Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette





télécharger 62.77 Kb.
titreLe texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette
date de publication10.01.2017
taille62.77 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
LES REGISTRES

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette impression particulière que produit un texte sur la sensibilité du lecteur, qui peut aller du plus grave au plus joyeux (faire rire ou pleurer…).

Les registres sont d’abord associés à certains genres (le tragique à la tragédie, l’épique à l’épopée, le comique à la comédie…).Mais ils dépassent les frontières de ces genres qui ont parfois disparu (L’épopée disparaît en tant que genre au XVIIIème siècle mais le registre épique est encore présent dans le roman, la poésie…)

On distingue les registres sérieux (épique, pathétique, tragique, lyrique, polémique, didactique, épidictique, fantastique) et les registres plaisants (comiques, satirique)



  1. Le registre épique

Il vient de l’épopée, long récit d’exploits et d’aventures à la gloire de héros hors du commun (L’Illiade, d’Homère).

Il cherche à susciter l’étonnement, l’admiration ou l’effroi.

Il traduit des affrontements grandioses et souvent guerriers (le Bien contre le Mal, la Lumière contre les Ténèbres…), en présence de héros surhumains et de forces surnaturelles. Il vise à amplifier des événements.


Les procédés

L’effet produit

Termes collectifs, pluriels, superlatifs, adverbes d’intensité, énumérations, gradations

Tous ces procédés d’amplification produisent un agrandissement, une aggravation, une exagération

Métaphores et symboles

Mettre en relief les caractères extraordinaires en présence

Phrases longues, complexes, souvent exclamatives

La syntaxe ample donne de l’intensité à l’action

Le registre épique se trouve bien sûr dans l’épopée (Homère ou la Chanson de Roland) mais aussi dans les romans (Zola) ou la poésie (Hugo)

Exemple :

« Lui, seul, battu des flots qui toujours se reforment,

Il s’en va dans l’abîme et s’en va dans la nuit.

Dur labeur ! tout est noir, tout est froid ; rien ne luit. » Hugo


  1. Le registre lyrique

Le lyrisme est à l’origine le chant que le poète accompagne de sa lyre. Il consiste à faire partager des sentiments personnels. Il exprime tous les élans de la sensibilité, le sentiment amoureux, l’espoir ou le chagrin. Il vise à montrer la beauté des sentiments.

Les thèmes lyriques sont principalement l’amour, le souvenir, la fuite du temps, la nature, la nostalgie, la foi.

Pour l’expression de sentiments négatifs comme la plainte, on parle plus précisément de registre élégiaque.

Les procédés

L’effet produit


Utilisation de la 1ère personne

Lexique des sentiments

Traduire l’intimité et la nostalgie, le regret, la tristesse, la joie…

Modalités interrogatives et exclamatives

Apostrophes, interjections

Figures d’intensité (hyperbole, anaphore…)

Souligner l’expression des états d’âme et des émotions

Montrer l’épanchement ou l’exaltation

Allitérations Assonances

Rythme binaire ou ternaire


Musicalité et langage expressif


Le registre lyrique est particulièrement présent en poésie et dans les écrits romantiques (XIXème siècle).

Exemple : « Tout est si calme autour de moi !et mon âme est si paisible ! Je te remercie, ô mon Dieu, de m’avoir accordé cette chaleur, cette force, à ces derniers instants ! » Goethe


  1. Le registre pathétique

Pathétique vient du grec pathein, qui signifie souffrir. Ce registre sert à émouvoir le lecteur, à provoquer sa compassion par :

    • Le recours à des thèmes : la difficulté de vivre, la souffrance, la vieillesse, la mort, la séparation, la douleur, la maladie, l’exclusion, la solitude

    • La présentation de tableaux édifiants et passionnés : la générosité du pauvre, le sacrifice d’une mère, le dévouement d’un ami…

    • Le choix des personnages présentés comme des victimes : l’orphelin mal traité, le vieillard solitaire, le pauvre méprisé…




Les procédés

L’effet produit

Vocabulaire affectif

Champ lexical de la souffrance et de la mort

Evocation du malheur

Descriptions détaillées et réalistes

Volonté d’inspirer au lecteur une forte émotion devant une situation inhumaine

Métaphores, comparaisons

Suggérer la représentation des sentiments de façon bouleversante

Hyperboles, répétions, oppositions

Interrogations rhétoriques

Impératif, subjonctif d’exhortation

Suggérer l’intensité de l’émotion

Modalité expressive : phrases exclamatives, interrogatives

Forte présence de l’émotion

Ellipses narratives

Suggérer l’horreur sans la montrer

Syntaxe éclatée : phrases incomplètes

Refléter le désarroi du personnage


Exemple : « Et les femmes criaient : Rends-nous ce petit être

Pour le faire mourir, pourquoi l’avoir fait naître ?

