Histoire des Arts





télécharger 35.82 Kb.
titreHistoire des Arts
date de publication30.04.2017
taille35.82 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > comptabilité > Documentos
Histoire des Arts
Ballade de Florentin Prunier

de Georges Duhamel



Il a résisté pendant vingt longs jours

Et sa mère était à côté de lui
Il a résisté, Florentin Prunier

Car sa mère ne veut pas qu’il meure
Dès qu’elle a connu qu’il était blessé

Elle est venue, du fond de la vieille province
Elle a traversé la pays tonnant

Où l’immense armée grouille dans la boue...
Son visage est dur, sous la coiffe raide :

Elle n’a peur de rien ni de personne
Elle emporte un panier, avec douze pommes

Et du beurre frais dans un petit pot
Toute la journée elle reste assise

Près de la couchette où meurt Florentin
Elle arrive à l’heure où l’on fait du feu

Et reste jusqu’à l’heure où Florentin délire
Elle sort un peu quand on dit : « Sortez »

Et qu’on va panser la pauvre poitrine.
Elle resterait s’il fallait rester

Elle est femme à voir la plaie de son fils.
Ne lui faut-il pas entendre les cris

Pendant qu’elle attend, les souliers dans l’eau ?
Elle est près du lit comme un chien de garde

On ne la voit plus ni manger ni boire.
Florentin non plus ne sait plus manger

Le beurre a jauni dans son petit pot.
Ses mains tourmentées comme des racines

Etreignent la main maigre de son fils.
Elle contemple avec obstination

Le visage blanc où la sueur ruisselle.


Elle voit le cou, tout tendu de cordes

Où l’air, en passant, fait un bruit mouillé
Elle voit tout ça de son œil ardent

Sec et dur, comme la cassure d’un silex
Elle regarde et ne se plaint jamais :

C’est sa façon, comme ça, d’être mère.
Il dit : « Voilà la toux qui prend mes forces »

Elle répond : « Tu sais que je suis là ! »
Il dit : « J’ai idée que je vas passer »

Mais elle : « Non ! je ne veux pas, mon garçon !»
Il a résisté pendant vingt longs jours

Et sa mère était à côté de lui,
Comme un vieux nageur qui va dans la mer

En soutenant sur l’eau son faible enfant
Or un matin, comme elle était bien lasse

De ses vingt nuits passées on ne sait où,
Elle a laissé aller un peu sa tête

Elle a dormi un tout petit moment ;
Et Florentin Prunier est mort bien vite

Et sans bruit, pour ne pas la réveiller.


Classer l'oeuvre :

  • Arts du langage

  • Thématique « Arts, Etats et pouvoir »


INTRODUCTION
1- Présentation rapide de l'oeuvre (titre, dates, etc...)

Ce poème qui s'intitule « Ballade de Florentin Prunier » a été écrit par Georges Duhamel.
On ne connaît pas la date d'écriture du poème. On sait que le recueil dans lequel se trouve ce poème date de 1920 (recueil s'intitulant « Élégies »).
2- Présentation de l'auteur: biographie succincte en rapport avec l'oeuvre

G. Duhamel, académicien (1884 - 1966).

Né en 1884 d’un père pharmacien, G.D est entré dans l’industrie pharmaceutique une fois ses études achevées, tout en publiant des poèmes et des pièces de théâtre.

Durant la 1ère guerre mondiale, Georges Duhamel s’engage comme médecin-chirurgien militaire. Cette expérience traumatisante (notamment lors de la bataille de Verdun où il est témoin des blessures et des souffrances des soldats) constituera la matière de deux romans : Vie des martyrs, paru en 1917 et Civilisation en 1918, livre-témoignage sur les ravages de la guerre et récompensé par le prix Goncourt.
3- Contexte historique

Le poème est un exemple intime des drames de la 1ère guerre mondiale : une mère perd son fils, après être venue le rejoindre dans l’hôpital militaire où il était soigné. Duhamel rend compte dans ce poème, de son expérience personnelle, douloureuse et traumatisante.
4- Problématique

« Comment ce poème devient-il un témoignage poignant d’un drame de la guerre ? »
I- DESCRIPTION du poème

1- Composition et forme

*Ce poème est extrait d’un recueil qui a pour titre « Élégies » : une élégie est un poème lyrique de facture libre, écrit dans un style simple et qui chante les plaintes et les douleurs de l’homme, les amours contrariées, la séparation, la mort.

