La traduction de pièces de théâtre





télécharger 19.21 Kb.
titreLa traduction de pièces de théâtre
date de publication06.11.2016
taille19.21 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > comptabilité > Documentos



La traduction de pièces de théâtre
Conférence donnée par Fabienne Bergmann à Jérusalem au Congrès

de l'Association des Traducteurs Israéliens en janvier 2008

La traduction de pièces de théâtre place le traducteur devant des défis et des difficultés particulières, découlant du medium particulier qu'est le théâtre. Une pièce est faite pour être jouée. Le dramaturge l'écrit afin qu'un metteur en scène la monte, que des acteurs la joue et que le public la voie. Sur scène, le texte n'est qu'une des composantes de la pièce et pas toujours la plus importante. Le langage théâtral ne se réduit pas aux dialogues de la pièce. C'est la forme qui importe, disait Beckett. Souvent (chez Beckett, Ionesco, Hanoch Levin, pour ne citer qu'eux) le texte est "manquant", plein de lacunes, de non-dits. Les silences, la longueur des mots, le rythme, le ton ou la mélodie, tout ce qui n'est pas verbal, ce qu'on pourrait qualifier de " musique" est hautement significatif. L'impact de ce qui est clairement "dit" est parfois moindre ou du moins limité. Il ne s'agit pas seulement du rapport entre ce qui est dit et ce qui ne l'est pas, mais du langage poétique du théâtre, de l'interaction entre tous les éléments théâtraux (éclairage, scénographie, mouvement, décor, costumes) qui interfèrent entre eux. Beckett a même écrit une pièce sans paroles, avec uniquement des didascalies, qui sont eux-mêmes un langage. La conscience des rapports entre les différents éléments, l'écoute de ce que dit la musique du texte – son rythme, s'il est lent ou rapide, les répétitions ou les coupures, le ton, s'il est ironique ou direct, sarcastique ou sentimental, tout cela relève aussi de la responsabilité du traducteur.

Mais bien que celui-ci doit être pénétré de tout cela, il n'en reste pas moins que, comme tout traducteur, il doit traduire un texte écrit. Là, il se heurte à une difficulté supplémentaire. Le public vient pour "voir" une pièce et le texte ne l'atteint que par l'écoute, par le biais des acteurs. Ce sont eux, de concert avec les éléments extra textuels, qui en sont les passeurs. Si pour la lecture d'un livre traduit ou de tout texte lu, le traducteur est le canal qui fait passer les propos de l'auteur, au théâtre, se trouve un intermédiaire supplémentaire – l'acteur – entre le texte dans sa version originale et le spectateur. C'est pourquoi, il arrive que le metteur en scène ou les acteurs s'adressent au traducteur pour des questions de diction (par exemple pour des termes empruntés à une autre langue, pour le cas d'une pièce israélienne traduite la translittération de mots hébraïques n'est pas toujours évidente pour les non hébraïsants. Ou bien, au cours des répétitions, un comédien peut se plaindre qu'il n'arrive pas à prononcer un mot particulier et c'est alors au traducteur d'en trouver un autre).

Le spectateur n'entend le texte qu'une seule fois. Il ne peut revenir en arrière pour saisir quelque chose qui lui a échappé ou tourner une page pour vérifier un nom ou un terme, comme on le fait en lisant. D'où, l'importance de la diction.

Par ailleurs, pour que la pièce soit crédible, les personnages sur scène se doivent de parler avec naturel, une langue parlée, compréhensible, qui coule. Ceci n'empêche pas qu'une telle langue puisse être poétique (Beckett, Hanoch Levin). Mais souvent, ce qui est évident dans un contexte culturel ne l'est pas du tout dans un autre. Or, le théâtre ne connaît pas de glossaire ou de notes explicatives. On ne peut y expliquer des concepts inconnus des spectateurs. Il est des évènements, des coutumes ou des concepts qui s'inscrivent dans un contexte spécifiquement juif ou israélien et qui demanderaient à être éclairés. Or ce qui est dit sur scène doit être clair et accessible au public, même s'il est fait référence à des concepts qui se placent dans une culture pas forcément connue. Tel est le cas des coutumes juives de deuil (la chiva) dans Je te parle chinois ou quoi, de Savyon Liebrecht, ou du nom de plats chez le restaurateur Henri dans Emotion d'Hillel Mitelpunkt, qui signifient immédiatement pour le spectateur israélien une transgression délibérée aux lois alimentaires de la cacheroute des personnages. Afin de rester dans l'esprit de la pièce et de préserver "l'ambiance israélienne", le traducteur peut renoncer à un concept "de chez nous" et en employer d'autres, empruntés à une autre culture. A ce propos on peut donner pour exemple, les expressions de racisme. Momik (dans la pièce éponyme) parle de "Schwartze" [mot yiddish signifiant littéralement "noir" et désignant chez ses locuteurs les Orientaux]. Je l'ai traduit par "moricaud". Selon la définition du Petit Robert: moricaud, 1583; nom de chien XVe; de more, maure. Fam. Qui a le teint très brun, basané. noiraud.