Ce n’était qu’un sanglot sut terre, en haut, en bas ! », V. Hugo



  1. Le registre tragique

Le mot « tragique » définit un genre littéraire théâtral, la tragédie, mais il traduit plus généralement une situation dans laquelle l’être humain se trouve confronté à des forces qui le dépassent, s’opposent à lui et le conduisent à sa perte, quels que soient ses efforts pour y échapper. La nature des forces destructrices est diverse : elles sont extérieures (le destin, les dieux, la fatalité, l’action des autres, un concours de circonstances malheureux) ou intérieures (les passions). Leur résultat est toujours la mort à l’issue d’une lutte inégale et souvent désespérée.


Les procédés

L’effet produit

Niveau de langue soutenu

Références à la mythologie

Référence au tragique classique

Champs lexicaux de la fatalité, de la mort inéluctable, de l’innocence et de la culpabilité

Sentiment d’injustice, souffrance, mort inéluctable

Voix passive

Absence de responsabilité du personnage

Expression de la souffrance

Parfois lié au registre pathétique


Exemple : « Mon mal vient de plus loin. A peine au fils d’Egée

Sous les lois de l’hymen je m’étais engagée,

Mon repos, mon bonheur semblait s’être affermi,

Athènes me montra mon superbe ennemi », Racine


  1. Le registre comique

On parle de comique par référence au genre de la comédie, mais le registre dépasse le genre théâtral. Le comique naît souvent d’une surprise et d’un décalage qui déclenchent le rire.



Les procédés

L’effet produit

Comique de mots : jeux de mots, histoire drôles, incohérences...


Faire rire

Comique de gestes : aspect, comportement, chutes, acrobaties, tartes à la crème...

Comique de situation : quiproquos, malentendus

Comique de caractères : personnages ridicules, monomaniaques...

Comique de répétition : répétitions de mots, de gestes ou de situations



Exemple : Le Logicien : Voici donc un syllogisme exemplaire. Le chat a quatre pattes. Isidore et Fricot ont chacun quatre pattes. Donc Isidore et Fricot sont chats.

Le vieux monsieur : Mon chien aussi a quatre pattes.

Le Logicien : Alors, c’est un chat. », E. Ionesco


  1. Le registre ironique

L’ironie se définit comme le fait d’exprimer le contraire de ce que l’on veut faire comprendre. Il y a un phénomène de distorsion entre ce qui est exprimé et ce qui est signifié. Elle a pour fonction de faire réagir et s’interroger le lecteur. Très utilisée dans les textes critiques, elle sert à dénoncer. On la trouve beaucoup dans les textes d’idées au XVIIIème siècle parce qu’elle constitue un instrument de prise de conscience. Elle est efficace dans l’argumentation.

Les procédés

L’effet produit

Antiphrases


Eveiller l’esprit critique du lecteur

Antithèses, oxymores

Fausse logique

Constat apparemment objectif d’une absurdité

Métaphores, périphrases

Camoufler la réalité

Indices de présence ou de jugement du narrateur

Avertissement pour le lecteur qu’il ne doit pas prendre les choses au pied de la lettre


Exemple : « Monsieur le baron était un des plus puissants seigneurs de la Westphalie car son château avait une porte et des fenêtres. », Voltaire


  1. Le registre polémique

Le terme polémique vient du grec polemos qui désigne le combat. Le registre polémique désigne un débat où l’échange d’arguments prend un tour agressif voire violent. Les textes de registre polémique sont souvent des textes argumentatifs dans lesquels les auteurs défendent leurs convictions qui sont des valeurs positives (la raison, la justice, la vérité...)

