Séance 1 : Qu'est-ce que la poésie ?





télécharger 115.36 Kb.
titreSéance 1 : Qu'est-ce que la poésie ?
date de publication08.01.2017
taille115.36 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos

Chapitre 1: Voyage en poésie


Objectifs

Lecture

HDA

Langue

Écriture

Oral

Évaluations


- Ouverture culturelle sur les poètes de la Renaissance au XX ème siècle.
- Rendre l’élève sensible à la poésie à travers différentes formes, les rimes et la versification.
- Travail sur le vocabulaire et les figures de style

- « Heureux qui comme Ulysse » de Joachim du Bellay
- « Un Hémisphère dans une chevelure  » de Charles Baudelaire
- « Ma Bohême » de Rimbaud
- « Clair de lune » de Blaise Cendrars


- Le poète et ses attributs :
Gustave Moreau, Hésiode et la Muse
Nicolas Poussin, L'inspiration du poète
Ingres, Luigi Chérubini et la muse de la poésie lyrique


- Le vocabulaire des sensations.


- Métaphores et comparaisons.


- Révision sur les natures variables et invariables.



- S'entraîner à écrire en fonction de diverses contraintes poétiques.

- Écrire des haïkus.

- Savoir lire un poème en respectant la métrique et l'expressivité.

- Savoir réciter un poème sur le thème du voyage.


- Évaluation de grammaire sur les natures variables et invariables.

- Évaluation sur la prosodie et écriture d'un poème

- Réalisation d'une anthologie poétique.




Séance 1 : Qu'est-ce que la poésie ?



Support : p.234-235 du manuel.

Objectifs : Évaluer les connaissances des élèves sur la poésie.

Poser une première définition de la poésie.


Activité 1 :
Il est demandé à chaque élève de réfléchir à un mot qui soit en lien avec la poésie (terme technique, nom de poète ou de poème...), puis de le proposer à la classe.

On écrira les mots retenus (ceux qui semblent contestables sont discutés par les élèves).

A partir de ce qui a été donné, on essaie d'élaborer une première définition de la poésie qui, selon ce qui a été donné, pourra tourner autour :

  • de la musicalité,

  • du travail sur le rythme, le souffle et les sonorités,

  • l'expression de sentiments.



Activité 2 :
Lecture de la double page consacrée à l'évolution des formes poétiques.

On repère les idées importantes et on les notes sur le cahier.





Séance 2 : Découvrir une forme fixe






Travail préparatoire : Rechercher dans un dictionnaire quel était le métier de Joachim Du Bellay.

Supports : - « Heureux qui comme Ulysse » de Joachim du Bellay

- « Ma Bohême » de Rimbaud

Objectifs : Poser les éléments de versification à connaître.

Identifier la forme du sonnet.



Activité 1: Distribution des deux poèmes du corpus, lecture et explicitation des termes inconnus, puis libre parole des élèves sur le thème du corpus, et possibles remarques formelles.

  • Les poèmes ont tous pour sujet le voyage.

  • On peut identifier un certain nombre de termes: vers, rimes, strophes, poème régulier, poème non régulier.



Activité 2 : Analyse de détail des poèmes.
I- Le thème du voyage


  • Relevez et entourez dans chacun des deux textes les termes appartenant au champ lexical du voyage.

  • Où se trouvent les lieux évoqués dans le poème de Du Bellay ? En quoi ces lieux s'opposent-ils ?

  • Quels lieux ou décors le poème de Rimbaud évoque-t-il ? A quels sentiments sont-ils associés ?

  • Comment comprenez-vous « Mon auberge était à la Grande-Ourse »? Que nous apprend cette expression sur la manière dont Rimbaud voyage ?

  • Comment pourriez-vous qualifier le mode de voyage de Rimbaud ?

  • Dans un dictionnaire, cherchez l'origine du mot « bohème » et ses différents sens. Lequel convient ici ?

  • Dans le poème de Rimbaud, relevez en entourant d'une autre couleur les mots qui font référence à la poésie. Quel mot évoque un autre mode d'expression artistique ?

  • Relevez dans chacun des deux textes une expression qui marque l'intensité des sentiments éprouvés par le poète voyageur.




