…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1





télécharger 159.54 Kb.
titre…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1
page9/13
date de publication06.08.2019
taille159.54 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

Rabat, 5.



Cette euphorie a commencé un lundi, à six heures du matin. Un moustique, en me réveillant, m’a apporté la décision d’aller à Fès. Mon travail m’en fournissait l’occasion. Je logerais chez les Servin. Nous parlerions évidemment de Simon et d’Agnès et je recevrais certainement encore quelques détails biographiques. Pas difficile de faire parler Geneviève. À défaut de mieux, elle répétera pour la dixième fois la scène où le petit Antoine est malade, où Agnès...
Le soir, un vernissage d’exposition me permettrait de toute façon de le voir. Je saurais si ma lettre avait dépassé ce que toléraient nos relations. J’espérais qu’il me donne le signe tant attendu que je ne l’avais pas heurté, que je n’avais pas gâché notre relation de camaraderie légère, certes trop ténue à mon goût, mais qui me permettait au moins d’alimenter mon rêve.
Je sortais d’un week-end d’abattement, à relire avec consternation ce que je lui avais écrit. Ma pudeur souffrait comme lorsque l’Autre regardait mon sexe que je trouve affreux avec ses replis suintants. J’étais prête à renoncer. Il était encore temps, je n’étais pas plus atteinte que d’autres fois. Je me remémorais une série de flammes mortes de séparation, sans douleur excessive. Je rentrerais à Bruxelles, je reprendrais quelques classes, je jouirais de mes enfants, de toutes ces amitiés qui m’attendent. D’autres s’infiltreraient dans mon récit...
François n’avait-il pas choisi ce dimanche de résignation désolée pour m’annoncer que je serais bientôt grand-mère ? Il insistait, quémandant le partage de sa joie : “Tu es contente au moins ?” Comment lui expliquer dans une communication à peine audible, interrompue toutes les trois minutes, la tempête qu’il déclenchait ? Cette nouvelle avait ajouté à mes tourments celui de me sentir sans appétit pour l’avenir qui jaillissait naturellement à la source du passé.
La route qui relie Rabat à Fès en passant par Sidi Kacem m’a toujours plu. Ce lundi, le plaisir me transportait des montagnes inondées des premières fleurs du printemps au ciel dont la pureté exagérée mêlait Quito à mon exaltation, et tout ce qui me lie à l’exotisme de ma fille. L’offrir à Simon, ou lui offrir Simon. S’il venait à Rabat en même temps qu’elle? Plus que ma fille, elle est ma féminité. Elle est toujours avec des types qui me dégoûtent quand je l’ai toujours rêvée unie à un homme que j’aurais désiré, osant ce que je n’ose... Je voudrais vivre Simon à travers elle, et apaiser sa quête sans fin par Simon. Les cris que je l’ai entendue pousser dans le plaisir, je voudrais qu’ils soient sa provocation à lui. Elle le ramènerait sur le chemin de la vie et du rire. Depuis quand n’a-t-il plus fait l’amour ? Rompt-il parfois la solitude où je le devine enfermé ?
En entrant dans Fès, je suis survoltée. L’action se déroule d’elle-même. Je n’ai pas mes hésitations habituelles, aucun plan conscient, et je me retrouve garée à côté de son véhicule. Même marque que le mien. Contraste des couleurs et des modèles. Je n’en avais jamais photographié que vaguement l’allure. Je ne m’intéressais pas à ces détails avant de quitter Fès.
J’entre et je tombe sur un de ces faux-jetons dont il est toujours entouré. Nous bavardons un instant. Simon arrive, ils ont rendez-vous. Si je veux revenir dans l’après-midi. Il sort déjà son agenda électronique quand je m’entends l’inviter à déjeuner !
Toute la joie accumulée éclate dans l’attente. J’ai envie d’embrasser la secrétaire, le gardien, les gendarmes qui gardent l’entrée. J’ai souvent brûlé les étapes, méprisé le présent. François en a l’hérédité toute chargée. Il faudra que je lui écrive la saveur de l’avant et de l’attente. J’en fais la première expérience. Que nous passions une heure creuse en tête-à-tête ne compte pas au regard de cette demi-heure de plénitude dont j’ai égrené chaque minute.
Drôle de repas. Ma pudeur égratignée comptait sur la tienne. J’ai été servie. Au point que je n’arrive pas à décider si tu as reçu ma lettre. Tu m’as demandé ce que je faisais de mes journées. Voulais-tu me mettre sur la piste ? Que je te pose les questions qui ne franchissent pas mes lèvres ? Mes impulsions avaient devancé mes prévisions, j’étais distraite par la surprise de me trouver là, avec toi. Et je fuyais toutes les émotions qu’aurait précipitées la seule pensée de cette lettre. Je l’avais écrite à celui que j’avais apprivoisé, celui du récit. Celle qui l’avait écrite était restée à Rabat, dans la bulle de son rêve.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconLecture analytique d’un extrait du chapitre 17
«C'était maintenant des troupeaux de loufiats qui surgissaient de toutes parts» à «Maintenant, je me taperais bien un café-crème»...

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre I aristote définit l’objet de la poétique qui est l’imitation (mimésis). Chapitre II
«poésie», genre littéraire et non mode de production littéraire. C’est pourquoi un «art poétique» désigne une œuvre décrivant la...

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre I

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconVocabulaire du chapitre 1 a connaître

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 icon5e Chapitre 1 Le voyage et l’aventure

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre Scissions et successions

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre Témoignages et handicaps

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconTrésors du Temps, chapitre 4

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconVoyage à lilliput chapitre I

…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre 1 : Origine du clan





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com