-> Le texte est Duhamel répond bien à cette définition de l’élégie : c’est un poème sans rimes (de facture libre) et dont le vocabulaire est simple. Il se présente sous la forme d'une suite de 25 distiques (groupes de deux vers) qui sont majoritairement des décasyllabes (10 syllabes). Il chante la souffrance d’un soldat, que la mort va bientôt séparer de sa mère.
*Le mot « Ballade » dans le titre évoque une forme poétique qui apparaît au XIIème siècle, mais n'acquière sa forme définitive qu'au XIVème siècle. La ballade est composée de trois strophes carrées (le nombre de vers de la strophe est égal au nombre de syllabes par vers, par exemple une strophe de 10 vers sera composé de décasyllabes). Chaque strophe est terminée par un refrain et un envoi au destinataire de la dédicace.

-> Ici, Duhamel s'éloigne radicalement des contraintes de la forme de la ballade. Toutefois il conserve l’idée de refrain : par exemple la strophe 1 est reprise à l'identique à la strophe 21, ce qui crée comme un refrain.

Tout au long du poème on retrouve d'autres répétitions, imparfaites, mais qui créent un rythme lancinant, en écho avec l'atmosphère tragique, lourde de la situation (une mère au chevet de son fils mourant) : « elle + verbe ».
II- ANALYSE : Comment la démarche de l'auteur répond-elle à la problématique?

1- Explication et analyse de l'utilisation de différents procédés (choix et place des mots, choix des figures de style …)

2- Démarche ou objectifs de l'auteur
►Ce poème constitue un témoignage des drames de la 1ère guerre mondiale, que Georges Duhamel a vus quand il soignait les soldats blessés :

  • Le soldat est désigné par le pronom personnel « il » dans le 1er vers. Sans le titre qui nomme une personne, ce « il » prend une valeur universelle et peut désigner tout soldat blessé.

  • La guerre est évoquée strophe 4 à travers une métaphore « le pays tonnant » qui évoque le bruit des canons.

  • La réalité des tranchées aussi, toujours dans la strophe 4 « l'immense armée grouille dans la boue ».

  • Le personnel médical est évoqué à travers le pronom indéfini « on » : « on fait du feu » (vers 15), « on dit » (vers 17), « on va panser » (vers 18). Ce pronom indéfini donne un caractère impersonnel au monde de la guerre.

  • Les soldats blessés sont suggérés aussi : « les cris » (vers 21). Là aussi l'homme disparaît car les mutilations ôtent toute humanité chez les soldats.

  • Ce sont donc des souffrances collectives qu’ évoque le poète dans cette ballade, les blessés arrivant par centaines dans des hôpitaux de fortune.


►Ce poème évoque un drame individuel parmi tant d'autres : celui d'un soldat blessé.

  • Le soldat est nommé, dès le titre : « Florentin Prunier », et son prénom est repris dans le poème (vers 14, 25). Le fait de nommer le blessé donne une valeur de témoignage à ce poème, un effet de réalité.

- Ses blessures et souffrances (concrètes)  sont évoquées tout au long du poème :

« Florentin délire » (vers 16) , « panser la pauvre poitrine » (vers 18), « la plaie » (vers 20), « la main maigre de son fils » (vers 28), « le visage blanc où la sueur ruisselle » (vers 30), « le cou, tout tendu de cordes Où l'air, en passant, fait un bruit mouillé » (vers 31-32) et « Voilà la toux qui prend mes forces » (vers 37)
Mais ce que le poète retient surtout de ce drame, c’est la relation très forte qui unit ce fils blessé et sa mère, réunis dans les derniers instants de vie du soldat.
► Ce poème est aussi et surtout le tableau pathétique d’une mère au chevet de son fils mourant
Sens de pathétique : qui inspire de la pitié (cette mère et son fils mourant inspirent de la pitié)
- Cette femme vient de la campagne : « pommes » « beurre frais », « la coiffe raide » (vers 9, 11 et 12) comme son fils « J'ai idée que je vas passer » (vers 39)
- La mère accourt « du fond de la vieille province » (vers 6), surmontant toutes les difficultés des bombardements // son fils l’attend « Il a résisté pendant vingt longs jours » (vers 1, 3 et 41)
- Cette mère pleine de courage, veut être près de son fils blessé : « sa mère était à côté de lui » (vers 2). Elle veille sur lui, malgré les conditions difficiles : elle entend les cris des blessés – probablement ceux de son fils et « elle attend, les souliers dans l’eau » (vers 22) -> la comparaison « comme un chien de garde » (vers 23) montre ce côté protecteur. // Le fils aussi est courageux et tente de protéger sa mère en différent sa mort : il a essayé « d’obéir » à sa mère, de satisfaire ses volontés malgré ses souffrances : « Il a résisté Florentin Prunier / Car sa mère ne veut pas qu’il meure » (vers 3-4)
- La mère et le fils souffrent atrocement :

