Objectifs





télécharger 240.35 Kb.
titreObjectifs
page1/5
date de publication14.06.2017
taille240.35 Kb.
typeEssais
l.20-bal.com > documents > Essais
  1   2   3   4   5
Année scolaire 2008/2009 Circonscription de Saint-Valéry-en-Caux

Animation pédagogique
LA LECTURE DOCUMENTAIRE EN MATERNELLE

Caroline Belleperche, IMF et Hélène Canu, CPC

OBJECTIFS
Objectif général

  • Rappeler la place de l’écrit documentaire dans les programmes officiels

  • Définir ce qu’est un écrit documentaire

  • Adapter cette définition au niveau de classe concerné

  • Articuler l’approche en lecture et l’acquisition des connaissances

  • Associer la lecture documentaire :

    • à l’acquisition et l’enrichissement du lexique

    • à la lecture d’image


Objectif pédagogique

  • Définir comment les élèves peuvent s’approprier la lecture d’un écrit documentaire

  • Chercher les supports et les activités qui peuvent les y aider

  • Mutualiser les pratiques déjà mises en place par les enseignants

  • Adapter cette réflexion au thème « air et vent », projet de circonscription porté par l’association ALGUES



Objectif culturel

  • Connaître les éditeurs et les différentes collections d’écrits documentaires

  • Echanger sur les « incontournables »


DEROULEMENT


Introduction

Choix de ce thème d’animation pédagogique






  • Répondre au projet initié par ALGUES « fête de l’air ». Trois axes ont été choisis : la lecture documentaire pour les maternelles, les sciences pour les cycles 2 et l’éducation artistique pour les cycles 3

  • Aborder ce type d’ouvrage, mal connu, souvent peu utilisé en maternelle et difficile d’accès

  • Donner du temps pour échanger sur les pratiques, les supports…

  • Apporter de nouveaux supports et pistes d’activités




1er temps

Définition d’un écrit documentaire


Donner les caractéristiques qui semblent définir un écrit documentaire en répondant à la question : « Selon vous, comment voit-on qu’un ouvrage est un ouvrage documentaire ?  Essais de définitions



2ème temps


Historique sur la lecture documentaire



Bref historique non exhaustif sur l’évolution des écrits documentaires.


3ème temps

Définir les bénéfices et obstacles d’un écrit documentaire



Répondre à la question : « Au vu de la définition dégagée et de votre expérience, quelles seraient les 2 principales qualités et les 2 principales difficultés de la lecture documentaire en maternelle ? vous pouvez vous appuyer sur les ouvrages que vous avez apportés»

Un tableau récapitulatif des points à ne pas oublier lorsqu’on choisit un documentaire.

Lier ces réponses avec les exigences du B.0 n° 3 de juin 2008 et les propositions d’aides apportées dans le DAP « Langage à l’école maternelle »


4ème temps

Mise en œuvre pédagogique des écrits documentaire en maternelle


Constats et perspectives

Bibliographie et sitographie


Ce dernier temps n’a pu être mis en œuvre. Il fera l’objet d’une animation pédagogique particulière l’an prochain.

Rédaction d’un projet incluant la lecture documentaire


  • Consulter les ouvrages « air et vent » à disposition

  • S’interroger sur leur présentation aux élèves et leur exploitation en classe

  • Par équipe d’école, rédiger une fiche de « projet » dans laquelle les ouvrages documentaires trouveront leur place

    • les objectifs : pourquoi ?

    • la mise en œuvre :

      • à quel moment ?

      • comment ?

      • avec qui ?

