y a pris. Mais il n’a pas le temps de parler des débats idéologiques qui sont ouverts dans la revue.

Lettre à Elena Stassova

Deux lettres d’Helena Stassova, des 11 novembre 1938 (p. 262-3) et du 16 décembre 1938 (p. 264-5) encadrent une lettre de RR, du 27 novembre 1938 (p. 263-4). R.R. se réjouit d’apprendre que sa correspondante [Elena Stassova (1873-1966) avait jusqu’alors, depuis 1927, présidé le Comité central du Secours ouvrier international] est désormais « rédacteur en chef de l’édition française de Littérature internationale ». Il donne son opinion sur la revue et présente diverses suggestions : faire une plus large place au passé, en publiant des études et des documents inédits, et surtout ne pas affirmer à tout moment « d’une façon raide et doctrinale » la pensée marxiste-léniniste : « Que le premier critère dans le choix des écrits soit qu’ils soient vrais, vivants, et bien écrits ! Ensuite, on pourra en dégager un enseignement didactique. Mais si celui-ci occupe tout le devant de la scène, le spectateur d’Occident se lasse et s’en va. » R.R. joint à sa lettre une annexe (non publiée) de quatre pages, « au sujet de plusieurs cas » qu’il recommande à la bienveillance de sa correspondante.

Lettres à Staline

1 octobre 1935 (p. 277). R.R. rappelle sa lettre du 26 août, recommandée, par avion, restée sans réponse. Boukharine l’assure que Staline ne l’a pas reçue. R.R. demande que des recherches soient faites pour que le fait soit avéré et qu’il puisse faire une réclamation. Il en rappelle l’objet (l’autorisation de publier le texte de leur entretien à Moscou du 28 juin, revu par Staline) et souhaite « une réponse, à ce sujet ». Il termine sa lettre en disant son « cordial souvenir ».

27 décembre 1935 (p. 278-81). N’ayant aucune réponse, craignant que ses lettres ne soient pas arrivées, R.R. confie celle-ci à A[rossev] pour qu’elle lui soit remise en mains propres. Rappelant que Staline avait reconnu lors de l’entretien du 28 juin qu’il fallait mieux informer « nos amis » et croyant savoir que Staline ne jugeait pas cette « publication [de l’entretien] opportune », R.R. estime qu’il est cependant de plus en plus nécessaire de répondre aux nombreuses et graves questions « troublantes » qui inquiètent l’opinion publique. « Il faut une réponse qu’on puisse opposer aux accusations et publier. » – R. R. énumère une suite de huit questions concernant 1) la loi sur le châtiment des enfants ; 2) les charges relevées contre les accusés après le meurtre de Kirov et qui justifient le châtiment des coupables [c’est le premier des « procès de Moscou » et la condamnation, puis l’exécution de seize personnes, dont Zinoviev et Kamenev] ; 3) le prétendu antisémitisme régnant en URSS ; 4) les persécutions contre les Doukhobors ; 5) les antifascistes italiens accusant les soviétiques d’avoir livré un des leurs à la police mussolinienne ; 6) un ancien procès et la condamnation de prêtres polonais, dont un évêque ; 7) les raisons de la mort de Makhno ; 8) l’arrestation du fils de Trotsky et de sa femme. – R. R. insiste sur le fait que toutes ces questions font un mal extrême, même parmi des personnes « sincèrement révolutionnaires de cœur ». « Des couches très larges d’instituteurs, et par eux, de fils d’ouvriers, sont touchés par ses plaintes et ces accusations. […] il serait inconcevable qu’on laissât faire, sans réagir énergiquement. » Il faut, donc, que soit fondé à Paris un « centre d’informations reçues de l’URSS » pour que « tous les amis actifs de l’URSS (et moi parmi eux) puissent y puiser et s’y armer pour répondre par des faits aux attaques inlassables contre l’URSS ».

18 mars 1937 (p. 285-6 [lettre déjà publiée dans C29, 330-1)]). À la veille du procès de Boukharine, R.R. plaide pour celui-ci, demandant à Staline de faire preuve de clémence : « S’il a pu faillir d’une façon coupable, par le fait de détestables idéologies, il faut châtier ces idéologies, mais épargner l’homme de valeur scientifique. » R.R. rappelle l’exemple du « génial chimiste Lavoisier ». Il en appelle aussi au souvenir de Gorki : « Au nom de Gorki, je vous demande sa grâce. » Même coupable, Boukharine « n’est pas de l’espèce de ceux du procès précédent. Il pourra faire encore honneur à la pensée soviétique, et témoigner dans l’histoire de votre esprit de magnanimité. » R. R. termine sa lettre en disant son « sincère dévouement ».

