Cie Nue comme l’œil





télécharger 23.49 Kb.
titreCie Nue comme l’œil
date de publication06.01.2017
taille23.49 Kb.
typeNote
l.20-bal.com > documents > Note
La Cie Nue comme l’œil

Présente

Vivrato


Musique et Poésie

d’après les textes de Nâzim Hikmet et Mahmoud Darwich



La Cie Nue comme l’œil// Tel : 01 40 31 31 19// nuecommeloeil@gmail.com

http://compagnienuecommeloeil.hautetfort.com

N° Siret: 449 872 423 00016

Note d’intention



Rares sont les écrits qui nous touchent de façon instantanée et violente, en lisant les textes de Nâzim Hikmet et Mahmoud Darwich nous étions dans une urgence de faire entendre leurs voix.

Le parcours de ces deux poètes engagés politiquement se recoupent : détentions, exils, voyages… Leurs histoires se conjuguent avec celles de leurs peuples, ils sont à la fois acteurs et témoins de ce qu’elle leurs ont fait subir.

Leur quotidien est un combat sans compromis.

Notre envie est celle de transmettre cette résistance, cette obstination à participer à une entreprise de l’espoir.

« Je suis dans la clarté qui s’avance

Mes mains sont toutes pleines de désir

Le monde est beau…


Etre captif, là n’est pas la question

Il s’agit de ne pas se rendre

Voilà. »

Nâzim Hikmet



Nous proposons une rencontre poétique et musicale entre Nâzim Hikmet et Mahmoud Darwich.

Certes leurs écritures sont différentes, celle de Nâzim est épurée et incisive, tandis que celle de Mahmoud est lyrique et métaphorique, ils se retrouvent pourtant sur une même utopie.

Au fil de cette rencontre, leurs textes sont mis en relief, leurs voix finissent par se confondre, leurs chants s’harmonisent dans une même confiance en l’homme.
« Le monde à besoin de poésie et de poésie simple, pour dire ce que de tout temps et sous toute les latitudes les poètes ont chanté : l’étonnement devant la beauté d’un arbre, la peur de l’inconnu, la célébration des sentiments ordinaires. »

Mahmoud Darwich


Z.Chkimi
Note de mise en scène

Nous avons structuré le spectacle à partir d’un texte de Mahmoud Darwich Les sept jours de l’amour. Sept jours de la semaine pour traduire la temporalité sous diverses formes : le quotidien, le passage, l’attente, l’éternité…

Des extraits et textes des deux auteurs se croisent, se rencontrent, se répondent, au fil des sept jours et composent un voyage.

Autobiographie de Nâzim Hikmet, ouvre le spectacle, témoignant du parcours des poètes, de leur engagement, Ils m’aiment mort de Mahmoud Darwich clôt le spectacle, prolongeant la voix de Nâzim.

Sept variations des deux auteurs, sur l’exil, la poésie, la séparation, l’amour, l’espoir.
Des comédiens et musiciens donnent corps et voix à leurs textes. Ils transmettent la voix des poètes en français, en turc et en arabe avec des tessitures, des timbres, et des accents différents.

Les comédiens n’incarnent pas de personnages, leur voix est instrument, elle crée des champs musicaux, ceux du mouvement de la langue (rythmes, mélodies, intensités, volumes…)

Deux musiciens composent la musique du spectacle à l’écoute de ce mouvement. Ils jouent du daf, du dombak (percussions), du violon et de l’accordéon.

Le Dombak, instrument organique scande le rythme des textes, la marche des poètes 

Le Daf traduit le frémissement, la naissance, la fragilité 

Le Violon et l’accordéon portent la nostalgie, l’errance et la joie.

Notre spectacle est une partition musicale et vocale.
Le décor est épuré : deux bancs, deux chaises, des boules lumineuses.

L’espace de la musique défini par la lumière est fixe.

Les boules lumineuses portées par les comédiens servent de relais, elles circulent, et suivant leur disposition créent une atmosphère, une image différente.
Les costumes aux gammes de couleurs ocres, terres, sables, rappellent les paysages des deux poètes.


Vivrato

Les Œuvres



Mahmoud Darwich - « La terre nous est étroite » - Gallimard

Mahmoud Darwich - « Pourquoi as tu laissé le cheval à sa solitude » - Actes Sud

Nâzim Hikmet - « Il neige dans la nuit » - Gallimard

Les textes



NH – « Autobiographie »- Gallimard P.222

MD – « Les 7 jours de l’amour », extraits - Actes Sud P. 107, 108, 109

NH – « Leurs chants… » - Gallimard P.194

MD – « La qasida de Beyrouth », extraits - Gallimard P.188

MD – « Psaumes », extraits - Gallimard P.57

NH – « Espoir », extraitsGallimard P.147, 148, 149

NH – « Légende des légendes » - Gallimard P.145

MD – « Le train est passé » - Actes Sud P.50

MD – « L’éternité du figuier de barbarie », extraits

« Jusqu’à ma fin et la sienne », extraitsActes Sud P.27, 28 &33

NH – « Histoire d’une séparation » - Gallimard P.106

NH – « La petite fille » - Gallimard P.115

MD – « Air Gitan » - Gallimard P.160, 161

NH – « Voilà » - Gallimard P.84

NH – « La plus étrange des créatures » - Gallimard P.72, 73

NH – «Le dernier autobus », extraitsGallimard P.136, 137, 138

MD – « Ils m’aiment mort » - Gallimard P.222, 223

MD – Extraits - Actes Sud P.63


similaire:

Cie Nue comme l’œil iconCie Nue comme l’œil
«Le monde à besoin de poésie et de poésie simple, pour dire ce que de tout temps et sous toute les latitudes les poètes ont chanté...

Cie Nue comme l’œil iconCompagnie nue comme l’oeil

Cie Nue comme l’œil iconIi édition de référence : Paris, Librairie Hachette et Cie, 1894. I
«sa chérie», comme elle appelait toujours ma mère, et c’était là que devait reposer le corps de son mari

Cie Nue comme l’œil iconDans ma maison (conte de la vie ordinaire)
«invités». Quelques récurrences techniques sont déclinées comme des clins d’œil aux autres épisodes

Cie Nue comme l’œil iconRepérage de la latéralité visuelle
«reste en place», au centre du trou, c’est l’œil qui est resté ouvert qui est dominant. Et si l’objet s’est décentré, c’est qu’il...

Cie Nue comme l’œil iconLa Cie du Serpent à Plumes

Cie Nue comme l’œil iconCie heyoka l'incomparable aventure aventureuse du Chevalier Don Quichotte de la Mancha

Cie Nue comme l’œil iconNue Vous savez user des simples mots du langage pour en bâtir une...
«Urgence de la lumière, premiers éléments pour une po-éthique de Jacques Goorma», de Julien Hertz, Mémoire de Master de Lettres Modernes,...

Cie Nue comme l’œil iconPoesie le 24 novembre au 21 place de Serbie /cie érébé kouliballets...

Cie Nue comme l’œil iconToi qui es ardente et nue
«Cançon de nervi», passe toute la distance sociologique et la délectation esthétique de la mise en scène, sincère sans doute





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com