 N. Personne au teint très brun, et spécialt (terme raciste) Homme, femme de couleur. « tes cheveux frisés et ton teint de moricaud » (Tournier).

Dans Je te parle chinois ou quoi, j'ai ajouté au texte originel le mot "émigrés", ceux-ci étant partout objet de racisme. Définition du Petit Robert : Personne qui s'est expatriée pour des raisons politiques, économiques, etc., par rapport à son pays. exilé, expatrié. Émigré politique. Les émigrés sont aussi des immigrants. migrant. Adj. Travailleurs émigrés

Toujours dans cette pièce j'ai traduit rehov hamerd [rue de la révolte] par "rue de la fronde", celle-ci étant un évènement historique dans les 2 pays.
qu'une seule fois. Il ne peut revenir en arrière pour saisir quelque chose qui lui a Selon la définition du Petit Robert: moricaud, aude

• 1583; nom de chien XVe; de more, maure 

 Fam. Qui a le teint très brun, basané. noiraud.

 N. Personne au teint très brun, et spécialt (terme raciste) Homme, femme de couleur. « tes cheveux frisés et ton teint de moricaud » (Tournier).

Dans Je te parle chinois ou quoi, j'ai ajouté au texte originel le mot "émigrés", ceux-ci étant partout objet de racisme. Définition du Petit Robert : Personne qui s'est expatriée pour des raisons politiques, économiques, etc., par rapport à son pays. exilé, expatrié. Émigré politique. Les émigrés sont aussi des immigrants. migrant. Adj. Travailleurs émigrés

Toujours dans cette pièce j'ai traduit rehov hamerd [rue de la révolte] par "rue de la fronde", celle-ci étant un évènement historique dans les 2 pays. Toujours selon le Petit Robert, la fronde est une arme de jet utilisant la force centrifuge, formée d'une poche de cuir suspendue par deux cordes et contenant un projectile (balle ou pierre). On peut faire tournoyer une fronde, Lancer une pierre avec une fronde. (cf David, ce qui nous laisse dans un contexte local) et, nous dit cette suprême référence, ce peut être par analogie. Jouet d'enfant composé d'une petite fourche et d'un caoutchouc. lance-pierre. C'est le nom donné à la sédition qui éclata contre Mazarin et la reine mère Régente Anne d'Autriche, sous la minorité de Louis XIV. Couplets satiriques chantés pendant la Fronde. mazarinade. Par ext. Le parti des insurgés. Au figuré, on parle d'un esprit de fronde, un vent de fronde, de révolte.