Question de synthèse
En prenant appui sur les réponses trouvées ensemble, récapitulez ce qui oppose ces deux manières d'envisager le voyage.

…........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................



II- La forme des textes


  • Étudiez la versification de ces poèmes :

    • Combien de strophes comportent-ils ?

    • De quels types de strophes s'agit-il ?

    • Quel est le mètre utilisé ?

    • Comment les rimes sont-elles disposées ?

  • Quelles différences percevez-vous cependant entre les deux poèmes ?

  • Lecture aux élèves de trois définitions de formes poétiques. Laquelle convient aux deux textes étudiés ?

    • Fable (du lat. fabula, « récit », « propos » : petit récit en vers ou en prose qui met le plus souvent en scène des animaux et qui comporte une réalité.

    • Sonnet (du lat. sonare « sonner ») : poème à forme fixe composé de quatorze vers, généralement des alexandrins répartis en deux quatrains et deux tercets.

    • Ode (du grec ôdé, « chant ») : poème lyrique de l'Antiquité, généralement d'inspiration élevée, et destinée à être mis en musique.

  • Selon vous, pourquoi les poètes se donnent-ils de telles contraintes ?

Recherche complémentaire :
De quel pays est originaire le sonnet ?

Quels sont les poètes qui l'ont introduit en France?

Est-elle encore pratiquée de nos jours ?




Bilan :
Certains poètes, surtout avant le Xxème siècle, font le choix d'écrire des poèmes à forme fixe, s'imposant ainsi des règles précises de composition.

Ainsi Du Bellay (XVIème siècle) et Rimbaud (XIXème sièle) ont écrit des sonnets, poèmes de 14 vers répartis en deux quatrains et deux tercets.
La fin d'un vers ne correspond pas toujours à la fin d'une phrase, qui peut se poursuivre au début du vers suivant. Ce procédé, qui permet de mettre certains mots en relief, se nomme l'enjambement.


Séance 3 : Analyser un poème



Support: Leçon distribuée + analyse de détail des poèmes précédents.

Objectifs: Connaître les termes techniques pour analyser un poème.



Leçon sur la versification
I- Un texte en …...................

=> Un poème est un texte généralement écrit en ……………….. . A la fin de chaque ……………, on va à la ligne et on met une majuscule.
=> Il existe différentes sortes de vers. Les plus connus sont :

  • l’…………………………. qui comprend 8 syllabes.

  • le ……………………….. qui comprend 10 syllabes.

  • l’ ……………………………. qui comprend 12 syllabes.



II- Les rimes :
=> Une rime est la …………………….. d’un ……….. à la fin de plusieurs vers.
=> Les rimes peuvent être disposées de trois façons :

  • rimes…………….......................: a a b b

  • rimes…………….................…. : a b a b

  • rimes …………................……. : a b b a



III- Les …………………………. :
=> Une ………………………. est un ensemble de ………….. qui sont ………………...........….. .
=> Il en existe différentes sortes. Les plus connues sont :


  • la strophe de deux vers, qui s’appelle un …………………….

  • la strophe de trois vers, qui s’appelle un …………………….

  • la strophe de quatre vers, qui s'appelle un …................................




ATTENTION au -e muet à la fin des mots !

=> Il compte : dans un vers quand il est suivi d’un mot commençant par une consonne.

=> Il ne compte pas : - à la fin d’un vers,

- dans un vers quand il est suivi d’un mot qui commence par une voyelle.


Entraînement :




Séance 4 : Le haïku, l'art de fixer l'instant



Support : Corpus de haïkus liés au thème du voyage.

Objectifs : Découvrir une autre forme d'écriture contrainte.

Écrire des haïkus.



Activité 1 :
Pour découvrir les haïkus, le professeur commence par lire quelques textes aux élèves.
Puis l'on donne à chaque élève une enveloppe contenant plusieurs haïkus. Chacun a des textes différents. On laisse aux élèves un moment de lecture individuelle et silencieuse.
Le professeur lit un des poèmes pour lancer l'activité. Si cet haiku ressemble à l'un des haïkus qu'un élève a, c’est à son tour de lire. L'élève doit dire pourquoi ils se ressemblent (un mot commun, une idée semblable, une image identique…. On s'arrête lorsque la parole a suffisamment circulé.
Chaque élève recopie ensuite le haïku qu'il préfère.

