Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire»





télécharger 22.86 Kb.
titreLeçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire»
date de publication06.01.2017
taille22.86 Kb.
typeLeçon
l.20-bal.com > documents > Leçon
                     FORMES ET FONCTIONS DE LA FABLE

1) DOCERE DELECTANDO

-La Fable est un genre éminemment didactique : il s’agit d’un récit plaisant illustrant une leçon ou moralité.

Il s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un « argumentaire » ( voir par exemple « La Laitière et le pot au lait ») qui a pour objectif de faire admettre la moralité, mais le récit lui-même constitue une échappée dans l’imaginaire qui prépare le lecteur à recevoir la leçon. C’est la raison pour laquelle la fable a été définie comme une histoire fictive qui dit la vérité. Elle est à la fois plaisante et « sérieuse ». Dans « Le Pouvoir des Fables », La Fontaine montre un orateur qui échoue à capter l’attention du peuple auquel il s’adresse. Celui-ci décide donc de « tourner » son discours en récit : aussitôt le peuple est captivé .Le fabuliste conclut :

Nous sommes tous d'Athène en ce point ; et moi-même,

Au moment que je fais cette moralité,

Si Peau d'âne m'était conté,

J'y prendrais un plaisir extrême,

Le monde est vieux, dit-on : je le crois, cependant

Il le faut amuser encor comme un enfant.

 

Il s’agit bien du « docere delectando » prôné par le poète Horace : « instruire en plaisant »

 

 

-Chez La Fontaine , la place de la moralité varie :soit elle conclut le récit, soit elle l’ouvre. Dans le cas du « Loup et l’Agneau », la moralité est inscrite dès les deux premiers vers : le récit ne fera donc qu’illustrer ce que le lecteur sait déjà. Cette « disposition » souligne le caractère implacable d’une loi, celle du plus fort.

 

-La moralité peut aussi être implicite ( ex. « Le Chêne et le Roseau » : c’est le lecteur qui doit dégager la leçon).

-Dans les Contes de Perrault, souvent le récit est en prose, et la moralité en vers : le texte distingue ainsi les deux « composantes » du récit. Chez Perrault cette « hétérogénéité » est signifiante : bien souvent le récit et sa moralité ne « concordent » pas. Ainsi, le conte « Barbe Bleue » illustre tout au long du récit l’idée que l’héroïne doit sa survit à sa curiosité. Néanmoins, le conte se conclut sur l’idée que la « curiosité » est un vilain défaut ».

-La moralité peut être plurivoque : la fable « Le Chêne et le Roseau » démontre l’arrogance des Grands de ce monde, mais aussi les avantages qu’il y a à « louvoyer », se montrer flexible.

 

2)LE DESTINATAIRE DES FABLES

 

-Chez La Fontaine , c’est Monsieur le Dauphin. La dédicace souligne ici le caractère pédagogique de la fable. De la même manière, le conte chez Perrault est dédié aux enfants.

-Néanmoins, dans les deux cas, il y a ambiguïté. Le contenu des fables de La Fontaine revêt souvent un caractère politique et ne peut s’adresser qu’à un public adulte. De même, si nombre d’histoires chez Perrault concerne le monde de l’enfance ( ne pas désobéir ou s’exposer comme la Belle au Bois dormant à une punition- toucher la quenouille) , la plupart d’entre elles s’adressent aussi et majoritairement aux adultes : « Barbe Bleue » comme la deuxième partie de « La Belle au Bois dormant ».

-La Fontaine écrit dans une préface : « Ainsi ces fables sont un tableau où chacun de nous se trouve dépeint. Ce qu’elles nous représentent confirme les personnes d’âge avancé dans les connaissances que l’usage leur a données, et apprend aux enfants, ce qu’il faut qu’ils sachent . »Aussi note -t-on que La Fontaine dédie aussi ses fables aux adultes : Madame de la Sablière, Monsieur de Barillon, ambassadeur de France en Angleterre (« Le Pouvoir des Fables ») :

 

A M. De Barillon

 

La qualité d'Ambassadeur

Peut-elle s'abaisser à des contes vulgaires ?

Vous puis-je offrir mes vers et leurs grâces légères ?

S'ils osent quelquefois prendre un air de grandeur,

Seront-ils point traités par vous de téméraires ?

Vous avez bien d'autres affaires

A démêler que les débats

Du Lapin et de la Belette.

Lisez-les, ne les lisez pas ;

Mais empêchez qu'on ne nous mette

Toute l'Europe sur les bras.

 

                                                          LA POETIQUE DES FABLES

 

1) LE « DEVELOPPEMENT POETIQUE » APPORTE PAR LA FONTAINE

 

-Alors que les fables d’Esope et de Phèdre réduisent le récit à sa plus simple expression, et que la concision sert précisément chez ces auteurs à mettre en valeur la moralité

 

Esope ,« Le Loup et le Chien »

 

Un loup voyant un très gros chien attaché par un collier lui demanda : « Qui t’a lié et nourri de la sorte ? — Un chasseur, » répondit le chien. « Ah ! Dieu garde de cela le loup qui m’est cher ! Autant la faim qu’un collier pesant. »

 

Cette fable montre que dans le malheur on n’a même pas les plaisirs du ventre.