« SELON VOUS, COMMENT VOIT-ON QU’UN OUVRAGE EST UN OUVRAGE DOCUMENTAIRE ? »


DESCRIPTIF

CONTENU

LECTURE

Sur la couverture

Organisation

Illustrations

Lexique

Syntaxe

Connaissances


Titre « thématique »
Titre en lien avec une problématique ou une question
Page de couverture à l’organisation particulière (beaucoup d’informations, plutôt une photo ou un schéma…)
Collections (mes 1ères découvertes, Kididoc…)
Sa place dans la BCD


Chapitres, sous-titres, numération de pages
Présentation autre que écrite (graphiques, illustrations, légendes…)
Organisation de la page entre courts textes, illustrations et légendes
Beaucoup d’informations

Interactif avec volets, dépliages…
Sommaire, glossaire, lexique
Organisation de la page : titre, sous-titres, légendes


Photos réalistes ou illustrations descriptives, ne laissant pas place à l’interprétation du lecteur
Photos avec légende
Plusieurs photos
Illustrations spécifiques : dessins, schémas, graphiques, tableaux, vues en coupe


Vocabulaire scientifique spécifique
Lexique connu mais ayant un autre sens suivant contexte (ex : reproduction)


Phrase interrogative pour le titre

Phrases affirmatives pour le corps du texte
Présent qui dure
« On » sans valeur personnifié
Tournures impersonnelles avec « il »
Voix passive
Impératif, infinitif
Prend en compte la causalité  des petits mots d’enchaînement du temps : par conséquent, alors que… (connecteurs)
Pronominalisation
Phrases avec enchâssement (groupes de mots entre virgules)
Phrases complexes : phrases relatives, articulation de deux phrases simples avec « parce que », « car », « donc »…


Apporte des connaissances sur ce qui nous entoure
Apporte des connaissances sur un sujet particulier
Ecrit par des spécialistes de la matière qui donne une ou des explications scientifiques
Donne des réponses à des questions
Pose une problématique
Est une vérité à un temps T
Informations : on y apprend des choses
C’est une ressource
Répond à une curiosité
Permet de vérifier une hypothèses


Ce n’est pas une histoire
Pas de texte narratif (pas il était une fois, pas de héros)
Peut être lu de manière « décousue », en commençant où l’on veut




DES ESSAIS DE DEFINITION 

1 - Un ouvrage documentaire est un ouvrage informatif de vulgarisation qui apporte des connaissances sur un thème spécifique en présentant différents types de documents et utilisant un écrit particulier.
2 - Un ouvrage documentaire non narratif, à lecture non linéaire qui apporte des connaissances spécifiques sur un sujet donné par le biais d’une présentation organisée utilisant un lexique précis et une syntaxe particulière


UN BREF HISTORIQUE

Avant le 19ème


Peut-on considérer les peintures rupestres comme les premiers écrits documentaires ?



Puis, les grecs ont tracé les cartes du monde



Quant aux vitraux dans les églises…



La lecture de documentaires ou d'ouvrages scientifiques à destination de
la jeunesse n'est effectivement pas une nouveauté du XXe siècle. On en
trouve des prémices dès le XVIIIe siècle dans des documents comme « L’art de panser et de guérir toutes les maladies des chevaux » dans Le Maréchal expert de 1701, émanation directe des almanachs diffusés par les colporteurs.



Ils s’adressaient à une population rurale essentiellement préoccupée par l’élevage, les cultures et la météo, elle-même ouverture à l’astronomie. Ceux qui ne savaient pas lire y avaient leurs propres repères visuels et les échanges oraux circulaient à l’occasion des veillées. N’oublions pas les encyclopédistes au siècle des lumières qui participèrent à la divulgation des connaissances et des idées.



Sans oublier les planches des images d’Epinal.

À Épinal, en France, Jean Charles Pellerin imprime, dès 1796, des estampes en couleurs qui racontent en plusieurs images des événements historiques et bibliques, des vies de saints, des contes, des chansons populaires, etc. Ces grandes estampes souvent divisées en une douzaine de cases et plus, avec texte sous l'image, sont mieux connues sous le nom d'Images d'Épinal. Mais puisqu’il n’y a pas d’interaction entre les images et que le lien ne se fait que par le texte, on ne peut pas parler de bande dessinée dans ce cas. Distribuées par les colporteurs et autres marchands ambulants, les Images d'Épinal se retrouvent un peu partout dans le monde et jusque dans les nouvelles colonies d'Amérique.