4 août 1937 (p. 287 et fac-similé du début de la lettre, p. 276). [R. R. parle de cette lettre dans une lettre à sa sœur, du même jour : « J’écris à Staline (bien sans espoir ! » (C17, p. 353.)] Ayant appris l’arrestation d’Arosev et de sa femme, R. R. plaide leur cause : « Arosev m’a toujours témoigné à votre égard une fidélité et un attachement absolu. » Il évoque aussi le cas du beau-frère d’Arosev, marxiste oppositionnel, mais non trotskiste, avec qui, au témoignage de Thera Freund, la belle-mère d’Arosev, celui-ci était en mauvais termes. Il demande que l’on s’occupe des enfants d’Arosev et rappelle que celui-ci et sa femme sont atteints d’une maladie de cœur. Il termine sa lettre en disant son « fidèle dévouement ».

Villeneuve, 16 septembre 1937 (p. 288). S’il a plusieurs fois écrit à Staline « au sujet d’hommes plus ou moins mêlés au mouvement politique », cette fois-ci R.R. plaide chaleureusement la cause d’Oscar Hartoch, « un ami que j’estime et que j’aime » : « Je garantis la loyauté et le désintéressement absolus du docteur Oscar Hartoch. » Il demande au « cher camarade Staline » d’intervenir pour que l’enquête soit hâtée, pour que Oscar Hartoch « puisse […] démontrer l’inanité de l’inculpation qui pèse sur lui ». Il termine sa lettre en disant son « fidèle dévouement ».

[Ces cinq lettres de Romain Rolland ont été reprises et publiées, annotées, sous le titre : « Le métier des intellectuels est de chercher la vérité au milieu de l’erreur. Cinq lettres de Romain Rolland à Staline. », dans la revue Nouvelles FondationS, 3/2006 nos 3-4, p. 272-277, consultable sur le site http://www.gabrielperi.fr . ou sur www.cairn.info/revue-nouvelles-fondations-2006-3-page-272.htm. DOI : 10.3917/nf.003.0272.
Pour quatre d’entre elles les originaux se trouvent dans les Archives du président de la fédération de Russie.

[Il y aurait aussi une dernière lettre du 29 décembre 1937, signalée par Michael David-Fox, « The ‘Heroic Life’ of a friend of Stalinism : Romain Rolland and Soviet Culture », p. 45, note 93, tiré à part.]

Lettres de Maria Pavlovna Koudacheva

Lettres à Mikhail Apletine

Trois lettres signées M[aria] P[avlovna], écrites en russe, des 26 février 1936 (p. 255-6), 15 juin 1937 (p. 257), 12 mars 1939 (p. 267-8).

Lettres à Ilya Ehrenboug

Deux lettres en russe, des 20 mai 1954 (p. 657) et 12 mai 1955 (p. 658). Deux lettres en français, des 5 octobre (p. 659-60) et 21 octobre 1955 (p. 661-2) : demande d’aide pour obtenir des documents pour enrichir le Fonds Romain Rolland. Une lettre en russe du 16 janvier 1967 (p. 663-4). L’on trouve aussi deux lettres en russe d’Ilya Ehrenbourg à Marie : l’une du 31 mai 1955 (p. 659), l’autre du 22 juin 1967 (p. 664).

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconChapitre 2 : musique engagee
«Monsieur le Président» est remplacé par «Messieurs qu’on nomme grands» ou bien «ma décision est prise, je m’en vais déserter» est...

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconLa note de participation et de comportement (sur 20 points)

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconRapports de stage
«Petit retraité bien que mesurant 1,83 m.» mais ne paraissant pas mon âge, aux dires des jeunes filles accortes et des dames de qualité...

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconComposition n°2 de français 2am
«Mais l’an passé tu as insulté mon père». «J’étais pas même né à cette époque» répondit l’agneau. Alors le loup reprit : «Quelle...

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconJ'aurais bien mis mon doigt dans la fente de cette petite pute, mais...

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconI. Note sous chaque drapeau le pays qui convient à partir de cette liste

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconBibliographie 1-liste complète des livres et brochures en langue d’OC

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconJe voulais dire, écrire au sujet de mon père, sa vie, cette distance...
«La police, IL en faut» ou «On n’est pas un homme tant qu’on n’a pas fait son service»

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconLe texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette
«Tout est si calme autour de moi !et mon âme est si paisible ! Je te remercie, ô mon Dieu, de m’avoir accordé cette chaleur, cette...

Note : Cette liste ne remplace pas, mais complète sur bien des points mon iconLe guépard est une magnifique bête de l’espèce des félidés. Mais,...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com