 

chez La Fontaine la puissance créative s’empare du récit et « en fait tout un poème » : vers, alternances des mètres ( voir « La Laitière et le pot au lait »), métaphores, comparaisons…Prenons deux exemples : la fable du « Lièvre et la Tortue » et de « La Laitière et le pot au lait ». Dans le premier cas, la leçon est qu’il ne faut point « s’amuser » ( au sens étymologique et second : ne pas perdre son temps) mais la «promenade » du lièvre à travers champs est l’occasion qui permet au poème de se déployer dans toute sa virtuosité : description de la nature, ralentissement du récit qui comme le lièvre se perd heureusement dans les plaisirs inutiles. De même Perette est fantaisiste, insouciante et pointée du doigt comme telle. Mais elle incarne la grâce, la légèreté, le plaisir !

-La Fontaine montre donc l’emprise de l’imagination sur l’homme …raisonnable. En ce sens, il est « poète » : Platon opposait la parole raisonnable du discours philosophique, à la parole inspirée , donc non maîtrisée , du poète, possédé, envahi. S’agit-il de laisser s’exprimer « la courbe blanche sur fond noir » chère à…Breton ( ne confondons pas toutefois ces poètes !! le rapprochement ne vaut que dans l’opposition raison/imagination pertinente pour comprendre un des aspects de la poésie). Voyez le rôle accordé à l’imagination dans « Le Pouvoir des fables » et « La Laitière et le pot au lait ». La Fontaine comme Pascal reconnaît la puissance de l’imagination au moment même où Descartes affirme le pouvoir de la Raison. La Fontaine s’opposait aussi à Descartes dans son approche des animaux et contrairement à ce dernier ne voyait pas moins d’intelligence chez les animaux que chez les hommes.

 

2 ) LE RÔLE ET LA PLACE DE LA NATURE DANS LA POESIE DE LA FONTAINE

 

-le cadre poétique chez La Fontaine est bien évidemment la nature : animaux, chemin champêtre ( « La Laitière et le Pot au lait », ruisseau , onde pure, vents :« Le Chêne et le Roseau ».Dans cette fable, « l’intérêt » littéraire de la fable tient certes à l’illustration d’une morale politique , mais aussi et surtout à l’évocation d’un drame quasi cosmique, auquel prennent part le vent l’Aquilon et le Zéphire, le Chêne, le Roseau. L’Aquilon vient du Nord, sorte de lointain poétique angoissant et dangereux. La scène du drame est dépouillée : « les humides bords du Royaume des vents », la « surface de l’eau » constituent les seules évocations.

-Quel sens faut-il donner à cette présence de la nature au-delà des sempiternelles et peu convaincantes explications liées au désir d’échapper à la censure ? Peut-être, en nous appuyant sur l’origine du mot « fable », en recourant à l’idée que pour le poète La Fontaine, c’est le monde qui fait sens, le monde qui n’est pas muet mais à qui le poète redonne la parole :

 

Tout parle en mon ouvrage, et même les poissons :

Ce qu'ils disent s'adresse à tous tant que nous sommes ;

(Dédicace à Monseigneur le Dauphin)

Esope avait prouvé son innocence (esclave accusé d’avoir dérobé et mangé des figues) en régurgitant son repas sous les yeux de ses maîtres : c’est le réel qui parle …La Fontaine « ressuscite » un monde où les objets , la faune, la flore, les animaux parlent aux côtés des êtres humains. « Ressuscite », car en effet, un imaginaire millénaire nous donne la nostalgie d’un monde où tout faisait sens : « Au temps où les bêtes parlaient » - temps auquel se réfère La Fontaine, constitue une expression populaire qui sous-entend qu’il y eu une origine où le monde entier communiait dans la parole. Le poète en « quête de sens » cherche à faire revivre ce monde : «Quand Prométhée voulut former l’homme, il prit la qualité dominante de chaque bête : de ces pièces si différentes il composa notre espèce. Il fit cet ouvrage qu’on appelle le petit monde. »( La Fontaine, dans une Préface) : le monde originaire était comme pétri dans la même pâte.

 

similaire:

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconLeçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j'avais...

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconCet index très complet de Fiction et de Fiction Spécial a été réalisé par Eric B. Henriet

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconMémoires d’un âne
«Un âne», (V. 5), l’article indéfini nous indiquant ici que nous sommes dans le domaine de la fable, du récit inventé, par l’absence...

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» icon1. alfieri victor. Memoires, écrits par lui-même et traduits de l’italien...
«Vous avez eu un vrai succès. Alphonse Daudet m’a fait part de l’enthousiasme du public qu’il partage. (Pardon de la répétition)....

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconLeçon 15 11 Juin 1974 13 Novembre 1973 Table des matières Je recommence...
«je croyais que c'était passé» cette créance m'a donné l'occasion de m'apercevoir de quelque chose

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconPbm: Comment l'auteur, par cette fable, nous soumet-il une de ses conceptions du bonheur ?
«Les Deux Amis» est la onzième fable du livre VIII de Jean de La Fontaine situé dans le second recueil des Fables de La Fontaine,...

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconLittérature écrite et orale (roman, nouvelle, fable, légende, conte,...
«Comment l’œuvre d’art est utilisée pour servir le pouvoir ou au contraire pour le dénoncer»

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconLorsque j’ai lu le passage sur le 666 dans l’Apocalypse de Saint...
«Mais IL s’agit certainement d’une fréquence». J’ai compris que la Bible parlait de l’Arbre de Vie associé aux Chakras et donc aux...

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconCours» Weinrich et les «attitudes de locution» : «Récit» et «Commentaire»
«suspend son incrédulité» pour adhérer à la fiction cf. Thomas Pavel, L’Univers de la fiction, 1988 ]

Leçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir de la fiction. Non seulement la fable contient un «argumentaire» iconEssai Commentaire
«qui situe l'infini au coeur même du fini» ajoute-t-il, en concluant sur le fait que «chaque phénomène est dès lors "habité" par...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com