Au 19ème


Au XIXe, il y eut des éditons d’almanachs assurées par les scientifiques eux-mêmes. C’était le cas de « La science de Bonhomme Richard », de Benjamin Franklin repris en France en 1834.



Au milieu du 19e siècle, avec l’école obligatoire, ce furent les livres de prix qui devinrent les vecteurs du discours scientifique pour les enfants, plus particulièrement deuxième moitié du XIXe, que cette préoccupation pédagogique et éducative de vulgarisation scientifique se développa pour tous les âges de l'enfance, y compris en direction de la petite enfance.

On pensera aux ouvrages de Jean Macé, comme

  • « L'Arithmétique du Grand-Papa »,

  • « Histoire de deux petits marchands de pommes » (environ 1 890)

  • « L'Arithmétique de Mademoiselle Lili à l'usage de M. Toto pour servir de préparation à l'arithmétique du grand-papa » (1862)

publiés chez Hetzel 





Pour un public d'enfants plus âgés et un public d'adultes non lettrés (prolétariat des villes et campagne profonde), la série des « Maître Pierre, ou le savant de village » qui aborde successivement tous les domaines de connaissances dans le cadre d'une vaste démarche d'approche des connaissances est un exemple particulièrement illustratif de cet élan éditorial, pédagogique et politique en direction des écrits de vulgarisation scientifique à l'usage de la jeunesse.

http://books.google.fr/books?hl=fr&id=YewPAAAAYAAJ&dq=ma%C3%AEtre+Pierre+ou+le+savant+du+village&printsec=

Plus tard, Camille Flammarion mit les dinosaures en situation comparative et explicative, grâce à des dessins de facture très moderne ; dans « Le monde avant la création du monde », on pouvait ainsi apprécier la taille de l’animal par rapport à un immeuble de six étages.



On ne peut pas ne pas mentionner les noms de Jules Verne, de Faraday, de Viollet-le-Duc pour l’architecture, de Flammarion et surtout de l’éditeur Pierre-Jules Stahl, alias Jules Hetzel dont le degré d’exigence fit énormément pour la qualité des ouvrages scientifiques ou à connotation scientifique. Il affirmait que « la littérature de gouvernante était remplacée par quelque chose de simple, de sain, qui peut donner le goût du meilleur »,

Parmi les journaux que lisaient les jeunes de la fin du XIXe siècle, certains sont restés célèbres. C’est le cas du MAGASIN D'ÉDUCATION ET DE RÉCRÉATION, « Journal de toute la famille », aux valeurs laïques et républicaines affirmées, fondé en 1864 par Hetzel.

ce qui se vérifiera avec « Le magasin de création et de récréation », par exemple ou « Journal de toute la famille », aux valeurs laïques et républicaines affirmées.

Il avait pour propos d'allier savoir et divertissement, de réconcilier science et fiction, de mettre l'imagination au service de la pédagogie. Il vouait une vive admiration aux graveurs de l’époque. Aussi le texte était-il très dépendant de l’illustration, à l’inverse de ce qui se faisait alors. Le magasin d’éducation et de récréation reçut en 1867 le Prix Montyon de l’Académie Française, prix récompensant l’engagement dans la diffusion du savoir.





  1   2   3   4   5

similaire:

Objectifs iconObjectifs

Objectifs iconObjectifs

Objectifs icon4e objectifs

Objectifs iconObjectifs lecture

Objectifs iconObjectifs du cours

Objectifs iconA. principes et objectifs

Objectifs iconLittérature Objectifs

Objectifs iconObjectifs généraux1

Objectifs iconObjectifs de connaissance

Objectifs iconObjectifs pragmatiques





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com