…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1





télécharger 159.54 Kb.
titre…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1
page4/13
date de publication06.08.2019
taille159.54 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

  • Rabat, 2.



    L’expérience de la rapidité avec laquelle l’équivoque entraîne les sympathies naissantes vers la sollicitation sexuelle m’a jusqu’ici trop souvent retenue de les approfondir. Dans le sentiment de n’être plus désirable ou, si par extraordinaire je l’étais encore, dans la certitude de percevoir ce désir comme une grâce imméritée, se construit mon regret de l’ancienne méfiance et ma volonté de reprendre le chemin vers l’homme.
    Il fallait que l’homme ait un visage, le tien s’est imposé à moi : ta moue entre le cordial et l’ironique, ta joue tendue dans l’indifférence des mains en poches. Probablement parce que tu n’es pas revenu de l’été avec femme et enfants et que tu étais déjà le contraste qui éveilla ma curiosité dans l’univers de grossiers merles et de moustachus vaniteux que Fès me présenta.
    Mon âge s’est attendri sur la jeune vie dont tu sembles le passager distrait, sur la poésie d’un tourment qui appelle derrière le cynisme de surface. Te sortir du naufrage, te gâter comme un enfant blessé, te rendre à toi-même...
    Comédie de la bienfaisance déclamée par un sexe masqué? N’ai-je pas parfois soupçonné l’Autre de m’avoir appâtée par son lyrisme et sa graphologie sentencieuse, d’avoir présenté son sexe en sauveur pour une gamine inhibée?
    Comédie d’un âge qui n’a que la bonté pour plaire et craint l’impudence d’une entrée tardive sur la scène de la séduction?
    Devant la salle, hors d’oeuvre au spectacle, elles sont toutes là, de douze à soixante ans, dans leurs plus belles apparences. Je scrute les plus âgées, je voudrais leur trouver un peu de charme. Rien. Verdict d’autant plus accablant que les petites minettes sont en nombre, et à croquer.
    À l’époque de l’Autre je me croyais vaccinée contre le regret de vieillir. Je souhaitais même sauter les années pour abolir une distance excessive. Aujourd’hui, je découvre mon âge avec effroi.
    J’ai eu mon temps et je l’ai vécu en chaussant des lunettes d’intellectuelle pour travailler avec l’Autre. Je croyais que nous confrontions nos visions du monde. Lui n’avait pas de “vision du monde” : il ressentait, il poétisait, il vivait, il était amoureux, éperdument. J’ai été séduite par son amour, un grand amour à la hauteur duquel j’ai essayé de me hisser. Mais que pouvait ma bonne volonté ? Prisonnière de mes peurs, j’avais raté une marche, celle du désir.
    Je pénètre dans la salle, mais je n’ai plus envie d’entendre un inconnu chanter Brel dans un endroit de partout et de nulle part. Une pelote d’amertume se dévide en moi. Je voudrais rebrousser chemin, quitter Rabat où j’ai souhaité vivre et qui m’apparaît maintenant impersonnelle et frelatée. Le spectacle de ce soir se produisait à Fès la semaine dernière. C’est là que j’aurais dû y assister, dans la chaleur d’un environnement où j’avais trouvé ma place, dans ce lieu que je regrette parce qu’il est Simon et l’aurore d’un sentiment qui, sans la douleur de l’arrachement, serait resté en demi-teintes, bridé par la quiétude de la proximité.

    Insoutenable paradoxe d’un Français qui chante Bruxelles et l’amour. Je revisite les textes de ce poète qui imposa sa belgitude à Paris. Dans le ridicule des larmes qui me viennent, j’ai peur. La déprime de la ménopause guette. Je me vois m’y précipiter. Trop tard pour faire taire mes entrailles. L’absurde volonté de les ressusciter s’est formée, elle m’entraîne dans un combat dont je sortirai vaincue.
    La présence à mes côtés de quelques collègues belges accroît mon sentiment d’être en rupture. Dans un univers franco-marocain soudé, nous formons un îlot sur lequel mon absence de liens m’interdit toute forme de partage de mon désespoir. Je risque pourtant une question : “C’est toujours ainsi les spectacles à Rabat? Personne ne présente l’artiste ?” Et la réponse affirmative me permet de glisser quelques mots sur la supériorité de l’ambiance à Fès. Ils filent déjà vers leur voiture, me plantant là, dans la pluie qui commence à tomber, avec la puérile victoire d’avoir pu nommer ma blessure.
    Au retour, une consolation inespérée jaillit de l’itinéraire tracé pour que tu le prennes et trouves ma maison au bord de l’océan. Quel vendredi soir, fatigué du travail, te souviendras-tu de mon invitation ? Aujourd’hui ? Si tu as pris la route ce soir, je découvrirai ta voiture au détour du chemin, sur le petit terrain que je t’ai indiqué d'une croix sur un plan dessiné et redessiné encore, pour plus d'exactitude, comme si ma survie en dépendait. Et je me joue la scène de l’espoir, la main crispée au ventre.
    “Il faut bien que le corps exulte”. Tant d’années pour entendre ce cri et penser la chaleur et la douceur d’un sexe qui se tend au contact de mes doigts, la fête de la chair qui l’accueille.

  • 1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

    similaire:

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconLecture analytique d’un extrait du chapitre 17
    «C'était maintenant des troupeaux de loufiats qui surgissaient de toutes parts» à «Maintenant, je me taperais bien un café-crème»...

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre I aristote définit l’objet de la poétique qui est l’imitation (mimésis). Chapitre II
    «poésie», genre littéraire et non mode de production littéraire. C’est pourquoi un «art poétique» désigne une œuvre décrivant la...

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre I

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconVocabulaire du chapitre 1 a connaître

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 icon5e Chapitre 1 Le voyage et l’aventure

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre Scissions et successions

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre Témoignages et handicaps

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconTrésors du Temps, chapitre 4

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconVoyage à lilliput chapitre I

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre 1 : Origine du clan





    Tous droits réservés. Copyright © 2016
    contacts
    l.20-bal.com