Nissim Aloni dans son adaptation d'Othello traduit "maure" par "arabe". Ce que le Petit Robert ne saurait contester, lui qui définit le terme: Habitant de l'ancienne Mauretania, région du nord de l'Afrique. Numides et Maures de l'époque romaine. berbère. — Au Moyen Âge, Conquérant musulman de l'Espagne. Les invasions des Maures.
Certains dramaturges ou metteurs en scènes étaient également traducteurs (ou adaptateurs) de pièces de théâtre. Beckett, outre les défis qu'il pose à ses traducteurs, se traduisit lui-même du français vers l'anglais et de l'anglais vers le français. On a beaucoup glosé sur les différences entre les diverses versions, entre le Beckett français, amusant et humoriste et le Beckett anglais ou irlandais, sarcastique, amère, souffrant. Que doit faire le traducteur ? Lequel de ces textes doit-il choisir comme source ? Même si cela lui est imposé par ses commanditaires, il se doit de comparer les versions, ce qui l'aidera d'ailleurs à trouver des solutions de traduction.
Il arrive que le texte oblige un changement de contexte. Ainsi dans Je te parle chinois ou quoi, Savyon Liebrecht fait dire à un de ses personnages: "le français est une langue de putes". Ce que j'ai traduit par "l'anglais est une langue de pervers". Et dans cette pièce, la traduction est une composante du dialogue, un personnage enjoignant un autre de traduire certaine répliques qu'une tierce avait lancées en français. Ma solution a été de recourir à l'anglais et de ce fait, de changer une autre réplique. Parfois, transplanter l'intrigue dans le contexte local ajoute une dimension supplémentaire. C'est le cas du Revisor de Gogol.
Depuis le chœur de l'antiquité, jusqu'aux dramaturges poètes (Lorca) certains dialogues relèvent de la poésie (Beckett, Anouilh, Ionesco, Giraudoux, Aloni, Levin) ou sont franchement lyriques, comme certains passages du Meurtre d'Isaac, de Motti Lerner, comme "Nous sommes les morts-vivant, la chanson de Shoulamit. Hanoch Levin ou Beckett sont poétiques et profondes dans leur simplicité pure, leurs phrases amputées. Outre les difficultés inhérentes à cette poésie théâtrale, ces auteurs posent le défi de la traduction des allusions. Beckett abonde en allusions évidentes mais aussi cachées, déformées ou tronquées à la Bible, au Nouveau Testament, à Shakespeare etc. qui ne sont pas toujours faciles à identifier. Le traducteur ne peut les ignorer. Dans cet esprit, je citerai un passage de Levin de "La promesse" dans La reine de la salle de bain :

Je vous promets du sang et des larmes

Et je tiens parole

Si je vous promets du sang et des larmes,

C'est clair que c'est du sang et des larmes

Sans parler de la sueur.

De même, le chœur dans Le meurtre d'Isaac fait allusion à des versets bibliques connus de tout spectateur israélien. Le public français ne les identifiera pas forcément et j'ai choisi une traduction qui rendait le rythme incantatoire.

En conclusion, je dirai que le traducteur de pièces de théâtre dont être conscient des particularités du medium théâtral et respecter cet art comme tel. Ceci implique non seulement une investigation poussée par rapport à l'œuvre, mais aussi l'acceptation que le texte qu'il produit n'est pas l'essentiel, le metteur en scène étant en droit de ne pas le respecter à la lettre. Un bon traducteur doit aimer le théâtre et se considérer comme un rouage de la réussite de la pièce, parmi bien d'autres.

similaire:

La traduction de pièces de théâtre iconLe Théâtre des Cerises
«Etude et recherche de la poésie potentielle résultante de la symbiose du plaidoyer populaire et de l’opéra en vue de la création...

La traduction de pièces de théâtre iconActivités personnelles / Pièces de théâtre vues / lectures

La traduction de pièces de théâtre iconExamen préalable de la conception
«pièces principales» sont définies comme étant celles destinées au séjour ou au sommeil, par opposition aux «pièces de services»...

La traduction de pièces de théâtre iconCatalogue des textes littéraires (romans, nouvelles, récits, poèmes,...

La traduction de pièces de théâtre iconDu 27 septembre au 14 octobre 2007
«Inconnu à cette adresse», Traduction : Farahnaz Djafari, Mise en scène- interprétation : Farahnaz Djafari (théâtre, Persan)

La traduction de pièces de théâtre iconLes écrivains de la Bible Nouvelle Traduction
«français courant» ou «fondamental» (à vocabulaire limité), la Traduction œcuménique circule dans la Pochothèque (Livre de poche),...

La traduction de pièces de théâtre iconLes réflexions qui suivent émanent de l’expérience de la «traduction»...
«complète», l’in-folio. Cela dit, IL est pour le moins ironique que les oeuvres du plus célèbre dramaturge de la planète aient bien...

La traduction de pièces de théâtre iconCalendrier des représentations
«la vie de couple» : La Peur des coups, La Paix chez soi, Les Boulingrin. On parle parfois de ces pièces brèves comme étant des «saynètes»....

La traduction de pièces de théâtre iconSabatino Scia est né en 1955 à Naples où IL vit toujours. IL a écrit...
...

La traduction de pièces de théâtre iconEn finir avec les chefs-d’Œuvre
«forces», ou destin mais en utilisant le contexte actuel pour que ça parle réellement à la foule. Réutiliser les même formules que...





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com