Activité 2 :
Distribution du corpus de haïkus, on attend différentes remarques des élèves :


  • poème très bref, qui semble fait de la même manière à chaque fois (3 vers) 5 / 7 / 5

  • Mots simples, verbes au présent,

  • thème du voyage qui revient à chaque fois, en lien avec la nature,

  • origine exotique de ce genre de poèmes (japonais pour ceux qui identifieront),







Bilan :
Le haïku est un poème court de 17 pieds répartis en trois vers (‘phrases’) composés respectivement de 5, 7, 5 pieds. Un haïku doit obligatoirement comprendre un mot dit ‘de saison’ (kigo). Autrement dit, un mot qui fait référence à une saison ou à la nature (glace, neige, ciel, arbres, etc.). Cette forme de poésie permet de noter les émotions, le moment qui passe, qui émerveille et étonne. On peut le considérer comme une photographie d'un instant que l'on souhaite conserver. Comme il y a peu de place, il ne retient que l'essentiel.

En ce sens, il se prête bien à une forme poétique « de voyage », qui relate sans prendre de place des souvenirs précis d'un moment marquant.


Activité 3 :
Les élèves vont à leur tour devoir écrire des haïkus. On part du bilan qui a été noté pour voir ce qui est nécessaire pour écrire un haïku :


  • Une organisation en 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes,

  • Des groupes de mots simples,

  • Une thématique de la nature,

  • La représentation d'une scène, d'un instant, d'un sentiment.



On peut vidéoprojeter différentes images pour inspirer les élèves.

Séance 5 : les natures grammaticales



Support : Corpus de mots pris dans les haïkus de la séance précédente.

Objectifs : Revoir les différentes classes grammaticales.

Faire la différence entre mots variables et invariables.



Activité 1 :
Corpus de mots proposés aux élèves.

Ils doivent constituer un classement pertinent de ces mots, en y réfléchissant par deux.

Il leur sera précisé que ce classement ne doit pas se fonder sur le sens, ou la longueur des mots mais d'après un critère grammatical.



  • Pluie - un - appellera - de - désolés

  • rêves - ma - parcourent - à - seuls

  • poumons - les - teignent - en - bleu



Activité 2 :
Correction qui permet de repérer les connaissances déjà acquises par les élèves.

Distribution d'une fiche leçon que l'on complètera ensemble.



Leçon sur les natures grammaticales
Les mots ont une nature, toujours la même, qui est indiquée dans le dictionnaire entre parenthèses, juste avant la définition.
Il existe cinq classes de mots variables, et quatre classes de mots invariables, c'est-à-dire dont l'orthographe ne change jamais.

I- Les mots variables
- Le …............... permet de nommer les personnes, les animaux et les choses. Il varie en …..................... et en …............................ .

* Le nom commun désigne des êtres et des choses appartenant à une même espèce. Ex:

* Le nom propre désigne des êtres ou des choses uniques et commence toujours par une …................................ .

Ex:
RQ: Le nom est souvent accompagné d'un ou de plusieurs autres mots qui précisent son sens. L'ensemble forme le ….......................... …............................... . On reconnaît un nom au fait qu'on peut le faire précéder d'un …......................................... .

- Le ….................................... introduit un nom. Il prend le genre et le nombre de ce nom.

Ex:
- Le ….................................. est un mot qui remplace un nom ou un groupe nominal. Il varie en personne, en nombre, et parfois selon la fonction qu'il occupe dans la phrase.

Ex:
- L' ….................................... …......................................... est un mot que l'on ajoute au nom pour lui apporter une précision ou une caractéristique. L'adjectif s'accorde en …........................ et en …......................... avec le nom qu'il qualifie.

Ex:
- Le ….................................. est le mot essentiel de la phrase. Il exprime une action du sujet ou un état du sujet. C'est un mot qui se conjugue.

