Synthèse : l'architecture du recueil





télécharger 16.53 Kb.
titreSynthèse : l'architecture du recueil
date de publication14.06.2017
taille16.53 Kb.
typeThèse
l.20-bal.com > documents > Thèse
Synthèse : l'architecture du recueil.
Objectif: - Mettre en évidence les aspects essentiels des Fleurs du Mal et la cohérence de

l'inspiration baudelairienne à partir de l'étude de son titre et de l'architecture du

recueil
I - Le titre du recueil
• Un titre provocateur. Volonté de choquer les bien-pensants. Toute la tradition littéraire et poétique situe les mots « fleurs » et « mal » aux antipodes l'un de l'autre (éclat innocent et pur vs le sombre, l'informe, le hideux). Baudelaire semble affirmer qu'il existe une beauté propre au mal. Misère et beauté, déchéance et pureté se mêlent et fusionnent.

• La préposition « du » indique l'appartenance mais aussi l'origine. Les fleurs (les poésies) sont extraites du mal. Cette lecture du titre met l’accent sur l'opération poétique elle-même, qui transmue le mal et la laideur en beauté: « Tu m'as donné ta boue, et j'en ai fait de l'or ».

Rappel : Une anthologie est une cueillette de fleurs…Un recueil aussi…un florilège….

• Valeur généralisante du singulier défini le mal: embrasse toutes les formes de souffrance et de misère. Mal social: les êtres déchus peuplent l'univers de Baudelaire. Mal moral: sadisme et goût du crime hantent les âmes. Mal physique et psychique: souffrance du corps et des nerfs du poète. Mal métaphysique: celui d'une âme angoissée par l'absence de Dieu et assaillie pourtant par le tourment du péché et de la damnation.
II - La structure du livre
La composition des Fleurs du Mal
• On distingue cinq grandes parties dans le recueil, dans lesquelles se répartissent les cent-­vingt-sept poèmes qui le constituent. Ces sections peuvent être considérées comme un itinéraire explorant les multiples facettes de l'âme du poète et, plus généralement, de la nature humaine, avec ses rêves de grandeur et d'absolu et ses misères.

- « Spleen et idéal »: c'est la partie la plus importante. Elle contient les grands thèmes du recueil et présente les deux aspects contradictoires de la sensibilité du poète: la tendance à la mélancolie, à la dépression (le « spleen») et l'aspiration vers l'idéal, le rêve, l'absolu. La femme (sorte de moyen pour accéder à l’idéal, tout comme l’art en général et la poésie en particulier, c’est-à-dire la beauté) occupe une place essentielle dans cette première partie.

- « Tableaux parisiens »: la deuxième partie est consacrée à Paris et aux personnages qui la peuplent. Paris renvoie au poète l’image démultipliée de sa détresse: partout des infirmes, des exilés, des êtres déchus.

- « Le Vin »: cette section montre la tentative du poète, et avec lui des désespérés et des idéalistes, de s'évader grâce au Vin, véritable « paradis artificiel».

- «Fleurs du mal »: cette section reprend le titre du recueil et contient les poèmes les plus sensuels de Baudelaire. Il évoque notamment la luxure et les amours lesbiennes, autres tentatives d'évasion, quêtes sublimes et ténébreuses, vouées à l'échec.

- « Révolte » la cinquième partie exprime la révolte contre Dieu et le recours à Satan, prince des déchus.

- « La Mort » La dernière partie explore l'ultime tentative d'évasion: trouver le repos dans la mort, cet inconnu absolu.
• L'ensemble est précédé, d'un poème liminaire, intitulé « Au lecteur », qui montre l'homme en proie à tous les vices, poursuivi par l'Ennui — c'est-à-dire le désespoir, l'abattement profond, la souffrance — et qui annonce le thème du spleen.
• On peut condenser ce parcours en trois moments: le premier temps (« Spleen et Idéal ») développe une série d'expériences intérieures qui oscillent entre le spleen et l'idéal (l'écriture, l'amour, la mélancolie). Le deuxième temps relate les tentatives de fuite hors du spleen, par l'immersion dans la multitude de la ville moderne puis par la débauche (« Tableaux parisiens», « Le Vin » et « Fleurs du mal »). Le troisième temps affirme la nécessité de la révolte avant de trouver un relatif apaisement dans la pensée de la mort (« Révolte » et « La Mort»).
Un recueil de poèmes
Baudelaire a composé avec le plus grand soin son recueil. Sa structure générale et l'ordre des poèmes répondent à des intentions précises (un parcours organisé) et sont très élaborés, même s'il est constitué de poèmes écrits à des dates très différentes.

