La place de l’oral





télécharger 25.71 Kb.
titreLa place de l’oral
date de publication11.07.2019
taille25.71 Kb.
typeDocumentos
l.20-bal.com > comptabilité > Documentos
LA PLACE DE L’ORAL
VIVIANE BOUYSSE

Les nouveaux programmes relancent la réflexion avec des influences nouvelles.
Plan de l’intervention :
A - Enseignement de l’oral : qu’est-ce qu’enseigner l’oral ?

B - Les programmes 2008

C– Evaluation
A - Qu’est-ce qu’enseigner l’oral ?

1 - Il ne suffit pas de mettre en situation

On n’enseigne pas l’oral au petit enfant, au bébé il est mis en situation d’échange de communication mais cela ne suffit pas pour acquérir certaines formes et certains usages, notamment pour certains. (en fonction du milieu dans lequel ils évoluent).


  • A – les enjeux

    1. enjeux politiques et sociaux

il faut donner des outils pour participer aux débats, acquérir des attitudes pour être des acteurs sociaux responsables

    1. enjeux d’insertion professionnelle

lors des épreuves orales d’examen, des entretiens d’embauche, savoir à qui je parle ? dans quelles conditions je parle ?

    1. enjeux scolaires

en référence au statut d’élève, à sa posture, l’enfant doit participer aux échanges de la classe. Ceux qui ne participent pas, on dit souvent qu’ils sont « absents » Ils s’écartent donc de la communauté de travail. Répondre aux questions, participer fait partie du métier d’élève. L’oral est aussi une question d’attitudes.

  • B – les objectifs.

Pour faire progresser les élèves,

    1. ils doivent construire un rapport conscient et volontaire à leur propre niveau de langage. Ça se travaille : on cherche ses mots pour une précision de la réponse, on doit aller vers l’explicite.

    2. il faut maîtriser les outils linguistiques et langagiers des genres qu’on veut voir pratiquer.


2 – Il y a des étapes.


  • Ecole maternelle

C’est le moment où les élèves passent des oraux familiaux à ceux de l’école. On va demander à certains enfants de changer de langue 6h / jour.


  • Cycle 2

Moment où les élèves sont accaparés par l’apprentissage de la lecture, ce sont des apprentissages coûteux mais il faut cependant conforter certaines formes d’apprentissages langagiers et certains usages.


  • Cycle 3

Les acquis (lire, écrire) sont dominés, ce sont des outils pour apprendre.

L’écrit va devenir un soutien pour travailler l’oral.
3 – Qu’y a-t-il à enseigner ?

Objets d’enseignement



Il y a plusieurs manières de regarder les choses :

  • En liaison avec la didactique des langues étrangères et le CERCL (cadre européen de référence commune en langue), la conception de ce qu’est l’enseignement d’une langue : il y a une typologie des tâches, des situations langagières ; il faut écouter pour comprendre, s’intégrer dans une interaction.

  • Il y a 5 familles d’oraux (cf bibliographie)

        • narrer ( plutôt des fictions)

        • relater (expérience, événement, chronologie)

        • argumenter (discussion de problème, débat réglé, étayage de point de vue, accord)

        • exposer (transmettre, dialogue de construction de connaissance)

        • prescrire (oral d’instruction : consignes, règles) on est plus là en situation de réception)


Il faut travailler des contenus, articuler les contenus et les moyens linguistiques et les faire varier.

Pour travailler une difficulté linguistique, il faut utiliser des contenus déjà connus et inversement.

Exemple cité : dans les Pyrénées, dans une classe de basque, les élèves sont en séance de mathématiques et tous s’expriment en basque jusqu’au moment où le concept abordé en mathématiques n’étant pas maîtrisé par les élèves ils ont besoin à nouveau d’utiliser la langue française pour comprendre.
Comment faire ?

C’est en créant des conditions particulières :

Il faut accorder de la valeur à l’oral :

c’est aussi un objet d’étude, à évaluer. Il faut raisonner sur l’oral, parler de l’oral et également donner du sens aux efforts des élèves (valoriser les participations, etc….).

Comment va-t-on intervenir ? Quelles sont les aides ? L’étayage ?

  • place des références, quel modèle a-t-on : modèle du maître

Qu’en est-il en situation de narrer, relater, argumenter, exposer, prescrire ?

  • quels sont les bons objets ?

le récit en histoire, la présentation d’un livre

A-t-on des images de débats (oui mais lesquels ? des débats où on respecte les prises de parole ……. Où sont nos références ?)

  • En terme d’étayage comment faire ?

Revenir sur des traces :

Utiliser plus souvent la vidéo dans la classe ou les enregistrements pour revenir sur des écarts.

La forme des interventions du maître :

  • normative et correctives

  • immédiate ou différées

  • implicites ou explicites

Elles sont souvent faites sans pour autant que l’élève ne le perçoive.

Place de l’énoncé construit dans l’enseignement


A partir d’un enregistrement de classe combien de phrases complètes sont énoncées par le maître ? On est souvent dans l’implicite et les phrases ne sont pas complètes.

Quelles normes de référence vont donc être données ?

L’intervention est-elle compréhensible ? Pertinente ? Adaptée ?

Comment est structuré le propos ? Cohérence interne

Les reprises : comment s’organiser pour ne pas être dans la répétition ?