Ex:

II- Les mots invariables
- La …...................................... permet d'introduire un complément du verbe, du nom, de l'adjectif. Les principales sont à, dans, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous...
- L' …...................................... modifie le sens d'un verbe, d'un adjectif, d'un autre adverbe, voire de tout une phrase. Les adverbes peuvent exprimer le lieu (ici, là...), le temps (hier, puis, désormais...), la manière (gentiment, doucement, bien, mal, mieux...), la quantité (assez, trop, beaucoup, très...), le doute (sans doute, peut-être...), l'affirmation ou la négation (ne pas, ne jamais, non, oui...).
- La …........................................ sert à joindre, relier deux éléments. On distingue:

* La conjonction de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car) qui relie deux mots ou groupes de mots.

* La conjonction de subordination (que, quand, comme si, puisque, lorsque, parce que, si bien que...) relie une proposition subordonnée à une proposition principale.
- L'interjection exprime un appel, une émotion: Oh! Ah...



Activité 3 :
Exercices p.271 et 273 du manuel.

Séance 6 : Le voyage par les sensations



Support : « Un Hémisphère dans une chevelure » de C. Baudelaire (Le Spleen de Paris)

Objectifs : Connaître un auteur important de la poésie française.

Comprendre que le voyage peut aussi être immobile.

Analyser des images poétiques (comparaison et métaphore).

Découvrir la poésie en prose.



Activité 1 :
Distribution et lecture du poème. Explicitation des termes compliqués. Réactions des élèves, sûrement face à la forme du texte avant toute chose. En quoi peut-on dire qu'il s'agit d'un poème ?



« Un hémisphère dans une chevelure »
Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l'air.

Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans tes cheveux ! Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique.

Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.

Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d'hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur.

Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d'un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.

Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l'infini de l'azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l'huile de coco.

Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs.
Charles Baudelaire – Petits Poèmes en prose – 1869


Activité 2 : Analyse du texte.

I- Un poème en prose


  • Comment le texte se présente-t-il ? Évoquer sa construction : ressemble-t-il à l'image que les élèves se font d'un poème ?

  • Comment le texte est-il découpé ?

  • Découpez-le et donnez un titre à chacune des parties.

  • En quoi peut-on dire que ce texte est néanmoins rythmé et musical ?

      • Repérage de la structure cyclique 1er/dernier vers.

      • Anaphores.

      • Assonances et allitérations + paronomase « langueur » / « longues heures »

      • Rythme ternaire avec les groupes de verbes, d'adjectifs...


=> Bien qu' « Un hémisphère dans une chevelure » se présente comme un texte en prose, il a une dimension poétique certaine grâce aux répétitions qui assurent une musicalité et un rythme qui rappellent un poème.

II- Une célébration sensuelle de la femme


  • Quels sont les pronoms utilisés ? Qui désignent-ils ? Que nous disent-ils des liens qui unissent les deux personnages ? (=> évoquer Jeanne Duval).

  • La femme est-elle décrite ? Sur quoi le poète s'attarde-t-il avant tout ? (=> Notion de blason à poser).

  • Entourez les mots qui décrivent la chevelure.

  • Quels sont les sens sollicités par la chevelure ? Relevez-les et indiquez précisément les passages qui correspondent à chacun d'eux. (=> Correspondances et synesthésie).


=> Évoquer les cheveux de la femme permet au poète de solliciter tous ses sens : il est transporté par ce qu'il ressent dans un au-delà exotique, simplement en étant à son contact.

III- Un voyage immobile


  • Relevez dans le texte le champ lexical du voyage.

  • Le poète se déplace-t-il vraiment ? De quel ordre est son voyage ? Citez précisément le texte.

(=> Voyage qui relève du rêve, et du souvenir).

  • Quel est le temps utilisé ? Quel est l'effet produit ? Le lecteur sait-il encore où il se trouve ?

  • Dans quel type de monde le poète s'imagine-t-il ? Citez précisément le texte. (=> Repérer l'évocation des quatre éléments : un ailleurs complet).

  • Comment pouvez-vous relier cela au titre du poème ?


=> Bien que le poète ne se livre pas à un véritable voyage, il s'imagine parti dans un ailleurs lointain grâce à la chevelure de cette femme. Convoquant les cinq sens, les cheveux parviennent à engendrer un univers entier. On comprend alors le titre du poème : « Un Hémisphère dans une chevelure ».