« On ne la voit plus ni manger ni boire » (mère v. 24) // « Florentin non plus ne sait plus manger » (fils v. 25)

« ses mains tourmentées comme des racines » (mère - vers 27) // « la main maigre de son fils » (vers 28)

« le cou tout tendu de cordes » (fils - vers 31) // l’œil de la mère « ardent sec et dur comme la cassure d'un silex » (vers 33-34)
La mère et le fils échangent quelques paroles. On assiste à un dialogue simple mais intime et poignant, et leur communication est montrée par les verbes de paroles : « Il dit / Elle répond » (vers 37-38) ou bien « Il dit » / « Mais elle » (vers 39-40)
« Tu sais que je suis là » (vers 38) -> la mère rassure son fils qui est à l’agonie : « Voilà la toux qui prend mes forces » (vers 37)

- « Non ! Je ne veux pas, mon garçon ! » (vers 40) -> Les points d'exclamation montrent la douleur de la mère qui ne veut pas voir son fils mourir « J’ai idée que je vas passer » (vers 39) ; le déterminant possessif associé au nom « garçon » montre toute l’affection de la mère pour son fils.
- la mère aide son fils jusqu’au bout : « comme un vieux nageur qui va dans la mer / En soutenant sur l’eau son faible enfant » (vers 43).
- Mais cette mère est aussi fragile, faillible : strophe 24, elle « a dormi un tout petit moment ».

Et c'est ce moment-là que choisit l'enfant (soldat) pour mourir, afin d’épargner sa mère : « est mort bien vite, Et sans bruit, pour ne pas la réveiller ».


  • tableau pathétique de cette mère et de ce fils, qui souffrent terriblement tous les deux, et que la mort sépare.



CONCLUSION :

1- Opinion personnelle : pourquoi avoir choisi cette oeuvre? Qu'en as-tu pensé et pourquoi?

2- Ouverture sur une autre oeuvre qui te fait penser à celle-ci et expliquer pourquoi.

similaire:

Histoire des Arts iconNote aux enseignants sur le Portfolio Le portfolio ou cahier d’histoire...
«matérialise de façon claire, continue et personnelle le parcours suivi en histoires des arts tout au long de la scolarité»

Histoire des Arts iconEnseigner l’Histoire au Cycle III : Histoire des Arts et Histoire Janvier 2009

Histoire des Arts iconEnseigner l’Histoire au Cycle III : Histoire des Arts et Histoire Janvier 2009

Histoire des Arts iconHistoire des arts
«arts du langage» : littérature écrite et orale (roman, nouvelle, poésie, conte, mythe, théâtre)

Histoire des Arts iconParcours d’histoire des arts 2010/2011 : Tout un voyage !
«arts et sciences» : Autour de Jules Verne, inventions, évolution de l’éclairage

Histoire des Arts iconHistoire des arts : arts du son

Histoire des Arts iconHistoire des Arts : histoire de la peinture entre académisme et modernité au xixe s

Histoire des Arts iconToulouse l’occitane. Toulousaines et Toulousains célèbres. Histoire....

Histoire des Arts iconProgrammation spiralaire associant histoire et histoire des arts

Histoire des Arts iconL’Histoire des Arts au dnb la préparation à l’épreuve
«arts du langage» : littérature écrite et orale (roman, nouvelle, fable, légende, conte, mythe, poésie, théâtre, etc.)





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com