Corrections linguistiques
B – Les programmes de 2008

Maternelle


L’oral est partout mais plus précisément détaillé dans la rubrique « s’approprier le langage »

  • échanger, s’exprimer (ce qui renvoie aux programmes de 2002 langage de communication, en situation et d’évocation)

  • comprendre

  • progresser vers la maîtrise de la langue



Comprendre de l’oral


Les IO rappellent cet aspect aussi important que la production d’oral elle même.


  • à l’oral (en situation de communication)

  • quand le maître oralise de l’écrit


rôle de cet oral précis que sont les consignes ; statut de la consigne.

comprendre ce que déclenche la consigne ► écouter pour faire, mémoriser des éléments signifiants et pertinents

ce qui amène à une reformulation guidée

on peut ensuite anticiper avant de donner la consigne
écouter pour redire à l’identique : comptine, poésie

écouter un texte pour le redire à l’autre : ce sont des actes mentaux et des attitudes que l’on construit.
A la maternelle il faut que l’enseignant lise des textes, mais il faut varier les genres et notamment lire des fictions et des documentaires. Le vocabulaire, les temps utilisés, la syntaxe ne sont pas les mêmes.

Progresser vers la maîtrise de la langue



Il ne suffit pas de se comprendre il faut viser des moyens linguistiques précis.

- vocabulaire à partir du vécu, des histoires etc.….

Il faut des séances spécifiques :

Revenir sur les mots, rapprocher les mots (même famille), les synonymes les contraires, c’est une activité très appréciée des élèves.

- syntaxe : il faut qu’ils aient tous la syntaxe du français écrit.

Attention à l’usage des pronoms :

usage fait par le maître également ► le pronom « on » trop souvent utilisé ou le maître qui parle de lui à la 3ème personne …………….

Le temps des verbes


Utiliser le passé et le futur de manière pertinente.

A l’arrivée au CP avoir une forme d’intuition syntaxique correcte.

Exemple d’activités fin maternelle et CP : travail avec une phrase mise en étiquettes mots et faire des substitutions ► mettre un nom pour un nom, un adjectif pour un adjectif.

A l’élémentaire


On a

  1. textes du programme

  2. progression

  3. compétences du palier du socle


Exemple : le débat est dans b et c et pas dans a
Il y a des compétences d’oral dans différents champs : culture humaniste, scientifique, compétence sociale et civique …………………

La place de la qualité linguistique est plus importante : tenir un propos adapté aux interlocuteurs et aux objectifs.

Le travail sur l’oral est plus important au C3 qu’au C2. Il se pratique dans tous les domaines.

Le C2 se recentre sur les échanges scolaires.

C – L’évaluation



On n’évalue que ce qui a été enseigné.

Pour ce qui est de la lecture à haute voix ou de la récitation, là le contenu est donné ; on peut donc travailler la qualité de la restitution ► les critères, impliquer les élèves dans cette évaluation.

Se référer au document d’application « Lire écrire au C3 » avec des outils pour avancer dès le cycle 2.
Pour les autres formes, Viviane Bouysse privilégie la distinction entre oral mono géré et oral poly géré. (cf. bibliographie)

Oral mono géré :

Plus simple, peut se préparer.

Exemple : présenter un livre que l’on a lu

On peut travailler avec eux par rapport aux contenus de cette présentation

Comment apprend-on aux élèves à réaliser cette tâche

Comment s’y prend-on? Présentation

Comment impliquer les récepteurs ?

Oral poly géré


Débat réglé notamment en éducation civique, interprétation en littérature, sciences ……..

Les grandes règles d’un débat sont à poser, ça ne se négocie pas, prise en compte de l’autre.

Il faut, à la fin du débat, revenir sur le respect de ces règles. C’est un retour évaluatif explicite par rapport aux règles posées :

  • participation

  • respect de la parole de l’autre

  • prise en compte de la parole d’autrui

  • conservation du sujet

  • défendre un point de vue avec exemple et contre exemple

  • abandonner un point de vue initiale

  • l’utilisation à bon escient des connecteurs logiques et temporels


Voir la revue ASTER de l’INRP

N° 37 (2003) et 38 (2004) : « Interactions langagières et sciences » n° 1 et 2

Bibliographie



- Repères (revue de l’INRP) n° 24/25 dont le thème est l’apprentissage de l’oral.
- Pour un enseignement de l’oral DOLZ et SCHNEUWLY Editions ESF

Contient des séquences didactiques

Livre qui risque d’être épuisé et à se procurer en bibliothèque.

similaire:

La place de l’oral iconL’oral et la place de l’oral à l’école maternelle
«Paul a cessé de fumer.» L’implicite est qu’il fumait. IL n’y a pas besoin de la situation d’énonciation. IL fait la différence entre...

La place de l’oral iconExamens
«un dépistage systématique des élèves présentant un trouble du langage oral et de ceux susceptibles de développer un trouble du langage...

La place de l’oral iconInstitution Saint Charles classe de premiere s 1 annee 2006 2007 descriptif provisoire
«J’ai passé Annie Ernaux, La Place, «Aux vacances d’été… Annie Ernaux, La Place, La Bibliothèque Sartre, Les mots «Je n ‘ai pas eu...

La place de l’oral iconOral Compréhension / Production

La place de l’oral iconComprendre et s’exprimer à l’oral

La place de l’oral iconOral Compréhension / Production

La place de l’oral iconCours commun / Oral

La place de l’oral iconEnseigner l’oral en elementaire 1

La place de l’oral iconCompréhension de l’oral : écouter

La place de l’oral iconExposé oral Cinquième secondaire





Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.20-bal.com