…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1





télécharger 159.54 Kb.
titre…Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1
page2/13
date de publication06.08.2019
taille159.54 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

  • Rabat, 1.



    Encore un lieu à vivre. Nostalgies accumulées. Entre les palmiers et la mer, j’y serais mieux qu’ailleurs, si un manque ne s’infiltrait, insinuant comme le parfum qui monte du rez-de-chaussée.
    La semaine passée, avec la clé de l’étage, Pascal m’a donné des baguettes de l’encens qu’il brûle tous les soirs. J’en allume une pour retrouver l’effluve sucré de son accueil, son regard d’homme sur un petit bout de femme à protéger. “Si vous avez le moindre problème, appelez-moi. Je suis un bricoleur très satisfaisant, vous savez”.
    Dans la lente métamorphose de l’Autre, mon vieux compagnon, j’avais progressivement oublié l’homme. Il y a quelques années, au pays des chênes verts, un conte m’en a rappelé la saveur. Un arbre ouvrait ses branches, se penchait sur la petite fille blottie dans l’entrelacement de ses racines, l’étreignait... Je compris que le temps de la séparation était venu.
    Aujourd’hui, ma solitude se précise au fond d’une incontrôlable mélancolie. Je veux l’arbre, et revivre les premiers moments d’une rencontre. Je sais avec qui. Depuis des mois il creuse sa place dans mon imagination, dernière flamme que l’approche de la cinquantaine anime de tous les espoirs d’une renaissance.
    Dire “oui” au désir d’un autre, je connais, jusqu’au dégoût. Mais comment risquer mon propre désir? Je ne m’y suis essayée qu’une seule fois, sur un Indien sorti des fantasmes de mon enfance. J’ai éprouvé l’attente et la fièvre. Pas l’épuisement de deux désirs aux confins d’une tendre satiété. Ce fut mon premier lointain voyage, ma seule tempête. L’Autre en avait souffert plus que de raison. Je l’ai consolé comme j’ai pu : je l’ai entraîné en Inde. Nous y avons régénéré les restes de notre amour dans la complicité de l’émerveillement.
    Chemin faisant, je me suis résignée à la léthargie et à la vie parallèle de mes entrailles. Puisque le plaisir meurtrissait l’amitié, puisqu’il ravageait tout ce qui avait un sens, j’en ai abandonné la quête réelle, le reléguant à l’hygiène régulière d’un rêve où il révèle l’évidence de ma culpabilité. Je suis en retard, j’ai oublié un rendez-vous, je suis prise en flagrant délit, mes torts vont être dénoncés. Je me réveille dans l’apothéose d’une jubilation honteuse.
    Je devais avoir une douzaine d’années et une inavouable lecture. Une enfant rampait, nue sur le carrelage glacé. Son père prenait un tisonnier rougi et lui en infligeait la torture. À ce moment précis, fascinée par les détails du récit, je découvris le scandale : une toute petite fille souffrait la brûlure de sa chair et la mienne s’embrasait ! J’étais une lectrice dévoyée : je m’étais identifiée au bourreau là où j’aurais dû pleurer sur la victime.
    Mes larcins d’adolescente me rendirent quelque chose de cette expérience. Je les fis seule, me régalant des lourds secrets de mon imaginaire. C’était comme de laisser entrouverte la porte des cabinets, ou de fouiner dans les documents confidentiels de mon père.

    Pour échapper à l’impression de rester une sale gamine, je fis ce qui se fait à l’âge adulte : me marier et devenir mère, à condition toutefois que l’enfant ne me ressemble pas.
    Conformément à mon voeu, inavouable à cette époque où j’affichais un féminisme militant, ce fut un fils. Prestigieux Y. Ma douce revanche: être mère avant ma soeur aînée et apporter à mon père le descendant mâle qu’il avait regretté en moi.
    Je ne fis cependant pas confiance une seconde fois ni à la biologie, ni à un mari de moins en moins autre. Je voulus un bébé né de l’humiliation d’un ventre étranger, sans lien avec ma chair complexée par une éducation d’antan.
    Ma petite, mon bébé chocolat, à peine débarquée de l’avion, j’ai confronté ton innocence à la dissolution du couple qui t’avait attendue : dans une même frénésie de rupture, je me lançais dans l’aventure avec l’Autre et te souhaitais à moi seule.
    Pour une fois, je ne suis pas impatiente de te téléphoner. Comme si nos rôles s’inversaient : tu deviens adulte et j’ai une rechute d’adolescence. Égocentrisme, humeur sentimentalo-romantique, rêveries avec des larmes pour un rien.
    Quand nous sommes allées voir l’Autre, je t’ai fait mes confidences de gamine amoureuse, et quand j’ai reçu sa lettre “à ne lire qu’avec la plus grande désinvolture”, je t’ai appelée pour t’entendre vanter l’allure de ta “jolie mamou”, encore si jeune et si séduisante. Dans tes mots, j’ai trouvé l’audace d’écrire à Simon : “Cela me plairait infiniment de t’accueillir à Rabat”. Depuis je m’enferme dans l’attente qu’a initié cet aveu déguisé.
  • 1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

    similaire:

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconLecture analytique d’un extrait du chapitre 17
    «C'était maintenant des troupeaux de loufiats qui surgissaient de toutes parts» à «Maintenant, je me taperais bien un café-crème»...

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre I aristote définit l’objet de la poétique qui est l’imitation (mimésis). Chapitre II
    «poésie», genre littéraire et non mode de production littéraire. C’est pourquoi un «art poétique» désigne une œuvre décrivant la...

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre I

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconVocabulaire du chapitre 1 a connaître

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 icon5e Chapitre 1 Le voyage et l’aventure

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre Scissions et successions

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre Témoignages et handicaps

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconTrésors du Temps, chapitre 4

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconVoyage à lilliput chapitre I

    …Bruxelles… Rabat, chapitre 1 Fès, chapitre 1 iconChapitre 1 : Origine du clan





    Tous droits réservés. Copyright © 2016
    contacts
    l.20-bal.com