Voici ce qu'écrit Baudelaire au poète Alfred de Vigny en 1861:

« Le seul éloge que je sollicite pour ce livre est qu'on reconnaisse qu'il n'est pas un pur album et qu'il a un commencement et une fin. Tous les poèmes nouveaux ont été faits pour être adaptés à un cadre singulier que j'avais choisi. » Cela signifie que les différents poèmes du livre ne sont pas rassemblés au hasard. Ils forment

une unité et leur ordre recèle une signification générale.
III - Un univers poétique
L'univers de Baudelaire
• Dans l'histoire littéraire, Baudelaire est considéré comme le premier véritable poète de la modernité car il a fait entrer dans la poésie des thèmes qu'elle n'abordait pas de la même manière jusqu'à lui ou qu'elle se refusait à traiter: la sexualité, le spleen, le thème de la grande ville (sa modernité), la révolte contre Dieu et le thème du mal, les aspects prosaïques de la vie quotidienne, les turpitudes enfouies en chaque être humain etc. (voir le poème liminaire : «Au lecteur »).
• On trouve tout le long du recueil des thèmes récurrents: la femme et l'éloge du corps féminin, le parfum, le désir d'évasion et de voyage, la Beauté, la mélancolie, le mal, la mort, l'ivresse, la nature, le temps qui passe, le poète et son rôle. Tous les aspects de l'expérience humaine sont présents dans ce recueil: la beauté et la laideur, le bien et le mal, l'idéal et la réalité décevante. Baudelaire renouvelle profondément la poésie lyrique. Le recueil Les Fleurs du Mal constitue un événement essentiel de l'histoire littéraire française. Il influence tous les poètes qui écriront après Baudelaire et à qui il aura montré une nouvelle voie, celle où « le beau est toujours bizarre. »
CONCLUSION :
Il ne faut pas prendre ce mot idéal en opposition au mot Spleen, comme le bien s'oppose au mal.


  • Le Spleen était l'une des découvertes du romantisme. Le mot servait à désigner ce sentiment d'accablement et d'ennui qui marquait toute une partie de la jeunesse.

  • Si l'on veut bien comprendre le sens que donne Baudelaire au mot idéal, il faut se référer à Balzac qui parlait de certaines exaltations de l'esprit, de ces élans vers la région des idées, qui permettent au penseur et à l'artiste de planer au-dessus de la terre, de pénétrer dans un ailleurs.
    Baudelaire retrouve le mythe de la caverne de Platon: la Réalité n'est que la forme visible d'un monde invisible. Il existe des correspondances entre le visible et l'invisible, et le poète, plus sensible que le commun des mortels est capable d'entrevoir ces « Correspondances », il peut ainsi dépasser la réalité et retrouver l'unité profonde de l'univers.
    Pour Baudelaire le monde visible représente un exil (cf.: « l'Albatros ») une sorte de "purgatoire" et il cherche un ailleurs dans lequel il puisse s'évader. L'Idéal est donc une pure aspiration vers un au-delà qui perpétuellement se dérobe: il devient une sorte d'impossible, trop beau, trop pur pour exister.

similaire:

Synthèse : l\Synthèse : Composition(s) du recueil et thèmes principaux

Synthèse : l\Michel Ragon «Histoire de l’architecture et de l’urbanisme modernes»
...

Synthèse : l\Christian Estrosi inaugurera lundi l’exposition «la ville fertile»,...
«la ville fertile», conçue et réalisée par la Cité de l’architecture & du patrimoine, qui se tiendra jusqu’au 4 janvier 2014 au Forum...

Synthèse : l\Résumé : L'architecture en France en 2003 analysée par l'architecte...
«La saline royale d'Arc-et-Senans», in Le Petit Léonard (Dijon), 06/2003, n° 71, pp. 28-37

Synthèse : l\Synthèse n° 1 : synthèse sur la proposition relative

Synthèse : l\Synthèse n° 1 : synthèse sur la proposition relative

Synthèse : l\Sculpture-architecture

Synthèse : l\Archeologie architecture jardins

Synthèse : l\Recosmiser l’aménagement, l’urbanisme et l’architecture

Synthèse : l\Tristan Corbière, auteur d’un unique recueil, n’est pas un fabuliste....
«La Cigale et la fourmi» (1668), dans une tout autre perspective. Elle ouvre le recueil Les Amours jaunes; une autre fable, «La Cigale...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com