Les procédés

L’effet produit

Réfutation des idées de l’adversaire

Efficacité argumentative

Arguments ad hominem

S’attaquer à l’adversaire en tant que personne

Utilisation de la 1ère et 2ème personne

Rappeler la présence très marquée de l’auteur, de l’adversaire et leurs prises de position personnelles

Comparaisons,hyperboles, métaphores

Force de l’image

Procédés d’interpellation : apostrophes, prosopopées, dialogues fictifs, modalités exclamatives ou interrogatives. Impératifs

Dramatiser la situation d’énonciation

Les adversaires sont mis en scène

Lexique péjoratif

Fonction critique

Figures d’opposition :antithèses,oxymores

Souligner les contradictions de l’adversaire

Figures d’insistance : anaphores, répétitions, gradations

Renforcer l’expressivité du discours : l’indignation, la colère...


Exemple : « On vous a dit que les vieilles valeurs morales ont rejoint les vieilles lunes. C’est faux. Si vous décapez l’humanité présente des mots qui la masquent, vous retrouverez l’homme, l’homme éternel. », A. Maurois


  1. Le registre satirique

Il provient d’un genre précis : dans l’Antiquité, la satire est un poème descriptif ou narratif à visée morale. Au XVIIIème siècle, la satire disparaît comme genre, mais le satirique nourrit la littérature des Lumières. Le registre satirique est proche du polémique : c’est un discours engagé à visée morale qui s’attaque à une personne ou un groupe, aux mœurs, aux institutions sociales, à la nature humaine. Mais il combat par la moquerie, qui le dispense de recourir à la rigueur argumentative. Le satirique refuse le dialogue raisonné : il rejette le discours adverse dans l’absurde, son adversaire s’exclut de lui-même par son ridicule ou sa folie. Le satirique existe encore aujourd’hui dans des émissions comme les guignols de l’info qui ridiculisent les hommes politiques ou les caricatures.


Les procédés

L’effet produit

Ironie

Faire ressortir les décalages

Connotations dévalorisantes

Déformation de type caricatural. Insistance sur les défauts d’un être, d’une situation

Répétitions, gradations

Hyperboles

Grossir les traits

Antithèses

Souligner les contrastes et les oppositions

Portrait imagé

Se moquer par des « piques »


Exemple : « Je vis un petit homme si fier, il prit une prise de tabac avec tant de hauteur, il se moucha si impitoyablement, il cracha avec tant de flegme, il caresse ses chiens d’une manière si offensante pour les hommes, que je ne pouvais me lasser de l’admirer. », Montesquieu


  1. Le registre didactique

Le registre didactique consiste à transmettre un savoir, soit théorique, soit pratique. Il sert à renforcer la thèse qui est présentée comme une vérité à enseigner et non comme une opinion discutable. Il peut être présent dans tous les genres.


Les procédés

L’effet produit

Tournures impersonnelles et généralisantes (il faut, on doit...)


Marquer la neutralité et l’objectivité

Présent de vérité générale

Exemples concrets

Clarté de la compréhension

Composition logique

Impératif, subjonctif, infinitif : modes de l’injonction


Instruire le destinataire

Marques de la 2ème personne


Exemple : « Le roi peut tout sur les peuples, mais les lois peuvent tout sur lui. Le roi ne doit rien avoir au-dessus des autres, excepté ce qui est nécessaire pour imprimer au peuple le respect. Comprends-tu cela ? », Fénelon


  1. Le registre épidictique

Le registre épidictique consiste à formuler sur différents objets de nets jugements de valeur, positifs (par l’éloge) ou négatifs (par le blâme). On peut louer ou blâmer une personne, une opinion, un comportement social, une décision politique, une institution, une œuvre ou un produit. Les jugements énoncés se fondent sur différents critères : le vrai/le faux, le beau/le laid (valeurs esthétiques), le bien/le mal (valeurs morales), l’utile/l’inutile (valeurs pratiques). Ces valeurs sont relatives, elles varient selon les goûts, les époques... même si elles sont données comme absolues et objectives. On trouve ce registre dans les portraits, les discours politiques, les oraisons et dans le domaine poétique, certaines formes sont vouées à l’éloge (hymne, blason, ode) et d’autres sont consacrées au blâme ( épigramme, satire).