Bilan :
La poésie en prose est une évolution moderne de la poésie. Dans « Un hémisphère dans une chevelure », la forme du texte fait penser à un récit, qui emporte le lecteur dans des aventures exotiques, mais le travail des sonorités, du rythme en fond malgré tout un poème. Ce sont les images, les sens et les sons qui stimulent l'imaginaire du poète et l'emportent dans un voyage immobile.


Activité 3 : Métaphores et comparaisons.

Retour sur le texte pour observer plus en détail comment l'on passe de la chevelure à ce qu'elle évoque.

Repérage des comparaisons, que l'on va lister :

  • « plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant »

  • « Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique. »


On analyse les comparaisons :

  • comparé : le voyage grâce au parfum.

  • comparant : le voyage grâce à la musique.

  • point de rapprochement : le fait d'être transporté par une sensation.

  • outil de comparaison : comme.



=> Leçon du manuel TDL p.366, exercice 2 p.367.


On précise ensuite ce qu'est une métaphore et on relève quelques métaphores du texte, qu'on explique :

  • «  l'océan de ta chevelure »

        • Comparé : la chevelure

        • Comparant : l'océan

        • Point de comparaison : l'ampleur, la « fluidité »...




  • « la nuit de ta chevelure »

        • Comparé : la chevelure

        • Comparant : la nuit

        • Point de comparaison : la couleur



=> Leçon du TDL p.366, exercices 1, 3 et 4 p.367.


Séance 7 : Le vocabulaire des sentiments



Support : Terre des lettres p.264.

Objectif : Enrichir son vocabulaire.

Préparer une rédaction.



Exercices p.264 du manuel.


Séance 8 : Se libérer des modèles poétiques



Support : « Clair de lune » de Cendrars, Feuilles de route, 1924.

Objectifs : Analyser une autre forme de modernité poétique.

Percevoir la dimension autodiscursive d'un poème.



Activité 1 :
Distribution et lecture du poème. Réaction des élèves : absence de ponctuation, répétitions, pas de rimes ni de métrique régulière, MS une organisation en colonne, des majuscules en début de vers qui rappellent bien un poème.

« Clair de lune »
On tangue on tangue sur le bateau

La lune la lune fait des cercles dans l’eau

Dans le ciel c’est le mât qui fait des cercles

Et désigne toutes les étoiles du doigt

Une jeune Argentine accoudée au bastingage

Rêve à Paris en contemplant les phares qui dessinent la côte de France

Rêve à Paris qu’elle ne connaît qu’à peine et qu’elle regrette déjà

Ces feux tournants fixes doubles colorés à éclipses lui rappellent

ceux qu’elle voyait de sa fenêtre d’hôtel sur les Boulevards et lui promettent un prompt retour

Elle rêve de revenir bientôt en France et d’habiter Paris

Le bruit de ma machine à écrire l’empêche de mener son rêve jusqu’au bout.

Ma belle machine à écrire qui sonne au bout de chaque ligne et qui est aussi rapide qu’un jazz

Ma belle machine à écrire qui m’empêche de rêver à bâbord comme à tribord

Et qui me fait suivre jusqu’au bout une idée

Mon idée


Activité 2 : Analyse du texte.
I- Un poème de la modernité


  • Qu'est-ce qui vous frappe, d'un point de vue formel, au regard de ce qui a été étudié dans les poèmes précédents ? (=> pas de ponctuation, ni de rimes, mais de nombreuses répétitions, qui seront repérées dans le texte « On tangue », « La lune », « rêve à Paris », « ma belle machine )

  • En quoi cela joue-t-il sur le rythme du poème ?

  • Repérage malgré tout des assonances et des allitérations.

  • En quoi le contexte évoqué rejoint-il la modernité du texte ? (=> jazz, machine à écrire, mythe de Paris)



II- Un double voyage
[Donner les précisions sur les circonstances d'écriture du poème : Cendrars entreprend en 1924 un voyage vers le Brésil, dont il veut rendre compte par les Feuilles de route, et dont le Formose constituera le premier volet (du nom du bateau dans lequel il effectue cette traversée).]