Les procédés de l’éloge

L’effet produit

Vocabulaire valorisant (termes laudatifs ou mélioratifs)

Mettre en relief le jugement positif du locuteur

Métaphores, périphrases, hyperboles, comparatifs et superlatifs de supériorité

Exalter les qualités

Syntaxe expressive

Marquer l’admiration



Les procédés du blâme

L’effet produit

Lexique dévalorisant, connotations péjoratives

Mettre en relief le jugement négatif

Antithèse, antiphrase et ironie, comparatifs et superlatifs d’infériorité

Déprécier

Phrases exclamatives

Exprimer l’indignation ou la colère


Exemples : « Marie, vous avez la joue aussi vermeille

Qu’une rose de mai, ..... », Ronsard
« Il y avait au séminaire un maudit lazariste qui me fit prendre en horreur le latin qu’il voulait m’enseigner. Il avait les cheveux plats, gras et noirs, un visage de pain d’épice, une voix de buffle, un regard de chat-huant... », Rousseau


  1. Le registre fantastique

Le fantastique est défini comme « l’intrusion de l’irrationnel, de l’inexplicable dans la vie réelle », Todorov. Il renvoie à un genre qui raconte des événements irrationnels se produisant sans explication logique, mais le doute subsiste toujours : est-ce vraiment arrivé ou est-ce une vue de l’esprit malade du narrateur, du personnage ? Ces histoires mettent en scène des objets animés, agissant seuls, des apparitions de monstres, de fantômes, d’ombres : une cafetière prend vie, des portraits sortent de leur cadre... Ce genre de textes met le lecteur face à des faits incompréhensibles et le conduit à s’interroger sur les capacités humaines et sur la nature du monde dans lequel les hommes vivent.


Les procédés

L’effet produit

Récit à la 1ère personne

Suggérer que les perceptions humaines peuvent ne pas être fiables

Narrateur dans un état second : maladie, fièvre, ivresse, fatigue, rêve...

Modalisateurs, phrases interrogatives ou exclamatives

Traduire l’incertitude

Contexte propice : nuit, tempête, lieu isolé...

Créer une atmosphère de mystère, voire d’angoisse

Cadre spatio-temporel réaliste

Créer le doute  et la surprise

Personnifications

Suggérer une métamorphose

Antithèses

Bouleversement de certains faits habituels

Comparaisons et métaphores

Créer des analogies

Lexique de l’angoisse, de la peur

Créer une empathie avec le narrateur


NB Le registre fantastique est indissociable du genre fantastique.

Exemple : « Aujourd’hui, 20 janvier 1909, je me résous, non sans trouble et non sans terreur, à écrire le récit exact de l’Aventure. Je m’y résous parce que, après-demain, je serai mort », Sabbah


similaire:

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette icon1844 Naît à Metz le 30 mars
«Nevermore» (jamais plus) peut signifier que l'émotion, lorsqu'elle a été vécue ne revient plus, ce qui est en contradiction avec...

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconNicole fraga@ac-nancy-metz fr
«Apartés» et «lipogramme» – on joue respectivement sur le lexique des couleurs, sur l’ajout d’abondantes données numériques, sur...

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconComment réagir si on tombe sur l’argumentation ?
«Courage» et Hugo, «Melancholia» visent tous deux à faire réagir le lecteur, et ce en ayant recours au registre pathétique

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconUn défi littéraire : «Produisez donc quelque chose de semblable»
«Dis : «Même si toute l’humanité et les djinns s’unissaient pour produire quelque chose de similaire à ce Coran, ils ne sauraient...

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconSequence 2 : Comment reconnaître et produire un texte explicatif ?

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconCours Mme de Barry
«Iceberg» de Fred Kassak, on voit bien comment la nouvelle utilise le stéréotype pour orienter le lecteur sur une fausse piste. Un...

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconNote sur le logiciel prévu à cet effet. Orthographe et langue
«on» donne une universalité à sa pensée dans laquelle tout lecteur peut se reconnaître. Toutefois, le «vous» utilisé rend le contenu...

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconChapitre I. La sociocritique comme outil d'analyse litteraire : approche methodologique
«Méthode de critique littéraire née au cours des années soixante, issue de la sociologie. Elle apparaît comme une tentative pour...

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconLe programme d’une analyse linguistique du texte littéraire
«analyse du discours littéraire», aisi que l’unification synthétique du champ est plutôt assumée en France par D. Maingueneau

Le texte littéraire vise à produire une émotion sur le lecteur. Le registre traduit cette iconTexte chargé d’ouvrir le recueil. IL établit dès le début une relation...
«les provinces les plus fleuries du domaine poétique», IL se propose d’ «extraire la beauté du mal» d’où le titre du recueil : Les...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com