  • Combien y'a-t-il de personnages dans ce texte? Qui sont-ils ?

  • Pourquoi chacun des deux est-il sur ce bateau ? Font-ils le même voyage ? (l'un part au Brésil, l'autre rentre chez elle, mais rêve de Paris).

  • Chacun des deux pense-t-il vraiment à l'endroit où il est en train de se rendre ? (l'Argentine ne pense qu'à Paris, lui ne pense qu'à l'instant présent de l'écriture)

  • A quoi est occupé le personnage masculin ? Qui peut-il être, au regard de la personne à laquelle le texte est écrit ?

  • Finalement, quel est le voyage le plus important pour lui ?

  • En quoi ce voyage est-il important pour le poète ?



Bilan :
L'évolution de la poésie a souvent consisté en une émancipation face aux contraintes formelles plus anciennes. Ainsi ce texte n'a pas de ponctuation, ni de rimes ou de métrique régulières. Mais il joue ainsi sur la fluidité de l'enchaînement d'un vers à l'autre, et les échos sonores qui accompagnent le voyage du poète. Le poème prend alors pour objet le récit de sa propre élaboration, fruit d'un voyage dont le poète semble ne pas avoir conscience.



Séance 9 : L'inspiration poétique (HDA)



Supports : - Gustave Moreau, Hésiode et la Muse,1891,

- Nicolas Poussin, L'inspiration du poète, vers 1629, 1630,

- Ingres, Luigi Chérubini et la muse de la poésie lyrique1842.

Objectifs : Comprendre par quels moyens symboliques est représentée l'inspiration poétique.

Utiliser un vocabulaire adéquat pour analyser une œuvre picturale.

PowerPoint projeté aux élèves présentant une découverte et une analyse progressive des symboles du poète et de l'inspiration poétique (lyre, Muse, couronne de laurier...).


Séance 10 : Réalisation d'une anthologie poétique



Supports : Différents recueils proposés au CDI.

Objectifs : Permettre aux élèves de découvrir toutes sortes de textes poétiques.

Comprendre le principe de l'anthologie.

Être capable de faire une sélection pertinente à partir d'un thème pré-établi.

Encourager le travail de groupe et la répartition des rôles de façon équilibrée.




similaire:

Séance 1 : Qu\Séance 1 2 Séance 2 3 Séance 3 8 Séance 4 11 Séance 1
«…je vous le défends de telle sorte que s’il vous arrive de l’ouvrir, IL n’y a rien que vous ne deviez attendre de ma colère.» Page...

Séance 1 : Qu\I. Le débat sur I e poésie jeunesse
«Qu'est-ce que la poésie ?», et qu'il n'y ait que des réponses provisoires, toujours révocables, qui nous portent toujours en avant...

Séance 1 : Qu\Absent excusé
«Il faut désigner un secrétaire de séance. Vous savez que, par tradition, le secrétaire de séance est souvent notre ami, premier...

Séance 1 : Qu\SQ1 poesie séance n°8 : (Modules ) Méthodologie
«Un hémisphère dans une chevelure», Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris ( Petits poèmes en prose), 1862

Séance 1 : Qu\L’après midi : IL y a eu deux groupes de réflexion sur l’élaboration...
«la voz» especial rap; présente ta création et remporte le concours del mejor rapero del año

Séance 1 : Qu\Séance 1 : Qu’est-ce qu’un homophone grammatical ?

Séance 1 : Qu\Qu’est-ce que la poésie ? A quoi sert la poésie ? Qui écrit la poésie ?

Séance 1 : Qu\Lc séquence Poésie et modernité au xixe siècle Séance 1 : la tradition...

Séance 1 : Qu\Séquence n°5 : La Poésie Lyrique f séance 5
«Les deux yeux fermés» : quel sens prend le relais de la vue poru le poète ? Appuyez votre réponse sur deux passages du poème

Séance 1 : Qu\Communication de Claude Millet
«poésie dramatique», ou de «poésie» désignant les œuvres théâtrales ne sauraient avoir un sens creux. Ces expressions disent le rapport...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com